Navigation – Plan du site
SynTHESES

La violence au quotidien : Les surveillantes-SS au camp de concentration et d’extermination de Maïdanek (1942-1944)

Thèse de doctorat en histoire et civilisations/Historische Anthropologie préparée en co-tutelle sous la direction de Michael Werner et Alf Lüdtke, EHESS, Paris/université d’Erfurt, soutenue le 1er juin 2007.
Elissa Mailänder-Koslov

Texte intégral

1La recherche sur les camps de concentration nazis n’a pas accordé jusqu’à présent une grande place aux violences concentrationnaires et lorsqu’elle le faisait, elles étaient analysées le plus souvent comme conséquence « logique » de l’idéologie nazie. Pour comprendre le déroulement de ces violences il était donc important de focaliser l’étude sur un camp précis pour repérer l’exercice quotidien du service et l’ensemble des expériences des surveillantes en utilisant le concept du quotidien (Alltag) qui scrute les notions politiques du privé et place la question de la domination (en allemand, Alf Lüdtke se réfère au concept de Herrschaft) au centre de son attention, en accordant la primauté aux acteurs.

2La documentation disponible orienta mon choix sur le personnel SS du camp de Maïdanek dont six anciennes surveillantes et onze anciens officiers et simples hommes-SS (SS-Männer) ont été traduits en justice entre 1975 et 1981 à Düsseldorf. Je pouvais étudier un groupe de 28 surveillantes employées au camp de femmes, avec un regard croisé sur les hommes. Le camp de Maïdanek installé en été 1941 à Lublin dans la Pologne occupée fut à la fois camp de concentration et d’extermination. Il y était inclus d’octobre 1942 à avril 1944 un camp de concentration pour femmes, et à partir de printemps 1943, il servit aussi de camp d’enfants juifs. Ce camp, aux fonctions multiples, servait à la fois de camp pour prisonniers de guerre soviétiques, de camp de travail pour les prisonniers d’origine juive et polonaise, de camp d’internement pour la population polonaise et soviétique rurale prise en otage, de camp de concentration pour les prisonniers politiques polonais et, entre l’été 1942 et l’automne 1943, de camp d’extermination pour les déportés juifs. Il me permettait de considérer les pratiques de violence des surveillantes dans une dimension concentrationnaire et dans une dimension exterminatrice.

3Le projet se veut une anthropologie historique des pratiques des violences concentrationnaires. Il est fondé sur une double enquête : d’une part, l’identification et l’analyse des conduites violentes et d’autre part, le repérage et l’étude des processus socioculturels dans le cadre desquels les actes de violence sont « pensables ». J’esquisserai mes résultats de recherche dans trois directions :

41. Les processus d’adaptation et d’intégration à « l’univers concentrationnaire » (David Rousset) pour le personnel de camp est d’une importance cruciale : les observations des anciennes déportées politiques de toute origine sur l’arrivée des nouvelles recrues révélaient qu’en quelques semaines, des jeunes femmes allemandes et autrichiennes peu sûres d’elles, gênées ou timides, se transformaient en surveillantes-SS. La première « expérience concentrationnaire » (Michael Pollak) des nouvelles recrues au camp de Ravensbrück qui servait de camp d’entraînement est d’une importance cruciale pour le groupe de surveillantes de Maïdanek. Les uniformes, les armes, les règles et directives ainsi que toute la paperasserie du camp furent d’une part des éléments constitutifs d’une identification professionnelle et d’une appartenance de corps et conféraient d’autre part, une certaine « légitimité » à leur travail de surveillante.

52. L’observation du personnel de Maïdanek permettait ensuite une meilleure compréhension du fonctionnement même du camp. Ce camp n’était pas une institution figée, mais une arène extrêmement dynamique qui englobait une multitude d’acteurs. Entre le règlement et la pratique, il y avait un gouffre : à tout niveau, les gardiennes (et les SS hommes) disposaient d’une marge de manœuvre d’actions et d’interprétations des règlements et des directives et elles/ils en usaient largement. C’est ici que mon corpus et mes matériaux ont tenu toutes leurs promesses. Les conditions des actions violentes étaient certes « données » par le cadre institutionnel et politique de destruction, mais elles étaient aussi transformées et produites par les acteurs qui « s’appropriaient » les règles et leur environnement social.

63. Des surveillantes qui ne s’étaient particulièrement illustrées pour leur brutalité à Ravensbrück manifestèrent à Maïdanek des conduites extrêmement violentes et cruelles. Cette radicalisation des comportements s’explique par une multitude de facteurs : premièrement par l’ambivalence des frustrations. En octobre 1942, la mutation de Ravensbrück à Maïdanek provoqua un véritable choc chez les surveillantes face aux conditions sanitaires particulièrement désastreuses qui affectèrent directement le personnel de surveillance plus que dans d’autres camps. Le constat d’une pratique massive et quotidienne de la violence mène deuxièmement à la dimension sociale de ces pratiques : dans le monde concentrationnaire, caractérisé par sa clôture, où toute action avait lieu dans le groupe ou sous les yeux des autres, les dynamiques de groupe sont cruciales pour comprendre les actes violents. Avant l’arrivée des surveillantes, Maïdanek était déjà un univers particulièrement brutal. Restent enfin à expliquer les pratiques de violence singulières, celles qui s’attardent à humilier, à souiller, à faire souffrir. Pour les viser, j’ai recouru au concept de cruauté. Il s’agit de faire subir à la victime le plus de souffrance possible, de l’atteindre à travers la douleur physique et morale ainsi que de la salir, comme V.  Nahoum-Grappe l’a bien relévé.

7Les violences, la cruauté à l’égard des prisonniers et en particulier des Juifs se veut à la fois une réponse aux circonstances chaotiques, crées par les acteurs eux-mêmes, et la gestion quotidienne d’un « travail » de destruction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elissa Mailänder-Koslov, « La violence au quotidien : Les surveillantes-SS au camp de concentration et d’extermination de Maïdanek (1942-1944) », Trajectoires [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/132

Haut de page

Auteur

Elissa Mailänder-Koslov

elissa_mailaender@yahoo.fr

Haut de page