Navigation – Plan du site
Perspectives

L’antisémitisme dans l’exil germanophone en Bolivie (1938-1945)

Katell Brestic

Résumés

Entre 1938 et 1945, environ 10 000 exilés germanophones qui quittèrent le Reich en raison de leur orientation politique ou de leur judéité, affirmée ou assignée, trouvèrent refuge en Bolivie. Cette vague d’immigration engendra des tensions entre arrivants et population locale qui menèrent à des manifestations parfois violentes d’antisémitisme. Nous en analyserons, à travers l’étude des correspondances des exilés et des journaux publiés en Bolivie les causes et les formes prises par ces tensions, ainsi que leur impact sur les processus de construction identitaire des exilés, marqués par l’indifférence, voire le rejet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’exil est ici considéré comme une forme particulière d’émigration, puisque contrainte. Nous utilis (...)
  • 2 Il est impossible de chiffrer précisément le nombre d’exilés qui gagnèrent la Bolivie. Les autorité (...)
  • 3 Dans les années 1980, avec, notamment, les travaux d’Anne Saint Sauveur-Henn et Patrick von zur Müh (...)

1L’arrivée au pouvoir du NSDAP en Allemagne et la politique toujours plus raciste mise en place par le parti poussèrent, entre 1933 et 1945, près d’un demi-million d’Allemands à l’exil (Tutas, 1975). La première vague de cette émigration forcée dessina les contours de la carte de l’exil germanophone1. Les exilés s’installèrent d’abord dans les pays européens (France, Grande-Bretagne, République Tchèque, Pays-Bas). Mais l’extension des frontières du Reich, l’imminence de la guerre et les politiques d’entrée de plus en plus restrictives contraignirent des centaines de milliers de personne à un second exil outre-mer. À partir de 1938, l’Amérique latine devint une destination privilégiée : elle accueillit près de 90 000 exilés allemands et autrichiens, principalement dans les pays du Cône Sud et au Brésil. La Bolivie, pays à l’époque mal connu de ceux qui y trouvèrent refuge, fut le cinquième pays d’accueil pour les exilés germanophones en Amérique du Sud. De 7000 à 10 000 personnes s’y installèrent2 (von zur Mühlen, 1998 : 24). Si l’on rapporte le nombre d’arrivants à la population globale du pays (2,5 millions d’habitants à l’époque), la république andine se place au premier rang des pays d’accueil sud-américains. La Bolivie est pourtant restée longtemps méconnue de la cartographie de l’Exilforschung qui s’intéressa tardivement à la vague d’émigration germanophone en Amérique latine3. Une raison en est peut-être les évolutions du champ qui ont fait émerger les concepts de transferts d’hybridité (Krohn, 2012), difficilement transposables dans le cas de la Bolivie.

  • 4 Cf. par exemple ce qu’en dit E. Schumacher : « Zwischen der fast vollkommen apolitischen jüdischen (...)

2En effet, l’immigration, en quelques mois, d’une dizaine de milliers d’Européens dans le pays le plus pauvre du continent agita une partie de la population bolivienne et conduisit à des manifestations particulièrement virulentes de rejet, souvent teintées d’antisémitisme. Ce dernier sera entendu comme « conception irrationnelle et raciste » entraînant la reprise des principaux topoï dirigés contre les juifs en Europe depuis le 19e siècle : main mise des juifs sur certains métiers, fonction de coupables pour les désastreux nationaux, appât du gain et l’amour de l’argent, etc. (Aaron, 1989 : 27-40 ; Blancpain, 2008 : 19-20). Ce rejet fondé sur l’antisémitisme apparut au sein de la population bolivienne, mais aussi chez certains exilés politiques allemands. Cette distinction entre exil juif et politique est avant tout un outil de travail. Tous les exilés sont partis suite à l’arrivée au pouvoir du NSDAP en Allemagne, leur départ fut donc motivé politiquement, et à l’inverse 95% des exilés dits « politiques » étaient également juifs, que cette composante identitaire fût revendiquée ou non. Cette partition recoupe néanmoins en partie la réalité de l’exil bolivien telle que nous la donne à voir notre corpus, car les exilés eux-mêmes faisaient cette différence à l’époque4.

3Pour étudier les modalités de cet antisémitisme, nous verrons d’abord les réactions nées de l’arrivée des exilés germanophones en Bolivie. Nous analyserons ensuite les facteurs extérieurs à la société bolivienne qui alimentèrent les manifestations de rejet. Celles-ci furent nourries par des religieux espagnols et italiens ou par les Allemands arrivés dans le pays entre la fin du 19e siècle et les années 1920, alors que le secteur minier du pays attirait de nombreux Européens en quête de réussite économique. Dans un troisième temps, nous nous pencherons sur les conséquences de ces phénomènes sur les stratégies de construction identitaire des exilés.

