Navigation – Plan du site
SynTHESES

Une épuration allemande : La RDA en procès (1949-2004)

Thèse de doctorat en histoire préparée en co-tutelle sous la direction de Henry Rousso et étienne François, université de Paris 10–Nanterre/université technique de Berlin, soutenue le 3 décembre 2005.
Guillaume Mouralis

Texte intégral

1Dans l’Europe post-communiste, l’Allemagne unifiée s’est distinguée par une ambitieuse gestion publique de son passé communiste. Tandis que la plupart des pays renoncèrent largement à punir les crimes d’État commis sous les régimes communistes disparus, l’Allemagne s’est engagée sur la voie d’une large épuration pénale. Des milliers de procès pour meurtres à la frontière inter-allemande, crimes judiciaires et autres violations des droits de l’homme en RDA eurent lieu après le 3 octobre 1990 (jour de l’unité) contre des agents de l’état est-allemand disparu.

2En raison de leur focalisation sur le court terme et sur la « stabilisation » des nouvelles démocraties, les approches dominantes dans les études sur les politiques publiques du passé (transitional justice et Vergangenheitspolitik) ne permettaient pas d’expliquer l’ampleur, la rapidité et la forme particulière de cette épuration allemande.

3Pour comprendre le phénomène, il était nécessaire de sortir du cadre chronologique étroit des procès de l’ex-RDA qui eurent lieu dans les années 1990. Dans ce travail, nous mettons en évidence trois genèses pertinentes de l’épuration judiciaire post-communiste : d’une part, cette épuration fut engagée en RDA même au cours de la « révolution pacifique » et de la transition vers l’unité, de novembre 1989 à septembre 1990 (première genèse). D’autre part, la justice ouest-allemande était remarquablement bien « préparée » à accomplir cette tâche : c’est en effet à des magistrats tous issus de l’ancienne RFA qu’incomba la tâche d’enquêter sur les crimes commis en RDA et de punir leurs auteurs. Or la justice ouest-allemande préparait cette épuration depuis 1949, dans le contexte de la guerre froide judiciaire entre les deux États allemands (deuxième genèse). En outre, l’expérience des procès de criminels nazis conduits en Allemagne de l’Ouest depuis l’après-guerre fut, dans les années 1990, fondamentale (troisième genèse). Cette expérience servit souvent à justifier les procès de l’ex-RDA ; plus fondamentalement, les acteurs politiques et judiciaires puisèrent largement dans les outils juridiques forgés et les argumentations élaborées au cours des procès de criminels nazis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Mouralis, « Une épuration allemande : La RDA en procès (1949-2004) », Trajectoires [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/136

Haut de page

Auteur

Guillaume Mouralis

g.mouralis@free.fr

Haut de page