Navigation – Plan du site
SynTHESES

Les yeux de la nation. Photographie amateur et société dans l’Allemagne de Guillaume II

Thèse de doctorat en histoire de l’art préparée en co-tutelle sous la direction d’Eric Michaud et Charles Grivel, EHESS Paris/université de Mannheim, soutenue le 15 décembre 2005.
Christian Joschke

Texte intégral

11880-1910 : trois décennies au cours desquelles les images, et singulièrement les images photographiques, prirent une importance capitale dans la vie publique et qui virent naître dans la bourgeoisie libérale allemande un projet ambitieux : elle a en effet investi la société civile de la fonction de construire une culture visuelle éclairée sur les fondements d’une structure associative, de ses pratiques délibératives et de son idéal éducatif. Cette bourgeoisie encadra l’essor de la photographie en formant des clubs d’amateurs, en publiant des revues, en organisant de grandes expositions qui ne se limitaient nullement à la photographie d’art. L’espace public ainsi formé tendait à faire émerger une culture commune à visée citoyenne. Pourquoi fut-ce les amateurs, et non la presse, l’industrie ou les institutions culturelles, qui furent placés au cœur de ce projet ? Quel fut l’horizon politique de ces images dans une Allemagne marquée par la propagande militariste et la Weltpolitik de Guillaume II ? Quel fut exactement le rôle de ces images dans la construction « par le bas » d’une identité nationale ?

2Pour donner à cette étude un ancrage sociologique précis, il s’agit tout d’abord de montrer la spécificité des associations de photographes amateurs et le rôle très important qu’elles jouèrent par rapport au développement de l’industrie photographique. Mais plus important encore, fut la légitimité culturelle qu’elles contribuèrent à procurer à une bourgeoisie issue des écoles réales (Realschulen), c’est-à-dire écartée du système de légitimation traditionnel, fondé quant à lui sur une bonne connaissance des langues anciennes et de la philosophie. L’image photographique permit ainsi à ces classes sociales de sortir de l’anonymat.

3C’est précisément pour cette raison que les élites culturelles libérales, parmi elles des scientifiques et des directeurs de musées, encouragèrent cette pratique et fédérèrent les associations. Les libéraux perdaient progressivement leur force politique et tentèrent, par des stratégies culturelles d’exercer, au-delà de la vie politique, une influence, de diffuser l’idéal d’un libéralisme social et culturel. à Hambourg, l’exposition de photographies d’amateurs à la Kunsthalle en 1893 témoigne de ces stratégies : moins d’un an après le dernier choléra, l’élite libérale et conservatrice fut discréditée par l’opposition politique. Grâce à cette exposition, elle espérait néanmoins retrouver une cohésion sociale. à Berlin en 1896, la grande exposition d’amateurs eut lieu moins de cinq ans après la défaite magistrale des libéraux aux élections du parlement. L’exposition eut lieu symboliquement au Reichstag et fut parrainée par la mère de l’empereur Guillaume II, qui avait depuis longtemps pris le parti du libéralisme contre le gouvernement autoritaire de son fils.

4Mais si cette élite réussit à construire un espace public cohérent, elle ne parvint guère à imposer sa culture à une petite bourgeoisie arc-boutée sur la mise en valeur d’une identité locale. Ainsi la photographie fut bel et bien au centre d’un nouveau consensus culturel, mais celui-ci s’appuyait sur les nouveaux symboles d’une identité locale et non sur l’idéal cosmopolite et urbain de la bourgeoisie libérale. Les nouvelles classes moyennes furent au centre d’un compromis culturel qui, fondé sur l’image et non sur le langage, dépassait les anciens clivages culturels et sociaux, et qui imposait à la nation une esthétique du folklore et du territoire. L’imaginaire national, pour reprendre l’expression de Benedict Anderson, passait ainsi d’un imaginaire de la langue à un imaginaire de l’image.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Joschke, « Les yeux de la nation. Photographie amateur et société dans l’Allemagne de Guillaume II », Trajectoires [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/126

Haut de page

Auteur

Christian Joschke

c.joschke@free.fr

Haut de page