Navigation – Plan du site
Perspectives

Misère et engagement humanitaire en Afrique subsaharienne dans la littérature pour la jeunesse contemporaine : une étude comparative en France et en Allemagne

Élodie Malanda

Résumés

Parmi les représentations de l’Afrique subsaharienne que l’on trouve dans la littérature de jeunesse actuelle, figure celle d’une Afrique synonyme de misère et de violence, largement diffusée par les médias. Dans cet article, je propose de répondre à la double interrogation suivante : existe-t-il des différences notables entre les romans français et allemands pour la jeunesse traitant de problèmes socio-économiques et sanitaires en Afrique subsaharienne ? Et si oui, quelles peuvent en être les causes ? Pour mener à bien ce travail, je m’appuie sur un corpus de romans français et allemands pour la jeunesse, parus entre 1994 et 2010. Ce corpus est soumis à une analyse narratologique et stylistique suivie d’une étude des messages véhiculés à travers les romans retenus.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je vous email d’Afrique (Brocher, 2004), Emails aus Afrika (Heuck, 2007), Binti, une enfance dans l (...)

1L’image, largement diffusée par les médias, d’une Afrique synonyme de misère et de violence, a durablement façonné la vision occidentale du continent africain (Liauzu, 1992 : 452). Elle constitue aujourd’hui une image récurrente dans les romans occidentaux pour la jeunesse qui se déroulent en Afrique subsaharienne. Même si la majorité des romans se situent dans un pays africain clairement identifié, l’utilisation des mots « Afrique » et « africain » sur les quatrième de couvertures, dans certains titres1 mais aussi dans les textes mêmes, indique que le pays présenté est considéré comme ayant une valeur représentative pour le continent entier. Cette représentation réductrice d’une Afrique en proie à tous les problèmes engendre-t-elle les mêmes discours dans les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne, – deux pays dont les rapports historiques et actuels avec l’Afrique subsaharienne diffèrent considérablement, puisque la présence coloniale de l’Allemagne en Afrique a été bien plus courte que celle de la France, et n’a pas entraîné de migration importante d’anciens colonisés vers l’Allemagne ?

2L’hypothèse de divergences entre la littérature de jeunesse (LJ) en France et en Allemagne est controversée. Dans son étude parue dans la revue des livres pour enfants en 2001, Friot constate qu’à première vue « les Allemands privilégient la visée didactique, le message, là où les Français veulent développer le plaisir de lire, et évitent les sujets trop pesants. » (Friot, 2001 : 67) Cela lui semble cependant une opposition caricaturale, éloignée de la réalité du marché littéraire des deux pays. Il rappelle qu’en France on trouve des livres d’éducation citoyenne au même titre qu’en Allemagne, et qu’il existe en Allemagne, tout comme en France, des « collections de pur divertissement. » (Ibid. : 67). Face à la diversité des œuvres publiées dans les deux pays, il conclut donc que « les oppositions [constatées] sont principalement de l’ordre du discours et de la norme » (Ibid : 67). Il juge que ce sont les discours critiques sur la littérature de jeunesse – listes de recommandations, recherches universitaires, présentations des œuvres dans les médias etc. – qui ne sont pas les mêmes en France qu’en Allemagne :

« La préoccupation principale en Allemagne est, pour des raisons historiques évidentes, d’éduquer la jeunesse par la littérature (même si c’est une illusion). En France la préoccupation première est de faire lire, tant est grande la crainte d’un développement de l’illettrisme. » (Friot, 2001 : 67)

3Les œuvres pour la jeunesse dans les deux pays se ressembleraient donc, seuls les critères de valorisation et de classification imposés par les discours critiques qui les accompagnent différeraient.

4Or, il faut se demander si l’hypothèse de l’existence de différences à l’intérieur des œuvres n’a pas été écartée trop précipitamment par Friot. Les romans français et allemands pour la jeunesse sur des sujets tels que la guerre, la pauvreté ou les épidémies en Afrique subsaharienne permettent d’approfondir et de nuancer la conclusion de Friot. Car si ces romans français et allemands se penchent sur les mêmes sujets, il reste à vérifier s’ils les traitent de la même manière.

5Une analyse narratologique et stylistique des romans pour la jeunesse traitant de problèmes socio-économiques, sanitaires et politiques en Afrique subsaharienne, ainsi que l’étude du message de ces romans servira ainsi à identifier d’éventuelles divergences dans le traitement de ces sujets par les romans français et allemands. Il faudra ensuite chercher les causes de celles-ci. Sont-elles le signe de visions différentes de l’Afrique en France et en Allemagne, relèvent-elles de particularités éditoriales, ou sont-elles à chercher du côté de tendances divergentes dans la LJ des pays respectifs ?

