Navigation – Plan du site
Figures d’autorité

Figures d’autorité. Approches théorique, épistémologique, empirique

Martin Baloge, Agathe Mareuge, Marie-Alexandra Schneider et Anne Unterreiner

Texte intégral

1Dans son essai de 1958 « Qu’est-ce que l’autorité », Hannah Arendt dresse le constat d’« un effondrement plus ou moins général [...] de toutes les autorités traditionnelles » dans le monde moderne (Arendt, 1958 : 121). Cette « crise de l’autorité » (ibid.) s’articule cependant à l’affirmation que la notion d’autorité subsiste comme concept fondamental des sciences politiques – et même, pourrait-on ajouter, des sciences humaines et sociales en général. Ce diagnostic paradoxal semble n’avoir rien perdu de son actualité, bien au contraire : si le phénomène de crise générale de l’autorité semble s’être confirmé au cours des cinquante dernières années, l’idée d’autorité et les questions qu’elle recouvre sont toujours aussi vivaces et se manifestent à tout un chacun, acteur ou spectateur, au quotidien. Pourquoi obéit-on ? Qu’est-ce qui fonde l’autorité ? Comment penser ce phénomène au-delà de la multiplicité de ses manifestations et de la variété des figures qui peuvent l’incarner – qu’on songe, parmi d’autres, à l’autorité parentale, politique, policière, professionnelle ou scolaire, à l’autorité du héros, de l’auteur ou encore du poète.

2Pour Alexandre Kojève, l’autorité consiste en la « possibilité qu’a un agent d’agir sur les autres (ou sur un autre) sans que ces autres réagissent sur lui, tout en étant capables de le faire » (Kojève, 1942 : 58). A la lumière de cette définition, on constate que l’effort de théorisation de la notion d’autorité implique un questionnement sur les figures qui la détiennent et l’incarnent. On peut rapprocher ce phénomène de l’analyse des différents types de domination proposée par Max Weber (1971), qui a été régulièrement illustrée par des figures incarnant ce pouvoir : un président élu ou un percepteur des impôts dans le cas de la « domination légale rationnelle fondée » sur le droit, un prêtre, un chef de clan ou un seigneur dans le cas d’une « domination traditionnelle » reposant sur les traditions et le sacré, des personnages historiques comme Napoléon, Gandhi ou Lénine dans le cas de la « domination charismatique » tirée des caractéristiques propres au chef. Comme le rappellent les références à Kojève ou à Weber, l’étude de la notion d’autorité est un objet classique de la science politique, de la sociologie et de la philosophie, mais est loin d’être leur apanage.

3En littérature, la notion d’autorité est à rapprocher de celle d’auctorialité ou d’Autorschaft, afin de penser l’identité d’auteur et les enjeux d’autorisation et de légitimation qu’elles désignent. Si les textes fondateurs de Roland Barthes (« La mort de l’auteur », 1968) et de Michel Foucault (« Qu’est-ce qu’un auteur », 1969) ont connu une réception tardive en Allemagne (Jannidis et al., 2000), la recherche a pris ces dernières années des orientations similaires sur cette question de part et d’autre du Rhin. Toutes deux prennent acte de l’affirmation d’un effacement de l’auteur au profit du texte (Barthes) ou d’une intertextualité (Kristeva), ou encore du lecteur (Ecole de Constance), mais s’efforçant ensuite d’en corriger les excès, et allant même jusqu’à parler d’un « retour de l’auteur » (« Rückkehr des Autors », Jannidis et al., 1999). L’idée selon laquelle l’auteur se construit dans le texte ou à partir du texte, sans exclure des composantes biographiques ou individuelles (que manifeste par exemple le style), rend compte de l’intersection entre les deux dimensions de l’autorité en littérature que sont d’une part, la représentation (voire la déconstruction) de figures d’autorité dans les textes littéraires, et d’autre part l’identité d’auteur et les postures (voire les gestes d’imposture) qu’elle induit. Dans le sillage de la fonction-auteur foucaldienne, Emmanuel Bouju (2010) fait appel aux notions de fonction-autorité, et d’effet-autorité, ou encore de geste d’autorité, afin de cerner les enjeux et limites des figures autorisées, des conflits d’autorité, et des questions de pouvoir, de consécration ou de crédit de l’auteur. L’œuvre se fait l’écho ou l’espace de réflexion du positionnement de l’auteur dans le champ littéraire et, au-delà, dans l’espace public. Ces questionnements ne sauraient se limiter à la prose, mais rendent également compte d’enjeux proprement poétiques – la figure du poète interrogeant à nouveaux frais la légitimité de la parole poétique et son origine, selon qu’elle est inspirée ou fabriquée – et également théâtraux, particulièrement dans le contexte du théâtre postdramatique ayant tenté de briser le « quatrième mur » qui sépare les acteurs des spectateurs : l’autorité de la pièce, de la production de sens est-elle alors aux mains des acteurs, des spectateurs ou oscille-t-elle entre les deux ?