L’impact de la vague d’immigration juive en Bolivie

  • 5 C’est à ce moment que la question de l’émigration juive devint publique, ce que confirme un médecin (...)
  • 6 Verbatim de l’entretien de Patrick von zur Mühlen avec Wolfgang Hirsch-Weber, 15.02.1987, in : Klei (...)
  • 7 « Aus Bolivien », die Rundschau vom Illimani, n° 99, 7.07.1941. Le Rundschau vom Illimani (RvI) fut (...)
  • 8 « El senador Alcides Arguedas hizo una defensa de la situación de los judios » [verbatim des débats (...)

4L’arrivée de milliers d’émigrés germanophones, juifs et/ou opposants politiques au NSDAP, dans l’un des pays les plus pauvres du continent fit naître les premières tensions au sein d’une partie de la population et de la classe politique boliviennes. En mai 1939 éclata un scandale directement lié à la vague d’immigration juive5 : à la suite de la promulgation du décret du 9 juin 1938, qui ouvrait très largement les portes du pays à l’exil juif, les autorités émirent des centaines de visas collectifs en blanc, destinés aux représentations diplomatiques en Europe, notamment à celles de Paris et Hambourg. Or, les consuls se livrèrent à la commercialisation illégale de ces documents qui garantissaient l’entrée en Bolivie (Bieber, 2010 :  58-66). La révélation de ce qui devint « l’Affaire des faux visas », dans laquelle le ministre des Relations Extérieures, Diez de Medina, fut directement impliqué, mit en évidence un problème de fond : tous les visas octroyés à partir de juin 1938 par la république andine, qu’ils fussent légaux ou non, étaient des visas agricoles. Ils contraignaient leurs détenteurs à s’installer dans des zones reculées du pays pour en assurer la colonisation. Mais seules 150 à 200 personnes se conformèrent à cette assignation. L’écrasante majorité des exilés germanophones s’installa dans les grands centres urbains, dont les deux tiers à La Paz, capitale économique et politique du pays qui comptait à l’époque 280 000 habitants. L’arrivée sur une très courte période de ces immigrés détériora temporairement les conditions économiques dans les villes du pays, qui se remettait à peine d’une guerre dévastatrice (cf. infra). Le flux d’exilés aggrava les pénuries ponctuelles sur le marché des produits de première nécessité et plus encore sur celui des logements. En outre, cette concentration de population dans la capitale tendit les relations avec la classe moyenne bolivienne, notamment les artisans et les commerçants6. Les exilés ouvrirent rapidement restaurants, ateliers ou boutiques en tout genres et de nombreux Pacéniens jugèrent cette concurrence économique inacceptable et enjoignirent les autorités à réagir. La situation se dégrada si rapidement que le préfet de police du département de La Paz prit la décision d’attendre chaque train venu d’Arica (au Chili) avec des dizaines de policiers afin d’emmener immédiatement les exilés dans les casernes de la ville ou de les orienter vers les autres régions du pays7. Les gouvernements successifs prirent des mesures radicales pour tenter de répondre à l’inquiétude grandissante de la population. La politique d’ouverture du président Germán Busch laissa place à des mesures de plus en plus restrictives qui aboutirent, en mars 1940, à la suspension de l’immigration (Bieber, 2010 : 48-58). La question fit l’objet de débats agités au Parlement, au cours desquels certains entendirent se faire écho de l’inquiétude de la population, comme le député Vilar : « L’immigration juive a déclenché un sentiment d’incommodité au sein de notre population. Je pense qu’il est nécessaire d’accepter cette force de travail des juifs, à condition de leur indiquer les terres où ils pourront travailler, mais certainement pas en ville8 ». D’autres tinrent des propos encore plus virulents, comme le sénateur Arce :

  • 9 Ibid.

« Les juifs sont des juifs et ils n’ont aucun autre but que d’acheter bon marché et revendre cher. C’est cette particularité naturelle qui leur a valu la haine dans tous les pays où ils ont voulu s’établir. En ce moment, la Bolivie a besoin de bras qui se dédieront avec fierté à l’agriculture9 ».

5L’une des organisations de l’exil, la SoPro (Société de protection des immigrés juifs), et Moritz Hochschild, juif allemand arrivé en Bolivie en 1919 et riche entrepreneur minier, mesurèrent aussi l’importance de ces problématiques. Ils fondèrent au printemps 1940 la colonie agricole Buena Tierra qui accueillit 123 juifs allemands et autrichiens et en promurent le travail dans la presse afin de jeter une lumière positive sur la présence des exilés (Spitzer, 2003 : 170-192). Ce genre d’entreprises resta néanmoins marginal et sans effet sur l’infléchissement de la politique d’accueil de la Bolivie car les exilés demeurèrent réticents à l’idée de s’installer ailleurs que dans les centres urbains. L’écrasante majorité des exilés vivaient en effet dans les grandes villes allemandes et autrichiennes et travaillaient comme enseignants, avocats, médecins, commerçants ou artisans, sans aucune connaissance du monde agricole.

