Navigation – Plan du site
SynTHESES

Paris, Berlin : la mémoire de la Première Guerre mondiale (1914-1933)

Thèse de doctorat d’histoire en cotutelle franco-allemande préparée sous la direction de Jean-Louis Robert et Jürgen Kocka, université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et université libre de Berlin, soutenue le 8 décembre 2007.
Elise Julien

Texte intégral

1Cette thèse étudie la mémoire de la Première Guerre mondiale à Paris et à Berlin de 1914 au début des années trente. Elle pose la question suivante : y a-t-il une mémoire de la guerre qui soit spécifique de Paris et Berlin, c’est-à-dire une mémoire qui caractérise ces villes et qui soit issue d’une dynamique qui leur est propre ? Cette question relève d’une relation dialectique entre les capitales et la mémoire : la mémoire de la guerre transforme-t-elle les capitales ? Les capitales contribuent-elles à la mémoire de la guerre ? Afin de mieux répondre à ces questions, leur traitement est comparatif entre Paris et Berlin, capitales de deux pays européens continentaux voisins qui ont aussi été deux des principaux belligérants.

2La guerre a été une rupture fondamentale. La mémoire collective, par sa faculté à révéler des conflits et à fonder des identités, présente un observatoire intéressant pour analyser les effets de cette guerre sur les sociétés, leurs modes de gestion du passé, les représentations que ces modes de gestion véhiculent et les pratiques qu’ils révèlent. Or cette mémoire s’organise à différents niveaux, qui se trouvent précisément juxtaposés au sein des capitales : nulle part ailleurs, le local n’est aussi directement au contact du national, alors même que ces villes comptent des acteurs spécifiques de mémoire qui ont aussi leur existence autonome. L’articulation de la mémoire de la guerre par l’histoire urbaine rend alors possible une lecture du sujet à travers une grille spatiale qui permet de décliner différents niveaux d’analyse : celui de la capitale comme symbole de la nation, celui de la grande ville appréhendée dans sa globalité, celui de la ville comme réseau d’institutions sociales et comme espace hétérogène d’expériences. Ainsi, l’étude de la mémoire de la Première Guerre mondiale à Paris et à Berlin permet d’obtenir une série de résultats comparatifs.

3Au niveau national, de profondes divergences se font jour entre la France et l’Allemagne dans la mémoire de la guerre, qui sont surtout flagrantes à partir de 1918. Après les similitudes du temps de guerre, révélatrices d’une communauté relative d’expérience, les situations de ces pays dans l’après-guerre débouchent en France sur la mise en place d’une mémoire dominante, même si elle n’empêche pas les dissidences, et en Allemagne de mémoires concurrentes, tant les divisions sont profondes et l’absence de consensus criant.

4Paris et Berlin s’inscrivent pleinement dans leur cadre national respectif, et pourtant les convergences sont frappantes entre les deux villes. Ces convergences tiennent sans conteste aux spécificités communes de Paris et Berlin. Ces villes sont en effet des capitales aux fonctions politiques et administratives analogues, qui concentrent un important capital symbolique ; elles sont aussi des métropoles dont le nombre d’habitants, la dilatation de l’espace, la complexité de l’organisation sociale, entraînent des caractéristiques à la fois quantitatives et qualitatives, générant des modes de vie, des milieux et des imaginaires spécifiques. On observe dès lors plusieurs phénomènes communs. D’une part, les capitales sont susceptibles d’offrir à des mémoires particulières une caution nationale et celle-ci y est spécialement recherchée. D’autre part, la concentration des marques de mémoire dans les capitales a tendance à les conforter dans un rôle toujours plus exclusivement national. On assiste donc à une sorte de nationalisation réciproque de la mémoire par les capitales et des capitales par la mémoire. Cette nationalisation est particulièrement visible à l’étude des monuments nationaux qui voient le jour dans les années d’après-guerre. En revanche, les groupes organisés à l’échelle de chacune des deux villes et qui pourraient vouloir assumer leur part mémorielle de la guerre n’agissent en réalité pas prioritairement au niveau des villes, se contentant de reprendre à leur compte, dans leur domaine respectif, le rôle dirigeant assumé par les capitales pour l’ensemble du pays. Et si les institutions municipales prennent incontestablement des initiatives en faveur d’une mémoire unitaire à l’échelle des capitales, leurs réalisations, inégales entre Paris et Berlin, demeurent fragiles dans les deux cas.

5L’analyse des configurations très locales à Paris et à Berlin, pour sa part, fait apparaître tout à la fois une grande diversité à l’intérieur des deux agglomérations et un certain nombre de convergences entre les deux villes. Dans les deux cas, de nombreux acteurs s’organisent au sein de multiples communautés locales de mémoire. Celles-ci présentent des traits généraux quant à leur fonctionnement, leurs moyens d’action, leurs réalisations et leurs usages. Elles s’avèrent indispensables pour encadrer l’expression d’un besoin de mémoire des individus à l’échelle locale et leur activité tend à renforcer les liens communautaires entre les vivants. Elles assument alors un rôle d’initiatrices bien plus qu’elles ne sont les relais d’une mémoire défaillante à l’échelle des capitales. Dans les deux cas également, les mémoires, dès lors qu’elles sont fondées sur des ancrages territoriaux, présentent des convergences dans leur organisation et leur répartition spatiale. Il est frappant qu’une opposition entre centre et périphérie se retrouve avec force à Paris comme à Berlin. Cette opposition est significative de l’hétérogénéité des identités territoriales au sein de l’espace urbain des capitales. Les monuments aux morts, prioritairement (à Paris) ou exclusivement (à Berlin) érigés en périphérie, attestent en outre que le besoin d’une mémoire locale, territoriale, est plus fort dans cette zone, tandis que les identités s’avèrent davantage problématiques dans les centres-villes. De plus, les différences de structure administrative ne restent pas sans conséquences sur l’organisation de la mémoire : au-delà de la distinction générale entre centre et périphérie subsistent des nuances propres à chaque agglomération.

6Il apparaît in fine que les capitales font montre d’une mémoire urbaine directement en lien avec la mémoire nationale, mais qu’elles possèdent également des caractéristiques politiques, sociales et culturelles spécifiques qui débouchent de part et d’autre sur une identité problématique et sur des difficultés à élaborer et imposer une mémoire forte de la guerre. Le besoin de mémoire des individus s’exprime bien davantage à une échelle très locale, où malgré la diversité des configurations, certaines communautés locales ont été plus pertinentes et plus efficaces que les capitales elles-mêmes pour la construction d’une mémoire urbaine qui relève de Paris et Berlin.

7Au plan de la méthode, l’organisation de la comparaison selon différents niveaux montre finalement combien l’échelle de la comparaison influe sur le résultat obtenu. La décomposition du paradigme homogénéisant de la mémoire s’est avérée utile pour conduire une étude systématique et s’est révélée fructueuse pour obtenir des résultats qui prennent en compte la diversité des échelles d’analyse. La comparaison appliquée aux capitales a ainsi permis de proposer une révision de l’approche nationale en portant le regard à la fois en deçà de la nation (par l’histoire urbaine) et au-delà d’elle (par l’histoire comparée).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Julien, « Paris, Berlin : la mémoire de la Première Guerre mondiale (1914-1933) », Trajectoires [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/149

Haut de page

Auteur

Elise Julien

elise-julien@infonie.fr

Haut de page