Navigation – Plan du site
SynThèses

Le défi de l’enracinement napoléonien entre Rhin et Meuse (1810-1814). Etude transnationale de l’opinion publique dans les départements de la Roër, de l’Ourthe, des Forêts et de la Moselle

Thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Jacques-Olivier Boudon (Université Paris-Sorbonne) et de Gabriele B. Clemens (Universität des Saarlandes), soutenue le 16 décembre 2013 à Sarrebruck
Pierre Horn

Texte intégral

1Les milliers d’études historiques consacrées à l’époque napoléonienne peuvent être classées en trois catégories. Une première famille relève du genre biographique. De création plus récente, une deuxième famille de travaux est de nature structuraliste. Enfin, il est une troisième famille de travaux, d’une exceptionnelle longévité de la première moitié du XIXe siècle à nos jours : celle consacrée à l’opinion publique. Ce travail s’inscrit dans cette lignée, tout en assumant une certaine différence méthodologique. De par son caractère transnational et au moyen de l’histoire croisée, il ambitionne en effet de réconcilier pas moins de quatre héritages historiographiques. En quoi le régime napoléonien s’enracinait-il – ou non – dans les départements nord-orientaux lorsque les crises (crise économique, crise de substances, crise de confiance et guerre européenne) sont venues mettre un frein puis un terme à cet enracinement ? A travers cette question, c’en est en réalité une autre qui, presque irrésistiblement, transparaît : celle de l’attachement au « régime français » des populations allemandes, belges et luxembourgeoises qui vivaient dans les départements annexés. Un sujet qui a déchiré historiens français, allemands, belges et luxembourgeois du XIXe siècle à la Seconde guerre mondiale et qui apparait, aujourd’hui encore, éminemment controversé.

2Dans une première partie intitulée « Du terreau et des racines », ce sont tout d’abord les sédimentations culturelles et les persistances dynastiques qui ont été mises en lumière. Cette étude des structures de l’opinion révèle notamment que le régime napoléonien – cumulant les spécificités d’être un régime français et un régime récent – ne disposait pas de « racines profondes » dans des pays réunis au « terreau » peu propice. C’est ainsi que, dès les premiers chapitres, la thèse controversée du caractère « inéluctablement étranger » de la « domination française » (französische Fremdherrschaft) est questionnée. De l’analyse de cette question, il ressort qu’il n’est pas exclu que le régime français ait, en effet, été considéré comme « étranger » (le début du XIXe siècle n’est-il pas rempli de comportements de rejet vis-à-vis de tout ce qui apparait « différent » ou « étranger » ?), tout en insistant sur le fait qu’étant donné la double absence d’un racisme dont les Français auraient été la cible et d’un véritable « patriotisme d’Ancien Régime », le rejet n’était pas aussi « viscéral » qu’ont cru pouvoir le remarquer nombre d’historiens allemands du Sonderweg.

3Intitulée « Des pétales et des épines », la deuxième partie de ce travail est celle de la responsabilité directe du régime napoléonien dans les succès et les limites de son enracinement entre Rhin et Meuse. Au fil de cette analyse, différents éléments ont pu être mis en lumière : la centralisation, révolution inséparable de la mise en place du cadre départemental ; la conscription, institution certes abhorrée mais progressivement acceptée ; les institutions napoléoniennes qui, protectrices et rassurantes, bénéficiaient d’un surprenant degré de soutien populaire ; une méthode d’administration napoléonienne souvent vexatoire ; enfin, un ordre social viable bien que le régime n’ait pas veillé aux intérêts des différents groupes sociaux et des différents territoires de manière égale. Ont ainsi été passés au crible une multitude d’éléments qui, présentant la caractéristique d’être aussi bien des facteurs d’adhésion que des pommes de discorde, prouvent que la formation de l’opinion publique est nécessairement multifactorielle, bien loin des argumentations simplistes des anciennes écoles nationalistes, qu’elles aient été françaises, allemandes, belges ou encore luxembourgeoises.

4Intitulée « Des frimas et de la grêle », la troisième partie est celle de la conjoncture, et plus précisément celle de son acharnement. Dans les mois précédant l’invasion, l’épuisement est en effet triple : du fait du marasme économique et de l’augmentation parallèle des charges, il est économique ; du fait de la recrudescence des levées d’hommes qui se font sur des classes d’âge marquées par un baby-krach survenu dans les premières années des guerres révolutionnaires, il est aussi démographique ; enfin, du fait des revers et de l’attitude du gouvernement qui, face à la crise de confiance, se raidit à la manière républicaine et promet une victoire qui a l’odeur désagréable de la guerre totale, il est également psychologique. Toutefois, c’est la conjonction d’une conjoncture difficile et d’une inflexibilité toute napoléonienne qui confère aux difficultés de la période 1811-1813 leur résonnance particulière. Cette combinaison d’éléments tour à tour structurels, tenant à la politique impériale et puis conjoncturels explique en quoi le régime français napoléonien en 1813 et 1814 se trouvait acculé, dans les pays annexés comme dans l’ « ancienne France ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Horn, « Le défi de l’enracinement napoléonien entre Rhin et Meuse (1810-1814). Etude transnationale de l’opinion publique dans les départements de la Roër, de l’Ourthe, des Forêts et de la Moselle », Trajectoires [En ligne], 8 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1306

Haut de page