4Parce qu’elle touche tous les domaines de l’activité humaine, la question des figures d’autorité est un objet interdisciplinaire par excellence. Il nous a donc paru pertinent, à l’occasion de ce huitième numéro de Trajectoires, d’étudier la question en mobilisant différentes disciplines des sciences humaines et sociales afin de mieux comprendre à la fois les conditions et les modalités d’incarnation de l’autorité, les processus d’acceptation et de légitimation de ces figures et, plus généralement, de proposer une réflexion sur les formes que peuvent prendre les figures d’autorité au sein d’une multitude d’espaces.

5En raison de sa diffusion au sein du monde social, la question de l’autorité a été régulièrement appréhendée par les sciences sociales et humaines. « L’Autorité est nécessairement une relation (entre agent et patient) : c’est donc un phénomène essentiellement social » écrit Kojève (1942 : 58). L’autorité exercée au nom d’une institution ou en son sein a fait l’objet d’études portant sur l’État, la famille, l’école, l’entreprise, les hôpitaux, l’Église ou encore le travail social. La question de l’autorité parentale a par exemple été traitée au sein de différentes disciplines comme le droit (Raymond, 2003), la psychologie (Benghozi, 2001) ou encore les sciences du langage (Darrault-Harris, 2003). Prenant exemple de l’Église catholique, Alexandre Lagroye a montré qu’« il n’y a d’autorité que reconnue par celles et ceux sur lesquels elle s’exerce » (Lagroye, 2009 : 73). L’Église s’appuie ainsi sur des figures d’autorité – les évêques en particulier afin de pérenniser l’autorité de l’institution (Lagroye et Offerlé, 2011). Les sciences de l’éducation se sont, elles aussi, appropriées cette question. L’autorité exercée par l’enseignant sur son élève et la transmission des savoirs, dominé par la « culture légitime » permettrait d’assurer la reproduction des classes sociales d’une génération à l’autre (Bourdieu et Passeron, 1970).

6Au cœur de la question de l’autorité se trouve donc celle de la relation de pouvoir qu’elle implique. Roberto Michels (1971) a montré dès 1911 comment au sein d’organisations politiques démocratiques, une minorité d’individus parvenaient à asseoir leur autorité afin de se maintenir aux positions de pouvoir. Après avoir longtemps ignoré la question, à l’exception notable des travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (1989 et 2010), la sociologie des élites connaît à l’heure actuelle un essor important. Que les recherches portent sur les traders (Godechot, 2001), les étudiants des Grandes Écoles (Pasquali, 2014), les parcours de forte mobilité ascendante (Naudet, 2012), toutes s’interrogent sur la façon dont les dominants accèdent au pouvoir et s’y maintiennent. Ainsi, de nombreux travaux ont mis au jour les processus de domination et d’exercice du pouvoir par le prisme des figures d’autorité, que ce soit à l’échelle des individus comme dans le cas argentin avec le président Nestor Kirchner (Bernardou, 2007) ou au sein d’institutions (l’État, l’école, ou encore l’Église).

