Navigation – Plan du site
Figures d’autorité

Les permanents passent, le parti demeure

Le parti communiste, une figure d’autorité ambiguë chez le « dissident fidèle à la ligne » Jürgen Kuczynski
Paul Maurice

Résumés

À partir de la figure de l’historien et économiste marxiste Jürgen Kuczynski (1904-1997), nous verrons les difficultés d’un intellectuel communiste à se positionner face à la figure d’autorité que fut pour lui le parti communiste dont il fut membre toute sa vie. Les années d’exil et de guerre rendent l’attachement à l’autorité politique du parti transcendant, mais il entretient un rapport complexe avec l’autorité intellectuelle du parti durant la période de la RDA. Nous verrons à travers les moments de tension de sa biographie en quoi cette figure d’autorité, partiellement reconstruite, est paradoxale, entre remise en cause et acceptation volontaire de la figure d’autorité, politique et intellectuelle, du parti communiste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Heute, am 14. Juli 1990, sind es 60 Jahre, seit ich am 141. Jahrestag des Bastille-Sturms, am 14. (...)
  • 2 « Linientreuer Dissident »

1À l’été 1990, Jürgen Kuczynski (1904-1997), professeur d’histoire économique retraité de l’Académie des sciences de RDA, entreprend d’écrire ses mémoires pour la période des quarante années d’existence de la RDA. Dans cet ouvrage autobiographique, il commence par cette phrase, emphatique et sentencieuse qui tranche avec une époque où beaucoup tentaient d’oublier leur passé : « Aujourd’hui, le 14 juillet 1990, cela fait 60 ans qu’au 141ème anniversaire de la prise de la Bastille le 14 juillet 1930, j’entrai au parti communiste allemand1. » (Kuczynski, 1992 : 7). Il tente a posteriori de se construire une figure de « dissident fidèle à la ligne2 », titre qu’il donne à cet ouvrage, mais il en est, pour l’historien Matthew Stibbe, l’exact opposé : un communiste dévoué et loyal au parti, mais qui a rarement suivi sa ligne officielle (2011 : 67).

  • 3 Kommunistische Partei Deutschlands, parti communiste allemand fondé en 1919.
  • 4 Partei des Demokratischen Sozialismus, successeur du SED dès décembre 1989.
  • 5 Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, parti socialiste unifié en RDA créé en 1946.
  • 6 Le « permanent intellectuel »
  • 7 P. ex. le chimiste Robert Havemann, entré au KPD en 1932, emprisonné par la Gestapo en 1943. Il fut (...)

2Kuczynski désigne par l’expression uniformisée de « parti communiste » un organe qui prit bien des formes durant le XXème siècle allemand. Du KPD3 au PDS4 en passant par le SED5 de la RDA, le parti représente en effet durant toute la vie de Kuczynski, une figure d’autorité politique incontestable, qui lui permet néanmoins, en s’en affranchissant par moments, de devenir lui-même une autorité intellectuelle. Car reconnaître et accepter l’autorité que représente le parti, c’est concevoir le rayonnement de cette autorité sur sa propre pensée, et donc ne pouvoir l’élaborer et la diffuser qu’à partir de cette référence. Membre actif du parti en RDA, il oscille entre sa fonction politique de député de la Volkskammer et sa fonction intellectuelle de professeur à la Humboldt-Universität de Berlin-est. Cette dualité permet d’illustrer la complexité des types d’autorité reconnus dans le parti et la relation complexe voire paradoxale que Kuczynski entretient avec celui-ci. Dans de telles perspectives, le parcours de Kuczynski met au jour les paradoxes des processus d’acception et de légitimation des figures d’autorité par excellence en RDA : celles de l’intellektueller Funktionär6 assujetties à l’autorité stricte du parti, qui, selon Hannah Arendt, « requiert toujours l’obéissance » (1972 : 123). Sa traversée du siècle montre que le parti – sous toutes ses formes – est, pour lui, un outil de construction, d’installation puis de pérennisation du pouvoir communiste, et simultanément, un cadre d’émancipation de la pensée, toujours en son sein. Bien qu’instrument d’encadrement des masses auquel il adhère, le parti communiste lui permet de construire tout au long de sa vie une pensée individuelle et originale. Cette relation particulière qu’entretient Kuczynski à l’autorité du parti communiste est révélatrice de l’importance fondamentale que celui-ci a joué dans la vie de nombreux intellectuels au XXème siècle. Mais la particularité de Kuczynski réside dans le fait qu’il ne s’est pas éloigné du parti, contrairement à la majeure partie des intellectuels critiques7.

