Navigation – Plan du site
Compte rendu du séminaire franco-allemand de jeunes chercheurs

Exemple-Exemplarité | Beispiel-Beispielhaftigkeit

Compte rendu du Séminaire des jeunes chercheurs du CIERA, Moulin d’Andé, 10-12 septembre 2014
Antoine Beaudoin, Charlotte Bellon, Angela Condello, Simonella Domingos, Emmanuel Hourcade, Maxime Le Calvé, Lucille Lisack, Martin Mauersberg, Annika Nickenig, Antoine Odier, Claire Olivier, Pénélope Patry et Sarah Rudolf

Texte intégral

1L’exemple est une figure omniprésente de la vie intellectuelle et sociale. Tout à la fois instrument d’argumentation et de communication, genre textuel et modèle (ou anti-modèle) d’action, il sert dans des situations et contextes multiples. En même temps, il est difficile de le définir en tant que tel. Comment aborder la question épistémologique de l’exemple sans avoir recours à des exemples ? Quel rapport l’exemple établit-il entre le général et le particulier ? L’atelier franco-allemand a été l’occasion d’interroger cette figure à partir d’un point de vue de sciences humaines et sociales, en tenant compte des formes et usages variés qu’il prend dans les disciplines concernées.

2La réflexion sur l’exemple s’est articulée autour des trois axes : sa dimension cognitive, sa dimension normative, et sa place dans les sciences humaines et sociales.

La dimension cognitive de l’exemple

3La dimension cognitive de l’exemple procède d’une part de la mise en relation de cas singuliers avec un mouvement d’abstraction généralisant. Elle implique d’autre part la descente du général vers le singulier pour rendre les connaissances plus précises. Ces deux directions utilisées conjointement par les sciences humaines placent d’emblée le chercheur dans un mouvement circulaire qui se situe à la base des autres dimensions de l’exemple abordées dans le cadre de l’atelier. Les trois dimensions sont séparées pour les besoins de l’analyse, mais elles ne s’en recoupent pas moins sans cesse dans les usages qui sont fait des exemples. S’il est donc difficile de faire abstraction des autres dimensions de la notion d’exemple et de s’intéresser uniquement à sa dimension cognitive, il convient cependant de faire apparaître les spécificités et les enjeux liés à ce premier axe étant donné son importance. L’interrogation sur la dimension cognitive met en effet à jour l’emploi des exemples dans le processus par lequel le chercheur construit un savoir.

  • 1 La science historique, tout comme les sciences sociales, s’est toujours interrogée sur l’importance (...)

4En introduction, Christine Vogel a proposé trois manières d’aborder la dimension cognitive de l’exemple, qui se sont avérées omniprésentes tout au long de l’atelier : la question de la nature (Beschaffenheit) de l’exemple, son caractère « construit » dans la pratique scientifique, et l’exemplarité d’événements historiques. Ce dernier point joue un rôle important dans le texte « Historia Magistra Vitae » de Reinhart Koselleck (1989). Ici l’auteur analyse une rupture radicale dans la manière dont l’histoire est considérée. Avant la Révolution française, elle est vue comme source d’exemples amenés à se répéter dans le futur. Après 1789, l’histoire perd cette fonction pédagogique de source d’exempla dans une temporalité pensée désormais comme linéaire et ouverte, et non plus circulaire. L’avenir n’apparaît plus comme une reproduction du passé mais comme une construction humaine ; l’Historie (récit) cède la place à la Geschichte (événement). Les « exemples » deviennent les instruments de la science historique qui reconstruit l’Histoire comme un système épistémique exploré pour lui-même1.

5Les discussions concernant ce texte de Koselleck ont remis en question la rupture proposée par l’auteur et en particulier la fin de la normativité accordée à l’exemple telle qu’il l’a diagnostiquée. L’injonction du « Plus jamais ça », rappelée par Christine Vogel concernant l’histoire allemande comme Negativbeispiel (exemple négatif), montre que l’exemple historique garde sa valeur prescriptive, même s’il apparaît plutôt comme « repoussoir ».