  • 2 L’étude du transfert et de la traduction dépassant le cadre de cet article, je me fonde ici uniquem (...)
  • 3 Ce corpus rassemble tous les romans répondant aux critères cités que nous avons trouvés grâce aux r (...)

6Pour étudier ces différences, je m’appuie sur un corpus de seize romans pour enfants et adolescents (6-16 ans), parus en France et en Allemagne2 entre 1994 et 2010 – de l’élection présidentielle de Nelson Mandela au cinquantenaire des indépendances africaines –, dont l’histoire se déroule en Afrique subsaharienne, et dont le thème principal a trait à des problèmes socio-économiques, sanitaires ou politiques3. Les thématiques abordées dans ces romans sont les suivantes :

  • 4 Dans ce roman mettant en scène le tour du monde d’un ballon de foot magique, je me concentre sur le (...)
  • 5 Forme de cécité, aussi appelée cécité des rivières.

Famine

Issa, enfant des sables, (Beaude, 1995)

Réfugiés de guerre

Champ de mines (Mens, 2005) et Nuria, la nomade (Marimbert, 2004)

Génocide rwandais

La mémoire trouée (Combres, 2007), Bienvenue à Goma (Collombat, 2008) et Über tausend Hügel wandere ich mit dir (Jansen, 2003)

Pauvreté, déscolarisation

L’école perdue (Ben Jelloun, 2007), Askalu und ihr Esel Senait (Christemann, 2004), et Tom und der Zauberfußball4 (Klopp et Brück, 2008),

Enfants des rues

Tuso (Schott, 2009), Juma. Ein Straßenkind aus Tansania (Siege, 1998) et Gloria und ihr roter Löwe (Schins, 2008)

Sida

Je vous e-mail d’Afrique (Brocher, 2004), Township Blues (Van Dijk, 2003) et Themba (Ibid., 2006)

Onchocercose5

Emails aus Afrika (Heuck, 2007)

Le « problème africain »

7Alors qu’à la fin des années soixante-dix, Benzing reprochait à la littérature de jeunesse allemande sur l’Afrique de se complaire dans des rêveries exotiques et de ne pas prendre en compte l’actualité africaine (Benzing, 1978 : 80), il existe aujourd’hui, parmi les romans européens pour la jeunesse, un ensemble d’œuvres traitant de ce qu’Attikpoe appelle de façon volontairement provocatrice « das afrikanische Problem » – le « problème africain » :

  • 6 « Le mot clé de 'problème africain' est un terme générique rassemblant guerres civiles, crises poli (...)

« Das Schlagwort vom 'afrikanischen Problem' ist ein Sammelbegriff, der Bürgerkriege, politische Krisen und Verarmung zusammenfasst, womit der afrikanische Kontinent heutzutage konfrontiert ist. Man darf zu bedenken geben, dass diese Probleme nicht das exklusive Los der Schwarzen darstellen. »6 (Attikpoe, 2003 : 136).

8Souvent décriés pour leur misérabilisme (Ibid.), ces romans visent à informer et sensibiliser les jeunes lecteurs à travers des fictions mettant en scène les victimes du « problème africain », ainsi que des personnages – souvent des humanitaires occidentaux – qui viennent en aide à ces dernières. Si les romans français et allemand se ressemblent dans le choix de leurs sujets – guerre, maladie, misère –, ils se distinguent par des tendances divergentes concernant le traitement de ces derniers.

Les différences formelles : réalisme et focalisation

9Les romans sur le « problème africain » abordent des sujets tirés de l’actualité. Or, un point important séparant le corpus français et allemand traitant du « problème africain » est celui de l’ancrage dans la réalité. Le réalisme proche du témoignage des romans allemands s’oppose alors à une approche plus métaphorique choisie par trois des sept romans français étudiés, mettant l’accent sur l’aspect fictionnel de l’œuvre.

10Dans les romans du corpus allemand, les histoires sont placées dans un cadre spatio-temporel concret. Le lieu où se déroule l’histoire est alors clairement nommé, et parfois annoncé dès le titre. Des explications historiques et topographiques, voire des cartes, établissent un lien constant avec le hors-texte et soulignent l’existence réelle de ces lieux. L’histoire est posée comme vraisemblable, voire parfois comme « vraie », comme le précise par exemple le titre de Tuso. Eine wahre Geschichte aus Afrika (Tuso, une vraie histoire d’Afrique) (Schott : 2009). Les auteurs expliquent alors qu’ils relatent le destin d’individus qu’ils ont connus personnellement. Ces propos peuvent être appuyés par des photos et des interviews avec les personnages, dont est inspirée l’histoire.

