Navigation – Plan du site
La condition animale

Analyse critique et alternative éthique. La société autrichienne et les fonctions des figures animales dans l’œuvre d’Ilse Aichinger

Noémi Pineau

Résumés

L’œuvre littéraire de l’auteure autrichienne Ilse Aichinger (1921- ) met en scène des figures animales multiples et particulièrement variées. Cet article interroge les fonctions de la représentation des animaux en cherchant à déterminer dans quelle mesure ceux-ci deviennent un miroir critique ou un modèle pour la société humaine autrichienne après 1945 dans le texte littéraire, et ce par trois aspects : la relation au passé, le rapport au savoir et les relations sociales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Celles-ci peuvent être exotiques (telle la girafe de Die Schwestern Jouet), appartenir au quotidien (...)

1La représentation des animaux constitue un sujet encore peu traité en tant que tel dans la littérature secondaire sur Ilse Aichinger, bien que ce type de personnages occupe une place importante au sein de ses créations. Tout d’abord sur un plan quantitatif, dans la mesure où l’auteure fait intervenir de manière récurrente, et parfois en tant que protagonistes, les figures animales les plus diverses1 dans ses textes littéraires. L’analyse typologique de ces animaux démontre par ailleurs un recours régulier aux moins conventionnels, aux plus décriés d’entre eux, à l’image du cochon mis en scène comme le fidèle compagnon d’Hérode dans le récit éponyme du recueil Eliza Eliza (Aichinger, [1965] 2004 : 60-75).

  • 2 Parmi les nombreux exemples littéraires, on pense évidemment à La Ferme des animaux de George Orwel (...)
  • 3 Je renvoie par exemple aux chapitres introductifs de l’ouvrage de Christophe Cervellon, L’Animal et (...)

2Ce poids des figures animales semble indiquer qu’elles revêtent une fonction particulière chez cette auteure et il convient dès lors de chercher à préciser avec quels enjeux et questionnements celles-ci coïncident. Depuis l’Animal turn, la recherche académique réinterroge la représentation de l’animal en le plaçant en perspective avec l’homme. Une partie de la littérature secondaire interprète ainsi sa mise en scène en littérature comme une forme de reflet des sociétés2 ou de la condition humaine qui peuvent aussi perdre leur caractère d’évidence grâce au regard extérieur que l’animal pose sur elles. L’altérité poussée à l’extrême des figures animales permet dans tous les cas de questionner radicalement les forces ou les défaillances de l’humain et de ses communautés. Il paraît donc productif de saisir de façon conjointe l’animal et l’homme qui se définissent en outre nécessairement l’un par rapport à l’autre3 afin de déterminer ce que le premier dit du second.

  • 4 Nous n’évoquerons pas la reprise du conte Der Wolf und die sieben Geißlein par Ilse Aichinger, dans (...)

3Dès lors, on peut considérer que la représentation des animaux peut permettre à l’écrivain de formuler dans le même temps un constat sur l’être humain et par extension sur ses communautés, en mettant en scène l’animal comme un révélateur des forces et des faiblesses humaines par sa valeur d’exemple ou de contre-exemple. Afin de vérifier cette hypothèse dans le cadre de l’œuvre d’Aichinger, nous chercherons à analyser les figures animales au sein de l’ensemble de ses textes littéraires4 et à démontrer ce que celles-ci révèlent de la condition humaine et de la société autrichienne après 1945. Il s’agira tout autant d’évoquer la dimension critique que peut prendre la mise en scène de l’animal que sa possible fonction d’alternative éthique pour le genre humain. Nous aborderons ainsi trois champs thématiques centraux chez cet écrivain par lesquels l’animal permet un jeu de miroir inversé ou à l’identique avec l’homme et ses sociétés : la représentation de leur passé, leur rapport au savoir, ainsi que les relations sociales. Ces trois sujets apparaissent fréquemment dans la production littéraire d’Aichinger à travers des animaux qui soit occupent l’entièreté du texte dont les figures humaines sont absentes, soit ne fonctionnent que comme de discrets éléments de rappel qui mettent néanmoins en perspective les communautés humaines. L’évocation par Aichinger du fonctionnement de la société autrichienne est accompagnée d’une réflexion portant sur l’idéal et les travers de cette organisation, et les notions de représentation du passé et de savoir apparaissent également chez cet écrivain comme indissociablement liées à l’être humain ou aux communautés qui en sont à l’origine.

  • 5 Les persécutions subies par sa famille maternelle juive poussent Aichinger à évoquer régulièrement (...)