6Le caractère construit de l’exemple a une place centrale dans l’analyse du « modèle économique allemand » et de ses emplois proposée par Charlotte Bellon. Elle montre en quoi les possibilités d’interprétation hétérogènes des données économiques remettent en question la prétendue objectivité de données chiffrées et la construction d’un modèle économique transposable d’un pays à un autre. Les discussions ont fait apparaître les enjeux controversés de la mise en relation de données chiffrées avec des éléments dits « culturels ». À la validité permanente des modèles économiques s’oppose le rôle concret de l’Allemagne dans l’histoire de l’Europe au XXe siècle, souvent évoqué dans les débats économiques récents. À partir de ce « modèle allemand » reposant sur un haut degré de généralisation se pose la question de la transposabilité d’un modèle à d’autres pays – et de ce fait la question de la possibilité d’une généralisation.

7Il faut également rappeler la dimension communicative ou explicative de l’étiquette « modèle économique allemand » qui fait allusion à un phénomène socio-économique complexe qu’elle rend nommable et communicable. C’est là une autre facette de la fonction cognitive de l’exemple. L’exemple est alors au service de ce que Provenzano nomme « vulgarisation scientifique » (Provenzano, 2011).

8La réflexion méthodologique proposée par Antoine Odier à partir des ego documents du XVIIe siècle, et plus particulièrement sur l’usage de l’exemple biographique dans les sciences humaines, a soulevé la question de la valeur de « seconde main » de cette source aux yeux des sociologues qui n’y voient au XXe siècle qu’une réserve d’illustration pour agrémenter une proposition générale. À partir de là, on peut se demander ce qu’est un « bon » exemple : est-ce, suivant ce que laisse supposer la convention linguistique, une bonne illustration, ou plutôt ce qui donne lieu à un progrès dans la connaissance ? Néanmoins l’utilisation scientifique des textes autobiographiques a été multiple depuis la fin du XIXe siècle notamment par les historiens. Ces derniers s’appuyaient aussi bien sur une démarche inductive que déductive. Antoine Odier montre le danger que constitue l’autoréférentialité de l’exemple et les généralisations qui en sont tirées, notamment dans la démarche inductive. Suivant les sources dont dispose l’historien, une généralisation peut s’avérer être le reflet d’un corpus trop restreint.

9Dans le prolongement des discussions, la vision idéalisée qui motive l’écriture d’ego documents – jouant le rôle de « script pour les générations futures » – s’est avérée importante. La portée morale des textes autobiographiques qui usent d’un « rôle disciplinaire discret » sur les descendants, ouvre déjà la réflexion sur la deuxième journée portant sur l’axe « dimension normative ».

10Le problème de l’autoréférentialité de l’exemple mène à la nécessité de contrôler l’oscillation entre cas singulier et généralisation. Le va-et-vient entre un niveau « micro » et un niveau « macro », autrement dit la variation des échelles, représente donc une constante dans les discussions sur la dimension cognitive de l’exemple. Les textes de Charlotte Bellon et Antoine Odier montrent l’importance d’une conscience permanente du niveau d’analyse et des procédés de création du savoir mis en œuvre.

La dimension normative de l'exemple

11Les textes formant la base des discussions collectives sur la dimension normative de l’exemple ont mobilisé des documents littéraires et architecturaux d'époques très variées, qui présentent différents cas d'exemples normatifs sur lesquels nous basons notre réflexion dans une approche empirique, sans chercher à proposer une définition exhaustive de l'exemple normatif. L'article de Elke Hartmann et Gabriele Jancke « Roupens „Erinnerungen eines armenischen Revolutionärs“ (1921/51) im transepochalen Dialog – Konzepte und Kategorien der Selbstzeugnis-Forschung zwischen Universalität und Partikularität », analyse le rôle performatif des exemples dans l'autobiographie d'un révolutionnaire arménien. Antoine Beaudoin a montré l'importance de l'exemple normatif pour la propagande nazie dans les pièces de théâtre de l'époque. Annika Nickenig a développé, à partir de récits littéraires de la Renaissance, l'autonomisation des exemples normatifs au détriment de leurs récits-cadres, attestant de l'assimilation de la morale à tirer de ces exemples par les lecteurs.