11Dans trois romans du corpus français – Champ de mines (Mens, 2005), Issa, enfant des sables (Beaude, 1995) et L’école perdue (Ben Jelloun, 2007) – le réalisme s’efface au profit d’un style plus métaphorique. Des sujets d’actualité, comme la famine, la guerre ou le travail des enfants, sont abordés à travers une écriture évitant les effets de réel. Le cadre spatio-temporel y est flou, les repères, brouillés. Les histoires se déroulent dans des lieux isolés, qui sont des microcosmes à la valeur plus métaphorique que réelle. « Le village sans nom » dans L’école perdue, l’absence de toponymes dans Champ de mines et le paysage mouvant et transfrontalier du désert dans Issa, enfant des sables situent les histoires de ces romans dans des lieux sans référent identifiable dans le hors-texte. Là où les romans allemands se présentent comme des représentations fidèles de la réalité, ces romans se rapprochent davantage du conte et de la parabole. Bien qu’on ne retrouve pas cette approche dans tous les romans du corpus français, celle-ci est importante dans la mesure où je ne l’ai pas trouvée dans le corpus allemand.

12Dans le corpus allemand, la tendance du réalisme documentaire se manifeste également à travers une langue simple et claire, où le style dialogué et la prise en charge de la narration par un personnage de l’histoire participent à créer un effet de reportage. En revanche, dans les romans français cités ci-dessus, le langage se fait poétique. De longs passages descriptifs, les envolées lyriques ou des effets de métrique y mettent en exergue la dimension littéraire du récit. Alors qu’ils évoquent des sujets profondément ancrés dans la réalité, ces romans français semblent rappeler à tout moment : « Ceci est (aussi) un texte ».

13Le parti pris d’une écriture documentaire, proche du témoignage, indique que, dans les romans allemands, la volonté de transmission d’un message clair – notamment celui de la réalité des faits décrits – l’emporte sur la mise en valeur des prouesses poétiques des auteurs. Dans les romans français mettant en évidence le travail sur la langue et la composition du roman, l’aspect littéraire de l’œuvre est aussi important – voire plus – que le message.

  • 7 Le point de vue depuis lequel l’histoire est racontée.
  • 8 Emails aus Afrika (Heuck, 2007) est la seule exception de mon corpus.
  • 9 Romans à la première personne ou focalisation interne.

14Un autre écart formel séparant les deux corpus concerne la focalisation7 et la figure d’identification. Dans les romans allemands la figure d’identification est la victime8. Celle-ci est le personnage principal et en même temps le personnage focalisateur9. C’est à travers les yeux de celui qui subit le problème que le lecteur découvre les joies et surtout les difficultés auxquelles sont confrontés les personnages. Cette perspective narrative est une stratégie d’écriture visant à pousser le lecteur à s’engager contre l’injustice :

  • 10 « Avec l’histoire de Juma, j’aimerais aider les lecteurs et les lectrices à dépasser leur propre mo (...)

« Mit Jumas Geschichte möchte ich den Leserinnen und Lesern helfen, aus ihrer eigenen Erfahrungswelt herauszutreten und Anteil am Leben der Straßenkinder zu nehmen, es zu verstehen und gegen Zustände anzukämpfen, die Kinder dazu zwingen, auf der Straße zu leben und zu sterben. Denn nur so, und davon bin ich überzeugt, können wir etwas verändern. »10 (Siege, 1998 : 161-162)

  • 11 La mémoire trouée et Nuria, la nomade sont ici les exceptions.

15Dans les romans français a contrario la figure d’identification est bien plus souvent un personnage venu d’Europe pour lutter contre la faim, la guerre ou la maladie11. Les victimes sont des anonymes ou des personnages identifiés, mais tenus à distance. Interchangeables, silencieuses, souvent passives, elles sont avant tout des objets d’observation décrits par le narrateur, ou l’objet de la quête du personnage principal – généralement blanc – qui tente de les sauver.

