Navigation – Plan du site
La condition animale

La condition animale : Places, statuts et représentations des animaux dans la société

Ségolène Débarre, Martin Baloge, Hanna Klimpe, Ruth Lambertz-Pollan, Masoud Pourahmadali Tochahi et Anne Seitz

Texte intégral

« S’il n’existait point d’animaux la nature de l’homme serait encore plus incompréhensible. »
Georges Louis Leclerc de Buffon, Discours sur la nature des animaux, 1753

« Die moderne Gleichgültigkeit gegenüber der Natur ist in der Tat nur eine Variante der pragmatischen Einstellung, die für die abendländische Zivilisation insgesamt typisch ist. Die Formen sind verschieden. Der frühe Trapper sah in den Prärien und Bergen nur die Aussicht auf gute Jagd ; der moderne Geschäftsmann sieht in der Landschaft eine günstige Gelegenheit für das Aufstellen von Zigarettenreklamen. Das Schicksal der Tiere in unserer Welt wird durch eine Notiz symbolisiert, die vor einigen Jahren durch die Zeitungen ging. Sie berichtete, daß Landungen von Flugzeugen in Afrika oft durch Herden von Elefanten und anderen Tieren behindert würden. Die Tiere werden hier einfach als Verkehrshindernisse betrachtet. »
Max Horkheimer, Zur Kritik der instrumentellen Vernunft, 1947

  • 1 Dans l’Islam, le bayân est « le propre de l’homme », « ce qui le distingue de l’animal » : le bayân(...)
  • 2 Les thèses darwienniennes – bien que rejetées par les courants créationnistes – ont fait dans l’ens (...)
  • 3 Titre d’un colloque au Mans, 2009. Le pronom relatif « qui » soulignant que les animaux sont a prio (...)
  • 4 Il n’est qu’à voir la violence des résistances et des débats autour des thèses darwiennes et avant (...)

1Depuis le retentissant ouvrage de Peter Singer, Animal Liberation, paru à New York en 1975, les travaux sur les animaux se sont multipliés au sein des sciences humaines et sociales. Au carrefour entre sciences de la nature et sciences sociales, ces recherches ne cessent de repenser la distinction entre l’homme et l’animal. (McFarland et Hediger, 2009). Les découvertes des sciences cognitives, de la biologie, de l’éthologie et de la psychologie concernant la cognition animale fascinent tant elles remettent en cause certains de nos a priori, qu’il s’agisse des capacités de raisonnement, de langage, d’innovation technique des animaux, mais aussi de leur rapport à la mort, aux émotions et à la conscience de soi. Le langage – considéré comme une barrière infranchissable entre l’homme et l’« autre », animal ou étranger, dans de nombreuses sociétés1 – est mis à mal par la découverte de formes de communications complexes, telle l’acquisition du langage des signes par les grands singes, leur capacité à former des méta-représentations ou encore les études relatives au langage des abeilles, déchiffré par l’éthologue autrichien Karl von Frisch (Bühler et Rieger, 2006 : 60). Cependant, comme le souligne l’anthropologue Philippe Descola, ces découvertes ne font évoluer qu’« à la marge » notre cosmologie occidentale fondée sur une ontologie naturaliste dont la principale caractéristique est de concevoir une « continuité des physicalités »2 et une « discontinuité des intériorités » entre les êtres vivants (Descola, 2005 : 241). Si la dichotomie établie par cette cosmologie entre l'homme, conçu comme sujet actif et rationnel, et l'animal, perçu comme passif et irrationnel, est réexaminée (Derrida, 2006 ; Agamben, 2002 ; Haraway, 2008), elle n’est pas fondamentalement remise en cause dans notre manière de classer les éléments du monde. Nous sommes loin, en effet, de considérer, comme dans l’ontologie animiste, que derrière la physicalité du végétal ou de l’animal se cache en fait une intériorité de type humain – à l’exception peut-être de quelques conversations avec un animal de compagnie privilégié. Si différents modes d’identification à l’environnement (naturalisme, animisme, totémisme ou analogisme) coexistent de manière plus ou moins évidente dans toutes des sociétés, nous adhérons cependant de manière privilégiée à un mode d’identification dominant. En posant la question « Qui sont les animaux ? »3, les sciences humaines et sociales peuvent ainsi tout au plus interroger nos modes d’identification des éléments du monde, mais n’ont que peu d’espoir de nous en faire changer, tant nous en sommes imprégnés4.

