Navigation – Plan du site
SynTHESES

Individus, institutions et discipline aux XVIIIe-XIXe siècles. Le cas des prisons en Saxe

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations préparée en co-tutelle sous la direction de Jacques Revel et Gerd Schwerhoff, EHESS Paris/université technique de Dresde, soutenue le 3 décembre 2005.
Falk Bretschneider

Notes de l’auteur

Paraîtra en 2008 sous le titre : Gefangene Gesellschaft. Eine Geschichte der Einsperrung in Sachsen im 18. und 19. Jahrhundert à l’Universitätsverlag Konstanz.

Texte intégral

1Ce travail se fixe pour objectifs de confronter les recherches existantes sur l’histoire de l’enfermement, tant au plan chronologique qu’au plan des appareils conceptuels, d’en rendre compatibles les aspects apparemment disparates, et d’y adjoindre, par une étude de cas, des connaissances et des précisions nouvelles. Il a en effet pour objet les institutions d’enfermement ainsi que les individus enfermés dans un des territoires de l’Allemagne moyenne, la principauté électorale puis royaume de Saxe. L’étude empirique s’organise autour de deux orientations thématiques : la formation des maisons de correction et de travail (Zucht- und Arbeitshäuser) dans un État princier au début du XVIIIe siècle et leur évolution progressive vers les centrales de détention du XIXe siècle, d’une part, et d’autre part le quotidien et le vécu au sein de ces établissements. Ces deux approches se sont nourries des méthodes et des concepts élaborés au fil des débats auxquels se sont livrés, ces dernières décennies, les historiens et les spécialistes issus de disciplines voisines (histoire du droit, sociologie et philosophie en tête). Elles aboutissent à 3 hypothèses qui constituent le fil directeur de notre travail :

21. L’histoire de l’enfermement et avec elle l’histoire de la peine privative de liberté moderne ne débutent pas avec la transformation du système pénal à la fin du XVIIIe siècle, mais bien avec la lutte contre l’indigence à l’époque moderne.

32. Le processus de « disciplinarisation », qui est souvent lié à l’enfermement moderne, n’est pas uniforme, mais dépend des différents besoins collectifs et individuels. Il ne connaît pas qu’une seule direction (la domination) et ne se réduit pas à un projet homogène.

43. La discipline se réalise dans un espace, dans un cadre précis que sont, dans notre cas, les institutions de l’enfermement. Or, la réalité de ces institutions, leur espace, leurs pratiques, nous semble-t-il, ne se réduisent pas à l’exercice d’une contrainte, homogène dans sa volonté de façonner les individus. Elles ont au contraire constitué tout un monde social de taille réduite et donc des lieux hétérogènes d’échanges sociaux.

5Nous retenons de ce travail 3 propositions :

61. Au commencement était le mendiant, à la fin la prison. La maison de correction est née comme réaction de l’État de « bonne police » face aux dérèglements sociaux de la société de subsistance prémoderne. Ainsi s’est mise en place une structure qui, en Saxe, resta fidèle près de 150 ans durant aux mêmes principes  en ce qui concerne l’organisation de l’espace et du traitement des internés. La continuité se marque par l’usage des mêmes bâtiments, la similarité des emplois du temps quotidiens ou l’usage des instruments disciplinaires, liés à la structure de l’établissement et dirigés principalement, jusque dans la seconde moitié du XIXe siècle, contre le corps des détenus. Au sein de ces structures stables s’opère pourtant un glissement qui affecte les buts qui leur sont assignés (assistance, éducation, redressement, punition, amendement, exploitation économique de la force de travail) et par conséquent la structure des effectifs internés et le caractère même des lieux, qui cessent d’être des combinaisons de maison de correction et d’hôpital pour devenir de purs établissements pénitentiaires. L’histoire de l’enfermement en Saxe reflète ainsi la longue mutation qui découple l’assistance sociale et l’application des peines, mais elle témoigne également de permanences dans la pratique pénitentiaire concrète et dément en particulier la thèse selon laquelle la philosophie des Lumières, en matière de droit pénal, aurait contribué de manière décisive à faire naître la peine de privation de liberté moderne.