6Outre les aspects économiques, le comportement même des émigrés, qui se réunissaient régulièrement sur les places des grandes villes du pays, comme la Plaza Murillo de La Paz, attisa les sentiments hostiles de la population bolivienne, à tel point le Rundschau vom Illimani dut intervenir :

  • 10 « Aus Bolivien », RvI, n° 16, 21.10.1939.

« Nous souhaiterions attirer l’attention sur ce qui est le devoir de tout immigré, juif ou non, de se comporter le plus discrètement possible et avec respect pour les usages du pays. Il faut éviter d’éveiller, chez un peuple comme celui de Bolivie qui ne connaît pas l’antisémitisme, une atmosphère hostile aux juifs10 ».

  • 11 « Biography to the end of the stay in Sucre » (tapuscrit), Arthur Propp, 1956, Leo Baeck Institute (...)
  • 12 La Paz se situe à 3700 m d’altitude. Tous les témoignages font état des problèmes de santé qu’ont a (...)

7Certains exilés juifs, comme Arthur Propp, se firent aussi l’écho de ces attitudes dommageables, accusant leurs compatriotes de « mépriser les us et coutumes du pays » et de se constituer en « bandes » coupées de l’environnement social11. Ces comportements étaient donc non seulement vus comme des marqueurs de l’oisiveté de certains exilés, alors qu’ils étaient supposés participer à la modernisation du pays, mais aussi de leur refus de toute forme d’intégration à la société bolivienne. L’écrasante majorité d’entre eux fit pourtant le nécessaire pour assurer une intégration objective, en apprenant par exemple l’espagnol. Mais le fossé culturel entre la Bolivie et l’Europe rendait cependant impossible toute intégration culturelle rapide, là où la simple adaptation environnementale était difficile12. Ceci favorisa la constitution de l’entre-soi des exilés qui alimenta l’hostilité à leur égard, hostilité qui entretenait à son tour l’espace clos de l’exil.

Un antisémitisme exogène à la société bolivienne

  • 13 Lettre de Wolfgang Hirsch-Weber à Das Andere Deutschland [grand mouvement socialiste de l’exil, bas (...)

8Plusieurs éléments favorisèrent la montée des phénomènes de rejet des émigrés juifs. Il s’agit principalement de l’armée et de l’Église, toutes-puissantes dans le pays et largement influencées par la propagande fasciste et national-socialiste menée par des Européens établis de longue date dans le pays. Plusieurs exilés dénoncèrent leur rôle dans la montée du sentiment antisémite en Bolivie. Wolfgang Hirsch-Weber, émigré juif allemand arrivé à 17 ans dans le pays qui fut l’un des principaux animateurs de l’exil politique, écrivit par exemple : « L’antisémitisme venait surtout des officiers boliviens, influencés par le fascisme, des Allemands installés de longue date, partisans du national-socialisme, et de prêtres espagnols et italiens13 ».

  • 14 Lors de la Guerre du Pacifique qui opposa le Chili au Pérou et à la Bolivie, cette dernière perdit (...)

9L’armée bolivienne dominait la vie politique du pays et en définissait le rythme au gré de coups d’État, notamment depuis les guerres du Pacifique (1879-1884) et du Chaco (1932-1935)14. Bien que ces deux conflits se fussent soldés par une défaite bolivienne, l’armée en tira une assise sociale et politique très solide. Entre 1938 et 1945, quatre présidents se succèdent à la tête de la république andine : Germán Busch, (juillet 1937-août 1939), Carlos Quintanilla (août 1939-avril 1940), Enrique Peñaranda (avril 1940-décembre 1943) et Gualberto Villarroel (décembre 1943-juillet 1946), tous officiers (Klein, 1982). Or l’armée bolivienne des années 1930 et 1940 était largement imprégnée par la propagande national-socialiste : entre 1928 et 1930, Ernst Röhm, chef des SA, effectua un séjour en Bolivie pour former et réorganiser l’armée qui se préparait à la guerre du Chaco, diffusant dans les corps d’officiers les idées national-socialistes (Popper, 2005 : 109 ; Schwarz, 1979 : 67). De fait, de nombreux exilés purent observer en Bolivie des pratiques militaires similaires à celles de la Wehrmacht.

  • 15 Lettre de Wolfgang Hirsch-Weber à Ernst Schumacher, 17.12.1941, in : Material zum Thema « Exil in B (...)
  • 16 « Información especial », Ernst Schumacher, 13.01.1942 (La Paz), Archive Löhnberg, t. 5, IfZ.
  • 17 Cf. la lettre de W. Hirsch-Weber à E. Schumacher, 17.12.1941, in : Material zum Thema « Exil in Bol (...)