16Or, la thématique du « problème africain » ne donne pas lieu aux mêmes problématiques selon qu’elle est traitée du point de vue de la victime ou de l’agent humanitaire. Quand le personnage principal est l’agent humanitaire, sont mis en avant les obstacles qu’il rencontre dans son combat pour sauver les victimes. Quand le personnage principal est la victime, c’est sa lutte pour la survie qui est privilégiée, – et l’agent humanitaire apparaît alors comme un sauveur omnipotent. Les choix narratifs qui opposent les romans français et allemands sont donc indissociables de leurs messages respectifs. Des différences importantes relatives à la forme influencent donc le fond, et notamment l’engagement de l’œuvre et du lecteur, et le discours sur l’engagement humanitaire occidental.

Différences de contenu : le discours sur l’engagement humanitaire. 

17Les romans sur le « problème africain » sensibilisent le lecteur à une réalité montrée comme injuste et intolérable, et l’invitent à se mobiliser pour un monde meilleur. Cet appel est plus explicite dans les romans allemands que dans les romans français. De même l’engagement philanthrope – surtout l’engagement humanitaire des Occidentaux en Afrique – n’est pas représenté de la même manière dans les deux corpus.

  • 12 Ils apparaissent dans 7 des 9 romans allemands.
  • 13 Township Blues (Van Dijk, 2003) et Askalu und ihr Esel Senait (Christemann, 2004), dans lesquels le (...)

18Les personnages de philanthropes engagés jouent un rôle important dans les romans allemands12. Il s’agit d’agents humanitaires occidentaux, d’organisations locales, dont le financement provient d’Europe, ou simplement d’individus au grand cœur. Ceux-ci n’arrivent généralement qu’à la fin de l’histoire, mais représentent le salut pour les personnages victimes, en leur assurant l’aide dont ils ont besoin. L’engagement humanitaire est donc clairement promu dans les romans allemands, où il est systématiquement montré comme la solution au problème abordé13.

19Ces romans s’inscrivent dans une démarche d’engagement solidaire, assumée et affichée par les auteurs ou/et les maisons d’édition. Ils ne visent pas seulement à sensibiliser le lecteur, mais à le pousser à l’action. Dans Tuso (Schott, 2009), Gloria und ihr roter Löwe (Schins, 2008) et Township Blues (Van Dijk, 2003), les jeunes lecteurs sont ainsi explicitement appelés à faire des dons financiers à des organisations caritatives présentées dans les romans.

20L’engagement n’a pas la même valeur dans les romans français. Des sept romans français étudiés ici, six font intervenir des personnages d’humanitaires au sens large : des médecins, une psychologue, une journaliste partie au Congo « pour agir », (Collombat, 2008) et un maître d’école luttant contre le travail des enfants. À part le maître d’école dans L’école perdue (Ben Jelloun, 2007), tous sont Européens. Or, le discours sur l’engagement humanitaire est beaucoup moins univoque que dans les romans allemands : l’engagement humanitaire y ressemble à un travail de Sisyphe plutôt qu’à une action de sauvetage couronnée de succès. Les obstacles auxquels s’opposent les humanitaires sont exposés en détail, parfois les entreprises de sauvetage se soldent par un échec. Même quand ils parviennent à venir en aide aux victimes, ces humanitaires sont loin d’être les sauveurs tout-puissants que l’on trouve dans les romans allemands. Montrant l’efficacité limitée de l’engagement humanitaire, et ne proposant généralement pas d’alternative à cette forme d’engagement, les romans français n’appellent pas ouvertement le lecteur à s’engager.

21Comment expliquer ces tendances contradictoires ? Ces divergences concernant le discours sur l’engagement humanitaire sont-elles le reflet de conceptions différentes des rapports afro-européens en France et en Allemagne ?

Différences idéologiques, éditoriales ou symptomatiques de traditions littéraires distinctes ?

22L’apparition triomphale d’humanitaires européens dans les romans allemands, n’est pas sans rappeler l’idéologie coloniale du « fardeau de l’homme blanc », selon laquelle l’Occident doit assurer le salut à une Afrique en perdition.

23Cependant, si les romans français arborent un discours plus nuancé sur l’engagement humanitaire occidental en Afrique, il serait hâtif d’en conclure que la vision du monde et des rapports afro-européens se distingue considérablement de celui des romans allemands. La majorité des romans français qui critiquent l’engagement caritatif n’en remettent pas en question la légitimité, mais uniquement l’efficacité. L’idée d’une Afrique dépendant de la bienfaisance des Européens n’y est pas remise en cause. Même si les humanitaires européens rencontrent des difficultés ou échouent, ils confirment l’idée que l’Afrique a besoin d’une aide extérieure, et que pour les Occidentaux, le seul rôle possible dans le drame du « problème africain » est celui du « gentil » – celui qui sauve, ou au moins tente de le faire. L’école perdue de Ben Jelloun, auteur marocain publiant en France, est le seul ouvrage à ouvertement railler cette logique, en évoquant « toutes les personnes généreuses qui font la charité pour que les petits Africains puissent s’instruire » (Ibid. : 39)

