Navigation – Plan du site
SynThèses

Auf dem Weg zu Souveränität und Westintegration (1948-1955). Der Beitrag des Völkerrechtlers und Diplomaten Wilhelm Grewe

Thèse de doctorat en études germaniques, sous la direction de Jean-Paul Cahn et Bernd Wegner, soutenue le 11 septembre 2012, Université Paris-Sorbonne et Helmut-Schmidt-Universität Hamburg
Ruth Lambertz-Pollan

Texte intégral

1Juriste, professeur d’université, diplomate – Wilhelm Georg Grewe est un homme aux multiples facettes. Lui-même aime se décrire comme un juriste évoluant « sur la scène diplomatique » et il aspire à se mettre, selon l’intitulé des mélanges qui lui sont consacrés, « au service de l’Allemagne et du droit ».

2Son champ d’action reflète bien la « grande politique » de son époque : il assiste à nombre de discussions et conférences décisives pour l’avenir de la République fédérale, dont les résultats sont bien connus, mais dont le déroulement au jour le jour l’est moins. Retracer son activité permet ainsi d’appréhender le processus de mise en place des grandes orientations politiques des années 1948-55 ainsi que la dynamique entre Allemands et Alliés, les ressentiments et préjugés de part et d’autre, mais également la volonté d’aboutir à des compromis et à des accords. L’analyse de son travail diplomatique révèle en outre la dynamique entre les trois puissances, leurs points communs et leurs différences sur le plan de la politique étrangère.

3L’exemple de Wilhelm Grewe permet donc, sous la forme d’une étude de cas, d’apporter un éclairage nouveau sur une époque déjà bien analysée par l’historiographie : il s’agit de mettre l’accent sur le rôle de l’un de ceux qui œuvrent discrètement en coulisses mais n’en influencent pas moins l’histoire.

4Entre 1948 et 1955, la souveraineté est au cœur des préoccupations du gouvernement fédéral et donc, ès qualités, de Wilhelm Grewe. Ce travail de thèse analyse sa contribution au regain de la souveraineté allemande et à l’intégration à l’Ouest et examine quelle perception de son époque se reflète dans l’activité de Grewe. Une importance particulière est accordée à l’analyse du processus du travail politique et juridique au quotidien ainsi qu’à l’influence concrète de Wilhelm Grewe en tant que personnage de second rang sur le processus décisionnel. Sa marge de manœuvre au plan national et international ainsi que l’évolution de son rôle au fil des ans constituent un autre volet de cette étude. Enfin, la question de l’influence réciproque du droit et de la politique est primordiale pour l’interprétation du rôle de Grewe.

5Les papiers personnels de Grewe (Politisches Archiv des Auswärtigen Amts et Max-Planck-Institut für europäische Rechtsgeschichte) constituent la partie la plus importante du corpus utilisé pour ce travail. Les fonds du Bundesarchiv ainsi que ceux de la Stasi ont été précieux pour l’analyse des années de formation de Grewe. Les documents conservés à l’Archiv für christlich-demokratische Politik se sont avérés spécialement utiles pour recouper les informations trouvées dans les fonds cités plus haut. Wilhelm Grewe considérant l’influence des Américains comme primordiale, la priorité pour l’analyse de la diplomatie occidentale a été donnée aux archives nationales américaines et à celles de l’OTAN.

6Afin de mettre en évidence l’évolution du rôle de Grewe, le travail suit une approche chronologique. Après un aperçu de son activité sous le Troisième Reich, une première partie est consacrée aux années 1948-50, au cours desquelles il s’engage en tant que chercheur et universitaire en faveur d’une base juridique pour les relations avec les Alliés sous forme d’un statut d’occupation (en rédigeant notamment Ein Besatzungsstatut für Deutschland en 1948).

7En 1951, Konrad Adenauer lui confie la direction de la délégation chargée de négocier le Traité Général sur l’Allemagne (Deutschlandvertrag). Wilhelm Grewe use à la fois d’astuces juridiques et de pragmatisme politique afin d’atteindre, dans la mesure du possible, les objectifs du chancelier. Il est essentiellement impliqué dans les discussions sur les questions de la souveraineté allemande, de l’autorité suprême, des droits réservés des Alliés, ainsi que sur une garantie de sécurité pour la République fédérale. Le Deutschlandvertrag, intrinsèquement lié à celui de la CED, est signé en mai 1952.

8La ratification des traités mène à des débats houleux au Bundestag, notamment sur les questions de la nation allemande et du réarmement. Wilhelm Grewe est alors chargé de la défense juridique des traités devant le parlement et la cour constitutionnelle. Après avoir assisté à la conférence de Berlin de 1954 en tant qu’observateur Ouest-allemand, il joue de nouveau un rôle important lors de la renégociation du Traité Général à la suite de l’échec de la CED. Sa marge de manœuvre s’accroît alors progressivement : il se consacre davantage aux questions de fond, n’hésite pas à apporter ses propres idées et se charge de moins en moins des tâches fastidieuses de coordination.

9En mai 1955, son travail est couronné de succès : un Deutschlandvertrag remodelé entre en vigueur, le statut d’occupation est aboli, et la République Fédérale rejoint les rangs de l’OTAN et de l’UEO. Anthony Eden déclare à cette occasion : « C'est avec satisfaction que nous tournons une page de l'histoire, c'est avec espoir que nous en commençons une autre. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ruth Lambertz-Pollan, « Auf dem Weg zu Souveränität und Westintegration (1948-1955). Der Beitrag des Völkerrechtlers und Diplomaten Wilhelm Grewe », Trajectoires [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1107

Haut de page

Auteur

Ruth Lambertz-Pollan

ruth.lambertz@gmx.net

Articles du même auteur

Haut de page