  • 5 Dans les recherches contemporaines, le champ, aux contours encore mal définis, des animal studies o (...)

2L’animal turn5 actuellement en vogue dans les départements de sciences humaines et sociales, s’appuie sur une longue tradition : dans l’histoire occidentale, l’animal a été convié, servant tantôt de miroir grossissant des forces et des faiblesses humaines, tantôt de lieu d’une irréductible altérité (Baratay, 2012). L’homme aurait, semble-t-il, besoin de l’animal pour conforter et confronter sa propre identité, ce qui s’exprime notamment, et cela depuis l’Antiquité, à travers la détermination de l’homme en tant qu’animal rationale. Le philosophe Gilles Deleuze a démontré le régime « anthropisant » auquel sont soumis les animaux domestiques, au risque de leur enlever leur « animalité » (Deleuze, 1988). Le phénomène de la « starification » de certains animaux tel l’ours polaire Knut du jardin zoologique de Berlin, décédé en 2011, en est une illustration. La référence à l’animal semble en effet avant tout servir à expliquer la nature et l’organisation humaines, ce que reflète par exemple le titre de l’ouvrage collectif Tiere. Eine andere Anthropologie (Böhme, 2004). Cette interrogation en miroir mobilise toutes les disciplines. Si la distinction entre le genre humain et le genre animal tend à s’appuyer sur la théologie, la philosophie, la biologie et l’anthropologie, elle passe aussi par une analyse sociologique, juridique, géographique, et historique des sociétés humaines et non-humaines.

  • 6 Cf. particulièrement Pastoureau, Michel (2007) : L'Ours. Histoire d'un roi déchu, Paris (Seuil) ; ( (...)

3Parmi les historiens, les médiévistes ont été les pionniers d’une « zoohistoire », mise en avant par Robert Delort dans son ouvrage programmatique Les animaux ont une histoire (1984). À la croisée de l’histoire de l’art et de l’histoire culturelle, Michel Pastoureau s’est ainsi emparé des bestiaires pour étudier l’évolution des représentations sociales et de la symbolique des animaux6. Aujourd’hui, les contemporanéistes s’intéressent de plus en plus à l’impact de la transformation des sociétés occidentales sur la condition animale aux 19e et 20e siècles (Baratay, 2003). Ce dossier thématique rend compte de ces nouvelles préoccupations puisque la quasi-totalité des contributions présentées s’inscrivent dans cet espace-temps. L’industrialisation et l’urbanisation ont en effet profondément modifié les relations entre l’homme et l’animal et le discours que les sociétés ont élaboré sur ce dernier : la vision utilitariste et dominatrice vis-à-vis de la nature, la volonté de produire vite des matières premières animales bon marché, les nouvelles exigences en matière d’hygiène et de salubrité entraînèrent un changement de place, de statut et de représentation des animaux dans ces sociétés (Baratay, 2003 : 24-42). Rompant avec un monde majoritairement rural où la promiscuité avec l’animal était grande, les sociétés occidentales mirent l’animal à distance, le sortirent des villes et enfermèrent une grande partie du cheptel dans des élevages industriels.

4Certes, la violence qui est au cœur du rapport de l’homme à l’animal ne date pas de la première révolution industrielle. Mais les travaux actuels soulignent la violence et la cruauté particulières qui accompagnèrent les transformations des sociétés occidentales aux 19e et 20e siècles. L’urbanisation ainsi que la mécanisation des procédés de production transformèrent profondément, en effet, les rapports que les individus et les sociétés entretenaient avec les animaux : la (mise à) mort de l’animal, par exemple, ainsi que sa sexualité – qui jouaient jusqu'à récemment un rôle fondamental dans le processus d’apprentissage des individus – sont devenues « invisibles » – ou presque – dans les sociétés urbaines contemporaines. Cet éloignement et cette mise à distance ont changé la manière de percevoir les animaux. Pour autant, l’animal demeure non seulement une référence centrale pour la condition humaine, mais les rapports entre les hommes et les animaux domestiques semblent même, de nos jours, s’intensifier.

