Navigation – Plan du site
SynThèses

L’intégration sociale des réfugiés et expulsés allemands en Saxe 1945-1953

Thèse européenne en histoire contemporaine, soutenue le 8 mars 2013 sous la direction de Jacqueline Sainclivier, Université Rennes 2 Haute Bretagne
Claire Trojan

Texte intégral

1Lorsqu’il est aujourd’hui question d’intégration dans nos sociétés, le critère principal pour juger de son avancée reste l’apprentissage de la langue du pays d’accueil. L’objectif de cette thèse est avant tout d’étudier le parcours d’intégration d’une minorité dans une société de même langue, afin d’interroger les éléments qui fondent une inclusion ou une exclusion au-delà de ce seul élément. Le contexte historique dans lequel s’insère ce travail permet également de confronter deux parcours d’intégration dans les deux Allemagnes et deux modèles d’accueil fondés sur des principes politiques et idéologiques concurrents. Si la fuite et les expulsions des minorités allemandes ont trouvé leur place dans l’historiographie ouest-allemande dès 1945 et à partir de 1989 en ex-RDA, l’intégration de ces populations dans cette « kalte Heimat » (Andreas Kossert) place la société allemande au centre de la réflexion. Entre pénurie et luttes politiques, comment cette dernière a-t-elle accueilli ces millions de réfugiés ? Autrement dit, comment les expulsés ont-ils trouvé leur place dans une Allemagne en pleine transition politique, sociale et idéologique ?

2L’intégration en Saxe des minorités allemandes d’Europe centrale et orientale expulsées à la fin de la Seconde Guerre mondiale se déroule sous autorité soviétique, pendant la construction du socialisme est-allemand. Le réfugié devient officiellement un « Umsiedler » et son intégration se construit entre exigences idéologiques et contraintes économiques. Dès le début des années 1950, les réfugiés « disparaissent » de la vie publique en RDA : la phase d’intégration est close selon des autorités qui interdisent toute mention de la fuite, de l’expulsion ou de leur arrivée au nom d’une égalité proclamée entre les populations au sein du socialisme.

3L’étude des sources aux différents échelons administratifs et politiques locaux, régionaux et centraux entre 1945 et 1953, date de leur « disparition » des archives, a rendu possible dans ce travail de construire une différenciation des parcours d’intégration selon différentes catégories sociales étudiées (femmes, enfants, personnes âgées, prisonniers de guerre, etc.). La typologie des réfugiés révèle leurs possibilités variées d’intégration : certains groupes apparaissent comme des « laissés-pour-compte » tandis que d’autres profitent des opportunités politiques du nouveau régime. Elle présente plus précisément les limites de l’intégration qui se réalise parfois dans un climat de violence et de résistances, pour une population étudiée jusqu’ici comme un objet de recherche à priori homogène : « les réfugiés ».

4Si l’historiographie est-allemande conclut encore largement à une politique d’assimilation, ce travail d’histoire régionale et sociale s’attache à replacer le réfugié au centre de la réflexion, en interrogeant les défis mais aussi les opportunités offertes aux arrivants. La violence au quotidien exercée sur les Umsiedler d’un point de vue moral et humain ne peut être niée. De fait, l’augmentation exponentielle après 1989 des membres d’un « Bund der Vertriebenen » alors quasi-obsolète dans le paysage politique ouest-allemand tendrait à interpréter cette assimilation plutôt comme une simple adaptation au nouvel environnement sociétal, pour la durée d’existence de ce régime.

5A travers cette thèse, j’ai voulu avancer une autre grille de lecture. La rupture politique et idéologique qui balise l’arrivée des expulsés sur les territoires allemands bouleverse les deux modèles allemands alors en construction. Elle impose surtout l’ouverture d’espaces au sein des hiérarchies sociales traditionnelles préexistantes au sein desquels les réfugiés vont venir non pas s’intégrer mais selon moi « s’insérer ». De part la construction de la « nouvelle patrie socialiste », ces espaces se révèlent plus larges durant les premières années de la RDA, offrant ainsi en échange d’une nouvelle loyauté politique des perspectives inédites à une population réfugiée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Trojan, « L’intégration sociale des réfugiés et expulsés allemands en Saxe 1945-1953 », Trajectoires [En ligne], 7 | 2013, mis en ligne le 19 décembre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1271

Haut de page