24La grande majorité des romans des deux corpus passent sous silence la possibilité d’une responsabilité de l’Occident dans les « problèmes africains » abordés. Le sort des enfants de rue est systématiquement mis sur le compte de l’incapacité de parents violents. La pauvreté est présentée comme une fatalité, et non comme un problème structurel dans lequel l’inégalité entre Nord et Sud joue un rôle important (Senghaas, 1974). De même les intérêts de l’Occident dans certaines guerres du continent africain (Pesnot, 2008) sont généralement tus.

25Il existe cependant des exceptions dans le corpus français. Bienvenue à Goma (Collombat, 2008) et La mémoire trouée (Combres, 2007) évoquent la responsabilité de la France dans le génocide rwandais. Dans L’école perdue (Ben Jelloun, 2007), roman traitant de la déscolarisation et du travail des enfants, non seulement le problème est pris en main par un personnage local, mais il y a également une vraie réflexion sur les raisons de la pauvreté à l’origine de la déscolarisation des enfants :

« C’est cette Afrique qui est pillée par des Blancs et des Noirs, par des gens venus d’ici et d’autres venus d’ailleurs, de loin, de très loin. Notre pays n’est pas pauvre, ses richesses, nous ne les voyons pas, nous n’en profitons pas, elles vont ailleurs, loin du pays » (Ben Jelloun, 2007 : 21).

26Non seulement l’image de l’Afrique comme continent pauvre est ainsi déconstruite, mais le problème de la pauvreté – généralement abordé sous l’angle de la charité – est évoqué dans le contexte des inégalités des rapports Nord-Sud. L’exploitation du Sud par le Nord est illustrée à travers le travail des enfants contre lequel lutte le maître d’école. Au lieu d’aller à l’école, les élèves cousent des ballons de foot pour une marque de sport dont le sigle « ressemble à un grand accent grave peint en blanc sur fond noir. » En liant le sort de ces enfants exploités à une marque de sport connue et à un objet familier du jeune lecteur, l’auteur interpelle directement ce dernier, et révèle en quelle mesure ses modes de consommation ont un impact sur la vie des enfants travailleurs. Le personnage du maître d’école propose ainsi une solution au problème de l’exploitation de ces enfants : « N’achetez pas la sueur des enfants » ! « Ne marchez pas avec des chaussures tachées de sang ! » (Ben Jelloun, 2007 : 56). Il émet ainsi l’idée que l’engagement contre l’injustice dans le monde ne passe pas par la bienfaisance, mais par un changement des modes de consommation. Une idée jamais abordée dans les autres romans pour la jeunesse sur le « problème africain ».

27Grâce à ces romans des quelques rares auteurs – parfois africains, comme dans le cas de Ben Jelloun – publiant en France, portant un regard critique sur les relations afro-européennes, le discours sur le « problème africain » dans la littérature de jeunesse française ne se borne pas uniquement aux discours misérabilistes. Cependant, il serait hâtif de déduire de ces exceptions qu’il existerait une vision fondamentalement différente en France et en Allemagne de l’Afrique subsaharienne et de ses relations à l’Europe. Les causes des divergences dans les deux corpus sont donc également à chercher autre part.

28Certaines de ces différences sont d’ordre éditorial. Trois des quatre romans français faisant de la valeur littéraire un élément aussi important, voire plus important que le message, – L’école perdue, Issa, enfant des sables et La mémoire trouée – sont parus chez Gallimard Jeunesse, dans les collections « Scripto » « Page blanche » et « Folio Junior » mettant l’accent sur la qualité littéraire des textes (Cerisier et Desse, 2008 : 151, 223). Des trois romans échappant à cette tendance, deux sont publiés aux éditions Syros, maison d’édition fondée en 1974 par le Parti Socialiste Unifié. Ces romans rejoignent le corpus allemand dans la valorisation de l’engagement humanitaire – bien que moins triomphaliste que dans la majorité des romans allemands – et la mise en évidence de la dimension référentielle du roman.

  • 14 Nuria, la nomade (Marimbert, 2004) paru aux éditions Syros, est coédité par l’Unicef, et l’organisa (...)