5La géographie a, de son côté, abordé l’étude des interactions entre homme et animal sous l’angle de leur spatialisation et de leurs effets territoriaux (Planhol, 2004). Sous l’influence des théories postmodernes et post-coloniales, cette discipline a porté une attention particulière aux « dispositifs » mettant en scène l’animal dans la société (Estebanez et Staszak, 2012 ; Estebanez, 2010). La philosophie, dans le prolongement de la phénoménologie husserlienne, notamment, s’efforce non seulement d’analyser l’animal comme appartenant à une partie de la réalité nommée la « nature animale » (die animalische Natur) mais encore, elle essaie d’échapper à la dichotomie homme-animal en cherchant un accès direct à la conscience animale et à la manière dont l’animal interagit avec son environnement (Husserl, 1973 : 159-160 et 623-627). C’est dans cette perspective que de nouvelles recherches philosophiques proposent d’étudier l’animal d’un point de vue « non-humain » (Painter et Lotz, 2007).

6Les questions éthiques, quant à elles, dépassent les domaines traditionnels du droit, de la théologie et de la philosophie pour investir d’autres disciplines comme la sociologie, la science politique ou encore les sciences littéraires. La sociologie, notamment, qui avait longtemps délaissé les animaux comme acteurs dans la société, s’est penchée, à partir des années 1990, sur la relation homme-animal, et en particulier sur les animaux à l’intelligence individuelle limitée mais à l’intelligence collective développée, dits eusociaux (Wiedemann, 2009 : 19). Les colonies de fourmis (en allemand, Ameisenstaat, littéralement « État des fourmis »), par exemple, servent depuis l’Antiquité de modèle pour une organisation sociale hiérarchisée et fondée sur la division du travail (Bühler et Rieger, 2006 : 16). Il en va de même pour un bon nombre d’insectes, mais aussi pour des poissons et des êtres vivants encore plus proches de l’homme, comme les singes : toutes ces espèces s’organisent, communiquent, et établissent des structures sociales. En Allemagne, cet intérêt pour les animaux a donné lieu à la création de deux réseaux à dominante sociologique : le groupe Chimaira, Arbeitskreis für Human-Animal-Studies (Chiamara, 2011), et le groupe de recherche des Human-Animal-Studies au sein de l’Université de Hambourg. En ce qui concerne les sciences littéraires, la mise en réseau s’est faite à partir des années 2009/2010, avec la fondation de Cultural and Literary Animal Studies (CLAS) en Allemagne et le projet ANR Animots. Animaux et animalité dans la littérature de langue française en France (Otterstedt et Rosenberger, 2009 ; Borgards et Pethes, 2013).

7Croisant les apports de ces différentes disciplines et de ces différents courants, le présent dossier thématique se propose d’éclairer, par les sept articles réunis, trois axes de recherche.

Le droit et la protection des animaux

  • 7 Journal officiel n° C 340 du 10 Novembre 1997: “Protocole sur la protection et le bien-être des ani (...)

8La protection des animaux, souvent associée voire confondue avec la question des droits des animaux, prend racine au 19e siècle. Dans le code civil napoléonien, les animaux sont assimilés à des biens meubles : « Sont meubles par leur nature les animaux et les corps qui peuvent se transporter d'un lieu à un autre, soit qu'ils se meuvent par eux-mêmes, soit qu'ils ne puissent changer de place que par l'effet d'une force étrangère » (article 528). La première loi de protection en Europe a été promulguée en 1822 en Angleterre (Act for the Prevention of Cruel and Improper Treatment of Cattle). La France suit avec la loi Grammont de 1850 punissant les mauvais traitements commis publiquement envers les animaux domestiques, l’Allemagne avec une loi équivalente en 1871. Ces lois avaient cependant moins pour objectif de protéger les animaux que de protéger la sensibilité humaine, de ne pas choquer les témoins involontaires de formes de cruauté ostensibles à l’encontre des animaux. Il faut attendre 1976 pour que la France modifie dans le code rural le statut de l’animal en le reconnaissant comme « être sensible » – interdisant de ce fait toute forme de mauvais traitement et d’utilisation abusive – et 1999 pour qu’une nouvelle loi reconnaisse dans le code civil que les animaux, tout en restant des « biens », ne sont pas des « choses » au même titre que les objets inanimés (loi n° 99-5 du 6 janvier 1999). Le Conseil de l’Europe puis l’Union européenne se sont successivement penchés sur la question de la protection des animaux. Depuis le Traité d’Amsterdam (1997), l’Union européenne et les Etats membres considèrent, eux aussi, l’animal comme un « être sensible » : « Lorsqu'ils formulent et mettent en œuvre la politique communautaire dans les domaines de l'agriculture, des transports, du marché intérieur et de la recherche, la Communauté et les États membres tiennent pleinement compte des exigences du bien-être des animaux, tout en respectant les dispositions législatives ou administratives et les usages des États membres en matière notamment de rites religieux, de traditions culturelles et de patrimoines régionaux. »7