12À partir de ce matériel les échanges ont permis de conduire un raisonnement empirique sur les formes, fonctions et limites des exemples normatifs présentés. L'exemple normatif a une valeur de modèle, il doit être imité. Si une norme en tant que telle est abstraite et non verbalisée, l'exemple normatif peut en effet permettre de la verbaliser.

13Dans cette perspective, on peut déconstruire la manière dont fonctionne l'exemple normatif en trois temps, selon une approche qui peut être considérée comme une proposition de méthode pour l'analyse de ce type d'exemple. Le premier temps consiste en une analyse du processus de production des exemples normatifs, le deuxième interroge les stratégies argumentatives mises en place dans le cadre de cette production, en nous interrogeant sur leur fonctionnement concret. Le troisième temps porte sur une étude de la réception de ces exemples normatifs, qui révèlent parfois un décalage entre le but initial et l'effet de ces exemples sur le public visé. Chaque texte présenté durant la matinée a été discuté à travers le prisme de ces trois étapes de réflexion.

14Les auteurs des différents écrits qui faisaient l’objet des présentations proposent, de manière avouée ou non, des exemples normatifs. En quoi un exemple peut-il avoir une valeur de norme ?

15L'article sur Roupen propose des normes de comportement en société, même si l'auteur de l'autobiographie ne mentionne pas cette fonction. D'une manière générale, les textes autobiographiques peuvent être considérés comme de véritables répertoires de comportement. Dans les pièces de théâtre de l'époque nazie, l'individu s'intègre dans une communauté qui, par sa masse, le dépasse ; cela lui donne le sentiment qu'il en est partie intégrante et a donc une fonction importante dans la propagande. Dans les recueils de nouvelles publiés à la suite du Décaméron de Boccace, les réflexions morales ont joué un rôle central. Les situations mettant en jeu les notions de vertu, d’honneur, d’amour, de trahison, de justice et d’injustice formaient le cœur de ces récits, témoignant des manières dont il était moralement convenable de réagir à telle ou telle situation. À l’image de l’Heptaméron de Marguerite de Navarre, leur ambition était tout autant d’instruire que de distraire : « Voilà, Mesdames, une histoire que volontiers je vous montre ici par exemple, afin que, quand vos maris vous donneront les cornes de chevreuil, vous leur en donniez de cerf. » (Navarre, 1982, 65)

16Pour inciter à l’imitation d’un comportement construit comme exemplaire, différentes stratégies sont à identifier. Dans l'autobiographie, les exemples sont donnés dans un but performatif (exemplum) : la stratégie du père est de présenter son propre récit de vie à son fils en l'enjolivant.

17Pour ce qui est des pièces de l'époque nazie, une stratégie visible est l'absence de séparation entre le chœur et le public. On supprime ainsi une étape dans la réflexion du spectateur : les masses du chœur qui se ruent sur scène en semblant sortir directement du public l'invitent, sans médiation, à l'imiter dans son adhésion à la masse.

18Le récit intégré dans la nouvelle de l'époque baroque permet la mise en scène du texte : un personnage raconte, ce qui contribue à une rupture dans la narration. Les contre-exemples présentés dans certains de ces textes ont une fonction de repoussoir, cathartique ; les nouvelles mettent en scène la pression sociale qui se fait jour contre un mauvais comportement, visible à travers les réactions des autres personnages grâce précisément à cette mise en scène du texte dans le texte.

19Dans le cadre de ces stratégies argumentatives, une question intéressante est également celle de la structure d'appel interne des textes : comment tel exemple permet-il d'atteindre tel effet ?