4On retrouve dans l’écriture d’Ilse Aichinger un discours touchant à la représentation du passé dans la conscience collective fréquemment évoqué par les écrivains de la Anti-Heimatliteratur. Les figures animales, par leur dimension connotative, permettent de rompre avec le refoulement du passé5 à l’œuvre d’après l’auteure au sein de la société autrichienne en permettant que la mémoire (des proches de l’auteure, des victimes de la Shoah et de la déportation) soit sans cesse réactivée. Elles fonctionnent sur un mode métaphorique comme des renvois récurrents au passé autrichien qui devient l’arrière-plan permanent des textes.

  • 6 Dans notre étude, nous privilégions les textes d’Aichinger qui permettent une lecture métaphorique (...)
  • 7 On entend par réalème une référence au monde réel que le lecteur peut identifier, comme c’est le ca (...)

5Cette fonction se fait jour dans les poèmes d’Ilse Aichinger, principalement dans les recueils Verschenkter Rat (Aichinger, [1978] 2002) et Kurzschlüsse Wien (Aichinger, 2001)6. C’est dans ce dernier recueil sur la ville de Vienne que le désir de lutter contre l’oubli du passé semble le plus présent. Chaque poème évoque en effet un lieu de la capitale autrichienne, à travers des éléments objectifs (tels que des références à des rues ou à des événements historiques) et par les associations individuelles et collectives qui s’y rattachent. Kurzschlüsse Wien présente une carte mentale de la ville de Vienne, le « lieu oscillant toujours entre le réalème7 et les multiples représentations qui s’agencent autour de lui » (Westphal, 2007 : 240). L’un des discours principaux associés aux lieux de Vienne est celui de son passé, et certaines figures animales permettent de réactiver inlassablement la mémoire des lieux évoqués et d’adjoindre une dimension historique aux poèmes.

  • 8 Kurzschlüsse Wien sera désormais indiqué par l’abréviation KW.
  • 9 Au sujet de la subversion de l’oiseau romantique et son chant harmonieux dans la poésie moderne de (...)
  • 10 Le « Je » situe le poème durant l’heure où « personne ne vint » et recherche ceux qui veulent récla (...)
  • 11 Verschenkter Rat sera désormais indiqué par l’abréviation VR.
  • 12 « Ist es nicht ein finsterer Wald, / in den wir gerieten? / Nein, Großmutter, er ist nicht finster, (...)

6A plusieurs reprises dans Kurzschlüsse Wien8, les oiseaux apparaissent ainsi comme des éléments perturbateurs qui contredisent l’image idéalisée de cette ville (présentée comme paisible, harmonieuse) souvent proposée dans le discours collectif et contre laquelle s’inscrit l’écriture d’Ilse Aichinger9. Lorsqu’ils sont associés à une connotation positive, les oiseaux sont parfois symboles classiques de l’enfance et de l’innocence, tels les moineaux des poèmes Börsegasse (KW 17) et Ungargasse (KW 24). Néanmoins, cette connotation n’apparaît jamais comme totalement réalisable dans ses textes poétiques, dans la mesure où elle s’accompagne par exemple d’une réflexion sur l’exil dans Börsegasse qui vient contrer et limiter la candeur de l’enfance. De même, l’innocence des moineaux est mise en perspective au sein d’Ungargasse par leur effroi face à des actes qui semblent relever de la violence humaine. Le plus souvent, les oiseaux permettent de rappeler la réalité historique de Vienne, comme dans Tor zu den Rothschildgärten (KW 45) où le symbole du départ des cigognes (qui annonce l’hiver) fait écho à l’événement au centre du poème, à la mort par lapidation d’une vieille femme qui rappelle la persécution des juifs viennois : « Wer fand sie, erschlagen von hellen, gespaltenen Steinen, überwachsen von Dornensträuchern und von Kies übersät ? Kinder. » De même, dans le poème Philippshof (KW 13), la métaphore du départ des hirondelles quittant leur nid suggère le début de l’hiver et l’allusion à cette saison associée à l’idée de mort répond aux nombreux éléments qui évoquent une disparition10. Dans le recueil Verschenkter Rat11, on retrouve également cette présence dissonante de la figure animale qui permet de placer l’écriture littéraire dans un « après » de la Shoah, notamment dans Winterantwort (VR, 14). Ce poème fait apparaître par la négative le chant des oiseaux qu’il est désormais impossible d’écouter : « keine Augen mehr, / um die weißen Wiesen zu sehen, / keine Ohren, um im Geäst / das Schwirren der Vögel zu hören. » Par ailleurs, la couleur blanche de l’herbe va à l’encontre de la nature vivante qu’Aichinger semble tout d’abord évoquer. Celle-ci est mise en parallèle avec une corporalité qui apparaît torturée : l’absence de lèvres et d’oreilles manifeste avec violence l’impossibilité des perceptions et les joues s’écorchent sur les murs du village. L’innocence disparue est confirmée par les derniers vers du poème qui voient l’enfant devenir le messager de la fin de la nature. Le bois dans lequel la grand-mère et l’enfant pénètrent n’en est, aux dires de ce dernier, pas un12. Ce motif de la forêt évoque, en particulier depuis Buchenwald, des associations funestes et il achève ici de relier l’interprétation de Winterantwort à son contexte historique.

