Navigation – Plan du site
SynTHESES

Le trait d’union : culture et identité des exilés germanophones au Canada (1933 à nos jours)

Thèse de doctorat en langue, littérature et civilisation germaniques préparée sous la direction de Michael Werner, université Paris 8–Vincennes-Saint Denis, soutenue le 17 novembre 2006.
Patrick Farges

Notes de l’auteur

Paraîtra en 2008 sous le titre Le Trait d’union ou l’intégration sans l’oubli. Itinéraires d’exilés germanophones au Canada après 1933 aux éditions de la MSH dans la collection « Dialogiques ».

Texte intégral

1Le régime national-socialiste fut à l’origine d’une vague de migration de personnes fuyant l’Allemagne et les régions annexées par elle. Pour beaucoup, l’« exil » n’est pas resté un état provisoire mais s’est transformé en émigration durable. Si les Etats-Unis ont fait l’objet de nombreuses études sur l’acculturation des exilés, le Canada était en revanche encore largement ignoré, notamment parce qu’il n’a pas accueilli de personnalités emblématiques, mais plutôt des personnes « ordinaires ». Malgré une politique restrictive en matière d’immigration, le Canada a accueilli divers groupes d’exilés germanophones, notamment des Juifs allemands et autrichiens, des sociaux-démocrates originaires de la région des Sudètes (Tchécoslovaquie)… Au total, moins de 6 000 exilés ont pu entrer au Canada entre 1933 et 1940. Notre travail, ancré dans l’Exilforschung, la micro-histoire ainsi que la sociologie des migrations, a pour objectif de comprendre les processus d’acculturation et les modalités de redéfinition identitaire chez les exilés qui se sont trouvés pris dans un réseau d’interactions culturelles croisées, entre les attentes de la société d’accueil, celles des communautés ethno-culturelles au Canada et les sociabilités héritées de la « Heimat ». Nous avons rassemblé des sources primaires variées – notamment au Canada – de manière à tenir compte de différents niveaux d’analyse (micro, meso et sociétal). Ainsi les « collections ethniques » des Archives nationales du Canada, constituées dans les années 1970 afin de documenter le fait multiculturel au Canada, regroupent-elles des archives d’associations et de personnalités appartenant aux différentes communautés d’immigrants. Ces sources ont été complétées par une recherche au sein d’archives familiales ou locales. Enfin, les récits de vie des exilés germanophones eux-mêmes, écrits ou oraux, ont constitué une source de première importance.

2Au début du présent travail, il nous importait de situer les voix que nous allions faire entendre. Les acteurs mobilisent dès le moment du passage, et parfois même avant, un « capital social » qui se traduit dans leurs récits par un souci constant d’ancrage. En nous focalisant sur les réseaux et les chemins de l’exil, nous avons ainsi voulu privilégier une analyse centrée sur l’utilisation d’un capital social. Il est alors intéressant d’observer l’émergence d’un nouveau réseau d’affiliations et la survivance conjointe de l’ancien. Ces affiliations croisées ont été marquées par les spécificités canadiennes en matière de diversité culturelle. Le processus d’« ethnicisation », coextensif du système de représentations d’un Canada « multiculturel », a ainsi conduit à la prolifération d’« identités à trait d’union ». Au centre de l’ethnicisation se trouvent les associations, qui « traduisent » les catégories publiques collectives en intérêts privés. Car le multiculturalisme se présente en réalité comme un ensemble d’opérations de négociation mettant en jeu une multiplicité d’acteurs. Parce qu’ils sont arrivés à une période charnière dans la constitution des modes de représentation nationale au Canada, les exilés germanophones font partie d’une génération ayant contribué à faire advenir ce discours sur la diversité. Mais tous ne s’y sont pas forcément identifiés en toutes circonstances et de manière inconditionnelle. D’un côté, ils ont eu la possibilité de jouir après-guerre des avantages d’une « identité à trait d’union » ; de l’autre, ils ont refusé d’être relégués au rang d’« ethniques à trait d’union ».

3Nous avons comparé deux groupes d’exilés : les sociaux-démocrates des Sudètes et les Juifs allemands et autrichiens. Cette comparaison n’est pas uniquement le fruit d’une opération de construction heuristique. Elle était déjà opérée par les autorités canadiennes au moment même de l’immigration : considérés d’emblée comme des « immigrants désirables », les sociaux-démocrates des Sudètes ont eu la possibilité d’établir des liens durables dans la « communauté germano-canadienne ». Les Juifs allemands et autrichiens en revanche, héritiers d’une culture engloutie par la Shoah, n’ont, pour certains, jamais vraiment trouvé leur place. Leur histoire est parfois celle d’une intégration économique sans sentiment d’appartenance – d’une assimilation sans acculturation. Et leur culture, en sursis, n’a pu survivre qu’au sein de niches culturelles. Enfin, le processus d’acculturation passe par l’adaptation de ses propres schèmes interprétatifs aux scripts disponibles. Au niveau individuel, la translation géographique s’est muée en une opération de traduction. En effet, ce que montrent les récits de vie, c’est la capacité des acteurs à faire coexister « hier » et « aujourd’hui », « là-bas » et « ici ». En cela, l’histoire des exilés reflète plus généralement l’histoire de l’immigration au Canada. Les exilés ont imaginé le Canada et en se le représentant, ils l’ont « refiguré ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Farges, « Le trait d’union : culture et identité des exilés germanophones au Canada (1933 à nos jours) », Trajectoires [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/120

Haut de page

Auteur

Patrick Farges

patrick_farges@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page