  • 8 La bibliothèque personnelle de Kuczynski comptant près de 70 000 ouvrages, documents d'études, arti (...)
  • 9 Le journal de Kuczynski a été déposé dans les archives de l'Académie des sciences de Brandebourg. S (...)

3Pour cela l’écriture introspective et autobiographique semble être le laboratoire de l’élaboration et de la justification de cette interaction entre légitimation et dé-légitimation de son attachement à l’autorité transcendante du parti. La confrontation des nombreux volumes de mémoires publiés par Kuczynski, avec son abondante correspondance8, permet d’analyser la formalisation de la figure paradoxale de l’intellectuel « dissident fidèle à la ligne », symptomatique de la RDA. Cependant, dans ses mémoires, « documents ego » par excellence, il reconstruit, réinterprète parfois, tout en reproduisant de larges pages de son journal9. Il alterne dans son écriture entre la première et la troisième personne du singulier, se faisant le rapporteur qui analyserait avec objectivité ses pensées d’alors. Cet artefact lui permet de construire des souvenirs téléologiques qui montreraient la cohérence de son parcours dans sa relation au parti communiste.

4Ces sources particulières laissent néanmoins apparaître des moments de tension qu’il s’agit de dépasser et d’expliciter. Celles-ci mettent au jour des contradictions dans la construction de la figure d’autorité qu’il semble vouloir reconnaître dans le parti communiste. Nous verrons en quoi le parti communiste est une figure d’autorité à la fois acceptée par Kuczynski mais aussi construite voire reconstruite devenant mutatis mutandis un instrument de l’interaction entre figure d’autorité intellectuelle et figure d’autorité politique qui s’entremêlent et interagissent parfois de manière antithétique.

5Les enjeux de ce rapport paradoxal à l’autorité du parti peuvent être appréhendés selon trois axes de réflexion. Nous nous proposerons de montrer qu’une conception téléologique de l’histoire le conduit à un attachement profond et pérenne, voire métaphysique, au parti, accepté comme une autorité marxiste (1). Nous verrons que le parti communiste est construit, malgré ses aspects autoritaires et par sa hiérarchie, comme une autorité dirigiste qui lui permet paradoxalement d’affirmer son indépendance intellectuelle (2). Enfin, cette allégeance au parti, sur lequel il projette ses propres idéaux marxistes, tout en entretenant une relation complexe avec ses structures, permet à l’intellectuel de le penser comme une autorité morale et politique, sans pour autant lui reconnaître le statut d’autorité intellectuelle (3).

Un attachement métaphysique au parti marxiste

Religiosité dans le parti

  • 10 « Lenin ist für mich der größte Staatsmann nach Perikles im antiken Griechenland ».
  • 11 « Marguerite meinte in früheren Jahren öfter : „Wenn du zweihundert Jahre eher geboren wärst, wärst (...)
  • 12 « Ich war zwar verblüfft, aber ich glaubte an die Prozesse. » Les procès de Moscou organisés par St (...)
  • 13 « Das ist sein Vertrauen in die Führung der Partei – oder sollte man bei seiner Unreife in die Eins (...)