  • 13 La référence aux persécutions endurées par les juifs à Vienne donne à ces poèmes une dimension auto (...)

7Deux autres animaux permettent un renvoi indirect à l’Holocauste dans Kurzschlüsse Wien. Dans l’un des premiers poèmes, Judengasse (KW 12), les chats apparaissent comme les victimes d’un sacrifice. Bien sûr, le terme « Katzenkopf » renvoie à un pavé qui compose certaines rues de Vienne, mais la phrase qui lui fait suite ne laisse aucun doute sur l’association que l’écrivain propose : « Katzenköpfe. / Was unsere Straßen schmückt, sind nicht mehr die Schädel der Opfertiere. Unser Stolz ist vergangen. » Cette image surprenante et violente des crânes des animaux, en association avec le titre du texte, permet de convoquer le souvenir des victimes juives disparues et d’évoquer le rôle de bouc émissaire qui leur a été attribué dans l’Autriche des années trente et quarante13. Ces événements apparaissent dans le poème comme en proie à l’oubli lorsque le sujet conclut avec amertume : « Seither wächst Gras zwischen den Steinen ». Dans le poème suivant, Philippshof (KW 13), la référence à l’agneau pascal (et à sa version pâtissière) semble également constituer une référence aux victimes du national-socialisme. Personne ne souhaite réclamer les corps des animaux et la recherche des responsabilités se révèle être vaine : « Wer wird, wenn die Glasuren von den ungegessenen Osterlämmern springen, noch ihre Leiber wollen ? Sind die Bäcker schuld ? […] Niemand war es, aber der Tag ist da. » On reconnaît ici le travail particulièrement riche d’Ilse Aichinger à partir du matériau langagier. Si elle n’exclut pas un usage classique des métaphores, lorsqu’elle associe par exemple l’enfance à l’innocence, l’auteure en détourne volontiers certaines comme dans ce poème ou elle s’essaie à en créer de plus surprenantes.

  • 14 « […] die toten Fische sind leicht zu erkennen; sie schwimmen mit den Bäuchen nach oben. » (KW 35)
  • 15 « Erst wenn die Fische sich wenden, darf er wieder sprechen. Wenn das Licht sinkt, werden auch die (...)

8Plusieurs figures animales sont par ailleurs marquées dans les poèmes par des connotations morbides plus évidentes qui rappellent la douloureuse histoire de Vienne. Les corbeaux de Josefstadt (KW 41) se font les messagers de la noirceur de la ville (« Raben am grauen Himmel ») et répondent au paysage morose qui est esquissé (« die Mauern der Spitäler, Gefängnisse »). Dans le poème Im Werd (KW 30), ce sont des « mouches vertes », associées comme les corbeaux à la mort et à la décomposition des corps, qui accueillent le promeneur, et les poissons de Bei der Rossauerkaserne qui « nagent le ventre tourné vers le haut14 » et suggèrent l’empoisonnement du fleuve. Dans ce dernier poème, c’est ce lieu de Vienne tout entier qui semble prendre une dimension morbide par association avec divers éléments : l’église demeure muette, le soleil brille timidement et les branches des arbres sont nues. Les strophes suivantes évoquent un possible retournement et une renaissance15, mais celle-ci ne se révèle être que l’objet d’un espoir et demeure à l’état de simple potentialité.

  • 16 Eliza Eliza sera désormais indiqué par l’abréviation EE.
  • 17 On note qu’Aichinger utilise ici des animaux habituellement peu usités en littérature. Cette tendan (...)
  • 18 « […] sobald es zu hageln begann, lagen sie wie Blöcke im nassen Sand und wechselten die Farbe. » ( (...)
  • 19 Ainsi leur premier départ : « Nach hundertfünf Jahren begannen die Hasen unruhig zu werden, sie rot (...)
  • 20 « Zeichen gab es genug, auch was sie ohne Frage umgab, war um Zeichen niemals verlegen. » (EE 129)
  • 21 Cette passivité est moquée par le narrateur : « Fünf oder sechs Jahrhunderte lang geschah nichts, d (...)
  • 22 Les lapins ne souhaitent qu’une chose, demeurent dans l’anse où ils ont élu domicile : « Sie beherr (...)
  • 23 « Sie holten sich Hoffnungen aus erdachten Senken, Ellipsen, Herzformen mit den Winternebeln darauf (...)

