Navigation – Plan du site
SynThèses

Le renouveau de l’enseignement artistique en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale

Thèse de doctorat en histoire de l’art, sous la direction de Serge Lemoine et de Michael Diers, soutenue le 28 octobre 2013, université Paris-Sorbonne et Humboldt-Universität zu Berlin
Axelle Fariat

Texte intégral

1Cette étude s’est attachée à la reprise de l’enseignement artistique en Allemagne entre 1945 et 1961, période où le territoire est d’abord divisé en quatre zones d’occupation puis en deux Etats distincts à partir de 1949. Pour effectuer ce travail comparatif, il a fallu choisir plus d’une dizaine de lieux d’enseignement. Mis à part le cas très particulier d’Ulm, seule création ex-nihilo, les différentes écoles étudiées ont toutes une longue tradition historique et des influences artistiques régionales dont il a fallu tenir compte lors de l’étude. Face à l’ampleur du sujet, nous nous sommes intéressés en particulier à des artistes pédagogues au vrai sens du terme, pratiquant un enseignement innovant, puis au devenir des étudiants ayant choisi l’enseignement.

2Le travail de recherche a été effectué dans 38 lieux différents répartis dans onze villes allemandes, sans compter les archives diplomatiques des occupants non conservées en Allemagne. Pour compléter ces recherches documentaires, nous avons pris contact avec des témoins de la période étudiée (anciens étudiants, enseignants, journalistes) mais aussi avec des spécialistes contemporains : historiens de l’art, historiens, galeristes.

3Nous avons pu ainsi dresser un certain nombre de constats. En premier lieu, on remarque que dans tous les cas, il a été fait appel à des enseignants essentiellement allemands. Ces derniers avaient subi le nazisme, et voulaient faire revivre l’art, symbole du droit d’expression et de liberté, qui leur avait été dénié.

4Ensuite, il ressort que les quatre occupants plus ou moins interventionnistes, ont d’une part échoué dans la dénazification. Mais d’autre part, ils ont utilisé tous les moyens, y compris l’enseignement artistique, pour servir leurs querelles idéologiques, mais sans pour autant aboutir à ce que l’art est allemand se résume à un art figuratif pas plus que l’Ouest soit le domaine du triomphe exclusif de l’abstraction.

5Notre étude fait ressortir trois périodes distinctes, celle de l’immédiat après-guerre, où de jeunes Allemands décident de s’inscrire dans une école d’art pour rattraper le temps perdu et devenir des êtres libres ; certains d’entre eux avaient vécu l’horreur des camps. Ils participent à la reconstruction de leur institution et étudient dans des conditions déplorables. Puis, vient la période d’après 1949 avec l’arrivée de citoyens d’un des deux États allemands ; leurs conditions d’étude se sont légèrement améliorées, mais tout n’est pas encore rebâtit. En dernier, les étudiants qui ont suivi des cours pendant la deuxième moitié des années 1950 et le début des années 1960, ont connu des conditions matérielles tout à fait correctes, mais ont été confrontés à des querelles dans les états. En RDA, le poids des normes artistiques du réalisme socialiste se fait de plus en plus ressentir, tandis qu’en RFA le renouveau économique a amené une remise en cause de la société de consommation. Cela aboutit à distinguer deux Etats concurrents, quasi ennemis au point de vue politique, mais avec des liens sur le plan artistique. La communication entre l’Est et l’Ouest n’a jamais connu de ruptures dans ce domaine, contrairement aux idées reçues. Les liens ont bel et bien existé, même si c’était souvent de manière confidentielle et non légale.

6Nous avons retrouvé cette constante de la pensée allemande selon laquelle les grandes épreuves engendrent des renouveaux. Ce n’est pas un hasard si l’Allemagne occupe aujourd’hui une place dominante dans l’univers de l’art, tenant le premier rang en Europe. En 2014, le système de classement Kunst Kompass, apparu en 1971, confirme la présence de cinq allemands parmi le top 10 des artistes internationaux : Georg Baselitz, Anselm Kiefer, Sigmar Polke, Gerhard Richter et Rosemarie Trockel. L’Allemagne a derrière elle le fabuleux legs de l’effervescence culturelle de la République de Weimar, ce qui a permis le renouveau d’une expression artistique allemande dans ce qui n’était plus que quatre zones d’occupation. Des personnalités atypiques ont accepté d’enseigner après 1945, à un moment où la notion même d’Allemagne était remise en question. Les artistes allemands bénéficiant aujourd’hui d’une renommée internationale ont reçu majoritairement une formation artistique à cette époque là, aussi bien à l’Ouest qu’à l’Est ; pour certains d’entre deux à l’Est, puis à l’Ouest comme Gotthard Graubner et Gerhard Richter, par exemple. Cela tend à prouver que les pédagogues de l’après-guerre ont su encourager des vocations. L’enseignement artistique est un des aspects de la réussite d’enseignants qui ont toujours pour points communs un talent personnel et une pédagogie innovante encourageant le développement individuel de leurs étudiants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Axelle Fariat, « Le renouveau de l’enseignement artistique en Allemagne après la Seconde Guerre mondiale », Trajectoires [En ligne], 8 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 16 août 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1304

Haut de page

Auteur

Axelle Fariat

axfariat@yahoo.fr

Haut de page