6Pour Kuczynski, l’expérience fondatrice de la révolution d’octobre qu’il mythifie tout comme il met Lénine sur un piédestal, prend une signification mystique. La croyance de Kuczynski dans le « pays de Lénine » (« Land Lenin ») était profonde, il affirmait que Lénine était « le plus grand homme d’État depuis Périclès10 » (1996 : 93). Dans sa perception, le parti marxiste a donc une autorité transcendante qui le dépasse et qui assure une sécurité à ses convictions, même si cette foi dans le parti signifiait également la foi dans Staline comme successeur de Lénine. Il se construit dans le parti communiste une autorité religieuse et en plaisante lui-même lorsqu’il rapporte les propos de sa femme dans ses mémoires : « Marguerite disait souvent lors de nos jeunes années : „si tu étais né 200 ans plus tôt, tu serais devenu le plus fidèle disciple de l’Église catholique“ »11(1973 : 242). Cet attachement au parti devient pérenne, mystique, voire métaphysique dans les années 1930 lorsqu’il avoue, malgré sa stupéfaction, avoir cru dans les procès spectacles de Moscou12 (1997 : 57). Ces propos affirmés à la fin de sa vie, comme pour se dédouaner, doivent être mis en perspective avec ce qu’il disait dans ses mémoires en 1973 à propos de ses premières années d’engagement et de ce qui le stimulait pendant la clandestinité durant ces années de grand danger : « c’est sa confiance dans la direction du parti – ou devrait-on dire plus précisément du fait de son immaturité dans l’évaluation de la stratégie et de la tactique : sa confiance aveugle, sa foi ? liées à une capacité à l’absolue discipline13 » (1973 : 242). « Foi » et « absolue discipline » ainsi associées permettent donc d’accepter l’autorité du parti et de sa direction de manière irrationnelle. Cependant, pour Axel Fair-Schulz,ces pages publiées à l’époque de la RDA laissent entendre la distance prise par Kuczynski avec son comportement d’autrefois, la « confiance aveugle » se confondant ici avec l’« immaturité. » (2005 : 151). En effet, à cette époque, en tant que dirigeant du parti, il ne pouvait se permettre le doute. Mais en tant qu’intellectuel marxiste, construit et façonné durant les années d’exil et par son regard critique sur la RDA, il peut et doit se permettre le doute, celui-ci étant préalable à la construction de la connaissance et d’une vérité scientifique que recherche Kuczynski.

La transcendance du parti en exil

  • 14 « Bei seinem Besuch im Oktober 1936 wurde ihm mitgeteilt, dass er die Leitung der Partei in England (...)
  • 15 Après la prise du pouvoir par les nazis, la direction du KPD fut partagée en juin 1933. Une directi (...)
  • 16 P. ex. une série d'articles sur le réarmement allemand sous le pseudonyme de John Knight entre 1937 (...)
  • 17 Lettre du premier lieutenant Harold J. Barnett à Kuczynski, 21 septembre 1944, legs Kuczynski à la (...)
  • 18 « Nach kurzen Verhandlungen – und nach Rückfrage meinerseits bei der entsprechenden Stelle, die mei (...)

7Son engagement politique ainsi que ses origines juives le poussent à quitter l’Allemagne en 1936 et à réfugier en Grande-Bretagne où son exil dure jusque 1945. Il devient dès les premiers mois de son exil à Londres et ce jusqu’en 194414, dirigeant politique, Politischer Leiter, de la section du KPD constituée par les réfugiés Allemands en Grande-Bretagne15 (Kuczynski, 1973 : 286). Mais son attachement et sa participation au rayonnement de l’autorité du parti parmi les émigrés allemands en Grande-Bretagne se fit de manière assez particulière. Publiant sans relâche des études visant à discréditer les réussites économiques du régime nazi16, son activité durant l’exil ne fut pas, ou très peu, celle d’un soldat du parti, Parteisoldat, mais plutôt celle d’un permanent intellectuel, intellektueller Funktionär, dans l’appareil du parti (Fair-Schulz, 2005 : 151). Cette liberté intellectuelle vis-à-vis de sa fonction politique lui permit de rester ouvert à d’autres opportunités. En septembre 1944, l’United States Strategic Bombing Survey (U.S.S.B.S), lui propose d’entrer à son service17. Il accepte cette proposition, mais non sans avoir consulté au préalable le « service compétent » dont il dépend18 (Kuczynski, 1973 : 399). Il faut comprendre qu’il n’a décidé d’accepter cette proposition qu’à travers l’autorité du parti communiste allemand auquel il reste attaché. Le lien qu’il tisse avec le parti se renforce durant la guerre, car celui-ci apparaît comme le « sauveur » durant cette période de trouble et de difficultés personnelles liées à l’exil.