10Ce fut notamment le cas dans la ville de Tarija, dans le sud du pays, où s’installèrent une cinquantaine d’exilés. Plusieurs d’entre eux assistèrent à des exercices effectués sous le drapeau national-socialiste ou rapportèrent avoir entendu des discours de soldats vantant, devant des élèves, les mérites des Jeunesses hitlériennes15. L’antisémitisme de l’armée était entretenu et relayé dans la ville par la communauté des Allemands déjà établis dans le pays et majoritairement partisans voire membres du NSDAP (von zur Mühlen, 1988 : 212). Ernst Schumacher, fonctionnaire du SPD arrivé en Bolivie en 1939, écrivit même que « les autorités de Tarija, [étaient] presque sans exception nazies et sont sous le joug des Nazis allemands de la ville16 ». Cette communauté d’Allemands établis en Bolivie était présente dans tout le pays, mais ses membres étaient particulièrement actifs à Tarija, notamment dans le cadre des écoles, où certains d’entre eux enseignaient, d’associations sportives ou de clubs « allemands », qui accueillaient plusieurs membres de l’armée. Le principal quotidien progressiste national, La Razón, publia un article sur le danger que pouvait présenter ce que les opposants au NSDAP, allemands ou boliviens, appelaient « la Cinquième colonne allemande » (« La quinta Columna ») à Tarija notamment17.

  • 18 « Censo de extranjeros semitas », La Razón, 22.08.1941 ; Lettre de W. Hirsch-Weber à Das Andere Deu (...)

11L’influence national-socialiste au sein de l’armée bolivienne, et donc sur une partie des autorités politiques, qui remontait déjà aux années 1920-1930, culmina avec la mise en place, en novembre 1940, d’une mention spécifique aux juifs sur les formulaires du recensement annuel des étrangers présents en Bolivie, puis, en avril 1941, d’un censo de semitas, un fichier de recensement spécifique aux juifs. Devaient s’y inscrire tous les juifs de plus de 16 ans, y compris les « convertis au catholicisme ». Cette décision fut vivement condamnée par certains hommes politiques et organes de presse, comme La Razón qui y vit « une logique équivoque incompatible avec l’esprit de la Constitution bolivienne » et provoqua un vif émoi chez les exilés dont certains n’hésitèrent pas à dire que « les lois de Nuremberg [étaient] dorénavant en vigueur » en Bolivie18. Les liens entre armée, classe politique et les Allemands sympathisants du NSDAP contribuèrent ainsi à légitimer les sentiments de rejet d’une partie de la population bolivienne qui furent également attisés par certains membres de l’Église catholique.

  • 19 Sucre, capitale constitutionnelle du pays, était également la capitale universitaire et académique. (...)
  • 20 Lettre de E. Löhnberg aux Comunidades Israelitas, Sionistas Unidos, Circulo Israelita, 30.04.1944, (...)
  • 21 « Antisemitismus und christliches Empfinden », RvI, n° 75, 3.01.1940.

12La religion était un pilier de la société bolivienne et en dictait le quotidien, notamment par le truchement de l’enseignement. Certains ecclésiastiques profitèrent de ces positions pour diffuser un antisémitisme religieux au sein de la population déstabilisée par l’arrivée massive d’exilés juifs. Ainsi, Eva Kassewitz de Vilar, arrivée à Sucre à l’âge de 9 ans, se souvient des nonnes chargées d’enseigner aux jeunes filles de bonnes familles dans l’une des écoles privées de la ville, qui répétaient à l’envi que les juifs n’étaient pas dignes de compassion car ils avaient tué le Christ (Kassewitz de Vilar, 2004 : 89)19. Cet antisémitisme religieux, diffusé principalement par des prêtres espagnols et italiens, fut dénoncé par les exilés qui craignaient qu’il ne s’ancrât notamment « là où les mentalités [étaient] fragiles et attardées20 », mais il fut aussi attaqué par d’autres ecclésiastiques qui accusèrent ces prêtres étrangers de salir l’Église de Bolivie en diffusant la haine. Ainsi, le Père Naranjo, qui officiait à La Paz, écrivit en 1940 : « La haine envers les juifs est une plante exotique. Elle a été formée dans les âmes simples de notre peuple par des nazis et des fascistes […]. L’esprit chrétien interdit de fermer les portes de l’hospitalité à une race (sic) frappée par le malheur21. »

  • 22 De nombreux exilés décrivent ainsi l’organisation de la société bolivienne, dominée, économiquement (...)

13Ainsi, l’antisémitisme qui apparut en Bolivie suite à l’exil juif n’était pas exclusivement endogène à la population du pays. Les manifestations de rejet dont furent victimes les arrivants furent nourries par des éléments extérieurs qui surent s’appuyer sur les piliers d’une société clivée par une organisation quasi féodale pour diffuser leurs idéologies, qu’elles fussent de nature politique ou spirituelle22.

