Navigation – Plan du site
SynTHESES

La construction saint-simonienne du féminin entre 1829 et 1845. Une Histoire croisée des réseaux familiaux en rapport avec la Haskala berlinoise

Thèse de doctorat en histoire préparée en cotutelle sous la direction de Heinz Gerhard Haupt et Michael Werner, université de Bielefeld et EHESS, soutenue le 5 juin 2008.
Paola Ferruta

Notes de l’auteur

Paraîtra en 2009 en allemand sous un titre abrégé aux éditions Georg Olms dans la collection « Haskala ».

Texte intégral

1L’apport juif à la construction du féminin, ou plutôt, celui des saint-simoniens concernés par la culture juive, a été au cœur de notre travail de recherche. La période considérée englobe la confrontation des saint-simoniens avec la « question féminine » dès son début jusqu’aux dernières années du groupe. D’un point de vue méthodologique, l’approche historiographique et théorique adoptée est interdisciplinaire, relevant de l’histoire des femmes et du genre. La recherche porte aussi sur l’histoire socioculturelle ainsi que sur l’anthropologie historique et religieuse d’une part, et sur l’histoire du discours d’autre part. Ces choix ont aussi été motivés par le fait que, récemment, la recherche sur le saint-simonisme a gagné du terrain d’un point de vue méthodologique par l’apport de l’anthropologie historique. Le recours à la psycho-histoire, opérant ici avec des approches psychanalytique et socio-psychologique, nous a permis d’analyser les dynamiques du groupe saint-simonien. D’autre part, nous avons cerné le « matérialisme anthropologique », comme défini par Walter Benjamin, à tendance politico-religieuse des intellectuels juifs saint-simoniens. Par ce concept, nous avons souligné d’un côté, l’anthropologie des genres et de l’autre, l’intérêt pour la physiologie et l’anatomie structurant la vision saint-simonienne de l’individu social « homme-femme ». L’anthropologie des genres et le symbole de l’androgyne/hermaphrodite saint-simoniens sont investis à travers ce concept d’un caractère matérialiste, ne le confinant pas au domaine des idées mais le rendant catalyseur de pratiques discursives de large envergure. Au niveau méthodologique, nous avons également eu recours à l’histoire croisée qui nous a permis d’identifier un réseau d’interrelations entre idées et personnes en France et en Allemagne dans la première moitié du XIXe siècle.

2Après une brève introduction faisant le point entre autres sur l’état de la recherche à propos du saint-simonisme, les deuxième et troisième chapitres de ce travail s’attardent sur le « culte de la Mère » des saint-simoniens. Nous cernons l’apport de la tradition juive à la construction du sauveur féminin, amorcée par les adeptes du saint-simonisme. Ils évoquèrent une Femme Messie, nommée plus tard la Juive, qu’ils supposaient être l’incarnation du salut de l’humanité. Celle-ci deviendra rapidement le pivot du débat conceptuel et des initiatives concrètes du mouvement. Ce culte s’inscrit dans le contexte de la dévotion mariale au XIXe siècle d’une part, et d’autre part, est reconductible aux représentations préalables de la « Raison révolutionnaire » et de l’» Être suprême ». L’hypostasiation des représentations féminines au XVIIIe siècle, dont la matrice fut notamment athée ou hétérodoxe, est en France un phénomène antérieur au messie féminin vénéré un demi-siècle plus tard par la secte. D’où notre hypothèse : le sauveur juif féminin évoqué par la secte relève de l’histoire des mouvements socio-religieux dans l’Europe de l’Est du xviiie siècle et se distingue des diverses formes de vénération chrétienne du féminin. De même, la conception de la Femme Messie propre aux membres juifs de la secte saint-simonienne s’appuyait sur une lecture ésotérique de la Genèse arborant un discours critique du statu quo religieux et sociopolitique. La construction du féminin accomplie par les saint-simoniens juifs doit, de la sorte, être comprise comme réponse juive à la mystique du sauveur féminin initiée par le courant enfantinien du saint-simonisme. Les différents rapports au féminin coexistant au sein de la secte saint-simonienne ainsi que les diverses images de la Mère sont liés à la mémoire culturelle des membres respectifs ; ils témoignent de leurs origines religieuses et de leur vécu individuel. En bref, l’idéal du moi du noyau du groupe eût une connotation féminine, particulièrement différenciée chez les adhérents juifs. Ces derniers refusaient le binarisme esprit-matière supposant une réification du féminin. Du reste, La Juive est une figure idéale née de l’activité phantasmatique groupale dans sa phase terminale où convergèrent deux éléments conceptuellement fondamentaux pour la secte saint-simonienne : messianisme et féminité.

