Navigation – Plan du site
SynTHESES

Les polyphonies simples à la fin du Moyen Âge : étude générique et répertoire de sources

Thèse de doctorat en musicologie préparée sous la direction d’Olivier Cullin, université François Rabelais de Tours, soutenue le 8 octobre 2005.
Séverine Grassin-Guermouche

Texte intégral

1L’émergence d’une nouvelle esthétique musicale – l’ars nova – a profondément imprégné de sa marque l’histoire de la musique au XIVe siècle mais n’oblitère cependant pas l’usage de pratiques polyphoniques différentes et antérieures dans leurs styles. Différents modes pour composer et pratiquer l’organum (facere organum) sont toujours consignés dans un grand nombre de sources manuscrites largement éparpillées dans toute l’Europe et datant pour la plupart de la fin du XIIIe siècle jusqu’au début du XVIe siècle, voire plus tardivement. Toutes ces sources, en majorité disparates et fragmentaires, rendent compte d’une pratique polyphonique enracinée dans l’usage liturgique et mettent en évidence une réalité musicale hybride où oralité et écriture s’allient et se lient par la mémoire.

2L’historiographie du sujet a montré combien la problématique terminologique demeure un lieu commun récurrent qui met non seulement en évidence les enjeux épistémologiques de l’histoire de la polyphonie, mais aussi et surtout questionne le sens à donner au phénomène « polyphonique » au Moyen Âge. Définir ce qu’est une polyphonie « simple » est l’un des enjeux les plus importants de cette étude et remet en cause la distinction entre musicologie et ethnomusicologie à travers l’approche critique des concepts utilisés pour aborder ce répertoire depuis plus d’un siècle.

3Les quatre manuscrits liturgiques du diocèse de Lausanne, du début du XIVe siècle, situés au cœur de l’Europe et contenant un corpus de onze pièces notées majoritairement de façon fragmentaire, constituent un « microcosme » musical et culturel idéal à étudier en permettant à la fois de mieux appréhender les diverses procédures poétiques mises en action dans la composition musicale et de mieux circonscrire le corpus de pièces comme un répertoire en circulation permanente, jamais fixé mais toujours situé dans un processus de recomposition, de combinaison et d’adaptation selon les milieux socioculturels d’appartenance et de réception. L’analyse de chacune des onze pièces ainsi que leur comparaison avec les multiples versions concordantes antérieures et postérieures est la principale méthode employée. Chaque pièce fait l’objet d’une monographie détaillée. Un second volume donne le catalogue complet des sources, le fac-similé de toutes les pièces citées et l’édition de ces onze compositions.

4Au terme de cette étude, la notation ne doit plus être perçue comme une condition nécessaire à l’intégrité de la pièce puisque les principes poétiques employés dans la composition musicale font largement appel à trois principaux procédés mémoriels – la divisio, la compositio et la repetitio – transmis en permanence au cours des siècles et constituant véritablement ce qu’« est » la pièce. Ces entités musicales permanentes se combinent avec des paramètres musicaux variables (le nombre de voix, le texte, la modalité, etc.) dépendant du milieu culturel et institutionnel dans lequel ces pièces sont chantées. Au cours des siècles, ces éléments s’imbriquent les uns dans les autres pour former des nouvelles versions d’une même pièce, adoptant différentes stratégies dans les procédés de composition et de « recomposition », d’« adaptation » et de « traduction », selon les milieux dans lesquelles elles sont reçues. Des mini-corpus de sources en relation émergent et mettent en évidence les diverses identités culturelles que peut adopter une « même » pièce sur un temps long. Ce répertoire présente à la fois une dimension européenne, d’après la large diffusion géographique de ces pièces, et une dimension locale dans ses processus de constante recréation. Il forme un continuum de pratiques vivantes, permanentes tout au long du Moyen Âge, mais variables dans leurs processus de composition et de transmission.

5Cette étude générique des polyphonies « simples » à partir d’un corpus restreint revisite la notion de « répertoire » de sources compris non plus comme le réceptacle de pièces figées dans le temps et l’espace, mais comme le témoignage écrit, à un moment précis de l’histoire, d’un ensemble de pièces et de pratiques rendu complexe par ses transformations et ses combinaisons perpétuelles inhérentes à sa large circulation dans toute l’Europe, depuis le début du Moyen Âge jusqu’à des périodes très tardives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Grassin-Guermouche, « Les polyphonies simples à la fin du Moyen Âge : étude générique et répertoire de sources », Trajectoires [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/121

Haut de page

Auteur

Séverine Grassin-Guermouche

severine_guermouche@hotmail.com

Haut de page