7En histoire, Pierre Karila-Cohen déplore « l’absence, à de rares exceptions près, d’un questionnement spécifique sur l’autorité en tant que phénomène historique », faisant le constat suivant : « La notion de l’autorité […] intéresse assez peu les historiens » (2008 : 3). Mais peut-on en dire autant des figures d’autorité ? De tout temps, les historiens se sont intéressés aux détenteurs de l’autorité politique, à tel point que l’historiographie a longtemps mis sous les projecteurs seuls les « grands hommes ». Aujourd’hui, penser les figures d’autorité consiste à éviter les travers de l’histoire biographique en déconstruisant ces figures et en prenant en compte une multiplicité de facteurs (contextuels, sociaux..) afin de saisir comment elles se sont établies. L’étude porte alors sur les modalités de construction de la légitimité, car « ce qui fonde [...] l’autorité, c’est la légitimité, c’est-à-dire une croyance intériorisée par les gouvernés et qui les fonde à obéir sans qu’ils soient contraints de l’extérieur. La légitimité permet au pouvoir de se faire obéir par la majorité des gouvernés et c’est cette légitimité qui l’autorise à utiliser la force, si besoin est […] » (Addi, 1993 : 147). L’autorité résulte donc « d’une reconnaissance qu’autrui nous adresse. Elle ne saurait relever du seul statut, comme c’est le cas du pouvoir » comme l’écrit la psychanalyste Charlotte Herfray dans l’ouvrage qu’elle consacre aux figures d’autorité, précisant que « plus qu’un être réel, cette figure est une représentation » (2006 : 10).

8A cet égard, historiens et anthropologues ont renouvelé l’approche pour l’analyse des figures d’autorité, en montrant que l’imaginaire (représentations mentales et imageries correspondantes) était une dimension constitutive du politique et que le symbolique était indispensable à la reconnaissance et à la légitimation de l’autorité (Ellenius, 2001). Georges Balandier (1980) a ainsi souligné l’importance de la mise en scène, affirmant que les figures d’autorité obtiennent la subordination par le moyen de la théâtralité. Dans son sillage, Claude Rivière (1988) a insisté sur l’omniprésence du rituel dans le champ politique. L’iconographie apparaît également comme un instrument d’affirmation et légitimation de l’autorité. Gérard Sabatier (2010) étudie ainsi dans son dernier ouvrage sur les stratégies figuratives de la monarchie française du XVIe au XVIIIe siècle la contribution des arts à la construction de l’absolutisme.

9La question de la détention de l’autorité se pose d’ailleurs dans toutes les sphères de la société. D’après Pierre Bourdieu et Claude Passeron, la détention de différents capitaux (social, économique, culturel ou symbolique) permet d’asseoir sa position dans le champ et de jouir de l’« autorité légitime » (1970). Ainsi, selon le monde social dans lequel on se trouve, les dominants sont ceux qui ont fait preuve d’autorité et incarnent l’autorité pour autrui. C’est ce geste de reconnaissance par les autres acteurs qui fait d’eux des figures d’autorité.

10Les articles présentés dans ce numéro illustrent le caractère interdisciplinaire de la question des figures d’autorité et appréhendent la notion d’autorité à des niveaux distincts mais liés entre eux. S’intéresser aux figures de l’autorité permet, en déplaçant le regard sur des acteurs – réels ou symboliques – d’atténuer les spécificités disciplinaires des sciences humaines et sociales. Il convient d’articuler dans la réflexion figures et discours de l’autorité, les deux ne se recoupant pas systématiquement, dans la mesure où maints discours excèdent ou viennent contrer des figures d’autorité, et où ces dernières déploient des stratégies protéiformes.

11Les articles s’articulent donc autour de deux axes complémentaires :

Les figures d’autorité elles-mêmes. Au niveau individuel, il s’agit de penser l’agent, détenteur de l’autorité ainsi que le patient, cible des mécanismes de domination. Au niveau institutionnel sera abordée la façon dont les organisations plus ou moins structurées font figure d’autorité vis-à-vis de leurs membres et d’autrui.

