Navigation – Plan du site
SynThèses

Liens sociaux et construction identitaire des enfants de couples mixtes. Une étude comparée en France, en Allemagne et au Royaume-Uni

Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Serge Paugam, soutenue le 26 novembre 2012, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Anne Unterreiner

Texte intégral

1L’objectif de la comparaison internationale sur laquelle repose la thèse est de répondre à la question de l’articulation entre liens sociaux et identité nationale à travers une étude de cas spécifique. L’enfant de couple mixte, défini comme un individu ayant des parents nés dans des pays différents, peut disposer d’une socialisation plurielle et s’identifier à différentes nations. Il nous permet donc d’analyser comment l’individu se définit nationalement.

2Toute identification à une nation peut se faire au nom d’un lien politique, ethnique, culturel ou affectif. Les modalités d’identification nationale sont-elles influencées par le cadre national de résidence ? Une comparaison entre pays comparables mais présentant une histoire migratoire, une conception du Nous national et des politiques d’intégration passées différentes – la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, a permis de répondre à cette question.

3Les méthodes quantitatives et qualitatives ont été mobilisées. Les « discours identitaires », c’est-à-dire les récits personnels d’individus relatifs à leur(s) identité(s), d’une centaine d’enfants de couples mixtes âgés de 14 à 56 ans ainsi que l’analyse de leur « intégration structurelle » à partir de l’enquête Trajectoires et Origines (INED-INSEE, 2008), du British Household Panel Survey (ISER, vague 2009-10), et du German Socio-Economic Panel (DIW, vague 2009), mettent en évidence toute la complexité des rapports entre contextes nationaux et liens sociaux dans la construction de l’identité nationale. Cette démarche a permis ainsi d’approfondir la typologie initiale selon laquelle la France représenterait le Nous « civique », l’Allemagne le Nous « ethno-culturel » et le Royaume-Uni le Nous « ethno-racial » concernant le sentiment d’appartenance nationale.

4Trois dimensions apparaissent comme étant au cœur de l’identification nationale des enfants de couples mixtes et ce quel que soit le pays considéré. La première renvoie à la transmission parentale et au lien de filiation en général. La deuxième correspond aux liens sociaux tissés par les enfants de couples mixtes dans l’un ou l’autre pays. La troisième est l’identité pour autrui, c’est-à-dire à la fois le regard porté par autrui sur soi et les modes de définition des groupes de référence nationaux. L’identité nationale des enfants de couples mixtes peut alors s’orienter autour de quatre pôles : une identité d’héritier, d’enraciné, d’étranger ou dépassant le national. L’identité d’héritier est celle développée par les enfants de couples mixtes qui placent les référents identitaires parentaux sur un pied d’égalité. Tandis que l’identité d’enraciné est mise en avant par ceux qui ont tissé des liens forts dans un pays, et qui s’y identifient en priorité car ils y ont pris racine. L’identité d’étranger est quant à elle celle des individus qui se définissent nationalement certes, mais à un pays autre que celui dans lequel ils résident. A ces formes d’identification renvoyant à l’Etat-Nation s’ajoutent celles visant le dépassement du national.

5Dans un contexte où la fierté nationale est taboue, l’identification nationale allemande semble fragile. En outre, les enfants de couples mixtes connaissent des difficultés d’intégration structurelle en Allemagne, c’est-à-dire à l’école et sur le marché du travail. Parallèlement, la transmission parentale et les liens avec le pays d’origine du parent migrant y sont forts. L’identification en tant qu’héritier devient alors une identification positive permettant de sortir d’une phase de crise identitaire.

6En France, en revanche, la combinaison d’une identification nationale politique forte et d’un enracinement important fait émerger un sentiment d’appartenance nationale français fort. Mais si l’identité nationale de l’enfant de couple mixte est remise en cause par autrui, la tension est alors plus importante qu’en Allemagne. D’une part, parce que le pays d’origine du parent migrant est un groupe de référence plus faible. D’autre part, parce que les discriminations sont un choc d’autant plus dur que l’individu s’identifie comme citoyen français.

7Enfin, au Royaume-Uni, il semble que ce n’est pas tant le Nous national que « l’ethnicité » qui favorise l’intégration sociale. Parce que considérés comme faisant partie du groupe majoritaire, les enfants de couples mixtes ayant une origine européenne connaissent en effet une intégration sans encombre. Tandis que les enfants de couples mixtes ayant un parent migrant né hors d’Europe souffrent de discriminations à l’embauche. Toutefois, ils jouissent à présent d’un espace de reconnaissance sur la sphère publique : Reconnus en tant que mixed race, ils trouvent leur place au sein de la société britannique.

8Grâce à la comparaison internationale, cette thèse montre la manière dont les liens sociaux tissés dans des contextes nationaux particuliers influencent la définition identitaire des enfants de couples mixtes. Aussi, l’étude de la mixité nous conduit à une conception de l’identification nationale individuelle fluide et plurielle, définie en interaction avec autrui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Unterreiner, « Liens sociaux et construction identitaire des enfants de couples mixtes. Une étude comparée en France, en Allemagne et au Royaume-Uni », Trajectoires [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1193

Haut de page