29Le discours sur l’engagement caritatif dans les romans allemands relève également d’une particularité éditoriale : sept des neuf romans allemands sont directement liés à des organisations d’aide humanitaire – un nombre particulièrement élevé, si on le compare au corpus français, dont seul un roman présente un lien direct avec une ONG14. Soit ces ONG éditent/ coéditent le roman ou sont bénéficiaires des recettes de ventes de l’ouvrage, soit les auteurs travaillent pour ces organisations, ou bien les soutiennent et appellent à titre personnel à faire de même. Cela explique, d’une part, le discours élogieux sur l’engagement humanitaire, ainsi que l’appel aux dons ; d’autre part, le fait que dans ces romans, la transmission du message – celui notamment du bienfait du travail des organisations humanitaires – prévaut sur les prouesses langagières.

30Néanmoins, les contextes éditoriaux ne peuvent pas, à eux-seuls, expliquer les divergences dans le corpus français et allemand. Le seul roman français du corpus coédité par une organisation humanitaire – Nuria, la nomade (Marimbert, 2004) – valorise certes l’engagement humanitaire, mais sans triomphalisme, ni appels aux dons. Il faut alors se demander si les liens des romans allemands sur le « problème africain » avec une ONG ne sont pas à interpréter comme symptomatiques d’une tradition littéraire allemande, où LJ et engagement social vont de pair.

  • 15 Réalisme social et critique.
  • 16 « Ecrire à beaucoup à voir avec l’espoir, surtout écrire pour les enfants. Espoir de quoi ? La répo (...)

31L’ancrage résolu dans la réalité, ainsi que les appels à engagement du corpus allemand sur le « problème africain » relèvent des préceptes du « sozialkritischer Realismus »15, né en Allemagne dans les années 1970 et resté dominant jusqu’à nos jours (Wild, 2008 : 349). Ce mouvement littéraire confère à la LJ le rôle de confronter le jeune lecteur à des réalités sociales (Ewers, 2010 : 294) et d’être un outil d’éducation civique (Doderer, 1992 : 54). La LJ est perçue comme ayant une responsabilité et un pouvoir de changer les choses. Ce qui compte est moins l’aspect littéraire du livre pour enfants que son message. « Schreiben ha[t] viel mit Hoffnung zu tun, besonders das Schreiben für Kinder. Hoffnung auf was ? Die Antwort muß lauten : Hoffnung auf die Verwirklichung einer humaneren Gesellschaft »16, déclare Doderer (1992 : 125). L’apologie de l’engagement humanitaire dans les romans allemands analysés ici relève directement de cette fonction de la LJ à mobiliser les jeunes lecteurs à s’engager pour un monde meilleur. Les appels aux dons que l’on trouve dans certains de ces romans témoignent de l’influence des associations caritatives dans l’édition de ces romans, mais ils sont rendus possibles par une littérature qui se veut volontairement actrice sociale.

32En France, l’idée que la LJ puisse servir à préparer le lecteur à son rôle de futur citoyen suscite plus de méfiance : devant l’entrée massive des thèmes de citoyenneté dans la LJ française des deux dernières décennies, Bruno et Geneste déplorent la « dimension moralisatrice » du « roman droit-de-l’hommiste » (Bruno etGeneste, 2008 : 403). Le refus d’un appel explicite à l’engagement de la majorité des romans français étudiés ici s’inscrit dans une tradition française dans laquelle la légitimation d’une œuvre passe par la valorisation de son aspect littéraire et non du message. En France, la « bonne » littérature de jeunesse est celle qui répond aux caractéristiques de la littérature générale (Nières-Chevrel, 2009 : 26, 28). Dans un pays où le risque que la littérature soit considérée comme « sous-littérature ou [comme] paralittérature » (Prince, 2010 : 26) est toujours évoqué dans certains ouvrages critiques aujourd’hui, la lutte pour la légitimité de la LJ passe par la mise en avant de sa valeur littéraire. Les romans qui évoquent le « problème africain » en mettant en évidence leur dimension créatrice autant, voire plus, que leur message, s’inscrivent dans cette logique.

33Le « problème africain » produit des discours différents dans les romans français et allemands pour la jeunesse. Si la vision que les auteurs ont de l’Afrique et les contextes éditoriaux expliquent en partie les divergences entre les deux corpus, celles-ci doivent être mises en rapport avec les traditions littéraires respectives et les fonctions attribuées aux romans pour la jeunesse en France et en Allemagne. La valorisation de la dimension littéraire dans la tradition de la LJ française et celle de la fonction socialisante dans la LJ allemande sont des facteurs qui déterminent profondément la façon dont le « problème africain » est traité dans les romans pour la jeunesse des deux pays. Alors que Friot (2001) réduit les différences entre la LJ en France et en Allemagne à des différences relevant du discours critique sur celle-ci, l’étude des romans pour la jeunesse sur le « problème africain » a montré que dans le corpus donné, la norme et les traditions littéraires ont des conséquences sur la forme et le message des œuvres, et qu’il en résulte ainsi des différences dans les romans mêmes.