Conséquences identitaires des manifestations antisémites chez les exilés

14Il est indéniable que les phénomènes de rejet antisémite aient existé en Bolivie et qu’ils furent même parfois particulièrement virulents en regard d’autres destinations de l’exil (von zur Mühlen : 234). Cependant, tous les exilés ne les perçurent pas de la même manière (Bieber, 2010 : 219). Les différences de réception de ces phénomènes furent largement liées à la partition entre exilés politiques et exilés juifs, qui entraîna, en Bolivie, l’apparition d’une rhétorique dirigée contre les juifs au sein même de la société de l’exil.

  • 23 « Bolivianer und Juden (Zwei jüdische Lehrer plaudern aus der Schule) », E. Löhnberg, sans date, Ar (...)
  • 24 « Que lindo seria… », El Antoniano, 29.12.1942.
  • 25 « Apoyo a E. Löhnberg y L. Deutsch », Comunidad Israelita de Tarija, 13.11.1942 ; Lettres de E. Löh (...)
  • 26 cf. RvI, « Die Fünfte Kolonne-Bolivien », n° 63, 14.10.1940 et « Nazis in Bolivien », n° 73, 20.12. (...)

15Lorsqu’ils évoquent les interactions entre les exilés germanophones et la population bolivienne, la plupart des émigrés juifs mentionnent avant tout une indifférence réciproque, sans pour autant nier l’existence de l’antisémitisme en Bolivie (Kassewitz de Vilar, 2004 : 57 ; Schwarz, 1979 : 138). À l’inverse, d’autres exilés furent victimes de ces manifestations antisémites, parfois de manière répétée. Paradoxalement, ce furent avant tout les membres de l’exil politique qui mirent ces problématiques au centre de leur quotidien d’exilés, faisant de la lutte contre la propagande antisémite l’une de leurs priorités. La ville de Tarija fut considérée comme « le centre des activités nazies en Bolivie23 » et c’est là qu’eut lieu l’une des principales campagnes antisémites de l’exil bolivien. Elle visa deux émigrés dont Erhart Löhnberg, l’un des membres les plus actifs de l’exil politique, représentant de Das Andere Deutschland en Bolivie. Il enseignait les sciences dans deux établissements de la ville et fut la cible d’attaques antisémites menées conjointement par un émigré hongrois et les membres de la Cinquième Colonne, soutenus par la presse locale, dont le journal El Antoniano, imprimé au Couvent des Franciscains de la ville et inscrit sur la liste noire britannique des entreprises suspectées d’être tenues par des sympathisants du national-socialisme. Cette campagne dénonça la présence « d’éléments étrangers, assurant une propagande communiste et incrustés dans des emplois publics24 ». Malgré le soutien de ses élèves et des 45 exilés membres de la communauté juive de Tarija, qui dénoncèrent les attaques antisémites dont il fut victime, cette campagne active mena en novembre 1942 au renvoi de Löhnberg de l’école de jeunes filles, où il fut remplacé par un membre de la Cinquième colonne25. Pour les exilés politiques, cette propagande national-socialiste active était la principale responsable de la montée de l’antisémitisme en Bolivie. Ils la combattirent activement en menant des campagnes d’affichage destinées à la population bolivienne et en se rapprochant des représentations diplomatiques britannique et américaine26.

  • 27 « Die Jüdischen Einwanderer », RvI, n° 38, 05.04.1940.
  • 28  » Die Aufgabe der Einwanderer », RvI n° 29, 19.01.1940 et suite dans n° 30, 02.02.1940 ; « Diszipl (...)

16Les exilés juifs oscillaient entre deux attitudes : dénoncer publiquement l’antisémitisme ou l’ignorer totalement. En avril 1940, à la suite de la parution de plusieurs articles hostiles aux juifs, qui les accusaient de propager des infections et ne pas respecter les lois du pays, la Comunidad Israelita de Boliva, l’une des principales organisations de l’exil juif, fit parvenir aux grands journaux pacéniens une lettre ouverte, dont le Rundschau vom Illimani publia une copie en allemand : « Une certaine presse à sensation s’est fixé pour objectif de mener une campagne complètement infondée contre les émigrés juifs […] en les présentant comme un danger pour le pays ». L’association menaçait de mener des actions en justice si ces attaques ne cessaient pas27. Ces interventions publiques restèrent marginales et circonstanciées. L’exil juif préféra le repli sur la sphère privée et ses organisations promurent les efforts d’adaptation à la société bolivienne pour contrer l’antisémitisme au quotidien. Les dirigeants des communautés juives publièrent régulièrement des appels en ce sens dans le Rundschau. Ils trouvèrent un écho positif auprès de nombreux exilés qui, après le choc de l’exil et de l’arrivée en Bolivie, cherchaient à s’assurer un quotidien plus sûr et plus stable28.