20Il ne s'agit pas de définir la norme de manière textuelle mais de la mettre en action, faire passer une incitation à l'imitation par la réalisation d'un exemple concret, sans que les règles soient clairement définies. Cela permet la mise en place d'une structure communicationnelle, comme l'a rappelé Christine Vogel.

21Dans les nouvelles de la Renaissance, l'autonomisation de l'exemple correspond à une culture de l'exemplum, qui fait que les lecteurs de l'époque de la production du texte sont capables de comprendre l'exemple normé même lorsqu'il existe indépendamment de son récit-cadre, et que la norme explicite disparaît, comme le montre Annika Nickenig à propos des nouvelles françaises et espagnoles étudiées. Cela donne des indications sur la réception du texte à l'époque de sa production.

22Dans le travail même du chercheur en littérature, tenter d'appliquer à un texte des modèles issus d'une autre période, et s'interroger sur la pertinence de ces modèles, permet de les remettre en question ; la réception d'un texte par le chercheur peut aussi permettre, comme l'a montré Anne Lagny, de désacraliser certains modèles d'explication, qui fonctionnent pour une certaine période mais pas pour une autre.

23Dès la République de Weimar, le théâtre est inclus dans le système éducatif : il fait appel à des mécanismes qui rappellent la capacité au mimétisme chez les enfants, leur imitation de l'exemple des adultes. Mais comme l’a souligné Jay Rowell à propos de l’instrumentalisation du théâtre antique sous le Troisième Reich, la manière dont l’exemple mis en scène est compris par son public reste un point très difficile à cerner. Il est évidemment illusoire de penser que l’intention située à son origine puisse circuler sans interférence jusqu’à son récepteur. En ce sens, les mécanismes de socialisation à même de rendre possible une telle communication sont primordiaux. Ainsi, la pièce principalement étudiée par Antoine Beaudoin, Das Frankenburger Würfelspiel de Eberhard Möller, a été ovationnée en 1936, puis censurée peu après malgré son caractère de propagande.

24Au terme des discussions, l’espace de la réception est apparu comme l’une des pistes d’étude majeures de l’exemple normatif. Il recèle souvent une multiplicité d’interprétations possibles, bien au-delà de la norme qu’il est censé représenter ou des processus de communication au sein desquels il devait être primitivement intégré. Par ailleurs, le sens cognitif des exemples normatifs, ce qu'on peut en tirer de révélateur sur l'époque de sa production ou les époques de sa réception, peut surprendre même le chercheur qui les utilise, puisque ce sens cognitif peut se retourner contre lui. La dimension normative de l'exemple indique également, dans le cadre d'une épistémologie de l'exemplarité, une remise en cause de l'universel, la volonté de construire des outils mieux adaptés à la singularité.

L’exemple dans le discours des sciences humaines et sociales

25L’exemple avait et a encore une place essentielle dans la pratique des sciences humaines et sociales. Celle-ci est assujettie à deux mécanismes que sont ses dimensions cognitive et normative qui sous-tendent et structurent les discours au sein des savoirs. L’exemple comme outil scientifique est souvent convoqué à titre illustratif ou démonstratif, au point d’avoir un effet idéologique prégnant comme cela se donne à voir dans le domaine de la vulgarisation scientifique (Jeanneret, 1992 : 99-113).

26Le dernier axe du séminaire abordait ces facettes multiples de l’exemple qui en complexifient l’utilisation. Il a été introduit par les interventions de Michael Werner (CIERA) et Marcel Boldorf (Université Lyon 2) suivant deux angles distincts. Michael Werner s’est intéressé à la dualité caractéristique de l’exemple qui le rend difficile à saisir au quotidien de la pratique scientifique pendant que les apports de M. Boldorf ont porté sur l’évolution de l’outil « exemple » dans l’histoire économique. Il en ressort que l’histoire des sciences humaines et sociales fait apparaître qu’après une période d’« alignement sur l’idéal nomologique » (Passeron/ Revel, 2005 : 37) propre aux sciences dures traduite par l’utilisation de la méthode expérimentale, elles s’en sont affranchies en développant un mode de pensée par cas, qui consiste à « construire des intelligibilités générales ou transposables à partir d’un traitement spécifique des singularités » (Ginzburg, in : Passeron/ Revel, 2005 : 15). Celui-ci s’opère par un mécanisme de construction des problèmes/de la situation à partir de l’élaboration de récits, et par une méthode d’administration de preuve horizontale en opposition à la verticalité des sciences exactes (déductives). L’exemple dans ce contexte, selon François Provenzano, offre plusieurs fonctions et apports grâce à sa capacité d’« accumulation des occurrences », sa « manipulabilité » et son statut de « preuve » (Provenzano, 2011 : 93).