34L’influence des traditions littéraires dépasse les romans pour la jeunesse sur le « problème africain ». On la retrouve sous d’autres formes dans les romans défendant une image plus positive de l’Afrique. Dans les romans allemands pour la jeunesse sur l’Afrique subsaharienne, la découverte de cultures africaines et l’éducation à l’antiracisme sont ainsi des sujets récurrents, alors que parmi les romans français pour la jeunesse, beaucoup évoquent une Afrique intemporelle à travers un style imagé inspiré des contes et des fables.

35Bien que face à la diversité des œuvres, on ne puisse pas tracer de séparation figée entre ces romans français et allemands, l’influence des traditions littéraires respectives et des fonctions de la LJ sur ceux-ci est indéniable. Les divergences séparant les corpus étudiés ici illustrent l’importance du contexte sur les œuvres, et rappellent que les romans pour la jeunesse sur le « problème africain », et sur l’Afrique subsaharienne en général, en disent bien plus sur la culture qui les produit que sur celles qu’ils décrivent.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Beaude, Pierre-Marie (1995) : Issa, enfant des sables. Paris (Gallimard Jeunesse, « Page blanche »).

Ben Jelloun, Tahar (2007) : L’école perdue. Paris (Gallimard Jeunesse, » folio junior »).

Brocher, Bénédicte (2004) : Je vous e-mail d’Afrique. Paris (Syros, « Les uns, les autres »).

Collombat, Isabelle (2008) : Bienvenue à Goma. Paris (Rouergue, « doAdo monde »).

Combres Elisabeth (2007) : La mémoire trouée. Paris (Gallimard, « Scripto »).

Christemann, Stefanie, (2004) : Askalu und ihr Esel Senait, Bad Honnef, (Horlemann Verlag).

Heuck, Sigrid (2007) : E-mails aus Afrika. Stuttgart (Thienemann).

Jansen, Hannah (2003) : Über tausend Hügel wandere ich mit dir. Eine erschütternde Kindheit in Afrika. München (Knaur).

Klopp, Ulla, Brück, Dietmar (2008) : Tom und der Zauberfußball. Hamburg (Carlsen).

Mens, Yann (2005) : Champ de mines. Paris (Thierry Magnier, » Romans- Petite Poche »).

Marimbert, Jacques (2004) : Nuria, la nomade. Paris (Syros « Les uns, les autres », Unicef).

Schott Hanna (2009) : Tuso. Eine wahre Geschichte aus Afrika. Leipzig (Klett Kinderbuch).

Schins Marie-Thérèse (2008) : Gloria und ihr roter Löwe. Eine Kindheit in Ghana. Osnabrück (Terre des hommes).

Siege, Nasrin (1998) : Juma. Ein Straßenkind aus Tansania. Weinberg (Beltz&Gelberg).

Van Dijk, Lutz (2003) : Township Blues. München (cbt).

--- (2006) : Themba. München (cbt).

Littérature secondaire

Attikpoe, Kodjo (2003) : Von der Stereotypisierung zur Wahrnehmung des ‚Anderen‘. Zum Bild der Schwarzafrikaner in neueren deutschsprachigen Kinder und Jugendbüchern. Francfort/Main (Peter Lang).

Benzing, Brigitta (1978) : « Das Land war immer besser als die Leute. Afrika und Afrikaner im Kinder - und Jugendbuch. » in Becker, Jörg et Rosemarie Rauter, Die dritte Welt im Kinderbuch.1967-1977. Wiesbaden (Akademische Verlagsgesellschaft), pp. 58-89.

Bruno, Pierre et Philippe Geneste (2008) : « Le roman pour la jeunesse » in : Escarpit, Denise, La littérature de jeunesse. Itinéraires d’hier à aujourd’hui. Paris (Magnard).

Cerisier, Alban et Jacques Desse (2008) : De la jeunesse chez Gallimard. 90 ans de livres pour enfants. Un catalogue. Paris (Gallimard/Libraires associés).

Doderer, Klaus (1992) : Literarische Jugendkultur : Kulturelle und gesellschaftliche Aspekte der KJL in Deutschland. Weinheim (Juventa).

Escarpit, Denise, Vagné-Lebas, Mireille (1988) : Littérature d’enfance et de jeunesse : états des lieux. Paris (Hachette Jeunesse).

