Navigation – Plan du site
SynTHESES

La frontière entre la France et l’Allemagne (1861-2006) : d’une ligne qui sépare au pont qui unit ?

Thèse de doctorat en sociologie et en histoire préparée en co-tutelle sous la direction de Freddy Raphaël et Gerd Krumeich, université de Strasbourg 2-Marc Bloch/université Heinrich Heine de Düsseldorf, soutenue le 19 décembre 2006.
Karen Denni

Texte intégral

1En s’appuyant sur la notion de frontières visibles et invisibles, la thèse analyse la transformation des relations entre la France et l’Allemagne de 1861 jusqu’à nos jours et l’évolution des états-nations vers une collectivité transnationale représentée par l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau. La thèse se divise en 3 parties : un cadre théorique sur les frontières et la nation, une analyse des relations franco-allemandes sur le territoire frontalier Strasbourg/Kehl et un projet d’Eurodistrict transnational.

2Une microanalyse des frontières dans l’espace Strasbourg-Kehl a été privilégiée afin de présenter l’influence des régions frontalières sur la construction des états et des nations. Depuis l’émergence d’une conscience nationale, les relations transrégionales représentent plus que les relations locales, surtout en Alsace avec ses maints changements d’appartenance à une nation, où l’on peut observer l’imbrication des questions régionales et nationales. La construction des états nationaux fournissait à l’Europe des frontières précises qui réglementaient les rapports des peuples, et conduisaient ainsi à une nationalisation des sociétés européennes. Les peuples de part et d’autre des frontières devenaient des sociétés différentes par une politique d’homogénéisation à l’intérieur d’un état et de fermeture vers l’extérieur. L’apparition de l’état-nation instaurait ainsi une interaction idéologique entre l’état et la nation.

3On peut établir de nombreux parallèles entre, d’une part, les bouleversements sociaux et économiques survenus lors de la construction des états nationaux et d’autre part la mondialisation face à laquelle les individus se replient derrière leur état national, espérant par là être à l’abri de tous les effets négatifs du mouvement planétaire. Devant cette mondialisation ressurgissent les mêmes sentiments que pendant la période de forte industrialisation de la fin du xixe siècle : sentiments de crainte de la technologie, de peur de la précarité et de peur d’une perte identitaire. Toutes les caractéristiques de l’actuelle mondialisation étaient alors déjà présents : une globalisation des systèmes de communication, une économie de plus en plus internationale et des armes modernes toujours plus puissantes.

4Le « pont », comme titre de thèse, n’a pas seulement été choisi pour sa tournure métaphorique et pour rendre hommage à Georg Simmel et son essai

5Le Pont et la Porte. Il a servi d’instrument analytique pour examiner les relations franco-allemandes. L’usage du pont reflète bien l’état des relations entre Français et Allemands. Servant le commerce et le transport en temps de paix, il se transforme en rempart stratégique lors des guerres, offrant un moyen de pénétrer le territoire voisin. L’étude diachronique qui s’appuie sur des cartes, des photos, des informations iconographiques, des journaux, des témoignages et des documents d’archives démontre bien le caractère dynamique des frontières. C’est le cas des frontières conflictuelles en 1871, apaisées de nos jours et peut-être transcendées dans un projet transnational. L’analyse des journaux régionaux a permis de découvrir les différentes mentalités régnant au sein de la population frontalière. Les courriers des lecteurs sont autant de témoignages sur l’état d’esprit et le ressenti des citoyens. Il en ressort le changement d’image que la population a pu se faire de la frontière au cours du temps sur plusieurs aspects : la séparation et la convergence, les différences de perception de chaque côté du Rhin, la perception de la frontière dans la vie quotidienne. La période examinée a permis de montrer que la perception et la représentation qu’on se fait des frontières ont beaucoup changé, en corrélation avec le régime politique du moment. Enfin la construction d’un Eurodistrict franco-allemand pourra montrer comment les différences de pratiques sociales, résultat d’une segmentation due à la frontière, pourront se réajuster dans une collectivité transnationale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karen Denni, « La frontière entre la France et l’Allemagne (1861-2006) : d’une ligne qui sépare au pont qui unit ? », Trajectoires [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/116

Haut de page

Auteur

Karen Denni

Karen.Denni@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page