Navigation – Plan du site
SynThèses

La caricature antihitlérienne dans la presse satirique allemande de 1923 à 1933

Thèse de doctorat en études germaniques, sous la direction de Françoise Knopper, soutenue le 19 novembre 2012, Université Toulouse-Le Mirail-Toulouse II
Viviane Rouquier-Béragnes

Texte intégral

1Cette étude est orientée sur l’opposition à Hitler avant l’accession du national-socialisme au pouvoir, représentée par quelques cent trente-cinq caricatures politiques extraites de revues illustrées de la presse satirique de la République de Weimar, principalement d’hebdomadaires à diffusion nationale comme Simplicissimus, Kladderadatsch, Der Wahre Jacob, Lachen links et AIZ, et de revues berlinoises ou régionales, comme Ulk, Eulenspiegel, Roter Pfeffer, 8-Uhr-Abendblatt, Die Pleite, Die Sonntags-Zeitung. Ces revues couvrent un large spectre des forces politiques allemandes. La presse satirique « bourgeoise » est aussi bien représentée que les organes de tendance socialiste et communiste.

2La délimitation temporelle du corpus de caricatures tient compte des dates où les caricatures antihitlériennes ont pu être repérées dans la presse consultée. Le terminus a quo en est le 8 novembre 1923 avec des premières - et rares - caricatures en mars, mai et septembre 1923 et le terminus ad quem n’est pas le 30 janvier 1933, date de la nomination de Hitler à la chancellerie, mais le 14 juillet 1933, date de l’instauration du parti unique en Allemagne, ce qui scella l’instauration officielle de la dictature, des caricaturistes engagés aux côtés du SPD ayant bravé la censure le plus longtemps possible, dans un acte d’opposition désespéré, tandis que certaines autres revues tentèrent de s’accommoder du régime et durent se mettre au pas ou bien en furent les victimes.

3Variantes de l’article de journal, souvent de l’éditorial, les caricatures sont ancrées dans l’actualité, ce sont des dessins de circonstance, les dessinateurs commentent l’actualité, la transforment, la déforment en fonction de leur sensibilité, de leur talent artistique et aussi de l’orientation des revues pour lesquelles ils travaillent. Par le recours à l’intermédialité sont pris en compte dessin, légende, article satirique et les discours différents de l’image et du texte.

4Les caricatures, réparties en une alternance d’espoirs et de revers, tendent à montrer que l’ascension de Hitler au cours de cette période n’avait pas été linéaire et qu’à certains moments on aurait pu croire à sa disparition de la scène politique. Les caricaturistes se trouvent en 1923 face à la montée de l’extrémisme hitlérien. Le putsch de novembre 1923 et son échec font appel à leur créativité, ainsi que le procès contre les conspirateurs et la détention de Hitler à la forteresse de Landsberg. La période de 1925-1929 est caractérisée par la stabilisation toute relative de la République de Weimar qui entraîne une quasi-absence de Hitler de la scène médiatique. Puis un regain de notoriété est observé suite à la vague brune de 1930. En 1932, Hitler devient la cible préférée des caricaturistes de la presse républicaine, socialiste et communiste. Ceux-ci pointent du doigt la violence, le caractère criminel et les tendances dictatoriales du mouvement nazi et de son leader. De nombreux dessins témoignent de la grande clairvoyance des caricaturistes. Malgré leur perspicacité ils se font, fin 1932 et début 1933, des illusions sur la possible décomposition du mouvement hitlérien. Peu après la nomination de Hitler au poste de chancelier, quelques caricaturistes courageux continuent de se battre contre la dictature, mais dès avril 1933 revues et dessinateurs qui n’ont pas disparu sont mis au pas.

5L’analyse et le commentaire de ces caricatures tentent de répondre à la question sur l’éventualité d’une reconstitution historique au travers des caricatures antihitlériennes. Elles illustrent la montée du national-socialisme, le rôle de son chef et du parti, du moins par le biais de la critique, puis de l’opposition et de la révolte qu’il a pu susciter au cours des années 1923-1933. Leur décryptage a nécessité la recherche de faits politiques précis auxquels chacune d’entre elles faisait référence et la comparaison de la représentation proposée par la caricature avec les informations et les jugements donnés rétrospectivement par les historiens. Ce jeu de va-et-vient entre le document-source et l’arrière-plan factuel, le référentiel, a aidé à proposer une estimation de l’écho suscité ou non par l’événement politique en question. Toutefois il reste difficile de concevoir une histoire de la montée du national-socialisme et de l’opposition à Hitler avant 1933 à partir des seules caricatures antihitlériennes.

6Une seconde question se pose : peut-on rire de Hitler ? À l’époque, les lecteurs de ces revues, acquis à la sensibilité politique de la rédaction et des dessinateurs, ont ri. Quant à nous, avec le recul, sur le plan éthique, notre rire est toujours associé à du malaise, notre regard ne peut plus être insouciant à propos de l’hitlérisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Viviane Rouquier-Béragnes, « La caricature antihitlérienne dans la presse satirique allemande de 1923 à 1933 », Trajectoires [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1109

Haut de page

Auteur

Viviane Rouquier-Béragnes

vivianerouquier@gmail.com

Haut de page