Ewers, Hans-Heino (2010) : Erfahrung schrieb's und reicht's der Jugend. Geschichte der deutschen Kinder- und Jugendliteratur vom 18. bis zum 20. Jahrhundert. Francfort/Main (Peter Lang).

Friot, Bernard (2001) : « La littérature de jeunesse : un thème privilégié pour le dialogue franco-allemand », Revue des livres pour enfants, 198, avril 2001, p. 63-67.

Liauzu, Claude (1992) : Race et civilisation. L'autre dans la culture occidentale. Anthologie critique, Paris (Syros).

MacCann, Donnarae et Yulisa Amadu Maddy (2009) : Neo-Imperialism in Children’s Literature About Africa. A Study of contemporary Fiction. NY & Londres (Routledge).

Nières-Chevrel, Isabelle (2009) : Introduction à la littérature de jeunesse. Paris (Didier Jeunesse).

O’Sullivan, Emer (2000) : Kinderliterarische Komparatistik. Heidelberg (C.Winter).

Prince, Nathalie (2010) : La littérature de jeunesse, Paris (A. Colin).

Pesnot, Patrick, (2008) : Les dessous de la Françafrique : les dossiers secrets de monsieur X. Paris (Nouveau monde).

Senghaas, Dieter (1974) : Peripherer Kapitalismus. Analysen über Abhängigkeit und Unterentwicklung. Francfort/Main (Suhrkamp).

Wild, Reiner (2008) : Geschichte der deutschen Kinder-und Jugendliteratur, Stuttgart (J.B Metzler).

Haut de page

Notes

1 Je vous email d’Afrique (Brocher, 2004), Emails aus Afrika (Heuck, 2007), Binti, une enfance dans la tourmente africaine (Ellis, 2004) etc.

2 L’étude du transfert et de la traduction dépassant le cadre de cet article, je me fonde ici uniquement sur les romans pour la jeunesse parus en langue originale, en excluant artificiellement les ouvrages traduits.

3 Ce corpus rassemble tous les romans répondant aux critères cités que nous avons trouvés grâce aux recherches dans plusieurs catalogues de référence de la littérature de jeunesse. Sans être exhaustif, il nous semble donc représentatif.

4 Dans ce roman mettant en scène le tour du monde d’un ballon de foot magique, je me concentre sur le chapitre sur le Malawi, unique épisode du roman se déroulant en Afrique.

5 Forme de cécité, aussi appelée cécité des rivières.

6 « Le mot clé de 'problème africain' est un terme générique rassemblant guerres civiles, crises politiques et pauvreté, auxquelles le continent africain est confronté aujourd’hui. On peut objecter que ces problèmes ne sont pas le lot exclusif des Noirs. » 

7 Le point de vue depuis lequel l’histoire est racontée.

8 Emails aus Afrika (Heuck, 2007) est la seule exception de mon corpus.

9 Romans à la première personne ou focalisation interne.

10 « Avec l’histoire de Juma, j’aimerais aider les lecteurs et les lectrices à dépasser leur propre monde d’expériences, et à prendre part à la vie des enfants de rue, à la comprendre et à lutter contre des conditions qui obligent les enfants à vivre et à mourir dans la rue. Car c’est ainsi seulement, j’en suis convaincue, que nous pourrons changer quelque chose. »

11 La mémoire trouée et Nuria, la nomade sont ici les exceptions.

12 Ils apparaissent dans 7 des 9 romans allemands.

13 Township Blues (Van Dijk, 2003) et Askalu und ihr Esel Senait (Christemann, 2004), dans lesquels les personnages n’attendent pas une intervention extérieure pour se battre contre le problème auquel ils sont confrontés, constituent ici les exceptions.

14 Nuria, la nomade (Marimbert, 2004) paru aux éditions Syros, est coédité par l’Unicef, et l’organisation est présentée à la fin du livre.

15 Réalisme social et critique.

16 « Ecrire à beaucoup à voir avec l’espoir, surtout écrire pour les enfants. Espoir de quoi ? La réponse doit être : l’espoir de la réalisation d’une société plus humaine »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Malanda, « Misère et engagement humanitaire en Afrique subsaharienne dans la littérature pour la jeunesse contemporaine : une étude comparative en France et en Allemagne », Trajectoires [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1174

Haut de page

Auteur

Élodie Malanda

Doctorante en littérature à l’université Paris III, Sorbonne Nouvelle, FNR Luxembourg, elodie.malanda@gmail.com

Haut de page