Parti communiste et autorité dirigiste

Entre autorité du parti et parti autoritaire

  • 19 « Mit der größeren Verantwortung war die Notwendigkeit einer viel größeren persönlichen Autorität v (...)
  • 20 « Klarheit in der Ausrichtung der politischen Linie, gute, eindringliche Argumentation und ruhige S (...)
  • 21 « Sofort besprach er darum die Situation mit den führenden Genossen. Ehe er sich mit ihnen zusammen (...)

8Pour Kuczynski, « avec la grande responsabilité [de sa fonction de Politischer Leiter en Grande-Bretagne] était associée la nécessité d’une autorité personnelle encore plus grande19. » (Kuczynski, 1973 : 287). Lorsqu’il écrit ces lignes en 1973 on peut s’interroger sur leur sens en supposant que l’autorité dont il parle n’est pas la sienne propre, mais celle qui lui est déléguée, grâce à son rôle politique au sein du parti. Il doit donc faire autorité, non pas pour lui, mais pour transmettre à son tour l’autorité du parti auprès de ses camarades. Sa propre définition de l’autorité vient par la suite lorsqu’il affirme que « la clarté dans l’orientation de la ligne politique, une bonne et pénétrante argumentation et une assurance sereine vis-à-vis des événements et des camarades étaient plus que jamais nécessaires20 » (1973 : 287). Cette conception de l’autorité à trois niveaux, de la source de l’autorité à son application auprès des masses, passe par deux médias de transmission : une transmission rationnelle, celle de l’argumentation, et une transmission irrationnelle, celle de la personnalité, ce qu’il nomme « l’assurance sereine. » Cependant, si l’on se réfère à Hannah Arendt lorsqu’elle affirme que « là où on a recours à des arguments, l’autorité est laissée de côté » (1972 : 123), Kuczynski semble porter de manière ambiguë l’autorité politique qu’il assume et qui existe au sein du parti. En effet, toujours selon Hannah Arendt, « l’autorité […] est incompatible avec la persuasion qui présuppose l’égalité et opère par un processus d’argumentation » (1972 : 123). La fonction de dirigeant politique qu’occupe Kuczynski ne suppose pas d’égalité, il n’a donc pas à convaincre, mais à imposer. C’est ce qui se passe au moment de la signature du pacte germano-soviétique en 1939. Il se présente face à ses camarades, non pas avec un discours, mais avec un cigare qu’il dit allumer pour « fêter le pacte21 ». Il est intéressant de constater qu’ici, il ne tente pas de convaincre, mais fait preuve de cette « assurance sereine » inhérente, selon lui, à l’autorité de sa fonction. Son autorité et celle du parti passent par le geste, et non par l’argumentation.

Une autorité qui réside dans la hiérarchie

  • 22 « Außerdem galt es für den Polleiter, mit stärkster Unterstützung des Orgleiters, des für Organisat (...)

9Lorsqu’il occupe des fonctions dirigeantes, Kuczynski ne prétend pas être le seul rouage du parti détenteur de l’autorité qui lui est confiée. Il soutient l’importance de la fonction adjacente à la sienne, celle du directeur organisationnel, l’Organisatorischer Leiter ou « Org » : « en outre, il s’agissait pour le Polleiter, avec le plus grand appui de l’Orgleiter, du camarade responsable des questions d’organisation, […] d’assurer la discipline morale22. » (1973 : 287). Le respect de l’autorité, ici représenté dans la notion de discipline qui entraîne l’obéissance, implique un sens moral, c’est-à-dire une reconnaissance absolue de l’autorité à tous les niveaux du parti. En effet pour Hannah Arendt,

« la relation autoritaire entre celui qui commande et celui qui obéit ne repose ni sur une raison commune, ni sur le pouvoir de lui qui commande ; ce qu’ils ont en commun c’est la hiérarchie elle-même, dont chacun reconnaît la justesse et la légitimité et où tous deux ont d’avance une place fixée » (Arendt, 1972 : 123).