3Les deux derniers chapitres qui constituent la troisième partie de ce travail sont primordiaux afin d’exposer nos sources. Le « cas » du saint-simonien Gustave d’Eichthal, présenté dans le quatrième chapitre, nous apparaît comme « idéal typique » par rapport à cette tendance à donner au mouvement une empreinte juive. Celui-ci, comme d’autres saint-simoniens juifs, disposait d’un large réseau relationnel européen dont l’étude permet de poser un nouveau regard sur sa confrontation intellectuelle avec Prosper Enfantin, chef charismatique de la secte. L’histoire croisée franco-allemande marquant le début du saint-simonisme met également en lumière l’activisme des femmes juives et de celles attachées culturellement au judaïsme (Mélanie, Félicie et Euphrasie Rodrigues). Le vécu des saint-simoniens juifs montre de surcroît les différents processus d’intégration sociale et religieuse en France et en Allemagne. Pourtant, questionnant ce qui a été défini comme la symbiose judéo-allemande, nous approfondissons une relecture qui a déjà reçu des impulsions significatives au cours des dernières années, grâce notamment aux travaux menés par Julius H. Schoeps.

4Dans le cinquième chapitre ont été analysés les parallèles entre l’apologie du saint-simonisme par Olinde Rodrigues et le programme politico-religieux du mouvement diffusé par Eduard Gans, Heinrich Heine, Moritz Veit, Rahel et par Karl August Varnhagen von Ense en Allemagne. Une vision religieuse particulière empreignait la pensée des représentants juifs de l’intelligentsia berlinoise de l’époque ; leur affinité au saint-simonisme fut marquée par une conception du christianisme primitif, à la fois éclairée et romantique, quoique différemment nuancée chez chacun de ces intellectuels. La vive admiration d’Abraham Mendelssohn pour les « fondateurs (Urheber) de la religion chrétienne » est comparable à celle d’Eugène ou d’Olinde Rodrigues.

5Au demeurant, durant le processus d’assouplissement des heurts sociaux dans la Modernité, les saint-simoniens avaient désigné dans leur élaboration théorique la « femme » et le « juif » comme idéaux-types, aux antipodes politiques de l’ordre institué. La juxtaposition de l’homme juif tourné vers l’avenir avec la femme juive défavorisée, « non-émancipée » et nouveau messie de l’humanité, avait dans ce contexte une fonction précise : l’intégration au saint-simonisme de la Modernité et de la « différence » à cette même Modernité. Dans cette mesure, le mouvement saint-simonien s’inscrivait aussi bien dans le processus historique que dans l’histoire universelle, comprise comme histoire du salut de l’humanité. Du point de vue de l’histoire de la culture et de l’histoire du discours, la religiosité saint-simonienne et le matérialisme anthropologique de la secte autour de 1830, servaient de substrat sémantique à la plus vaste esquisse de l’ordre socio-économique conçue par les saint-simoniens. Cette nouvelle ébauche de la société « co-variait » – à la Luhmann – le cheminement mouvementé mais en fin de compte ininterrompu de la France vers la Modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paola Ferruta, « La construction saint-simonienne du féminin entre 1829 et 1845. Une Histoire croisée des réseaux familiaux en rapport avec la Haskala berlinoise », Trajectoires [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 30 mai 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/148

Haut de page

Auteur

Paola Ferruta

paolaferruta@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page