9Dans l’œuvre d’Ilse Aichinger, les multiples figures animales deviennent également le médium d’une réflexion plus large, souvent critique, sur le rapport de la société au savoir, ainsi dans le récit Port Sing (EE 128-135)16 qui met en scène une colonie de lapins17. Le récit retranscrit l’existence de cette société d’animaux, miroir par la négative de la société humaine dont ils partagent les travers. Les lapins se caractérisent par un comportement de groupe très marqué, agissant comme une masse18 sans que leurs décisions ou leurs actions ne semblent particulièrement motivées ou réfléchies19. Leur conduite paraît être ainsi uniquement le fruit de leur croyance ou de leur superstition20 ou bien d’une impulsion reprise aveuglément par le groupe. De manière plus générale, ces figures animales sont caractérisées par leur comportement passif21 et borné22. L’analogie avec une société humaine semble justifiée dans la mesure où les phénomènes de prédiction23 ou la superstition sont également pratiquées par ses membres et où des détails tels que l’apparition de deux « duchesses » (EE 130) rappellent son organisation.

  • 24 Cette existence volontairement solitaire et ses possibles écueils nous rappellent la taupe de la no (...)
  • 25 « Worte, Silben und noch viel weniger » (EE 42)

10A l’inverse de la société des lapins de Port Sing, la souris du récit Die Maus (EE 41-44) constitue un idéal d’élaboration du savoir. Ici, la figure aux caractéristiques anthropomorphiques (douée de raison et s’exprimant avec cohérence) se fait le témoin d’une société humaine. Son existence toute entière est ainsi consacrée à une observation en retrait24 et à un compte rendu de la réalité qui l’entoure. La souris s’efforce de pousser à l’extrême un principe de neutralité à l’égard de l’objet de son observation tout en cherchant à ignorer ses propres goûts et préférences afin de permettre l’émergence d’éléments de sens : « Ich höre das Eis so beteiligt wie unbeteiligt brechen, diese Waage halte ich, solange ich hier bin. Und ich bevorzuge nichts, keine Tummelplätze, keine höhenumstandenen Bäche, keine Schwärmer, ich bin allem gleich gut. » (EE, 43) A l’inverse, la société humaine apparaît à travers les « ramasseurs de champignons » (EE 42) comme un groupe dont la communication s’est vidée de toute signification. Ses membres « s’écoutent rarement les uns les autres » (EE 42) et leurs paroles sont jugées creuses par l’animal25 à tel point qu’il n’en subsiste que des « bribes » et des « rumeurs » (EE 42). A l’inverse, la souris tente d’éviter de « fixer des valeurs » (EE 43) par son discours sur la réalité et s’efforce de questionner le moindre de ses jugements.

  • 26 Je renvoie ici à l’article de Véronique Léonard-Roques sur la perspective animale, qui « favorise c (...)

11Ici, le regard animal permet de remettre en question la société par une réflexion sur son rapport au savoir26. La souris apparaît supérieure à l’homme et son point de vue permet d’instiller le doute et de remettre en cause certaines de ses valeurs communément admises, voire de les inverser comme ici lors du remplacement du savoir par un doute systématique. Ces notions sont perçues par Aichinger à travers leur fonction de normes qui déterminent a priori les comportements en rendant superflue toute réflexion. On voit se dessiner une conception du savoir particulièrement exigeante et qui se place comme l’exact opposé de toute idéologie ou propagande dont l’auteure a fait elle-même l’expérience. La souris apparaît semblable à la panthère du poème Märzwunsch an den Garten, méfiante et intransigeante à la fois : « Bleib ein Panther, / Schwärzling, / gefleckt und hungrig / […] bleib so, / naß und zornig, / wie du jetzt bist [.] » (VR 75)

  • 27 Nombre de poèmes d’Aichinger retranscrivent l’indifférence de la société à travers la représentatio (...)
  • 28 L’auteure a été elle-même prise en otage car tenue de servir de garant à sa propre mère, pour évite (...)