  • 23 « […] hatte ich auch hier Glück, indem mir ein großartiger „Zweiter“ zur Seite stand »

10Cette hiérarchie nous est présentée par Kuczynski comme une « chance, du fait qu’un formidable „second“ se tenait à [ses] côtés23. » (1973 : 288). Cette acceptation de la hiérarchie, comme inhérente à l’autorité, implique que Kuczynski se positionne lui-même comme une figure d’autorité dépositaire de celle du parti. En effet, pour lui, l’autorité du parti devait participer à l’autorité scientifique de ses membres et en retour ceux-ci devaient mettre leur autorité scientifique à contribution pour renforcer l’autorité du parti.

Une autorité morale et politique sans statut d’autorité intellectuelle

Les permanents passent..

11A partir des années 1950, Kuczynski entretient en RDA des relations politiques difficiles avec le comité central du SED. Il est dénoncé en janvier 1953 comme un espion qui a travaillé à Londres pour les autorités militaires américaines et le magazine Left News considéré comme « juif-trotskiste ». Interrogé par les autorités en juillet 1953, il s’en prend dans sa déposition à Kurt Hager son ancien camarade d’exil et idéologue du parti :

  • 24 « Protokoll der Befragung des Genossen Professor Kuczynski am 20.7.1953 » in SAPMO-BArch, DY 30/IV (...)

« Je déteste Hager […]. Si quelqu’un du comité central lui ordonne d’adopter la mauvaise ligne, il la transmet à 100 %, même si cette politique va à l’encontre du peuple […]. Il n’a pas d’avis par lui-même. À la place de cela, il adopte le point de vue qu’il considère présentement comme le point de vue du parti.24 »

  • 25 Lettre de Kuczynski à Kurt Hager (pseudonyme Felix Albin) du 7 juillet 1943, KNL : Kuc8-2-H00008 : (...)

12Kuczynski méprise les Parteifunktionäre, les permanents du parti, les idéologues, qu’il considère comme des bureaucrates allant à l’encontre de la pensée critique. Dans sa correspondance, partiellement accessible, avec Kurt Hager pendant la guerre, on trouve déjà les bribes de cette opposition entre autorité politique et autorité intellectuelle. Dans l’échange épistolaire qui les occupe en juillet 1943, sur les facteurs objectifs et subjectifs dans l’Histoire, Kuczynski tente d’affirmer l’autorité de son analyse critique face à Kurt Hager25. Mais à cette époque, Kuczynski occupait encore un poste à responsabilité politique pour le parti. Dix ans plus tard, c’est comme intellectuel qu’il opère pour celui-ci. Il peut donc se permettre d’en remettre en cause l’autorité intellectuelle détenue, à tort selon lui, par les Parteifunktionäre avec qui il a le plus de déboires durant sa carrière scientifique.

… le parti demeure ?

  • 26 Parti Communiste de l'Union Soviétique
  • 27 „Würden Sie, nebenbei gesagt, wenn Ihr Nachbar seine Wohnung neu tapeziert, sich verpflichtet fühle (...)

13Kuczynski a toujours reconnu l’autorité du parti à travers la figure de ses dirigeants. Lorsque Mikhaïl Gorbatchev devient secrétaire général du PCUS26 en mars 1985 les autorités politiques de la RDA font preuve de scepticisme. L’idéologue du parti, Kurt Hager, déclare en effet lors de son interview au magazine ouest-allemand Stern en 1987 : « Si votre voisin changeait les papiers peints de son logement, vous sentiriez-vous obligé de faire de même27 ? » Kuczynski au contraire voit la Glasnost comme « un retour au léninisme, en d’autres termes un retour à l’offensive contre tout ce qui est faux, à la discussion ouverte, principalement avec le peuple et à une réaffirmation de l’importance de la critique. » (1990 : 35). Reconnaître l’autorité de son dirigeant, est pour lui réaffirmer son attachement à l’autorité politique du parti, d’autant plus que la ligne réformiste de Gorbatchev semble correspondre davantage à ses idéaux. Cette politique apparemment plus critique est également l’occasion pour lui de vouloir réconcilier l’autorité intellectuelle avec celle du parti. Cette synthèse semble néanmoins particulièrement complexe. Sa représentation de deux autorités distinctes, ne semble pas être opérante face à la réalité. En effet il ne remet jamais en questions les catégories marxistes-léninistes d’analyse et les structures de pensée définies par le parti. Se voulant comme Lénine un médiateur entre le « haut » de l’appareil du parti et le « bas », les groupes du parti et la population, une figure d’autorité libre qui se définirait en marge du parti, il oublie que c’est sur le parti que repose depuis tant d’années son autorité, qu’elle soit politique ou intellectuelle. Cette mise en scène ambiguë du « dissident fidèle à la ligne » à partir des années 1980 est contradictoire et paradoxale dans sa relation au parti. Par la critique intellectuelle, qui aurait permis de remettre en cause l’autorité politique du parti, il cherchait paradoxalement à réaffirmer l’autorité et la légitimité politique de celui-ci.