  • 8 Cf. l’organisation de la « 1st Annual European Animal Law Conference. The Animal Turn and the Law:  (...)

9Si la protection des animaux fait donc aujourd’hui partie intégrante des régimes juridiques européens8, Isabell Büschel et Juan Miguel Azcárraga soulignent cependant dans leur article que cette protection reste largement perfectible et montrent, en prenant l’exemple du droit suisse, que de nouvelles décisions permettent de renforcer cet arsenal juridique.

10Fabien Carrié se propose d’éclairer, dans une perspective socio-historique, les origines de la mobilisation pour la cause animale. En prenant l’exemple des cobayes à la fin du 19e siècle, l’auteur dévoile les luttes morales et scientifiques qui entourent la vivisection et l’expérimentation animale. Il montre notamment l’opposition virulente entre les deux camps, et analyse la manière dont l’un des deux, celui des antivivisectionnistes, finit par être marginalisé face à l’autonomisation de la biologie.

11Suivant une approche environnementale et historique, Rémi Luglia s’intéresse à l’«  espace animal » en France et en Allemagne au 19e siècle. Il s’appuie sur l’exemple du castor d’Europe pour analyser la relation géographique qu’entretiennent l’homme et l’animal dans ces sociétés. Il montre que ce rongeur n’a pas seulement réussi à s’adapter à un environnement anthropisé, mais qu’il a également profité d’un engagement protecteur de la part des naturalistes, qui l’ont aidé à repeupler les fleuves et les rivières à partir de la fin du 19e siècle. Cette mobilisation en faveur d’un animal auparavant chassé démontre, selon l’auteur, le passage d’une vision utilitariste des animaux à une valorisation d’une nature patrimonialisée.

La figure animale, instrument de pouvoir

12La place des animaux dans les sociétés ne se résume pas à leur utilisation ou à leur exploitation. En effet, comme le note John Berger en 1980: « To suppose that animals first entered the human imagination as meat or leather or horn is to project 19th century attitudes backwards across the millennia. Animals first entered the imagination as messengers and promises. » (Berger, 2009 : 12) L’archéologie révèle en effet que, contrairement aux suppositions initiales, les représentations animalières préhistoriques correspondent avant tout à des projets religieux et spirituels : sur les parois de la grotte de Lascaux (18000/ 17000 av. JC), par exemple, seul un renne a été identifié alors que cette espèce était de loin la plus chassée si l’on en croit les ossements trouvés dans la région (Leroi-Gourhan, 1992 : 30). Des animaux puissants et rares comme l’ours, le rhinocéros ou le lion côtoient ainsi des animaux plus communs comme des chevaux, des bisons, des cerfs et des bouquetins. Les fouilles du site de Göbekli Tepe, dans le sud-est de la Turquie (10000 av. JC), renforcent ces interprétations (Schmidt, 2004). L’extraordinaire richesse des représentations animales (figurines en pierre, sculptures et bas-reliefs) permet de mettre au jour le rôle central joué par les animaux dans la spiritualité humaine préhistorique. Si l’on ne peut dire en détail si le lieu servait à des rites initiatiques, des pratiques funéraires ou à d’autres pratiques religieuses, les chercheurs s’accordent en revanche sur la fonction spirituelle du projet figuratif animalier (Peters et Schmidt, 2004).

