Navigation – Plan du site
SynThèses

Les engagements politiques de la presse des expulsés de Silésie : l’exemple du Grafschafter Bote

Thèse de doctorat en études germaniques, soutenue le 7 décembre 2012, Université de Bourgogne (Dijon)
Lionel Picard

Texte intégral

1Cette thèse s’intéresse aux Allemands expulsés de l’est à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Si le sujet a déjà été largement étudié sous bien des aspects, il en est un qui n’a donné lieu qu’à de brèves études ou n’est mentionné qu’à la marge de travaux de grande envergure. En effet, la multitude des journaux publiés par les expulsés n’est souvent évoquée que pour servir de sources à des études qui les considèrent comme la « voix des expulsés ». Or, ces journaux ont joué un rôle extrêmement important pour les expulsés, depuis leur arrivée dans les zones d’occupation des Alliés jusqu’à aujourd’hui. Afin de favoriser l’expression publique des expulsés et de maintenir vivants les liens existant entre les différentes communautés, une presse extrêmement vivante et diversifiée a vu le jour dans les années suivant l’expulsion. Signe de la vigueur du phénomène et de l’importance que les expulsés accordent à ces journaux, certains existent encore au début du 21ème siècle, soit près de 70 ans après l’expulsion et alors que le nombre des personnes l’ayant vécue se réduit fortement. En effet, malgré le temps qui passe, les expulsés continuent d’occuper le devant de la scène politique allemande et se retrouvent régulièrement au cœur de polémiques liées entre autres à l’interprétation historique du passé ou à la commémoration de l’expulsion.

2Ce travail de recherche se propose d’analyser le contenu de l’un de ces journaux, le Grafschafter Bote, journal paraissant sans interruption depuis 1950. Destiné aux Allemands expulsés du petit territoire du Comté de Glatz en Silésie, il est aujourd’hui, par son tirage et son influence, l’un des plus importants journaux de la presse des expulsés. En s’appuyant sur tout ce qui relève de la sphère politique dans ce journal, la thèse vise à établir les contours idéologiques d’un journal par nature tourné vers le passé mais aussi confronté à la réalité du présent. De tournants historiques en défaites politiques, les expulsés se sont pour la plupart intégrés dans la société de RFA en renonçant à retrouver leur terre natale et en abandonnant l’espoir d’un retour. Quant au Grafschafter Bote, malgré l’échec de ses revendications, il continue inlassablement son combat pour que les perdants de l’histoire que furent les expulsés, trouvent une juste place dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et celle du 20ème siècle et que leur destin longtemps oublié ou passé sous silence soit pleinement reconnu.

3Après une longue introduction qui s’efforce de brosser un tableau aussi complet que possible de l’ensemble des journaux des expulsés, la pertinence du choix du Grafschafter Bote comme source principale de la thèse est soulignée par des motifs reposant à la fois sur le rôle du journal parmi l’ensemble des publications et sur la personnalité de ses rédacteurs principaux et de leur engagement parmi les associations représentatives des expulsés.

4La thèse s’articule en trois parties. La première s’intéresse au regard que le journal porte sur le passé et sur la lecture qu’il fait de l’histoire (responsabilité du déclenchement de la guerre, responsabilité de l’expulsion), tandis que la deuxième analyse les rapports du journal avec le présent (relations du journal avec les médias, image de la classe politique, relations avec la minorité vivant en Pologne) et que la dernière analyse comment le journal envisage l’avenir pour les expulsés (construction européenne, transmission de l’héritage culturel aux jeunes générations, relations avec la Pologne et les nouveaux habitants de la Heimat) et les revendications qu’il n’a cessé de porter (réparations, droit au retour). Car tout au long de son histoire, le Grafschafter Bote fait preuve d’une étonnante constance dans ses rapports avec la Pologne et avec l’histoire. Tandis que la politique du gouvernement et les rapports diplomatiques germano-polonais évoluent avec le temps, le Grafschafter Bote reste inflexible et continue de défendre les expulsés comme si le temps n’avait aucune emprise sur le journal. Souvent, il apparaît que c’est moins l’objet des revendications que le goût de la polémique qui justifie l’action d’un journal qui a fait d’un combat contre l’oubli sa raison d’être.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Picard, « Les engagements politiques de la presse des expulsés de Silésie : l’exemple du Grafschafter Bote », Trajectoires [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1100

Haut de page

Auteur

Lionel Picard

lionel.picard@u-bourgogne.fr

Haut de page