  • 28 « Mein Leben ist auf drei Ebenen verlaufen : der privaten, der wissenschaftlichen und der politisch (...)

14Après la réunification allemande, alors qu’il est déjà très âgé, Kuczynski affirme que sa « vie s’est déroulée sur trois plans : le plan privé, le plan scientifique, le plan politique. Naturellement les plans ne se façonnent pas indépendamment les uns des autres, mais on doit les tenir pourtant séparés28. » (1991 : 5). Reconnaissant à demi-mots qu’il y a perméabilité entre ces différents aspects, il réaffirme néanmoins sa volonté de les distinguer, même s’il n’a jamais remis en cause de manière radicale l’autorité politique du parti communiste. Cet attachement ne lui a pas permis de voir venir, ni de comprendre, les changements radicaux de 1989-1990. Il se rend difficilement à l’évidence mais refuse néanmoins de quitter le parti et rejoint le PDS de Gregor Gysi, signe qu’il souhaite perpétuer sa volonté de faire rayonner l’autorité du parti. Celui-ci continue d’être une figure d’autorité politique incontestable pour lui, affirmant à la fin de sa vie que quitter le parti serait démissionner de la vie ou de l’humanité (1996 : 198).

15Le parti est donc pour Kuczynski une figure d’autorité qu’il a construite à son image. Pour Matthew Stibbe, il était un intellectuel dans la tradition du XIXème siècle allemand, tradition qui défendait les principes d’une enquête intellectuelle libre et une « objectivité scientifique » contre les formes d’interférences bureaucratiques. Avec l’aide du parti, il aura tenté de réconcilier le léninisme avec l’objectivité scientifique (Stibbe, 2010). Ce vœu pieu, probablement sincère, même s’il est en parti reconstruit, est tronqué car sa vision du monde reste celle de son expérience des années 1930, déjà surannée à l’époque. L’échec de cette conciliation entre autorité politique et intellectuelle au sein du parti communiste, fait donc de celle-ci un objet complexe chez Kuczynski, elle est un entre-deux fantasmé, reconstruit et idéalisé, interstice finalement inexistant entre le parti et sa propre figure d’intellectuel.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, Hannah (1972) : La crise de la culture. Huit exercices de pensée politique. Paris (Gallimard).

Brockmann, Agnieszka (2011) : Der Kuczynski-Nachlass in der Zentral- und Landesbibliothek Berlin. Berlin (ZLB).

Combe, Sonia (2013) : « Le silence comme éthique ? Kuczynski (1904-1997) : tentative de portrait », Cahiers d’Histoire. Revue dHistoire critique, 2013, 120, p. 137-154.

Fair-Schulz, Axel (2005) : « Kuczynski in England : Zwischen Antifaschismus, Parteitreue und Wissenschaft », in : Kessler, Mario, dir. : Deutsche Historiker im Exil (1933-1945). Berlin (Metropol).

Fair-Schulz, Axel (2009) : Loyal Subversion : East Germany and its „Bildungsbürgerlich” Marxist Intellectuals. Berlin (trafo).

Kessler, Mario (2001) : Exilerfahrung in Wissenschaft und Politik : remigrierte Historiker in der frühen DDR. Cologne, Weimar et Vienne (Böhlau).

Kessler, Mario (2005) : « Kuczynski – ein linientreuer Dissident ? », UTOPIE kreativ, Janvier 2005, 171, p. 42-49.

Kuczynski, Jürgen (1973) : Memoiren : Die Erziehung des J. K. zum Kommunisten und Wissenschaftler. Berlin et Weimar (Aufbau Verlag).