27Les transformations internes à la discipline ont abouti à la coexistence d’une multiplicité d’usages par rapport au recours à l’exemple en sciences humaines et sociales. En effet, une distinction semble s’être opérée entre la pratique des Geisteswissenschaften qui favorisent une approche micro et celle des Sozialwissenschaften plutôt structuralistes. Selon les explications de Marcel Boldorf, les premières, plus orientées vers la singularité, se sont construites contre le « Strukturansatz », l’orientation structuraliste que l’on retrouve plus majoritairement dans les sciences sociales ou économiques qu’en sciences humaines. Aussi, l’histoire économique qui s’est notamment occupée des grands processus de transformation (industrialisation, tertiarisation), s’est inscrite dans une démarche structurelle où le singulier disparaît au profit du processus long et général. Toutefois, des changements significatifs ont été notés avec des approches plus institutionnelles (comme celle d’Acemoglu), qui prennent en compte le rôle des institutions, des relations contractualisées et des coûts de transaction (Coase) pour analyser les processus de coopération à l’œuvre dans la dynamique d’industrialisation. Marcel Boldorf présume que ces mutations pourraient dessiner une nouvelle voie de recherche qui rendrait caduque ou entrainerait un dépassement de la séparation susmentionnée entre Sozial- et Geisteswissenschaften.

28Michael Werner en réfléchissant sur la pratique de l’exemplification dans la recherche en sciences humaines et sociales, a souligné qu’elle entraine des complexités - entre autres - liées :

  • à la tension entre le choix de l’exemple et les conséquences qui en découlent. Elle provient de la dynamique propre que va développer l’exemple en marge de son utilisation première ;

  • à la tension entre la construction d’un savoir, l’utilisation de l’exemple pour lui donner corps et la communication de celui-ci. Dans ce cas-là, l’exemple a seulement un rôle et une fonction de « rhétorique », c’est-à-dire un moyen pour convaincre l’auditeur ;

  • à une tension au niveau de l’échelle d’approche qui oriente le choix de l’exemple : petite ou grande, micro ou macro, simple ou complexe. A partir du moment où l’exemple est inséré dans un ensemble argumentatif, ces différentes échelles d’application seront amenées à interagir l’une avec l’autre, créant ainsi de nouvelles dynamiques ;

  • au problème de contextualisation lié aux aspects temporels (niveaux historique et spatial) : Les exemples utilisés doivent toujours être reliés à leur environnement en raison de leur rôle spécifique dans la démarche du chercheur. Ce dernier fait partie du contexte de production du savoir et est, à ce titre, confronté au problème de la mise à distance, à la construction d’un rapport réflexif avec son objet.

29Il s’en suit, qu’il est crucial que le chercheur s’évertue à interpréter les fausses évidences et à éviter les automaticités dans l’exploitation des exemples.

30Cette partie introductive a été suivie par la discussion des articles de jeunes chercheurs autour de l’exemple en sciences humaines et sociales. Dans un premier temps, Lucille Lisack s’est intéressée au problème du cas exceptionnel comme exemple. Elle y analyse le rapport entre « exemple et exception » à partir de l’étude de l’ensemble « Omnibus » de Tachkent en Ouzbékistan. A partir des outils théoriques inspirés de la pensée par cas de Revel et Passeron, Lisack a entrepris de construire ce groupe en un cas singulier à partir des récits de vie et des changements d’échelle. En effet, l’intérêt du cas contrairement à l’exemple, « n’est pas réductible à celui d’un exemplaire quelconque au sein d’une série monotone » (Passeron/ Revel, 2005 : 16). Il est dès lors irréductible et revendique un statut d’unicité. Cet entrelacs de divers récits des histoires individuelles permet, selon le commentaire de Claire Olivier, d’accéder à un premier niveau de généralisation.

