Navigation – Plan du site
SynTHESES

L’ancienne frontière interallemande : mémoire et recomposition des espaces frontaliers

Thèse de doctorat en géographie sous la direction de Jean-Marc Holz, université de Perpignan Via Domitia, soutenue le 30 novembre 2007.
Olivier Charlot

Texte intégral

1Dans le jeu contemporain d’intégration et de désintégration des frontières européennes lié aux processus de transition politique et économique, les régions frontalières se retrouvent bouleversées. Après le démantèlement de la frontière qui séparait la nation en deux États distincts et opposés, l’Allemagne réunifiée apparaît former un observatoire privilégié du fait frontalier. La frontière interallemande, construction géopolitique née de la guerre froide et elle-même superposée à des limites politiques anciennes, n’existe plus. Mais ses empreintes subsistent et de nouvelles dynamiques (post)-frontalières peuvent être appréhendées, notamment en privilégiant le jeu des échelles d’observation de cet objet géographique lui-même particulier et multiscalaire. Le choix s’est porté sur une approche à la fois systématique – par le retour sur le tracé frontalier –, locale – par les enquêtes de terrains conduites sur des observatoires sélectionnés – et enfin globalisante – par le recours à l’analyse statique et cartographique. En fait, la réflexion sur la frontière symbolique et matérielle associe le subjectif et l’objectif, le perçu et le mesurable, l’invisible et le visible. Car, au sein d’une Allemagne en mutation, l’ancienne dyade et les espaces qu’elle traverse changent, dans leurs morphologies, dans leurs fonctions et dans leurs significations, tandis que les logiques d’effacement, de franchissement et de reproduction de la frontière se font écho. Jusqu’à son ouverture, à partir de la fin de l’année 1989, la frontière interallemande séparait et définissait des zones frontières spécifiques de part et d’autre de son tracé. Depuis, ses traces dans le paysage s’effacent progressivement au profit d’un front pionnier végétal ou des activités économiques qui s’étalent. Dans le même temps, des empreintes qu’elle a laissées dans l’espace se manifestent aussi par des cicatrices paysagères, et la frontière laisse place à des lieux de mémoire de la partition, à un nouveau marquage des territoires adjacents et à la création de zones naturelles protégées, qui deviennent des enjeux identitaires. Par exemple, protéger la nature vise à construire une identité commune, comme dans le massif du Harz. Mais ces forêts verdoyantes ne sont pas exactement les « paysages florissants » tant attendus depuis la réunification. Désormais au centre du pays, les Kreise frontaliers auraient dû se mouler dans sa structure fédérale, pourtant les héritages démographiques, économiques et sociaux du marquage géopolitique s’expriment de plusieurs manières. Les espaces post-frontaliers conservent la marque des héritages notamment en tant que périphéries et discontinuités. Mais, dans ce jeu de mouvements concomitants et complexes, l’estompement de la contrainte frontalière permet une recomposition de ces espaces devenus intermédiaires (entre l’Est et l’Ouest), plus hétérogènes, et voisins. La mitoyenneté entraîne de nouveaux liens – de solidarité et de concurrence économique – ou encore des mobilités transfrontalières, comme en témoignent les changements de localisation d’entreprises ou encore les migrations pendulaires, qui relient et redéfinissent à la fois bassins et centres d’emploi de l’Est et de l’Ouest « proches ». Toutefois, cette « redistribution des cartes » n’évite pas la persistance de barrières mentales, par exemple sous la forme des votes, et de murs mitoyens entre voisins aux représentations identitaires divergentes. Au final, c’est la notion de frontière qui semble muter en même temps que la frontière interallemande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Charlot, « L’ancienne frontière interallemande : mémoire et recomposition des espaces frontaliers », Trajectoires [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/146

Haut de page

Auteur

Olivier Charlot

ocharlot@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page