Kuczynski, Jürgen (1983) : Dialog mit meinem Urenkel : Neunzehn Briefe und ein Tagebuch. Berlin et Weimar (Aufbau Verlag).

Kuczynski, Jürgen (1990) : Schwierige Jahre - mit einem besseren Ende ? Tagebuchblätter 1987-1989. Berlin (Tacheles Verlag).

Kuczynski, Jürgen (1991) : Kurze Bilanz eines langen Lebens. Große Fehler und kleine Nützlichkeiten. Berlin (Elefant Press).

Kuczynski, Jürgen (1992) : Ein linientreuer Dissident. Memoiren 1945-1989. Berlin et Weimar (Aufbau Verlag).

Kuczynski, Jürgen (1996) : Fortgesetzter Dialog mit meinem Urenkel. Fünfzig Fragen an einen unverbesserlichen Urgroßvater. Berlin (Schwarzkopf & Schwarzkopf).

Kuczynski, Jürgen (1997) : Freunde und gute Bekannte : Gespräche mit Thomas Grimm. Berlin (Schwarzkopf & Schwarzkopf).

Stibbe, Matthew (2010) : « Fighting the First World War in the Cold War, East and West German Historiography on the Origins of the First World War, 1945-1959 », in : Hochscherf, Tobias, Christoph Laucht, et Andrew Plowman, dir. : Divided But Not Disconnected : German Experiences of the Cold War, New York et Oxford (Berghahn Books ), p. 34-48.

Stibbe, Matthew (2011) : « Kuczynski and the Search for an (Non-Existen) Western Spy Ring in the East German Communist Party in 1953 », Contempory European History, 2011, 20, I, p. 61-79

Stibbe, Matthew (2013) : « A hopeless case of optimism ? Kuczynski and the end of the GDR », in : McDermott, Kevin et Matthew Stibbe, dir. : The 1989 Revolutions in Central an Eastern Europe. From Communism to Pluralism. Manchester et New York (Manchester University Press), p. 213-234.

Haut de page

Notes

1 « Heute, am 14. Juli 1990, sind es 60 Jahre, seit ich am 141. Jahrestag des Bastille-Sturms, am 14. Juli 1930, Mitglied der Kommunistischen Partei Deutschlands wurde. » Sauf indication contraire, toutes les traductions sont de l'auteur.

2 « Linientreuer Dissident »

3 Kommunistische Partei Deutschlands, parti communiste allemand fondé en 1919.

4 Partei des Demokratischen Sozialismus, successeur du SED dès décembre 1989.

5 Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, parti socialiste unifié en RDA créé en 1946.

6 Le « permanent intellectuel »

7 P. ex. le chimiste Robert Havemann, entré au KPD en 1932, emprisonné par la Gestapo en 1943. Il fut par la suite Professeur à la Humboldt-Universität de Berlin-est et membre de la Volkskammer de RDA. Jugé trop critique envers le système socialiste, il est banni du SED en 1964, puis assigné à résidence en 1976 jusqu'à sa mort en 1982.

8 La bibliothèque personnelle de Kuczynski comptant près de 70 000 ouvrages, documents d'études, articles, écrits personnels et notamment son abondante correspondance, a été acquise en 2007 par la Zentral- und Landesbibliothek de Berlin. cf. Brockmann, 2011.

9 Le journal de Kuczynski a été déposé dans les archives de l'Académie des sciences de Brandebourg. Sa communication est soumise à un délai de consultation de plusieurs décennies.

10 « Lenin ist für mich der größte Staatsmann nach Perikles im antiken Griechenland ».

11 « Marguerite meinte in früheren Jahren öfter : „Wenn du zweihundert Jahre eher geboren wärst, wärst du einer der treuesten Söhne der katholischen Kirche geworden.“ »

12 « Ich war zwar verblüfft, aber ich glaubte an die Prozesse. » Les procès de Moscou organisés par Staline entre 1936 et 1938 avaient pour but d'éliminer ses anciens rivaux en URSS. Nombre de vétérans du bolchevisme et de l'Internationale communiste furent exécutés, parmi lesquels des amis de Kuczynski comme Erich Kunik ancien responsable de l'information au sein du comité central du KPD exécuté en 1939. Dans les années 1950 une série de procès pour prétendue trahison contre les fonctionnaires juifs va conduire à leur exclusion du SED, parmi eux des proches de Kuczynski comme Paul Merker accusé en 1955 d'avoir été un agent du Deuxième Bureau, les services de renseignements français.