72. La discipline ne triomphe pas avec la volonté de discipliner. Les résultats empiriques de ce travail amènent à douter du succès de la discipline. Tout d’abord, l’opposition entre autorités et sujets, qui est au cœur du modèle de la disciplinarisation, est mise en question par les multiples usages que font les sujets eux-mêmes de l’institution. Au XVIIIe siècle surtout, la maison de correction en Saxe a été aussi bien un agent de l’État de police pour remettre les hommes dans le droit chemin qu’une institution d’assistance, largement sollicitée ou acceptée par les malades et les démunis eux-mêmes ou par leurs familles et leurs entourages. Ensuite, le dispositif disciplinaire montre constamment des faiblesses : les objectifs de la discipline se heurtent continûment à des obstacles. Ils ne trouvent jamais l’environnement technique parfait qui leur conviendrait. Espace et discipline sont corrélatifs : les failles de l’espace entraînent à coup sûr des failles de la discipline. Le personnel surveillant est considéré, par l’administration elle-même, comme insuffisant en quantité comme en qualité. En outre, l’aménagement d’un dispositif disciplinaire est coûteux, et les autorités saxonnes, constamment hantées par l’image populaire de la « prison-paradis », ne furent guère disposées à fournir les fonds nécessaires. Ceci se poursuivra au XIXe siècle.

8La prison réelle n’a donc jamais correspondu à la prison imaginée. Le panoptique, la cellule, la surveillance de chaque instant ne sont pas parvenus à s’installer en Saxe. Même dans les années 1850 et 1860, alors que l’administration s’efforce de développer un dispositif digne des technologies pénitentiaires contemporaines, elle ne peut y parvenir en l’absence d’une infrastructure adaptée. Enfin, à aucun moment les internés ne semblent s’être livrés sans résistance à l’assujettissement que le discours disciplinaire leur prescrivait. À maintes reprises, nous avons pu constater qu’ils essayaient de comprendre la logique disciplinaire, de la percer à jour et de l’infléchir vers leurs propres objectifs. Qu’ils n’aient pas toujours réussi et que l’enfermement ait constitué un lieu de violence, de contrainte réelle et de rapports de force inégaux, voilà qui n’est nullement remis en cause par ce que nous avons essayé de montrer ici. Mais nous croyons pouvoir défendre l’hypothèse selon laquelle la volonté qu’a une quelconque autorité d’exercer son pouvoir sur la société ne peut jamais être assimilée avec la réalité de la discipline. Cette corrélation nous paraît trop simpliste.

93. L’enfermement, un lieu de vie. Il en est de même pour les rapports entre individu et institution dans le monde de l’enfermement. Qui s’essaie à identifier dans la maison de correction une « institution totalitaire », doit rapidement constater les limites de ce concept. Pour le XVIIIe siècle, l’idée même est absurde et n’est formulée dans aucune source. Elle l’est certes moins au XIXe siècle, quand règnent, dans les prisons, violence et privation, quand les frontières de l’institution se referment, quand les internés subissent des traitements de caractère expérimental, quand la « science » s’empare d’eux. Mais même à ce moment, l’institution ne réussit jamais à déposséder les internés de toutes leurs capacités d’action. La vie derrière les murs ne se réduit pas à un projet homogène que l’institution fixerait et que les internés se contenteraient de subir et de mettre en œuvre. De même que l’enfermement n’a pas été uniquement un effet du pouvoir, la vie des hommes et des femmes dans la prison n’a pas été uniquement un effet de l’institution.

10La vie continue derrière les barreaux, certes dans des conditions souvent fort défavorables, mais elle n’est jamais complètement coupée du monde social à l’extérieur. Elle n’est pas inscrite dans les seuls rapports de force, mais se poursuit dans des pratiques informelles ou des négociations. La prison réduit les vies, elle les détruit parfois, mais elle ne parvient pas à effacer les interrelations qui sourdent des hommes, de leurs pensées, de leurs convictions, de leurs identités et de leurs actions. Pour d’innombrables internés, la prison a été, comme la maison de correction, un lieu d’injustice, de souffrance et de solitude. Néanmoins, elle a aussi toujours été un lieu de vie, en échange avec la société, et non pas son antipode, et finalement un bon exemple de l’inextinguible puissance d’adaptation de l’être humain à son environnement, afin de le surmonter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Falk Bretschneider, « Individus, institutions et discipline aux XVIIIe-XIXe siècles. Le cas des prisons en Saxe », Trajectoires [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/113

Haut de page

Auteur

Falk Bretschneider

bretschn@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page