17Ce repli de la plupart des exilés juifs irrita les émigrés politiques qui critiquèrent ce qu’ils considéraient être la passivité politique de la plupart des autres exilés et allèrent ponctuellement jusqu’à adopter une rhétorique reprenant les caricatures antisémites qu’ils combattaient publiquement par ailleurs, en tant qu’opposants au national-socialisme. C’est le cas par exemple d’Erhart Löhnberg :

  • 29 Lettre de Erhart Löhnberg à Enzo Arian, 9.11.1942, Archive Löhnberg, IfZ

« Les émigrés juifs de Bolivie, une fois échappés de l’enfer de l’Allemagne ou de l’Autriche, n’ont, à quelques exceptions près, pas d’intérêt pour les questions d’ordre politiques : ils sont pour la plupart petit bourgeois, peu formés intellectuellement, égoïstes et ne cherchent qu’à gagner de l’argent, y compris en faisant des affaires avec les Nazis présents ici29. »

  • 30 « Bolivianer und Juden (Zwei jüdische Lehrer plaudern aus der Schule) », Erhart Löhnberg, sans date (...)
  • 31 Lettre de E. Löhnberg à W. Ossowski, 19.08.1942 ; lettre de W. Hirsch-Weber à Das Andere Deutschlan (...)
  • 32 Verbatim de l’entretien de Patrick von zur Mühlen avec Wolfgang Hirsch-Weber, op.cit. et verbatim d (...)

18En effet, dans de très nombreuses correspondances, les jugements sur les autres exilés germanophones sont sans appel. Les émigrés politiques dénoncent régulièrement le désintérêt des exilés juifs pour les questions politiques et leur apathie totale. Erhart Löhnberg qui, nous l’avons vu, n’hésita pas à s’appuyer sur la Communauté juive lorsqu’il fut victime d’une campagne antisémite, les considérait comme « ignorants, non productifs et nocifs » et dénonçait « leur individualisme, leur égoïsme », les accusant de « ne penser qu’aux affaires et à avoir la paix30 ». Dans le même esprit, Wolfgang Hirsch-Weber se demandait : « Nous ne savons pas si [les juifs], pour la nouvelle année, se sont contentés de prier pour la libération des juifs des camps de concentration ou s’ils ont aussi prié pour la libération des autres qui n’ont pas cette chance [d’être juifs]31 ». Ces expressions d’hostilité sont uniques dans la cartographie de l’exil germanophone (von zur Mühlen, 1988 : 234). Elles sont liées à la rupture identitaire provoquée par l’exil, difficilement surmontable en raison du fossé culturel entre Boliviens et exilés. Devant l’impossibilité de s’inscrire dans le présent bolivien, les émigrés politiques ont fait de leur engagement et de la lutte contre l’Allemagne national-socialiste la principale composante de leur stratégie de reconstruction. Dans l’insécurité identitaire qui était la leur, ils ne pouvaient concevoir que les exilés juifs pussent développer des stratégies différentes, intériorisées, coupées du débat politique, alors qu’eux-mêmes ne se définissaient que dans cette lutte (Camilleri et al., 1990). Cette apparente contradiction entre discours public et privé des exilés politiques est en fait le marqueur du processus de reconstruction identitaire qu’ils avaient mis en place. Une fois revenus en Europe, ils minimisèrent la portée de ces tensions32.

19L’arrivée de dizaines de milliers d’exils germanophones, très majoritairement juifs, dans un pays fermé, pauvre et se relevant à peine d’une guerre ravageuse conduit donc à des tensions entre population locale et arrivants. Ces tensions menèrent à des manifestations violentes de rejets des exilés et prirent des accents antisémites. Les expressions de rejets des juifs reprirent largement les lieux communs de l’antisémitisme les plus répandus en Europe. Ces derniers furent diffusés par une communauté d’Allemands, émigrés économiques, établis dans le pays avant les années 1930, majoritairement proches du NSDAP et qui jouissaient d’une influence notable au sein de l’armée et d’une partie de la classe politique boliviennes. La propagation de cet antisémitisme fut également le fait de religieux espagnols et italiens. Tous s’appuyèrent sur les fondements spirituels et structurels d’un pays qui fonctionnait déjà sur le rejet de la majorité de sa propre population. Néanmoins, ces manifestations d’antisémitisme ne furent pas systématiques et les relations entre Boliviens et exilés furent très largement marquées par une forme d’indifférence réciproque, qui favorisa la constitution d’une petite société de l’exil dont les membres se trouvaient dans une crise identitaire majeure, ce qui conduisit à l’apparition de confrontations, elles aussi parfois violentes, entre les exilés eux-mêmes, poussant par exemple les exilés politiques à s’exprimer sur les émigrés juifs en des termes proches de ceux contre qui ils se définissaient par ailleurs. Ces expressions d’hostilité furent cependant avant tout conjoncturelles en ce sens qu’elles permirent aux exilés politiques de se (re)définir.