13 « Das ist sein Vertrauen in die Führung der Partei – oder sollte man bei seiner Unreife in die Einschätzung der Strategie und Taktik nicht besser sagen: sein blindes Vertrauen, sein Glaube? - verbunden mit einer Fähigkeit zu absoluter Disziplin. »

14 « Bei seinem Besuch im Oktober 1936 wurde ihm mitgeteilt, dass er die Leitung der Partei in England übernehmen sollte. »

15 Après la prise du pouvoir par les nazis, la direction du KPD fut partagée en juin 1933. Une direction à l'étranger (Auslandsleitung) fut installée à Paris, alors qu’une direction à l'intérieur (Inlandsleitung) resta dans la clandestinité à Berlin. Des sections furent établies dans les pays européens.

16 P. ex. une série d'articles sur le réarmement allemand sous le pseudonyme de John Knight entre 1937 et 1943 dans Labour Monthly, organe du Parti Communiste de Grande-Bretagne.

17 Lettre du premier lieutenant Harold J. Barnett à Kuczynski, 21 septembre 1944, legs Kuczynski à la Zentral-und Landesbibliothek de Berlin, KNL : Kuc2-1-U00069.

18 « Nach kurzen Verhandlungen – und nach Rückfrage meinerseits bei der entsprechenden Stelle, die meinen Eintritt in die amerikanische Armee in dieser Funktion für nützlich hielt – erklärte ich mich bereit, beim U.S.S.B.S. zu arbeiten. »

19 « Mit der größeren Verantwortung war die Notwendigkeit einer viel größeren persönlichen Autorität verbunden. »

20 « Klarheit in der Ausrichtung der politischen Linie, gute, eindringliche Argumentation und ruhige Sicherheit den Ereignissen und den Genossen gegenüber waren mehr denn je erforderlich ».

21 « Sofort besprach er darum die Situation mit den führenden Genossen. Ehe er sich mit ihnen zusammensetzte, ging er in den besten Tabakladen von Belsize Park und kaufte sich eine große Zigarre. […] Als J. K. sie anzündete, erklärte er den Genossen : „Zur Feier des Paktes, der die Sowjetunion aus einem möglichen Kriege heraushalten kann.“ Eine Geste, aber noch heute erinnert ihn gelegentlich ein Genosse an diese Sitzung, in der ihnen seine Zigarre Sicherheit gegeben hat. »

22 « Außerdem galt es für den Polleiter, mit stärkster Unterstützung des Orgleiters, des für Organisationsfragen verantwortlichen Genossen, [...], die moralische Disziplin zu sichern ».

23 « […] hatte ich auch hier Glück, indem mir ein großartiger „Zweiter“ zur Seite stand »

24 « Protokoll der Befragung des Genossen Professor Kuczynski am 20.7.1953 » in SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/4/123, Bl. 205. (Stibbe, 2011 : 74)

25 Lettre de Kuczynski à Kurt Hager (pseudonyme Felix Albin) du 7 juillet 1943, KNL : Kuc8-2-H00008 : « Aber es wird mir jetzt erst ganz klar, warum ich recht habe. »

26 Parti Communiste de l'Union Soviétique

27 „Würden Sie, nebenbei gesagt, wenn Ihr Nachbar seine Wohnung neu tapeziert, sich verpflichtet fühlen, Ihre Wohnung ebenfalls neu zu tapezieren?“ Stern, 9 avril 1987

28 « Mein Leben ist auf drei Ebenen verlaufen : der privaten, der wissenschaftlichen und der politischen. Natürlich gestalteten sich die Ebenen nicht unberührt voneinander, aber man soll sie doch auseinander halten. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Maurice, « Les permanents passent, le parti demeure », Trajectoires [En ligne], 8 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1356

Haut de page

Auteur

Paul Maurice

Histoire et Civilisation allemande, Université Paris-Sorbonne, chargé de cours à l’Université Paris Est Créteil, paul.maurice@paris-sorbonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page