31Toutefois, il ressort que la pensée par cas pose un problème épistémologique en remettant en cause les grilles classiques d’analyse. En outre, il fait appel à un débat sur l’exceptionnalité et invite à penser les rapports entre le chercheur et l’objet qui se donne à voir comme tel. On peut déduire de cette interaction un effet performatif sur la réalité, où le discours du chercheur agit sur le cas et inversement. L’accent mis sur la singularité, l’irréductibilité ou le caractère exceptionnel donne donc de la valeur au cas et lui permet d’exister. Par ailleurs, cet article met en lumière le fait que le modèle ou la finesse des outils utilisés transforment l’objet de recherche en entrainant sa disparition ou non. Celui-ci se donne à voir autrement. La contributrice, en accord avec le plénum, a ainsi montré que le chercheur peut être amené, en fonction de ses choix et/ou impératifs, à constituer un cas ou sujet de recherche en exemple soit singulier et exceptionnel, soit régulier et normatif.

32Ensuite, Angela Condello a, dans sa communication, mené une réflexion sur les bases d’une phénoménologie de l’exemplarité dans le discours juridico-politique. Elle y postule que dans ce champ particulier qu’est le droit, l’exemplarité représente un rapport de proportion qui appelle à l’obéissance ou à une prise de distance. En droit, le recours à l’exemple intervient pour problématiser le rapport entre l’ordinaire et l’extraordinaire, entre ce qui est prévu et ce qui ne l’est pas, entre le général et le particulier. De plus, les formes de l’exemple sont fortement liées à la culture juridique du contexte d’où elles proviennent.

33Cette contrainte amène à effectuer une problématisation du rapport entre le particulier ou le singulier et la norme générale, processus qui a été analysé par Jay Rowell sous l’angle de la construction des faits sociaux en cas d’espèce. Il a notamment mis en exergue le mécanisme par lequel un fait social, sous l’effet de divers facteurs, peut devenir un cas d’espèce, puis atteindre le statut de décision avant de faire irruption dans l’espace public, juridique, journalistique et acquérir, par ce biais, une visibilité sociale.

34Ce processus en plusieurs étapes plus ou moins différenciées, soulève les questions suivantes :

  • Comment constitue-t-on des faits sociaux en jurisprudence ? A cette étape, l’exemple a une fonction communicative. Le travail du juriste consiste à évaluer la conformité ou non d’un comportement par rapport à la norme. Ce préalable aboutira à la constitution du problème ou cas particulier en cas d’espèce, grâce à la montée en généralité. Le processus de construction va concourir à transformer le fait social constitué en exemple ayant une plus large signification doté de qualités à la fois normatives et prescriptives.

  • Comment certains cas prennent-ils de la visibilité (presse, média etc.) ? L‘étape suivante est celle de la promotion, du changement de statut qui s’effectue suivant un processus darwinien où, seuls les cas jugés dignes d’intérêt pourront franchir les différentes formes de filtre. L’aboutissement de ce processus se retrouve dans la transformation des exceptions en forme exemplaires. On note ici le rôle joué par les différents types de mobilisations, de même que l’importance des contextes institutionnels chargés du règlement des questions qui se posent.

  • Comment ces cas peuvent-ils accéder à l’espace public ? La publicisation s’effectue grâce à des processus de débordement, de dé-confinement d’une réalité, d’un objet formulé par les juristes. Cette externalisation s’effectue à travers les faits de mobilisation ou la construction des cas en enjeux juridiques. A ce niveau, le contexte intervient pour influer sur la construction juridique et sur le dénouement du cas par des actions variées telles que la polémique, la scandalisation etc...