Les représentations et les mises en scène de l’autorité. Il s’agit d’analyser à la fois les modes de légitimation des rapports de pouvoirs entre agents mais également d’étudier empiriquement les stratégies, les manières d’être, les contextes géographiques et historiques qui conditionnent l’incarnation de l’autorité.

Les figures d’autorité

12Dans les quatre premières contributions, la définition des figures de l’autorité est au cœur du questionnement. Emmanuel Hourcade s’intéresse dans son article « Bouleversements politiques et effacements des figures d’autorité. Le regard du naturaliste de Georg Forster » à l’impact de la Révolution française sur la légitimité des figures d’autorité traditionnelles de l’Ancien Régime et aux nouvelles configurations de pouvoir qu’elle provoqua. Sa réflexion repose en particulier sur les observations du naturaliste allemand Georg Forster dont le caractère original réside dans le parallèle qu’il établit entre forces populaires et forces naturelles. L’analogie avec les sciences de la nature permet à Forster de repenser la déchéance des figures d’autorité, amorçant en cela un changement de perspective dans la théorie politique. Le fait de voir dans les mouvements du peuple une force aussi irrésistible que les forces naturelles implique en effet une nouvelle conception du rapport entre le peuple et les figures d’autorité, tout en précédant la psychologie des foules qui reprend, en variant la perspective, cette analogie à son compte.

13Le rapport entre figures d’autorité et avènement des masses se situe également au centre de l’analyse dans la contribution « Penser l’autorité avec l’avènement de la masse. Lecture croisée de Le Bon, Freud et Kelsen » proposée par Esteban Kaipl et Elisabeth Lefort. Ainsi que le souligne Le Bon, la masse, groupe impulsif, émotionnel et capricieux, ne peut se construire en l’absence d’un meneur despotique, unifiant et manipulateur. Cette analyse de la figure d’autorité semble cependant insuffisante pour Freud. Pour lui, l’autorité du meneur se fonde plutôt sur la construction d’un moi idéal, commun à la foule, incarné par sa personne. Kelsen, quant à lui, opère une rupture en introduisant l’Etat au cœur de ses réflexions. La figure du meneur se trouve ainsi englobée dans une structure politique et une idéologie plus larges ; il n’est plus à la source de la structure sociale, il en est l’émanation. Dans le prolongement de cette pensée, les auteurs de l’article soulignent enfin les limites du concept de meneur dans le contexte de la désincorporation du pouvoir opérée dans les démocraties modernes. Les auteurs proposent ainsi une réflexion stimulante sur les figures d’autorité en mobilisant trois auteurs issus de différentes disciplines et en articulant des niveaux micro-sociaux (l’individu), macro-sociaux (l’Etat), voir même méso-sociaux (la foule).

14Cette réflexion sur le meneur despotique pourrait également être transposée à la sphère familiale. Dans sa contribution « Les pères de famille dans les comédies-ballets de Molière », Stefan Wasserbäch s’interroge ainsi sur l’autorité des patres familias qui s’octroient le privilège de disposer librement de leurs filles en s’opposant à leur mariage ou en les promettant à un homme de leur choix, en vertu de considérations égoïstes. L’autorité abusive des pères de famille provoque un conflit avec leurs filles dont l’auteur distingue deux facettes : d’une part une opposition générationnelle, et d’autre part une réactualisation des rapports entre hommes et femmes. A travers le recours à la comédie-ballet dont la structure hybride permet une résolution originale du conflit, Molière dépasse ces contradictions mais n’apporte qu’une réponse esthétique à un problème éthique.

