Navigation – Plan du site
Perspectives

Une analyse comparative des géopolitiques locales du nucléaire civil en Allemagne et en France

Teva Meyer

Résumés

En Allemagne et en France, l’arrivée des centrales nucléaires a transformé différemment leurs territoires d’implantation, sous l’action conjointe des opérateurs des réacteurs et des élus locaux. Cet article propose d’étudier ces constructions divergentes afin de mettre en lumière les différences qui existent entre ces deux pays dans le soutien local à l’énergie atomique de la part des élus et des populations à l’heure de l’Energiewende. Dans le cadre des transitions énergétiques, il s’agira de comprendre quels processus participent à l’élaboration des politiques énergétiques nationales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Analyse comparative des géopolitiques du nucléaire civil en France, Allemagne et Suède » sous la (...)

1Transition énergétique en France ou Energiewende en Allemagne, ces deux expressions décrivent un même objectif : la modification des systèmes énergétiques nationaux dans l’optique d’une réduction des émissions de gaz à effet de serre. En substituant une source par une autre, ces dynamiques impliquent un réaménagement des territoires énergétiques. En ce sens, les transitions recentrent l’enjeu des énergies dans le champ d’études des géographes qui n’y avaient jusqu’alors porté qu’un regard partiel (Brücher, 2009 : 33). Ce réaménagement de la géographie des énergies est doublement conflictuel. D’un côté, la construction de nouvelles infrastructures soulève des oppositions locales, particulièrement vives en Allemagne (Deshaies, 2015). De l’autre, les fermetures d’anciens sites de production sont contestées pour leurs conséquences sur les territoires d’implantation. Comme le constatent Garcier et Le Lay, si la littérature géographique s’est intéressée aux conflits provoqués par la construction de grandes infrastructures techniques, il n’existe que peu de travaux sur leur déconstruction (Garcier et Le Lay, 2015). Les transitions énergétiques, et tout particulièrement l’enjeu de l’électronucléaire, offrent un cas d’étude pour ces désaménagements conflictuels. Cet article, issu de notre travail de thèse1, découle d’une constatation simple. Alors qu’à Fessenheim en Alsace, l’annonce en 2012 par le président François Hollande de la fermeture de la centrale nucléaire a soulevé localement une puissante opposition de la part des élus et des syndicats, la décision prise par la chancelière Angela Merkel, un an auparavant, de mettre à l’arrêt huit réacteurs n’a pas entraîné de réactions semblables. Face à une situation identique – la fermeture de grandes infrastructures énergétiques — comment se fait-il que les réponses soient si différentes ? Afin de répondre à cette problématique, nous proposons d’appliquer la méthodologie géopolitique, comprise comme l’étude des rivalités de pouvoir pour l’utilisation du territoire (Lacoste, 1992), dont Subra a montré la pertinence dans l’étude des conflits d’aménagement du territoire (Subra, 2007). Nous émettons l’hypothèse que l’arrivée des centrales nucléaires a transformé de manières diamétralement différentes leurs territoires d’implantation en Allemagne et en France. Si l’influence de certaines caractéristiques géographiques doit être soulignée, ces différences sont le produit des stratégies territoriales mises en place par les responsables politiques locaux dans l’objectif d’améliorer l’attractivité de leurs communes et par les opérateurs des centrales dans le but d’accroitre l’acceptabilité de leur activité. In fine, elles ont mené à la constitution, en France, d’un système d’acteurs locaux opposés à la déconstruction de l’infrastructure, dynamique inexistante outre-Rhin. Alors qu’un grand nombre de travaux en sciences sociales ont cherché à expliquer les divergences dans le rapport à l’énergie atomique entre les sociétés française et allemande, nous pensons qu’une telle ambition ne peut faire l’impasse sur une étude géographique du nucléaire à l’échelle locale. Nos travaux reposent sur une série d’entretiens semi-directifs réalisés sur quatre sites, deux en Allemagne (Gundremmingen en Bavière et Stadland en Basse-Saxe, deux communes présentant des caractéristiques géographiques, politiques et socioéconomiques différentes) et deux en France (Fessenheim dans le Haut-Rhin et Saint-Vulbas dans l’Ain, deux centrales qui ont été considérées par l’État français comme les premières du parc à devoir être fermées, entre autres en raison de leur âge), avec des responsables politiques et associatifs ainsi qu’avec des employés des centrales et des services communaux.

L’implantation des centrales nucléaires en Allemagne et en France

2Tant en Allemagne qu’en France, il n’existe que très peu d’études géographiques sur les conséquences locales de l’implantation d’une centrale nucléaire (Chabert, 1987), ce sujet ayant plutôt été traité par les ethnologues (Lafaye, 1994). L’arrivée d’une infrastructure atomique a pourtant causé une restructuration des municipalités d’implantation (Flaire, 1978), résultat d’une « collision d’échelles » (Meyer, 2015 : 154) entre celle de la communauté locale et celle de la centrale nucléaire qui s’inscrit dans des territorialités nationales, voire internationales. Toutefois, cet effet d’échelles est différent entre les deux pays.