13Outre sa fonction spirituelle, la figure animale est mobilisée dans des processus de légitimation du pouvoir politique et de construction identitaire. Ce dossier thématique en donne deux illustrations.

14À partir du mythe fondateur de la cité grecque d’Aigéai, en Asie mineure, Florian Haymann montre l’importance de la figure animale pour la construction d’une identité collective dans une cité antique. À travers une étude de textes et de monnaies et en prenant l’exemple d’un stratagème guerrier, l’auteur souligne l’instrumentalisation de la figure animale dans le cadre d’un processus de légitimation du pouvoir. La circulation de ces récits et leur réappropriation suggèrent des socles communs aux constructions identitaires des différentes cités antiques de la région.

15Jawad Daheur analyse, lui, le rôle de la statuaire animale dans la construction d’identités collectives en Prusse orientale de la fin du 19e siècle à nos jours. En s’appuyant sur la comparaison de six statues d’élan et de bison se trouvant aujourd’hui en Allemagne, en Pologne et dans l’enclave de Kaliningrad, l’auteur montre comment ces monuments, insérés à l’origine dans différents dispositifs identitaires, ont fait l’objet de réinvestissements variés selon les lieux et les époques. Traversant deux guerres mondiales, subissant invasions et révisions frontalières, les statues étudiées ont été mobilisées successivement par les élites aristocratiques à la fin du 19e siècle, les dirigeants nazis dans l’entre-deux-guerres, les dirigeants soviétiques ensuite et les sociétés locales après 1990, donnant de ce fait à ces figures animales des significations identitaires multiples.

16En tant que symboles sur lesquels sont projetées des identités, les animaux participent ainsi d’un imaginaire collectif, qui peut être utilisé par un pouvoir tant spirituel que temporel. Ces recherches soulignent la vertu dont l’homme a investi l’animal dans le domaine de l’édification et de la consolidation des sociétés.

L’animal et l’imaginaire collectif à travers la littérature et la presse

  • 9 Sujet qui n’est pas seulement populaire dans les mythes antiques mais bien encore dans les récits c (...)
  • 10 Par exemple, Amos Oz, Soudain, dans la forêt profonde (traduit de l’hébreu, 2006). Au Japon, le liv (...)

17La construction et la pérennité de symboles identitaires ne peut exister sans représentation ni supports de transmission. On les retrouve sur les murs des grottes préhistoriques comme dans le monde merveilleux des contes et plus généralement dans les différentes formes d’expression artistiques. La littérature, la peinture, les arts plastiques, le théâtre et la musique placent ainsi les animaux au cœur des imaginaires collectifs (Bodenburg, 2012). Les animaux dans la littérature – et en particulier dans les fables – sont porteurs de traits humains et sont convoqués pour brosser un tableau de la société humaine. La mise en narration peut prêter aux animaux des actions et des pensées, voire une voix distincte, et forger une esthétique de l’animal qui intensifie le jeu de miroirs entre les comportements animaux et humains. La métamorphose, élément central de nombreux récits, étranges ou merveilleux, transgresse les limites de l’homme et de l’animal9. L’animal peut incarner l’impropre et l’agent pathogène ; il renvoie à la crainte du sauvage, de la bête féroce et des monstres, dont témoigne son imaginaire dépréciatif (caricatures animales, injures). La figure animale est ainsi au centre de nombreuses dystopies dont la désormais célèbre Planète des Singes, roman de Pierre Boulle paru en 1963, qui proposait une inversion des positions entre l’homme et l’animal en s’inspirant explicitement des théories darwiniennes. À l’inverse de récits où les animaux sont dominants et/ou envahissants – pensons aux oiseaux d'Alfred Hitchcock –, la disparition des animaux sert à illustrer des sociétés « déshumanisées », totalitaires, intolérantes, gouvernées par la peur de l’autre10.