12Dans l’œuvre littéraire d’Aichinger, les figures animales permettent en outre de renvoyer métaphoriquement à la société autrichienne en illustrant certaines de ses dérives morales. Ainsi dans son roman Die größere Hoffnung (Aichinger, [1948] 2005), les enfants juifs persécutés qui apparaissent dans le rêve d’Ellen, la protagoniste, ne trouvent comme protecteur qu’un requin. Cette inversion de la hiérarchie entre l’homme et l’animal permet évidemment de réhabiliter ce dernier, mais surtout de souligner l’absence de valeur morale de la société autrichienne qui persécute sa propre descendance dans l’indifférence collective27. Dans l’œuvre d’Aichinger, la persécution des enfants juifs constitue un véritable fil rouge qui apparaît souvent à travers des figures animales. Dans la pièce radiophonique Tauben und Wölfe (Aichinger, [1957]2002 : 91-98), une fillette est ainsi transformée en colombe par un couple. Attirée par la perspective d’un colis de nourriture, elle les suit jusqu’à leur élevage d’oiseaux. Sa transformation et sa captivité rappelle le sort des enfants autrichiens durant les années trente et quarante, sort qu’a partagé Ilse Aichinger28. Ce motif de la transformation des enfants en colombes est repris dans le recueil Kurzschlüsse Wien à deux reprises. Les poèmes Gonzagagasse (KW 16) et Am Kanal (KW 29) illustrent leur sort avec un détachement feint, en soulignant l’indifférence de la société qui voit augmenter le nombre de victimes : « die Tauben nahmen zu » (KW 16). Faisant écho à cette insensibilité, on note l’ironie d’Aichinger qui conclut son poème en constatant l’incapacité de la religion à leur venir en aide : « Der Himmel wacht über allen, die zum Opfer bestimmt sind. » (KW 29)

  • 29 Pour une interprétation de la métaphore des taureaux et du contexte historique auquel la pièce réfè (...)
  • 30 Ibid, p. 155.
  • 31 Ceux qui demeurent trop longtemps à leur contact deviennent aveugles.

13D’autres animaux permettent à l’auteure d’illustrer la brutalité qui marque les sociétés humaines, tel le cheval victime d’une grenade dans Die größere Hoffnung, qui constitue ici un « vecteur dénonciateur » (Songoulachvili, 2006 : 184) de cette violence dans la mesure où son martyre le désigne comme l’objet de la « cruauté humaine » (Ibid : 182). A l’inverse - car les animaux sont cette fois les acteurs de la violence - la pièce radiophonique Belvedere29 met en scène un troupeau de taureaux que le directeur du zoo de Vienne veut installer de force dans la galerie de ce palais. Cette annexion fait sans nul doute référence aux collections du Belvédère évacuées à l’annonce de la guerre, pour laisser place à la police de défense aérienne et à un bunker qui devait protéger les dignitaires national-socialistes30. Dans le texte d’Aichinger, les taureaux sont représentés comme une masse aveugle, violente et destructrice que l’anecdote historique permet d’interpréter métaphoriquement comme le national-socialisme ou plus généralement comme toute forme d’idéologie. L’individu, en la personne du directeur de la galerie, est mis au service de la masse dont il doit réaliser les moindres désirs, quitte à subir leur action néfaste31.

  • 32 Le cochon est désigné avec la girafe par Aichinger comme un animal dont elle apprécie l’imperfectio (...)

14A cette représentation de la violence humaine s’allie enfin une réflexion sur la hiérarchie à travers les figures animales et l’on peut supposer que par extension, ce questionnement vaut également pour les sociétés humaines. A plusieurs reprises, Aichinger propose une inversion de la valeur communément admise des animaux32. Hérode, dans le récit éponyme, choisit ainsi comme compagnon un cochon, animal que l’écrivain désigne dans le poème Neuer Bund (VR 87) comme son alter ego, lui qui représente habituellement pour l’homme l’Autre par excellence : « Und darum geh ich fort / aus diesem Frieden, / aus diesem lieben Frieden / in den Schatten / zu meinen lieben Schweinen ».

  • 33 Il s’agit d’une fonction que souligne Julia Bodenburg dans son ouvrage, même si elle la nuance par (...)
  • 34 La dimension pragmatique d’un texte littéraire implique qu’on le considère au travers de son interd (...)
  • 35 Bodenburg travaille en ce qui concerne la littérature (elle aborde également le domaine philosophiq (...)
  • 36 Bodenburg parvient à une conclusion similaire à partir de son analyse de la narration animale : « I (...)