15Si les pères de famille chez Molière sont déjà destitués d’une partie de leur autorité, Peer Ripberger s’intéresse dans son article « Versteckte Autoritäten. Machtstrukturen in der theatralen Inszenierung epischer Texte » à l’absence complète d’autorité dans les mises en scène dans le théâtre contemporain. En étudiant trois adaptions de romans – Jerk de Giselle Vienne, Der Prozess d’Andres Kriegenburg et Werther ! de Nicolas Stemann – il montre la désincarnation de l’autorité, qui prive les personnages sur scène des ressources pour pouvoir incarner leurs rôles. Ainsi, les mises en scène n’expriment pas seulement un certaine malaise face aux sociétés contemporaines, mais semble suggérer que l’autorité ne s’incarne plus dans de personnages puissants, mais réside dans un discours impersonnel qui régit les acteurs.

Les représentations et les mises en scène de l’autorité

16Les trois articles suivants abordent les stratégies d’affirmation de l’autorité. Dans sa contribution « Pouvoir du poète et autorité de l’auteur dans Toller de Tankred Dorst et Hölderlin de Peter Weiss », Solange Arber examine deux pièces mettant en scène des figures de poètes révolutionnaires en se fondant sur la redéfinition du rôle de l’auteur qui se produit en Allemagne dans les années 1968, lorsque le poète (Dichter) perd le prestige dont il était auparavant auréolé pour devenir synonyme d’un esthétisme coupé de la réalité, tandis que l’écrivain (Schriftsteller), traditionnellement moins valorisé, gagne ses lettres de noblesse en raison de son engagement. Son analyse lui permet de distinguer d’une part la parole de l’auteur, dont l’autorité consiste à fonder un ordre discursif et, par-là, à instituer le réel – il fonctionne comme « instance topique », pour reprendre les termes de Landauer – et, d’autre part, la parole du poète, dont le pouvoir tient à sa capacité à bouleverser le réel – en tant qu’« instance utopique ».

17La question de l’acceptation de la parole d’autorité occupe également une place centrale dans la contribution « A quoi tient l’autorité d’un récit ? L’exemple du guidage historique » de Benjamin Tremblay. En adoptant une démarche ethnographique basée sur l’observation et l’entretien, l’auteur propose une analyse stimulante des modes de légitimation d’une figure d’autorité particulière : le guide historique. Ce dernier ne jouissant que rarement d’une légitimité universitaire, il est en quête de crédibilité. Pour être pris au sérieux, il doit donc s’efforcer de devenir une figure d’autorité, incontestée car incontestable. L’auteur montre comment l’acceptation de ce rôle par l’auditoire passe par la mobilisation de différents savoir-faire, de techniques et de connaissances ayant pour double objectif d’affirmer la parole du guide et de s’assurer que le message soit perçu comme véridique, car formulé par une figure d’autorité. 

18Ces réflexions sur le rapport à l’autorité sont complétées par l’étude biographique de l’intellectuel Jürgen Kuczynski que propose Paul Maurice dans son article « Les permanents passent, le parti subsiste. Le parti communiste, une figure d’autorité ambiguë chez Jürgen Kuczynski ». Eu égard à la complexité du contexte historique, le positionnement face à l’autorité politique – incarnée pour Kuczynski par les partis communistes de la RDA et de l’Union soviétique – place l’individu dans une tension entre l’affirmation d’une indépendance intellectuelle et l’allégeance au parti communiste. L’article montre que c’est précisément cette oscillation qui permet, paradoxalement, à Kuczynski de construire et de maintenir son étonnant parcours de dissident fidèle au régime jusqu’à la disparition de la RDA.

Haut de page

Bibliographie

Addi, Lahouri (1993) : « La notion d’autorité politique et l’idéologie étatique », Cahiers internationaux de sociologie, 94, p. 145-160.

Arendt, Hannah (1972) : « Qu’est-ce que l’autorité ? », in : La Crise de la culture. Huit exercices de pensées politiques, Paris (Gallimard), p. 121-185.

Barthes, Roland (1994) : « La mort de l’auteur », in : Œuvres complètes II, 1966-1973, Paris (Seuil), p. 491-495.

Benghozi, Pierre (2001) : « Autorité parentale légale, autorité parentale légitime », Le Divan familial, 6, p. 43-55.