18La littérature a utilisé la figure animale pour faire passer des messages forts voire parfois violents sous une forme « audible », en particulier pour les enfants. Certaines de ces figures littéraires animales sont ainsi devenues des emblèmes tels, en Allemagne, les Musiciens de Brème (Die Bremer Stadtmusikanten) ou encore le Joueur de flûte de Hamelin (Der Rattenfänger von Hameln), deux récits popularisés au 19e siècle par les frères Grimm. En France, Le roman de Renard, le conte du Chat botté de Charles Perrault, les aventures de Gédéon par l’auteur de l’Histoire comique et Naturelle des Animaux, Benjamin Rabier, ou encore, plus récemment, les Contes du chat perché de Marcel Aymé sont quelques exemples d’un imaginaire collectif ancré, le plus souvent, dans des cadres nationaux. La figure animale permet par ailleurs de contourner la censure et de critiquer ouvertement certains pouvoirs en place, à l’image des fables de La Fontaine qui visaient à contourner l’ire royale, tout comme, plus tard, la Ferme des Animaux de George Orwell, qui parut pour la première fois en 1945, à l’heure où les alliances de la Seconde Guerre mondiale ne laissaient pas encore la place à une critique du stalinisme.

19L’écrivaine autrichienne Ilse Aichinger, dont Noémie Pineau analyse des poèmes et des récits, utilise ainsi la métaphore animalière pour critiquer l’attitude des Autrichiens dans l’Après-guerre vis-à-vis du fascisme et de la persécution des Juifs. Jusqu'ici relativement délaissée, l’analyse du rôle des animaux dans l’œuvre d’Aichinger permet de présenter son œuvre sous un autre jour. La métaphore animalière se retrouve en effet dans nombre de ses écrits : quelquefois, les figures humaines sont même complètement remplacées par des figures animales qui représentent les forces autant que les faiblesses des êtres humains. La critique de la société par le biais de la figure animale s’exprime sous plusieurs angles : le passé fasciste – et surtout la persécution des Juifs –, l’ignorance et la commodité des masses et la dérive morale de la société autrichienne. La métaphore animalière permet un jeu de miroirs qui donne à la critique une portée universelle au-delà d’un destin individuel et d’un ancrage dans une société particulière.

20Le support de cet imaginaire animalier ne se limite pas à la littérature : il inclut aussi la presse à travers, notamment les publicités et les caricatures. L’analogie animale en tant qu’outil de critique, voire de satire constitue une arme de choix des caricaturistes. L’utilisation du référent animal permet de mettre en avant les manquements ou errements d’adversaires politiques et de dénoncer des dysfonctionnements politiques ou sociaux. La caricature animale peut convoquer un imaginaire politique, littéraire ou culturel commun, fortement connotatif et lié à un espace-temps précis. Le conflit sarrois de 1945-56, évoqué par Marie-Alexandra Schneider à partir d’une cinquantaine de caricatures animalières allemandes, donne ainsi lieu à une véritable bataille des dessinateurs autour de la question du détachement de la Sarre. Faisant appel à un bestiaire large et varié, allant de la vache à lait au serpent, en passant par le chien, la mule, le coq et l’oie, les caricaturistes font revivre, à des fins satiriques, dictons populaires, expressions imagées, symboles religieux, contes et fables. La multiplicité des connotations et des interprétations rend possible des polysémies avec lesquelles les dessinateurs n’hésitent pas à jouer afin de révéler la nature supposée de leurs adversaires politiques et de dénoncer l’exploitation de la Sarre.

21Finalement, si la place et les statuts des animaux dans les sociétés occidentales a connu des bouleversements au cours des deux derniers siècles, il apparaît que la condition animale, elle, n’a rien perdu de son importance dans l’imaginaire de ces sociétés et continue de tenir une place centrale et renouvelée dans ses représentations. Si ce dossier se limite, à une exception près, à un espace-temps « occidental » et « contemporain », il témoigne en revanche de la richesse et de la diversité des recherches actuelles sur l’animal dans la société et des limites de l’anthropocentrisme dont notre cosmologie naturaliste est emplie.

Haut de page

Bibliographie

Agamben, Giorgio (2002) : L'Ouvert : de l'homme et de l'animal. Paris (Payot & Rivages).

Ayoub, Georgine (2006) : « L’autre et ses mots : l’énonciateur inintelligible », in : Bozdémir, Michel et Sonel Bosnali, dir. : Contact des Langues II. Les Mots voyageurs et l’Orient, Istanbul (Presses Universitaires de Bogaziçi), p. 15-62.