15A travers les figures animales, l’écriture littéraire permet ainsi fréquemment un jeu de miroir entre ces dernières et les sociétés humaines33. Se pose alors la question de l’apport spécifique de la littérature et de sa fonction pragmatique34, c’est-à-dire de sa capacité à influer sur le lecteur et le réel, comme l’a souligné Julia Bodenburg35. A la lumière de ces études de texte, on peut considérer que la production littéraire d’Aichinger manifeste sa dimension pragmatique par la représentation qu’elle propose de la société autrichienne. L’emploi métaphorique des figures animales permet de mettre en lumière certains traits de cette société et plus largement de la condition humaine. On ne peut mettre en évidence d’impact direct sur la réalité par ces textes, mais, comme le souhaite Aichinger, leur lecture peut rendre possible une forme de prise de conscience chez le récepteur, car ils montrent les faiblesses de sa société et suggèrent ce qu’elle pourrait être36. Chez cette auteure se greffe en outre une fonction mnémonique particulièrement marquée, notamment dans les poèmes de Kurzschlüsse Wien. Le passage par la métaphore ou par le regard animal permet, comme le souligne Bodenburg, une mise à distance de la condition humaine, et plus largement de la réalité, qu’Aichinger appelle de ses vœux :

« Unsere Welt ist allzu bekannt geworden, sie ist durchfahren und überflogen und nach allen Richtungen durchquert, wir haben mit unseren Flug- und Schiffahrtslinien die Landkarten durchkreuzt und sind blind geworden. [D]er Columbus von heute [muß] nicht die fremde Welt bekannt machen, sondern die allzu bekannte fremd. » (KW 51-54)

Haut de page

Bibliographie

Aichinger, Ilse ([1948] 2005) : Die größere Hoffnung. Francfort/Main (Fischer).

Aichinger, Ilse ([1957] 2002) : Zu keiner Stunde. Szenen und Dialoge. Francfort/Main (Fischer).

Aichinger, Ilse ([1965] 2004) : Eliza Eliza. Francfort/Main (Suhrkamp).

Aichinger, Ilse (1997) : « Durchbrechen die Barrieren der Gleichgültigkeit ! » [1996], in : Eiskristalle, Humphrey Bogart und die Titanic. Francfort/Main (Fischer), p. 39-51

Aichinger, Ilse (2001) : Kurzschlüsse. Wien. Vienne (Korrespondenzen).

Aichinger, Ilse (2011) : « Die Vögel beginnen zu singen, wenn es noch finster ist », Interview par Manuel Esser (1986), in : Fässler, Simone (2011) dir. : Es muss gar nichts bleiben. Interviews 1952-2005, Vienne (Korrespondenzen), p. 39-53.

Aichinger, Ilse ([1978] 2002) : Verschenkter Rat. Gedichte. Francfort/Main (Fischer).

Aichinger, Ilse/Brüder Grimm (2004) : Der Wolf und die sieben jungen Geißlein. Vienne (Korrespondenzen).

Bodenburg, Julia (2012) : Tier und Mensch. Zur Disposition des Humanen und Animalischen in Literatur, Philosophie und Kultur um 2000. Fribourg en Brisgau (Rombach).

Cervellon, Christophe (2004) : L’Animal et l’homme. Paris (Presses Universitaires de France), p. 10.

Desbrière-Nicolas, Brigitte (2010) : « Ilse Aichinger. Le recours discret au conte dans une écriture de l’étrangeté. », Germanica, 46. URL : http://germanica.revues.org/1049

Fässler, Simone (2011) : Von Wien her, auf Wien hin. Ilse Aichingers « Geographie der eigenen Existenz ». Vienne (Böhlau).

Heinich, Nathalie (2005) : « Les limites de la fiction », L’Homme, 175-176, p. 57-76.

Léonard-Roques, Véronique : « L’aune canine ou regards humoristiques sur l’Amérique des années 1960 à nos jours : Travels with Charley de John Steinbeck et Timbuktu de Paul Auster, in : Desblache, Lucile (2006) dir. : Ecrire l’animal aujourd’hui. Clermont Ferrand (Presses Universitaires Blaise Pascal), p. 39-52.

Songoulachvili, Catherine : « Le bestiaire allégorique dans Le perroquet de V. Erofeev », in : Desblache, 2006 : 177-187.

Tomiche, Anne et. al. (2006) dir.. : Philomèle : figures du rossignol dans la tradition littéraire et artistique. Clermont-Ferrand (Presses Universitaires).

Westphal, Bertrand (2007) : La Géocritique Réel, fiction, espace. Paris (Éditions de Minuit).

Haut de page

Notes

1 Celles-ci peuvent être exotiques (telle la girafe de Die Schwestern Jouet), appartenir au quotidien (à l’image des mouettes de Möwen) ou posséder des caractéristiques merveilleuses comme l’âne vert de Mein grüner Esel.