3Comme on peut le voir sur la carte 1, le nombre d'habitants résidant à proximité d’une centrale nucléaire est plus important en Allemagne qu’en France. Ceci peut être expliqué par les fortes disparités de densités de population entre les deux pays : 232 hab/km² en Allemagne contre 117 hab/km² pour la France en 2014. Toutefois, ces différences sont aussi le fruit de choix politiques divergents. L’installation des centrales en zone rurale a été systématisée en France en 1974 par Michel d’Ornano, ministre de l’Industrie, afin de minimiser les risques d’opposition. Au contraire, si outre-Rhin certaines centrales furent implantées dans des communes moins densément peuplées que la moyenne nationale (Gundremmingen en Bavière : 138 hab/km², Essenbach en Bavière: 137 hab/km²), d’autres se situent à proximité d’importantes agglomérations, telles que Philippsburg (Bade-Wurtemberg) près de Stuttgart ou encore Geestacht (Schleswig-Holstein) près de Hambourg (837 hab/km²). Pour Rovan, cette proximité avec des centres urbains expliquerait la puissance du mouvement antinucléaire allemand (Rovan, 1983). Toutefois, ces différences démographiques ont eu d’autres conséquences sur la géopolitique locale du nucléaire.

4Carte 1 : Densité de population autour des centrales nucléaires allemandes et françaises en 2013. Conception Teva Meyer

5Lafaye (1994) a montré qu’à l’exception des centrales de Nogent-sur-Seine (Aube) et de Gravelines (Nord), les communes choisies pour abriter des réacteurs par EDF, unique opérateur du parc électronucléaire français, et par les services du ministère de l’Industrie, souffraient d’une désindustrialisation, voire de l’absence d’industries préexistantes. Lors de la construction du parc électronucléaire, les pouvoirs politiques avaient présenté les centrales aux élus locaux comme un moyen d’attirer de nouvelles activités économiques. Toutefois, comme on peut le voir sur la carte 2, ce ne fut pas le cas. Là où elle est implantée, l’industrie nucléaire représente encore le principal pourvoyeur d’emploi du bassin de vie, lui conférant un poids sociopolitique majeur (Meyer, 2015). La situation outre-Rhin est bien différente. Les centrales furent construites par un ensemble d’acteurs publics où l’on retrouve autant des Länder que des communes ainsi que par des investisseurs privés, ayant chacun leurs propres rationalités et stratégies. Comme la carte 3 le présente, les centrales sont implantées, selon la typologie du territoire proposé par Roth, soit dans des Kreise urbains et périurbains, soit dans des Kreise ruraux dynamiques et économiquement attractifs (Roth, 2008). Ainsi, et comme la carte 4 le montre dans le cas de la centrale de Neckarwestheim (Bade-Wurtemberg), les centrales sont implantées dans des territoires profitant d’un tissu industriel dense au sein duquel elles ne présentent aucune exceptionnalité socioéconomique.

6Carte 2 : La centrale nucléaire de Chinon dans la zone d’emploi de Chinon en 2014. Conception Teva Meyer

7Carte 3 : Situation des centrales nucléaires allemandes dans la typologie économique des Kreise. Conception Teva Meyer

8Carte 4 : La centrale nucléaire de Neckarwestheim dans le tissu industriel du nord Bade-Wurtemberg en 2014. Conception Teva Meyer

Le nucléaire : entre banalité territoriale et territoire de dépendance

9La construction des centrales en France a entraîné une explosion démographique dans les communes d’implantation. Entre 1962 et 2010, les populations des communes de Saint-Vulbas (Ain) et de Belleville-sur-Loire (Cher) ont augmenté respectivement de 300 % et 340 % alors que la croissance départementale n’était que de 75 % et 6 %. En plus d’être quantitative, cette évolution fut aussi qualitative puisque les nouveaux arrivants, souvent d’origine urbaine, jouissaient d’un pouvoir d’achat supérieur à celui de la moyenne locale (Lafaye, 1994). Toutefois, la principale transformation des communes ne fut pas démographique. En France, les centrales nucléaires sont assujetties à deux impôts locaux : la taxe foncière et la taxe professionnelle, supprimée en 2010 et remplacée par une taxe spécialement dédiée aux communes abritant des sites atomiques. Ces deux taxes sont calculées en utilisant la même base, la valeur locative cadastrale du bien assujetti qui, pour une centrale, est évaluée selon le prix de revient des machines et matériaux qui y sont utilisés. Les centrales étant des industries où le coût des infrastructures utilisées est élevé, les communes d’implantation ont perçu des recettes fiscales exceptionnelles dont l’effet a été multiplié par leur petite taille (voir carte 5). Une telle situation ne se retrouve pas en Allemagne. Les centrales y sont aussi assujetties à des taxes, professionnelle et foncière, dont les recettes vont respectivement à 77,5 % et 100 % aux municipalités. Toutefois, leur assiette est différente et, comme la carte 6 le montre, la présence d’une centrale n’assure pas une aisance budgétaire systématique. Le calcul de la taxe foncière (Grundsteuer) ne prend pas en compte l’activité réalisée sur les terrains, mais uniquement leur superficie. La présence d’une centrale n’influence pas les recettes. La taxe professionnelle (Gewerbesteuer) n'est pas basée sur la valeur de la centrale, mais sur les profits réalisés. Ainsi, lors de ses arrêts, l’infrastructure ne crée pas de bénéfice et n’est donc pas taxée. Comme on peut le voir sur la carte 7, les recettes de la Gewerbesteuer sont extrêmement fluctuantes pour les communes du nucléaire.

