Navigation – Plan du site
SynTHESES

La Question franque. Analyse historiographique des discours français et allemands de 1815 à 1996 autour de la question du peuplement mérovingien et de la notion de peuple

Thèse de doctorat en histoire préparée en co-tutelle sous la direction de Régine Le Jan et Hans-Werner Goetz, université de Lille 3-Charles de Gaulle/université d’Hambourg, soutenue le 9 décembre 2006.
Agnès Duffaut-Graceffa

Texte intégral

1Depuis l’époque moderne, la question de la fin de l’Empire romain d’Occident, de l’origine politique et du fondement ethnique des nations françaises et allemandes dans ce que l’on appelle Antiquité tardive ou très haut Moyen âge, constitue un miroir du pouvoir et de la nation et une énigme historique. La controverse historiographique sur la question franque éclate au XVIIIe siècle entre un parti nobiliaire dit « germaniste », et un parti monarchiste catholique dit « romaniste ». Cette alternative dominerait depuis l’historiographie européenne, entre les partisans d’une conquête instaurant une rupture, et les défenseurs d’une continuité du pouvoir et de son exercice. L’analyse des écrits majeurs des historiens de métier allemands et français permet de proposer une grille de lecture plus complexe. Elle a été rendue possible grâce au repérage systématique de la production scientifique consacrée à la question, et par l’analyse préalable des contextes institutionnels, scientifiques et terminologiques : les historiens de métier ont dû, dans un premier xixe siècle, organiser leur propre discipline en se constituant en communauté, et procéder à une mise en place tout aussi scientifique de leur matière première, les sources écrites. Cet effort renvoie également à la dimension symbolique de l’écrit comme indice culturel et de la langue comme lieu par excellence de l’identité nationale. La présentation du développement connexe d’autres disciplines, essentiellement l’archéologie et l’histoire de l’art, et des lieux secondaires de production du savoir par rapport à l’Université, notamment les sociétés savantes, renforce cette idée de la place spécifique de l’histoire en tant que science produite par des spécialistes, dont le discours apparaît comme une autorité. Enfin, l’inventaire des mutations sémantiques des termes du peuplement démontre que les mêmes mots, à des époques distinctes, ne renvoient pas aux mêmes champs lexical et notionel.

2Trois périodes se distinguent, dominées par des paradigmes divergents : la première se caractérise par une approche politique de la nation, de 1815 à 1870 ; dans la seconde, de 1870 à 1945, c’est le critère ethnique qui domine le discours, sous l’influence du développement de l’archéologie et de l’anthropologie physique, mais également de la géographie et de la démographie ; pour la troisième enfin, depuis 1945, le critère central devient celui de culture et de communauté. Au cours de ces deux siècles, des tendances se maintiennent et il est possible de définir trois courants par pays. Pour la France, les continuationistes ou partisans d’une continuité strictement romaine forment le premier courant. L’historiographie catholique s’y rattache en partie en mettant au centre de son propos l’unité du modèle culturel chrétien ; deuxièmement, les défenseurs d’une mutation de la civilisation, qui estiment que l’apport des barbares est réel et évaluable à long terme ; troisièmement, les partisans de ce que l’on peut nommer une continuité « gauloise », pour lesquels la logique du territoire prévaut. Pour l’historiographie allemande les trois courants sont les suivants : premièrement les partisans d’une continuité germanique, pour lesquels la culture barbare s’est maintenue face à l’attirance du modèle romano-chrétien ; deuxièmement, ceux qui reconnaissent la réalité de la culture antique dite germanique mais soulignent sa mutation par la rencontre avec la romanité ; troisièmement enfin, ceux qui minimisent ou nient la notion de germanité et avancent au contraire la réalité d’une influence romaine déjà fortement présente, dans les premiers siècles de notre ère, sur les habitants des territoires dits allemands.

3Outre cette rationalisation du spectre historiographique allemand et français moderne en matière de très haut Moyen âge, trois points se trouvent ainsi démontrés :

  1. la complexité des transferts entre les historiens français et allemands, qui se lisent, se traduisent, se critiquent, s’interprètent et s’inspirent mutuellement tant pour ce qui est de l’analyse que de la méthode. Cette dynamique constante permet de dépasser les moments de crises historiographiques que constituent les conflits franco-allemands ;

  2. un réinvestissement systématique des problématiques contemporaines s’observe dans le discours de l’historien (« contamination par le présent ») ;

  3. il existe une véritable éthique de l’historien moderne : le fonctionnement des historiens professionnels en communauté scientifique a permis d’éviter globalement la perversion, notamment nazie, de leur discours, et la définition politique ou culturelle du mot de peuple a toujours prévalu sur celle, non historique, de race.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Duffaut-Graceffa, « La Question franque. Analyse historiographique des discours français et allemands de 1815 à 1996 autour de la question du peuplement mérovingien et de la notion de peuple », Trajectoires [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/118

Haut de page

Auteur

Agnès Duffaut-Graceffa

agnes.graceffa@wanadoo.fr

Haut de page