2 Parmi les nombreux exemples littéraires, on pense évidemment à La Ferme des animaux de George Orwell (1945).

3 Je renvoie par exemple aux chapitres introductifs de l’ouvrage de Christophe Cervellon, L’Animal et l’homme, dans lequel il définit « la frontière ‘à géométrie variable’ entre l’homme et l’animal » (Cervellon, 2006 : 10).

4 Nous n’évoquerons pas la reprise du conte Der Wolf und die sieben Geißlein par Ilse Aichinger, dans la mesure où une analyse pertinente a déjà été formulée par Brigitte Desbrière-Nicolas (2010).

5 Les persécutions subies par sa famille maternelle juive poussent Aichinger à évoquer régulièrement la responsabilité autrichienne. Elle revient par exemple en 1996 sur la difficulté de l’Autriche à reconnaître sa responsabilité dans la persécution des juifs autrichiens : « Der hastige, unüberlegte Umgang mit den Opfern des Nationalsozialismus war in diesem Land grotesk. Typisch dafür war der Ausspruch des damaligen Ministers Helmer, der hinsichtlich einer Wiedergutmachung an den Opfern erklärte: Ich bin dafür, die Sache in die Länge zu ziehen. » (Aichinger, 1997 : 39-40)

6 Dans notre étude, nous privilégions les textes d’Aichinger qui permettent une lecture métaphorique particulièrement libre, et qui rendent possible un aller-retour interprétatif entre figures animales et société humaine. Nous prendrons ainsi en compte plusieurs de ses poèmes, mais également son roman Die größere Hoffnung, une pièce radiophonique du recueil Zu keiner Stunde et des récits d’Eliza Eliza. Comme beaucoup de textes d’Aichinger, ceux-ci possèdent des traits communs avec le genre poétique qui peuvent donc faire l’objet d’une explication métaphorique.

7 On entend par réalème une référence au monde réel que le lecteur peut identifier, comme c’est le cas pour la ville de Vienne dans ce recueil. (Cf. Westphal, 2007 : 169)

8 Kurzschlüsse Wien sera désormais indiqué par l’abréviation KW.

9 Au sujet de la subversion de l’oiseau romantique et son chant harmonieux dans la poésie moderne de l’après-désastre, Cf. Tomiche (2006 : 135-150).

10 Le « Je » situe le poème durant l’heure où « personne ne vint » et recherche ceux qui veulent réclamer les corps des agneaux pascals.

11 Verschenkter Rat sera désormais indiqué par l’abréviation VR.

12 « Ist es nicht ein finsterer Wald, / in den wir gerieten? / Nein, Großmutter, er ist nicht finster, / ich weiß es, ich wohnte lang / bei den Kindern am Rande, / und es ist auch kein Wald. » (VR 14)

13 La référence aux persécutions endurées par les juifs à Vienne donne à ces poèmes une dimension autobiographique marquée. En effet, Aichinger a vécu la déportation de plusieurs membres de sa famille maternelle, juifs viennois, ainsi que le départ de sa sœur dans l’un des derniers convois d’enfants réfugiés.

14 « […] die toten Fische sind leicht zu erkennen; sie schwimmen mit den Bäuchen nach oben. » (KW 35)

15 « Erst wenn die Fische sich wenden, darf er wieder sprechen. Wenn das Licht sinkt, werden auch die Schnüre sinken. Die Toten werden ins Freie getragen und die Glocken beginnen wieder zu läuten. Grün stimmt zu grün. » (KW 35)

16 Eliza Eliza sera désormais indiqué par l’abréviation EE.

17 On note qu’Aichinger utilise ici des animaux habituellement peu usités en littérature. Cette tendance prend parfois des allures de provocation, lorsqu’elle fait apparaître par exemple des cochons dans ses poèmes et les qualifie de « rois ». (VR 87)

18 « […] sobald es zu hageln begann, lagen sie wie Blöcke im nassen Sand und wechselten die Farbe. » (EE 128)

19 Ainsi leur premier départ : « Nach hundertfünf Jahren begannen die Hasen unruhig zu werden, sie rotteten sich an unbenützten Stellen im Sand zusammen und es kam vor, daß ein jüngerer einem älteren über die Böschung helfen mußte. » (EE 130)

20 « Zeichen gab es genug, auch was sie ohne Frage umgab, war um Zeichen niemals verlegen. » (EE 129)

21 Cette passivité est moquée par le narrateur : « Fünf oder sechs Jahrhunderte lang geschah nichts, die neuen Richtungen wurden mit Mut und Geschick eingehalten » (EE 131)