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites:

Archive Erhart Löhnberg, Institut für Zeitgeschichte (IfZ), Munich

Archive Ernst Schumacher, Archiv der sozialen Demokratie (AdsD), Friederich-Ebert-Stiftung (FES), Bonn

Archive Wolfgang Hirsch-Weber, Ibero-Amerikanisches Institut (IAI), Berlin

Arthur Propp, Biography to the end oft he stay in Sucre (tapuscrit), Leo Baeck Institutie (LB1), New York

Kleine Erwerbungen, AdsD (FES), Bonn

Sources imprimées (journaux) :

Die Rundschau vom Illimani (La Paz)

El Antoniano (Tarija)

La Razón (La Paz)

Témoignages publiés :

Kassewitz de Vilar, Eva (2004) : Wenn Du es noch erlebt hättest, Vater. Pforzheim (Stadtarchiv).

Popper, Ludwig (2005): Bolivien für Gringos, Oberwart (edition lex liszt).

Schwarz, Egon (1979) : Keine Zeit für Eichendorff, Königstein (Athenäum).

Spitzer, Leo (2003) : Hotel Bolivia, Vienne (Picus Verlag).

Littérature secondaire:

Aaron, Raymond (1989) : Essais sur la condition juive contemporaine. Textes réunis et annotés par Pierre Simon-Nahum, Paris (Ed. de Fallois).

Blancpain, Jean-Pierre (2008) : Les Juifs allemands et l’antisémitisme en Amérique du Sud 1930-1950, Paris (L’Harmattan).

Bieber, León (2010) : Presencia judía en Bolivia, La Paz (El Pais).

Camilleri, Carmel et al. (1990) : Stratégies identitaires, Paris (PUF).

Klein, Herbert S. (1982) : Historia de Bolivia, La Paz (Juventud).

Krohn, Claud-Dieter et Lutz Winckler, dir. (2012) : Exilforschungen im historischen Prozess, Exilforschung : ein internationales Jahrbuch, Munich (edition text + kritik)

Tutas, Herbert E., (1975) : Nationalsozialismus und Exil. Munich, Vienne (Carl Hanser Verlag).

von zur Mühlen, Patrick (1988) : Fluchtziel Lateinamerika, Bonn (Verlag Neue Gesellschaft).

Haut de page

Notes

1 L’exil est ici considéré comme une forme particulière d’émigration, puisque contrainte. Nous utiliserons dans notre article les deux termes d’exil et d’émigration.

2 Il est impossible de chiffrer précisément le nombre d’exilés qui gagnèrent la Bolivie. Les autorités ne tinrent pas de décompte officiel avant 1940 et beaucoup d’émigrés ne firent que passer par la Bolivie et rejoignirent illégalement les pays voisins, notamment l’Argentine.

3 Dans les années 1980, avec, notamment, les travaux d’Anne Saint Sauveur-Henn et Patrick von zur Mühlen.

4 Cf. par exemple ce qu’en dit E. Schumacher : « Zwischen der fast vollkommen apolitischen jüdischen Massenauswanderung aus Deutschland und der im Verhältnis dazu sehr kleinen bewussten deutschen politischen Emigration ist aus sachlichen Notwendigkeiten streng zu unterscheiden. », in : Wert und Schwäche der Emigration, novembre 1944, Archive Schumacher, FES.

5 C’est à ce moment que la question de l’émigration juive devint publique, ce que confirme un médecin bolivien, le Dr. Guevara Arce : « Doch ich glaube kaum, dass wir [den Juden] viel Beachtung geschenkt hätten, wenn nicht Stimmen laut geworden wären, es seien Juden illegal mit ungültigen Dokumenten ins Land gelangt. » (Spitzer, 2003 : 17)

6 Verbatim de l’entretien de Patrick von zur Mühlen avec Wolfgang Hirsch-Weber, 15.02.1987, in : Kleine Erwerbungen, Archiv der sozialen Demokratie (AdsD), Friederich-Ebert-Stiftung (FES), Bonn.

7 « Aus Bolivien », die Rundschau vom Illimani, n° 99, 7.07.1941. Le Rundschau vom Illimani (RvI) fut le seul journal de l’exil germanophone en Bolivie. Fondé par un fonctionnaire du SPD arrivé en Bolivie en exil en 1938, Ernst Schumacher, il parut de juillet 1939 à septembre 1946.

8 « El senador Alcides Arguedas hizo una defensa de la situación de los judios » [verbatim des débats au Parlement sur la situation des juifs en Bolivie], La Razón, 4.12.1940.

9 Ibid.

10 « Aus Bolivien », RvI, n° 16, 21.10.1939.

11 « Biography to the end of the stay in Sucre » (tapuscrit), Arthur Propp, 1956, Leo Baeck Institute (LBI), New York.

12 La Paz se situe à 3700 m d’altitude. Tous les témoignages font état des problèmes de santé qu’ont affrontés les exilés.