Baratay, Eric (2012) : Le Point de vue animal. Une autre version de l'histoire, Paris (Seuil).

Baratay, Eric (2003) : Et l'homme créa l'animal. Histoire d'une condition, Paris (Odile Jacob).

Berger, John (2009): Why look at animals? Londres (Penguin).

Birnbaum Jean, dir. (2010) : Qui sont les animaux ? Paris (Gallimard).

Bodenburg, Julia (2012) : Tier und Mensch. Zur Disposition des Humanen und Animalischen in Literatur, Philosophie und Kultur um 2000, Freiburg (Rombach).

Böhme, Hartmut et al., dir. (2004) : Tiere. Eine andere Anthropologie, Köln (Böhlau).

Borgards, Roland et Nicolas Pethes, dir. (2013) : Tier – Experiment – Literatur 1880-2010. Würzburg (Königshausen & Neumann).

Bühler, Benjamin et Stefan Rieger (2006) : Vom Übertier. Ein Bestarium des Wissens, Francfort/ Main (Suhrkamp).

de Blécourt, Willem, dir. (2011) : Tierverwandlungen. Codierungen und Diskurse, Tübingen (Francke).

Chimaira – Arbeitskreis für Human-Animal Studies, dir. (2011) : Human-Animal Studies. Über die gesellschaftliche Natur von Mensch-Tier-Verhältnissen, Bielefeld (transcript).

Derrida, Jacques (2006) : L'Animal que donc je suis. Paris (Galilée).

Deleuze, Gilles (1988) : A comme Animal – Abécédaire, film documentaire, minute 01 :07-05 :38.

Descola, Philippe (2005) : Par-delà nature et culture. Paris (Gallimard).

Estebanez, Jean et Jean-François Staszak (2012) : « Animaux humains et non-humains au zoo. L’expérience de la frontière animale », in : Dubied Annik, David Gerber et Juliet Fall, dir. : Aux frontières de l’animal. Mises en scènes et réflexivité, Genève (Droz), p. 149-174.

Estebanez, Jean (2010) : « Le zoo comme dispositif spatial : mise en scène du monde et de la juste distance entre l’humain et l’animal », L’Espace Géographique, 2, p. 172-179.

Haraway, Donna (2008) : Des singes, des cyborgs et des femmes. Réinvention de la nature, Paris (Chambon).

Husserl, Edmund (1973) : Zur Phänomenologie der Intersubjektivität [Husserliana, tome XV]. La Haye (Martinus Nijhoff).

Leroi-Gourhan, Arlette (1992) : Lascaux : premier chef d'œuvre de l'humanité. Dijon (Faton).

McFarland, Sarah E. et Ryan Hediger, dir. (2009) : Animals and Agency. An Interdisciplinary Exploration, Leiden (Brill).

Otterstedt, Carola et Michael Rosenberger, dir. (2009) : Gefährten – Konkurrenten – Verwandte. Die Mensch-Tier-Beziehung im wissenschaftlichen Diskurs, Göttingen (Vandenhoeck & Ruprecht).

Painter, Corinne et Christian Lotz (2007): Phenomenology and the Non-Human Animal. Dordrecht (Springer).

Pastoureau, Michel (2007) : L'Ours. Histoire d'un roi déchu, Paris (Seuil).

Pastoureau, Michel (2008) : Les Animaux célèbres. Paris (Arlea).

Pastoureau, Michel (2009) : Le cochon. Histoire d’un cousin mal-aimé, Paris (Gallimard).

Pastoureau, Michel (2011) : Le Bestiaire du Moyen Age. Paris (Seuil).

Peters, Joris et Klaus Schmidt (2004): « Animals in the symbolic world of Pre-Pottery Neolithic Göbekli Tepe, south-eastern Turkey: a preliminary assessment », Anthropozoologica, 39.1, p. 179-218.

de Planhol, Xavier (2004) : Le paysage animal. L'homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Paris (Fayard).

