Navigation – Plan du site
SynThèses

Une maladie sans avenir. Anthropologie de la tuberculose en France et en Allemagne

Thèse de doctorat d’anthropologie, sous la direction de Didier Fassin et de Stefan Beck soutenue le 20 novembre 2012, École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et Humboldt-Universität zu Berlin
Janina Kehr

Texte intégral

1La tuberculose a cessé d’être un fléau il y a un demi-siècle en France comme en Allemagne. « Vaincue » par le double progrès social et médical dans les années 1950 et 1960, cette maladie infectieuse est aujourd’hui une préoccupation marginale du pouvoir politique et des institutions de santé publique dans les deux pays – contrastant ainsi avec la situation à l’échelle mondiale, où elle constitue depuis deux décennies un nouveau défi médical et sanitaire. A travers une ethnographie comparative en Ile-de-France et à Berlin, menée auprès des professionnels de santé et de leurs patients dans trois services hospitaliers et trois centres de lutte anti-tuberculose, ma thèse s’attache à comprendre la manière dont la tuberculose, cet « objet disparaissant » (Marshall Sahlins), est problématisée, traitée et prise en charge en pratique aujourd’hui. Trois questionnements, à l’aune desquels cette maladie a été suivie dans les domaines de la clinique et de la santé publique, ont guidé ce travail. Comment une maladie du passé existe-elle dans un monde tourné vers l’avenir et le progrès ? Comment une maladie sociale est-elle traitée dans le domaine biomédical ? Comment une maladie associée à l’« ailleurs » est-elle contrôlée « ici » ? En articulant une ethnographie des activités thérapeutiques et sanitaires avec une enquête sur l’histoire, la démographie et la déontologie des professionnels de chaque lieu de traitement, ma thèse met en évidence la manière dont les résidus du passé et les pratiques sociales et politiques s’agencent localement en biomédecine clinique et en santé publique ; elle décrit la réactualisation d’anciennes politiques sanitaires telles qu’elles sont déployées aux marges de l’État dans deux pays européens aujourd’hui ; enfin, elle dévoile les enjeux sociaux, éthiques et politiques qu’engendrent le traitement et le contrôle d’une maladie sociale en déclin, en enquêtant sur un champ – la médecine – qui est davantage scientifique, technologique et axé sur le futur. En somme, à travers une anthropologie de ses pratiques de traitement ordinaires, la thèse fait apparaître l’existence ambivalente de la tuberculose en France et en Allemagne, oscillant entre pathologie sociale, affection du passé et maladie de l’Autre. Ce travail montre ainsi en quoi la tuberculose est pensée comme une maladie sans avenir pour ces deux pays « modernes » et médicalisés, l’expression heuristique « sans avenir » articulant ses trois modes d’existence – maladie sociale, maladie du passé et maladie de l’Autre.

2La thèse entière est traversée par une « optique comparative » (Knorr-Cetina), bien que la comparaison ne soit pas la problématique principale. L’approche méthodologique peut ainsi être caractérisée comme un « suivi » de la tuberculose sur différents lieux de traitements, dans un esprit d’ethnographie « multi-site » (George E. Marcus). Dans la thèse, les différences entre la France et l’Allemagne, comme leurs orientations politiques et économiques communes, constituent des contextes d’interrogation. Ce sont des « cadrages » qui permettent de réaliser une ethnographie de la tuberculose dans les deux pays et d’esquisser une anthropologie des deux pays. Le suivi de la maladie sur des sites comparables dans les deux pays sert ainsi à mettre en question de manière critique l’importance du cadre national même et oblige à placer les différences et les similitudes observées dans chaque contexte ethnographique local.

3La thèse est composée de deux parties, chacune comportant un chapitre contextuel – appelé cadrage – et quatre chapitres ethnographiques. Dans la première partie de la thèse, intitulé « Pratiques thérapeutiques », je montre ce qu’est la tuberculose en biomédecine et ce qu’est la pratique biomédicale et thérapeutique à travers le prisme de la tuberculose. Dans la deuxième partie, intitulé « Dispositifs sanitaires », le terme foucaldien « dispositif » est utilisé pour concevoir la lutte contre la tuberculose comme un ensemble d’interventions sanitaires publiques, pouvant être qualifiées d’une double biopolitique du care et du contraint. Je considère que cette politique de contrôle et de prévention de la tuberculose est une actualisation de la manière ancienne de contenir la propagation d’une maladie infectieuse et d’aspirer à « prendre soin » (Fürsorge) de certains groupes particulièrement touchés – définis aujourd’hui comme « à risque ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Janina Kehr, « Une maladie sans avenir. Anthropologie de la tuberculose en France et en Allemagne », Trajectoires [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1098

Haut de page

Auteur

Janina Kehr

j.kehr@mhiz.uzh.ch

Haut de page