Bernadou, Vanessa (2007) : « La restauration d’une autorité politique », Politix, 80.4, p. 129-153.

Balandier, Georges (1980) : Le Pouvoir sur scènes. Paris (PUF).

Bouju, Emmanuel (2010), dir : L’Autorité en littérature. Rennes (Presses Universitaires de Rennes).

Bourdieu, Pierre et Jean-Claude Passeron (1970) : La Reproduction. Paris (Minuit).

Bourdieu, Pierre (1998) : Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris (Seuil).

Carré, Martine (2008) : W. G . Sebald. Le Retour de l’auteur, Lyon (Presses Universitaires de Lyon).

Clastres, Robert (2011) : La Société contre l’État. Paris (Minuit).

Darrault-Harris, Ivan (2003) : « Les figures de l’autorité », Enfances & Psy, 22.2 , p. 49-58.

Ellenius, Allan (2001), dir. : Iconographie, propagande et légitimation, Paris (PUF).

Foucault, Michel (1994) : « Qu’est-ce qu’un auteur ? », in : Dits et écrits, tome I, 1954-1988, Paris (Gallimard), p. 789-821.

Herfray, Charlotte (2005) : Les Figures d’autorité. Toulouse (Eres).

Jannidis, Fotis, Gerhard Lauer, Matias Martinez et Simone Winko (1999), dir : Rückkehr des Autors. Zur Erneuerung eines umstrittenen Begriffs, Berlin (De Gruyter).

Jannidis, Fotis, Gerhard Lauer, Matias Martinez et Simone Winko (2000), dir : Texte zur Theorie der Autorschaft. Stuttgart (Reclam).

Karila-Cohen, Pierre (2008) : « L’autorité, objet d’histoire sociale », Le Mouvement Social 224.3, p. 3-8.

Kojève, Alexandre (2004) : La Notion de l’autorité. Paris (Gallimard).

Lagroye, Jacques (2009) : Appartenir à une institution. Catholiques en France aujourd’hui, Paris (Economica).

Lagroye, Jacques et Michel Offerlé (2011) : Sociologie de l’institution. Paris (Belin).

Michels, Roberto (1971) : Les Partis politiques. Essais sur les tendances oligarchiques des démocraties, Paris (Flammarion).

Naudet, Jules (2012) : Entrer dans l’élite. Parcours de réussite en France, aux Etats-Unis et en Inde, Paris (PUF).

Pasquali, Paul (2014) : Passer les frontières sociales. Comment les ‘filières d’élite’ entrouvrent leurs portes, Paris (Fayard).

Pinçon, Michel et Monique Pinçon-Charlot (1989) : Dans les beaux quartiers. Paris (Seuil).

Pinçon Michel et Monique Pinçon-Charlot (2007) : Les Ghettos du gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces, Paris (Seuil).

Pluvinet, Charline (2012) : Fictions en quête d’auteur. Rennes (Presses Universitaires de Rennes).

Raymond, Guy (2003) : « L’autorité parentale sous contrôle ? », Enfances & Psy, 22.2, p. 25-37.

Rivière, Claude (1988) : Les Liturgies politiques. Paris (PUF).

Sabatier, Gérard (2010) : Le Prince et les arts. Stratégies figuratives de la monarchie française de la Renaissance aux Lumières, Seyssel (Champ Vallon).

Terrisse, Bénédicte (2012) : Figures et fictions de l’auteur. Scénarios de la vocation poétique dans l’œuvre de Wolfgang Hilbig, Thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne.

Weber, Max (1971) : Economie et société. Paris (Plon).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Baloge, Agathe Mareuge, Marie-Alexandra Schneider et Anne Unterreiner, « Figures d’autorité. Approches théorique, épistémologique, empirique », Trajectoires [En ligne], 8 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1488

Haut de page

Auteurs

Martin Baloge

Articles du même auteur

Agathe Mareuge

Marie-Alexandra Schneider

Articles du même auteur

Anne Unterreiner

Articles du même auteur

Haut de page