Schmidt, Klaus (2009) : « Göbekli Tepe. Eine Beschreibung der wichtigsten Befunde erstellt nach den Arbeiten der Grabungsteams der Jahre 1995–2007 », in : Erste Tempel – Frühe Siedlungen. 12000 Jahre Kunst und Kultur. Ausgrabungen und Forschungen zwischen Donau und Euphrat, Isensee (Oldenburg), S. 187–223.

Wiedenmann, Ralf (2009) : Tiere, Moral und Gesellschaft. Elemente und Ebenen humananimalischer Sozialität, Wiesbaden (VS).

Haut de page

Notes

1 Dans l’Islam, le bayân est « le propre de l’homme », « ce qui le distingue de l’animal » : le bayân est à la fois une intelligibilité propre à l’homme (= le don du langage articulé par opposition à l’animal) et, en même temps, une spécificité de la langue arabe, langue « parfaite » par contraste avec les autres langues. L’étranger est celui qui ne peut pas communiquer, homme ou bête, animal ou minéral : « humain, [l’étranger] est l’énonciateur dont la parole est inintelligible par opposition à celui dont la parole est intelligible et claire (al-fasîh) ». Cf. Ayoub, 2006.

2 Les thèses darwienniennes – bien que rejetées par les courants créationnistes – ont fait dans l’ensemble admettre l’existence d’une continuité entre les êtres vivants au sein des sociétés occidentales.

3 Titre d’un colloque au Mans, 2009. Le pronom relatif « qui » soulignant que les animaux sont a priori conçus comme « sujet » et non comme « objet » (Birnbaum, 2010).

4 Il n’est qu’à voir la violence des résistances et des débats autour des thèses darwiennes et avant elles, autour du transformisme lamarckien pour saisir la puissance de cette imprégnation et la difficulté à faire évoluer nos représentations.

5 Dans les recherches contemporaines, le champ, aux contours encore mal définis, des animal studies ou human-animal-studies, croise d’autres « tournants » majeurs tel le linguistic turn et les gender studies comme le soulignent notamment les articles du recueil Human-Animal Studies: über die gesellschaftliche Natur von Mensch-Tier-Verhältnissen, édité par Chimaira – Arbeitskreis für Human-Animal Studies.

6 Cf. particulièrement Pastoureau, Michel (2007) : L'Ours. Histoire d'un roi déchu, Paris (Seuil) ; (2008) : Les Animaux célèbres, Paris (Arlea) ; (2009) : Le cochon. Histoire d’un cousin mal-aimé. Paris (Gallimard) ; (2011) : Le Bestiaire du Moyen Age, Paris (Seuil).

7 Journal officiel n° C 340 du 10 Novembre 1997: “Protocole sur la protection et le bien-être des animaux”, disponible en ligne: [URL] http://eur-lex.europa.eu/fr/treaties/dat/11997D/htm/11997D.html#0110010013.

8 Cf. l’organisation de la « 1st Annual European Animal Law Conference. The Animal Turn and the Law:  Interdisciplinary Perspectives and New Directions in Animal Law » les 4 et 5 avril 2014, à l’Université de Bâle.

9 Sujet qui n’est pas seulement populaire dans les mythes antiques mais bien encore dans les récits contemporains, cf. (Willem, 2011).

10 Par exemple, Amos Oz, Soudain, dans la forêt profonde (traduit de l’hébreu, 2006). Au Japon, le livre pour enfants Le zoo sans éléphant de Ren Saito (1986), qui s’inspire de faits réels, raconte comment, dans le Japon dévasté par la Seconde Guerre mondiale, des enfants se mobilisèrent pour remplacer l’éléphant du zoo de Ueno à Tokyo, mort de faim des suites de la guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ségolène Débarre, Martin Baloge, Hanna Klimpe, Ruth Lambertz-Pollan, Masoud Pourahmadali Tochahi et Anne Seitz, « La condition animale : Places, statuts et représentations des animaux dans la société », Trajectoires [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 22 mai 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1247

Haut de page

Auteurs

Ségolène Débarre

Articles du même auteur

Martin Baloge

Articles du même auteur

Hanna Klimpe

Articles du même auteur

Ruth Lambertz-Pollan

Articles du même auteur

Masoud Pourahmadali Tochahi

Articles du même auteur

Anne Seitz

Articles du même auteur

Haut de page