22 Les lapins ne souhaitent qu’une chose, demeurent dans l’anse où ils ont élu domicile : « Sie beherrschten die Lagen und Gaben der Bucht, ihre Anblicke, ihre gelbgrünen Wechsel, da waren sie zu Hause. » (EE 129)

23 « Sie holten sich Hoffnungen aus erdachten Senken, Ellipsen, Herzformen mit den Winternebeln darauf » (EE 131)

24 Cette existence volontairement solitaire et ses possibles écueils nous rappellent la taupe de la nouvelle de Kafka Le Terrier. Selon Christophe Cervellon, « l’animal est […] l’image même de la solitude, celui qui est enfermé dans un monde et qui n’arrive plus à communiquer. » (Cervellon, 2004 : 150)

25 « Worte, Silben und noch viel weniger » (EE 42)

26 Je renvoie ici à l’article de Véronique Léonard-Roques sur la perspective animale, qui « favorise ce que R. Escarpit nomme « la suspension des évidences », c’est-à-dire l’ignorance feinte de présupposés, de jugements de réalité de de valeurs dans une modalité discursive potentiellement contestataire qui rejoint certaines catégories codifiées comme « le mot d’enfant » ou l’ « histoire de fou ». Cf. (Léonard-Roques, 2006 : 42).

27 Nombre de poèmes d’Aichinger retranscrivent l’indifférence de la société à travers la représentation des animaux. Teil der Frage (VR 28) représente ainsi un sujet isolé dans un pays en situation de crise (« Wie schwarz mein Land wird »). Les poissons, animaux muets par excellence, renvoient à l’impossibilité pour le sujet de trouver des réponses à ses questions existentielles : « Die Fische kreisen um die Kirchentüren, / wer gibt mir Antwort ».

28 L’auteure a été elle-même prise en otage car tenue de servir de garant à sa propre mère, pour éviter sa déportation. Née d’un père catholique, son statut de « Mischling ersten Grades » a permis à sa mère de survivre à la guerre.

29 Pour une interprétation de la métaphore des taureaux et du contexte historique auquel la pièce réfère Cf. (Fässler, 2011 : 152-158).

30 Ibid, p. 155.

31 Ceux qui demeurent trop longtemps à leur contact deviennent aveugles.

32 Le cochon est désigné avec la girafe par Aichinger comme un animal dont elle apprécie l’imperfection : « Ich habe eine Neigung zu den Alten, Schwachen und etwas Missglückten. Und Giraffen sehen ja von Nature aus etwas missglückt aus. Ich mag sie sehr. Ich habe nur noch Schweine lieber. Und Elefanten. Ich verbinde mit ihnen dieses Ausgeliefertsein, dieses Nicht-Stimmen, das man sogar bei stimmenden Giraffen sehen kann. Irgendwas ist da danebengeraten, was ja dem Lieben Gott ziemlich oft passiert. » (Fässler, 2011 : 39)

33 Il s’agit d’une fonction que souligne Julia Bodenburg dans son ouvrage, même si elle la nuance par la suite : « Auf den ersten Blick scheint es sich hier um Tiervergleiche und -metaphern zu handeln, die in der Lage sind, einen spezifischen Bereich menschlichen Lebens pointiert zu veranschaulichen. » (Bodenburg, 2012 : 351)

34 La dimension pragmatique d’un texte littéraire implique qu’on le considère au travers de son interdépendance avec le réel et que l’on cherche à déterminer dans quelle mesure la littérature peut modifier la réalité. Dans ce cadre, on comprend la fiction littéraire comme une forme « d’action ». (Heinich, 2005 : 63)

35 Bodenburg travaille en ce qui concerne la littérature (elle aborde également le domaine philosophique) à partir des narrations par le prisme du regard animal et conclut à la valeur des figures animales comme vecteurs de connaissance de soi à plusieurs égards : « [Es] ist eine perfekte Projektionsfläche für menschliche Ängste, Phantasien und Idealvorstellungen. » (Bodenburg, 2012 : 397)

36 Bodenburg parvient à une conclusion similaire à partir de son analyse de la narration animale : « Indem [literarische Texte] eigene fiktive Wirklichkeiten erzeugen, zeigen sie Möglichkeiten auf, wie etwas auch anders sein kann. Sie entwerfen potentielle Welten. » (Bodenburg, 2012 : 400)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémi Pineau, « Analyse critique et alternative éthique. La société autrichienne et les fonctions des figures animales dans l’œuvre d’Ilse Aichinger », Trajectoires [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1184

Haut de page

Auteur

Noémi Pineau

Docteur en Etudes germaniques spécialité littérature. Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche, Université Rennes 1, noemi.pineau@univ-rennes1.fr

Haut de page