Navigation – Plan du site
SynThèses

L’aide internationale, au-delà des questions techniques – Les politiques d’aide au développement, à destination de l’Afrique de l’Ouest, de trois pays asiatiques : Chine, Inde, Japon (1997-2010)

Thèse de doctorat en science politique, sous la direction de Pierre Lascoumes et Catherine Wihtol de Wenden, soutenue le 30 janvier 2012, Institut d’Etudes Politiques de Paris
Yumiko Yamamoto

Texte intégral

1Cette thèse compare la politique de l’aide au développement (APD) des trois grands pays asiatiques (Chine, Inde et Japon) depuis 1997, en analysant plus particulièrement l’aide internationale à destination de l’Afrique de l’Ouest et la politique publique des trois pays. L’intérêt d’approfondir l’étude de leurs pratiques en la matière réside d’abord dans le double statut de la Chine et de l’Inde (pays à la fois bénéficiaires de l’aide et donateurs) et dans la coopération atypique entre l’Asie et l’Afrique. En effet, traditionnellement l’APD représentait un enjeu entre les pays industrialisés et les pays en développement et non entre bénéficiaires. Ensuite, l’Afrique de l’Ouest constitue un terrain d’étude optimal par la présence homogène des trois donateurs. Afin d’étudier comment et pourquoi les trois pays y ont intensifié leurs offres d’aide, cette recherche a plus particulièrement ciblé la période à partir de la fin des années 1990 en observant la période d’avant et d’après « l’arrivée » des trois pays. Enfin, la recherche s’interroge si ces donateurs mènent différemment leur politique en la matière, et si tel est le cas, dans quelle mesure.

2Sur une durée de quatre ans, nous avons réalisé cette recherche inédite à partir de documents d’archive (rapports de ministères et d’agences gouvernementales des trois pays) et de 87 entretiens menés avec des administrateurs spécialisés, des industriels et des chercheurs dans cinq pays (Chine, Inde, Japon, Allemagne et France). Pour la comparaison, dix paramètres ont été employés: (1) l’appartenance ou non au Comité d’aide au développement (CAD), à l’OCDE et/ou au Conseil de sécurité (CS) de l’ONU, (2) le contexte historique, (3) le volume, (4) l’approche et (5) la modalité de l’aide, (6) le système institutionnel, (7) la gestion des projets, (8) la destination, (9) les relations diplomatiques avec les pays de l’Afrique de l’Ouest et (10) la motivation.

3L’analyse a montré que les trois politiques étaient très différentes et a constaté une divergence sur 80 % des paramètres analysés. Elle a permis de dégager les trois résultats principaux suivants:

4D’abord, concernant le contexte historique, la politique d’APD a vu le jour de manière très différente : dans les années 1960, la politique chinoise a été créée en vue d’une adhésion à l’ONU tout en renforçant des liens avec ses alliés socialistes. La politique indienne a été instaurée afin d’aider la diaspora indienne des pays anglophones de l’Afrique par la coopération technique. Quant au Japon, sa politique, créée en 1954, avait pour objectif de payer des réparations de guerre aux pays asiatiques. Aujourd’hui, de telles variables historiques sont des éléments déterminants tant pour les destinations prioritaires que pour les motivations de l’offre d’aide. Pour l’Inde, ses destinations prioritaires restent les pays anglophones (Ghana, Nigeria et Gambie). Quant à la Chine et au Japon, leurs attributions d’aide reposent sur leurs motivations politiques (pour la Chine, annuler la présence taïwanaise en Afrique de l’Ouest et pour le Japon, s’assurer le soutien des pays bénéficiaires en vue de l’obtention d’un siège au CS).

5Ensuite, les variables institutionnelles déterminent les caractéristiques de la gestion des projets. En effet, plus les acteurs soutenant la dimension économique sont présents sur le terrain, plus la gestion devient souple. C’est le cas de la Chine où le Ministère du commerce est l’acteur clé de la politique et où la mise en œuvre de projets est beaucoup plus rapide qu’au Japon et qu’en Inde. En Inde, la gestion apparaît flexible, mais le système institutionnel est moins bien construit. Au Japon, la dimension économique influe sur la stratégie, mais la gestion y est beaucoup plus lourde, en raison de l’appartenance au CAD, l’obligeant de respecter un certain nombre de réglementations pour l’octroi de l’aide.

6Enfin, l’aide poursuit de multiples objectifs (économiques et commerciaux, symboliques et idéologiques, mise en œuvre des politiques nationale et internationale). Pour les trois pays, la dimension économique comprend avant tout la recherche de ressources pétrolières et de nouveaux marchés pour leurs produits et services. Cependant, la dimension symbolique diverge d’un pays à l’autre. Pour l’Inde, l’aide apportée aux pays en développement pourrait démontrer la fin de son appartenance aux pays les moins avancés et légitimer son poids économique sur la scène internationale. Pour le Japon et la Chine, déjà officiellement reconnus en tant que grands acteurs internationaux, une telle dimension est absente. Enfin, la dimension idéologique est forte dans la politique japonaise cherchant à promouvoir en Afrique de l’Ouest le modèle asiatique de développement, fondé sur les expériences des pays aidés par le Japon après la Seconde Guerre mondiale. Pour la Chine et l’Inde, cette dimension n’existe pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yumiko Yamamoto, « L’aide internationale, au-delà des questions techniques – Les politiques d’aide au développement, à destination de l’Afrique de l’Ouest, de trois pays asiatiques : Chine, Inde, Japon (1997-2010) », Trajectoires [En ligne], 6 | 2012, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1018

Haut de page