13 Lettre de Wolfgang Hirsch-Weber à Das Andere Deutschland [grand mouvement socialiste de l’exil, basé à Buenos Aires], 3.06.1941, in : Korrespondenz zu DAD, Archive Hirsch-Weber, Ibero-Amerikanisches Institut (IAI), Berlin.

14 Lors de la Guerre du Pacifique qui opposa le Chili au Pérou et à la Bolivie, cette dernière perdit son accès à la mer. La guerre du Chaco, qui opposa le pays au Paraguay, fut la plus meurtrière du continent. La Bolivie perdit un territoire immense mais surtout un quart des militaires engagés (plus de 50 000 soldats).

15 Lettre de Wolfgang Hirsch-Weber à Ernst Schumacher, 17.12.1941, in : Material zum Thema « Exil in Bolivien », Archive Wolfgang Hirsch-Weber, IAI, Berlin ; « Der Emigrant Schumacher », 24.12.1943, Archive Löhnberg, t. 2, Institut für Zeitgeschichte (IfZ), Munich.

16 « Información especial », Ernst Schumacher, 13.01.1942 (La Paz), Archive Löhnberg, t. 5, IfZ.

17 Cf. la lettre de W. Hirsch-Weber à E. Schumacher, 17.12.1941, in : Material zum Thema « Exil in Bolivien », Archive Hirsch-Weber, IAI ; cf. également un communiqué relatif à la montée de l’antisémitisme en Bolivie publié quelques semaines plus tard par Ernst Schumacher : « Información especial », 13.01.1942, Archive Löhnberg, t. 5, IfZ, ; « La Quinta Columna debe ponerse en marcha en Tarija », La Razón, 22.08.1941.

18 « Censo de extranjeros semitas », La Razón, 22.08.1941 ; Lettre de W. Hirsch-Weber à Das Andere Deutschland, 29.04.1941, in : Korrespondenz zu DAD, IAI.

19 Sucre, capitale constitutionnelle du pays, était également la capitale universitaire et académique. C’était la ville des élites « blanches ».

20 Lettre de E. Löhnberg aux Comunidades Israelitas, Sionistas Unidos, Circulo Israelita, 30.04.1944, Archive Löhnberg, t. 8, IfZ.

21 « Antisemitismus und christliches Empfinden », RvI, n° 75, 3.01.1940.

22 De nombreux exilés décrivent ainsi l’organisation de la société bolivienne, dominée, économiquement, politiquement et culturellement, par les descendants des colons espagnols, et où les populations indiennes, pourtant majoritaires, sont marginalisées, voire réduites à l’esclavage dans les mines ou chez les grands propriétaires terriens (Schwarz, 1979 : 121 ; Kassewitz de Vilar, 2004 : 75).

23 « Bolivianer und Juden (Zwei jüdische Lehrer plaudern aus der Schule) », E. Löhnberg, sans date, Archive Löhnberg, t. 6, IfZ.

24 « Que lindo seria… », El Antoniano, 29.12.1942.

25 « Apoyo a E. Löhnberg y L. Deutsch », Comunidad Israelita de Tarija, 13.11.1942 ; Lettres de E. Löhnberg à Erich Strauss, 29.09.1943 et à A. Käseberg, 18.10.1943, Archive Löhnberg, t. 1, IfZ.

26 cf. RvI, « Die Fünfte Kolonne-Bolivien », n° 63, 14.10.1940 et « Nazis in Bolivien », n° 73, 20.12.1940.

27 « Die Jüdischen Einwanderer », RvI, n° 38, 05.04.1940.

28  » Die Aufgabe der Einwanderer », RvI n° 29, 19.01.1940 et suite dans n° 30, 02.02.1940 ; « Disziplinierte Einordnung in Bolivien », n° 35, 08.03.1940.

29 Lettre de Erhart Löhnberg à Enzo Arian, 9.11.1942, Archive Löhnberg, IfZ

30 « Bolivianer und Juden (Zwei jüdische Lehrer plaudern aus der Schule) », Erhart Löhnberg, sans date, Archive Löhnberg, t. 6, IfZ.

31 Lettre de E. Löhnberg à W. Ossowski, 19.08.1942 ; lettre de W. Hirsch-Weber à Das Andere Deutschland, 19.12.1940, Kleine Erwerbungen, IAI.

32 Verbatim de l’entretien de Patrick von zur Mühlen avec Wolfgang Hirsch-Weber, op.cit. et verbatim de l’entretien de Patrick von zur Mühlen avec Erhart Löhnberg, 22.12.1983, in : Kleine Erwerbungen, AdsD, FES.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katell Brestic, « L’antisémitisme dans l’exil germanophone en Bolivie (1938-1945) », Trajectoires [En ligne], 8 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1470

Haut de page

Auteur

Katell Brestic

doctorante en études germaniques, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, katell.brestic@univ-paris3.fr

Haut de page