35L’ensemble du parcours nous met en présence d’un jeu de traduction qui s’opère dans plusieurs sens : du fait social vers le cas d’espèces, puis sa retraduction qui le rendra visible grâce à l’inscription dans un langage codifié et la mobilisation d’entrepreneurs de morale. Au bout du processus, on retrouve des cas abondamment commentés dans l’espace public, qui feront l’objet d’une régulation normative.

36Angela Condello a tenu à préciser que selon elle, il n’existe pas une grande différence entre le cas et l’exemple car il subsiste une interaction constante entre ces deux dimensions. Des cas peuvent devenir exemplaires: d’où l’importance du processus de passage du cas d’espèces vers celui exemplaire. En outre, elle avance que dans certains cas, l’exemple illustre une norme tandis que le cas effectue plutôt une remise en question. Dans le même ordre d’idées, elle souligne que la dynamique cas-exemple est très pertinente dans le domaine juridique car celui-ci est soumis à l’injonction de parvenir à une décision, la raison d’existence du droit étant de régler un conflit et de réguler la société. Étudier l’exemplarité dans le droit peut donc être facilité par cette procédure d’accélération par lequel le cas devient un exemple. Le juge peut ainsi trouver des exemples pour combler les lacunes de la réglementation. Cependant, la question sur l’efficacité du caractère normatif de l’exemple en droit reste quant à elle ouverte, au vu des limites des systèmes judiciaires en place.

37Concernant le processus de montée en généralité, enfin, Michael Werner précise que celui-ci n’est pas linéaire. D’où l’intérêt du croisement des différents niveaux qui permettent de produire de la connaissance.

Haut de page

Bibliographie

Jeanneret, Yves (1992) : « Le choc des mots. Pensée métaphorique et vulgarisation scientifique », in : Communication et langages 93, p. 99-113.

Koselleck, Reinhart (1989) : « Historiae Magistrae Vitae. Über die Auflösung des Topos im Horizont neuzeitlich bewegter Geschichte », in: Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Frankfurt am Main (Suhrkamp), p. 38-67.

Navarre, Marguerite de (1982) : Heptaméron. Paris (Flammarion).

Passeron, Jean-Claude et Jacques Revel (2005) : Penser par Cas. Paris (Edition de l’EHESS).

Provenzano, François (2011) : « L’exemple dans les discours du savoir : trois lectures et une tentative de synthèse », Diversité et Identité Culturelle en Europe, 8.2, p. 83-95.

Tarde, Gabriel (1890) : Les Lois de l’Imitation. Paris (F. Alcan).

Haut de page

Notes

1 La science historique, tout comme les sciences sociales, s’est toujours interrogée sur l’importance des exemples pour la fondation et l’explication de sa structure scientifique. Comme l’a dit Gabriel Tarde (1890), la science sociologique étudie les phénomènes d’imitation et c’est dans les phénomènes d’imitation qu’on peut trouver uniformité. La société est le résultat d’un procès constant d’invention et d’imitation de certaines modèles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Beaudoin, Charlotte Bellon, Angela Condello, Simonella Domingos, Emmanuel Hourcade, Maxime Le Calvé, Lucille Lisack, Martin Mauersberg, Annika Nickenig, Antoine Odier, Claire Olivier, Pénélope Patry et Sarah Rudolf, « Exemple-Exemplarité | Beispiel-Beispielhaftigkeit », Trajectoires [En ligne], 8 | 2014, mis en ligne le 27 janvier 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1503

Haut de page

Auteurs

Antoine Beaudoin

Articles du même auteur

Charlotte Bellon

Angela Condello

Simonella Domingos

Emmanuel Hourcade

Articles du même auteur

Maxime Le Calvé

Lucille Lisack

Articles du même auteur

Martin Mauersberg

Annika Nickenig

Antoine Odier

Claire Olivier

Pénélope Patry

Articles du même auteur

Sarah Rudolf

Haut de page