Navigation – Plan du site
SynTHESES

Le rôle de la politique russe de Bismarck dans la voie prussienne vers l’unité allemande 1863-1871. Die getäuschte Clio ?

Thèse de doctorat en histoire préparée sous la direction de Jean-Paul Bled, université Paris 4-Paris-Sorbonne, soutenue le 16 juin 2007.
Stéphanie Burgaud

Texte intégral

1Depuis les mémoires d’Otto von Bismarck, ministre-président de Prusse (1862-1871) puis chancelier du Reich allemand (1871-1890), l’histoire des relations internationales retient que l’unification allemande s’est faite autour de la Prusse grâce à la « neutralité bienveillante » russe dans ses guerres successives (contre le Danemark en 1864, l’Autriche en 1866 et la France en 1870). En soutenant la Russie pendant l’insurrection polonaise de 1863, par la signature de la convention militaire dite d’Alvensleben (février), Bismarck s’attirerait la reconnaissance tsariste. Il remporterait une victoire décisive sur la tendance francophile du ministre des Affaires étrangères, Alexandre Gortchakov, désavouée par un Tsar conforté dans ses bons sentiments pour la voisine prussienne.

2La théorie a pour elle les dehors de la logique : Pétersbourg est, tout comme Londres d’ailleurs, de facto invariablement neutre dans les guerres prussiennes des années 1860. Elle a le mérite de désigner une alliée fidèle et une ennemie

3irréductible, la France, à l’heure où les nécessités politiques de l’après 1870 semblent l’imposer. L’histoire tragique de l’Europe centre- et est-européenne avec ses conflits et ses partitions lui confère par la suite le statut de vérité communément admise, de vulgate donc.

4Mais les archives russes, aujourd’hui ouvertes au chercheur, dessinent une tout autre image de l’action tsariste. Jusqu’en juillet 1866, Alexandre II et Gortchakov poursuivent une politique conservatrice. Elle s’oppose donc aux menées d’un Bismarck dont l’objectif est in fine de redessiner la carte germanique, puis mitteleuropéenne, au profit de la puissance prussienne. En tâchant d’organiser une réaction européenne aux événements qui embrasent le Deutsche Bund, d’intervenir dans le règlement des comptes soldés entre Berlin et Vienne, la Neva peut spolier la Prusse des fruits de la victoire arrachée à Sadowa. Le double jeu napoléonien l’empêche d’y parvenir. Après cet échec, elle négocie donc un virage dans sa propre stratégie politique. Puisque l’Europe des traités lui a fait défaut, Gortchakov, en s’appuyant sur les forces du nationalisme, auxquelles le journaliste Mikhail Katkov prête notamment sa plume, souhaite à son tour embrasser le révisionnisme. Il veut réaliser le beau rêve russe depuis la défaite de Crimée : se délier des clauses de la Paix de Paris (1856) concernant la neutralisation de la mer Noire. La démarche unilatérale qu’il prêche avorte, dans un premier temps, en septembre 1866, devant l’hostilité de ses collègues. Elle réussit à l’automne 1870, à la faveur de la guerre franco-allemande, mais sans concertation préalable avec Berlin.

5Cette relecture amène à réviser la place, grandement surévaluée jusqu’ici, de la Russie dans la géostratégie prussienne. En 1863, Bismarck ne cherche pas spécifiquement son amitié ni son alliance. Menée au miroir de l’opinion publique prusso-allemande et des lignes de force de l’échiquier européen, l’analyse des mobiles, du déroulement, des leçons de la Convention Alvensleben le montre : il tente un « coup » politique qui fasse entrer son pays dans le jeu européen et en redistribue les cartes. C’est en ce sens un succès sans qu’on puisse lui prédire plus de postérité. Puis il fait de la France la cible de sa diplomatie pour obtenir l’appui de Napoléon dans la question allemande. Ce choix se paie par la « malveillance russe » de l’été 1866.

6Entre 1867 et 1870, alors que la Russie révise ses priorités diplomatiques, le jeu prusso-russe reste un marché de dupes. Bismarck se garde de tout engagement ferme en faveur de la Neva en Orient pour éviter une guerre européenne. En menant une politique plutôt conciliante avec l’Autriche, de main tendue à Londres, il veut obtenir que le conflit franco-allemand reste localisé.

7Le mythe de l’amitié prusso-russe et de son corollaire, la neutralité bienveillante russe durant la décennie de l’unification allemande, ne résiste pas à l’épreuve des sources. Sa déconstruction laisse apparaître une politique moins flamboyante, où le génie bismarckien, c’est-à-dire l’élaboration, de la Convention Alvensleben à la Galerie des Glaces, d’un plan bien conçu, bien maîtrisé, tendu vers une seule fin, n’a plus sa place.

8L’image moins nette d’une diplomatie plus difficile à cerner car faite de coups et d’à coups, de chances saisies et de dangers inutiles s’y est substituée. Elle dessine surtout une histoire qui n’a plus rien de la linéarité figée dans l’encre de l’ancienne vulgate. Plus qu’à une politique « russe » de 1863 à 1871, Bismarck s’essaie d’abord à une politique du possible (1863), puis à une politique résolument « française » (1864-1866) avant de maintenir une politique d’équilibre (1867-1870).

9Et ces quelques acquis appellent d’autres travaux pour recomposer une histoire des relations internationales que les sources russes mais aussi prussiennes, depuis les ouvertures de la décennie 1990, doivent réécrire différemment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Burgaud, « Le rôle de la politique russe de Bismarck dans la voie prussienne vers l’unité allemande 1863-1871. Die getäuschte Clio ? », Trajectoires [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/114

Haut de page

Auteur

Stéphanie Burgaud

stephanie.burgaud@club-internet.fr

Haut de page