Navigation – Plan du site
SynThèses

Diversités franco-allemandes : Pratiques interculturelles et autonomisantes en didactique des langues étrangères

Thèse de doctorat en sciences de l’éducation, sous la direction de Bertrand Daunay (Université de Lille 3) et de Fred Dervin (Helsinki), soutenue le 4 juillet 2014, université Lille 3 Laboratoire CIREL, équipe Théodile
Véronique Lemoine

Texte intégral

1La thèse s’inscrit en Sciences de l’éducation et interroge une problématique liée à la didactique des langues.

2La perspective actionnelle, institutionnalisée par le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL), dite nouvelle méthodologie en enseignement-apprentissage des langues est en vogue, tant dans la sphère des prescriptions officielles que de la recherche. Cette perspective considère les apprenants comme des acteurs sociaux qui ont des tâches à accomplir dans des circonstances et des environnements donnés. Cette approche, selon moi, interroge plus particulièrement la relation à l’Autre/aux autres et l’adaptabilité du sujet, c’est-à-dire ses compétences interculturelles et ses aptitudes à être autonome.

3Cette thèse ambitionne de comprendre comment se construisent et se (re)définissent les pratiques interculturelles et autonomisantes par les enseignants du primaire de deux pays, la France (Académie de Lille) et l’Allemagne (Land Hessen et Land NRW) dans un contexte institutionnel européen qui promeut un enseignement actionnel. J’analyse les pratiques et les discours d’enseignants du primaire (écoles élémentaires, classes de Cours Moyen 1ère année et 2ème année et Grundschule, 3. Klasse et 4. Klasse), à travers les concepts d’approche interculturelle et d’autonomie. Ces deux notions, en tant que points d’ancrage théoriques construits par et pour la recherche, sont définies en interrelation et interrogées avec un regard réflexif et critique ; elles sont notamment mises en débat avec l’approche culturaliste réifiante. Ces notions entrent en tensions avec les prescriptions officielles et les convictions des enseignants qui ont collaboré avec moi dans ce travail.

4Une des caractéristiques de cette recherche qualitative est de proposer une approche interdisciplinaire, avec des références internationales. Une autre caractéristique consiste à revisiter la notion de comparaison inter et intra-nationale dans une visée éthique de recherche : éviter la catégorisation et les dérives de hiérarchisation entre les écoles, entre les pays.

5La recherche se base sur le croisement de multiples données empiriques recueillis dans les deux pays : quatre focus groups d’enseignants, quinze observations de classes en langues étrangères, cinq entretiens d’enseignants, en France comme en Allemagne, écrits des prescriptions (programmes de langues) et écrits des recommandations (parcours de formation en ligne des dispositifs Pairform@nce et Intel Lehren Aufbaukurs Online). Les discours, toujours resitués en contextes, sont analysés au regard de théories de l’énonciation et du dialogisme issues des sciences du langage. L’introduction des points de vue des acteurs, en confrontation avec l’autre (l’enseignant, l’élève, le collègue, le chercheur) évite de produire une recherche simplificatrice, classificatrice et généralisante.

6Les résultats de la recherche illustrent l’importance de s’intéresser aux discours et aux pratiques enseignantes pour mettre à l’épreuve une méthodologie promue par des textes officiels et parfois vantée de façon récurrente comme un bouleversement dans les pratiques. Les analyses multiples montrent que les enseignants des 2 pays sont capables d’échapper aux catégorisations culturelles étriquées et folklorisées que suggèrent les prescriptions/recommandations. Mais qu’en même temps, ils peuvent enraciner leurs enseignements dans des croyances, dans des approches différentialistes qui interrogent l’éducation des élèves aux diversités. On notera toutefois qu’en France les prescriptions officielles à tendance culturaliste influencent fortement les discours des enseignants.

7Les résultats illustrent avec force une définition de la perspective actionnelle par les acteurs dans les 2 pays, en tant que démarche simplexe, c’est-à-dire un continuum entre des positionnements contraires. Les résultats montrent clairement une oscillation entre des positionnements qui autonomisent les élèves et d’autres qui les musèlent, et en même temps qu’il existe une porosité des frontières entre ces tendances. Ce que j’ai choisi de définir par les termes positionnement fossilisant (qui dérive sur la folklorisation, l’exotisme par la décontextualisation et tend à faire croire à l’homogène figé) et positionnement défossilisant (où l’hétérogène est reconnu et admis). Les résultats montrent comment les enseignants à certains moments « font simple » et amènent aux élèves des catégorisations (ce qui est français, ce qui est anglais) et qu’en même temps les élèves provoquent des déstabilisations par un questionnement qui complexifie la situation (Ils ne comprennent pas toujours que l’enseignant leur impose des représentations sur Soi, sur l’Autre « cet » Anglais dont ils apprennent la langue).

8La thèse propose un point de vue critique des visions comparatistes différentialistes et donne à voir des résultats qui valorisent des diversités et des complexités franco-allemandes pour construire la compréhension de l’objet de la recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Lemoine, « Diversités franco-allemandes : Pratiques interculturelles et autonomisantes en didactique des langues étrangères », Trajectoires [En ligne], 8 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1310

Haut de page