10Carte 5 : Budget par habitant dans les territoires du nucléaire en 2013. Conception Teva Meyer

11Carte 6 : Budget des communes du nucléaire en Basse-Saxe en 2013. Conception Teva Meyer

12Carte 7 : Évolution des recettes de la Gewerbesteuer dans les communes proches de la centrale d’Unterweser (Basse-Saxe). Conception Teva Meyer

  • 2 La taille moyenne d’une commune française est de 1 771 habitants pour 15 km ², contre 6 700 habitan (...)

13En plus de travaux d’embellissement, ces ressources ont permis aux communes françaises de s’équiper d’infrastructures de très haute qualité. Les subventions allouées par les conseils municipaux ont soutenu le développement d’une vie associative dynamique ainsi que de nombreuses œuvres sociales. Ces recettes ont aussi permis de minorer la fiscalité locale sur les habitants. D’espaces ruraux au dynamisme économique déclinant, ces villages sont devenus des bourgs aux fonctions urbaines à l’image de Saint-Vulbas (Ain), commune de mille habitants où les recettes fiscales ont permis la construction d’un centre nautique ainsi que d’un palais des congrès accueillant chaque année des spectacles d’artistes internationaux. Alors que la fermeture des centrales est localement perçue comme une menace par les habitants et par les élus locaux pour le maintien de ces avantages ainsi que pour la survie de ces communautés, ces communes sont devenues de véritables « territoires de dépendance au nucléaire » (Meyer, 2015). Encore une fois, la situation allemande est différente. Premièrement, l’argent des taxes ne subit pas la même concentration qu’en France. La grande taille des communes allemandes entraîne une dilution des recettes2. Deuxièmement, l’intermittence des recettes ne permet pas aux municipalités de réaliser des investissements demandant une vision à long terme. Gundremmingen en Bavière est l’unique municipalité qui, de par sa très petite taille, semble avoir tiré profit des taxes en réinvestissant les recettes dans des biens immobiliers à Munich. Plus petite commune du nucléaire, Gundremmingen abrite la centrale la plus puissante d’Allemagne et donc celle dont les bénéfices, auxquels se rapportent les taxes locales, sont potentiellement les plus élevés. En Allemagne, le nucléaire n’est pas devenu un enjeu local à défendre pour les acteurs des territoires d’implantation, à l’inverse de la situation française.

Des stratégies territoriales différentes entre les opérateurs

14Outre le système fiscal et les caractéristiques géographiques préexistantes, l’engagement proactif, ou au contraire la passivité des acteurs de l’industrie nucléaire ont influencé l’intégration territoriale des centrales.

  • 3 On retrouve textuellement cet objectif dans les chartes de parrainage rédigées par les directions d (...)

15En France, EDF a très tôt réalisé la singularité de l’implantation d’une centrale nucléaire par rapport aux autres ouvrages qu’elle avait érigés auparavant. Pour l’entreprise, les années 1970-1977 ont représenté un apprentissage géopolitique. Confrontée à la conflictualité de son activité, elle a dû élaborer des stratégies pour la pérenniser. Suivant son protocole habituel, c’est EDF qui prit en charge la construction des logements des agents arrivés pour opérer les centrales. Vivant dans des lotissements parfois dotés de leurs propres écoles, commerces et infrastructures de loisirs, la ségrégation entre agents EDF et populations locales a rapidement mené à des situations conflictuelles, par exemple lors des élections locales à Meximieux près de la centrale du Bugey dans l’Ain (Chabert, 1987). Ce malaise conduisit EDF à mener dès 1977 une révision de sa politique d’aménagement afin d’éviter le glissement du mécontentement vers une opposition contre les centrales. La gestion des eaux de refroidissement rejetées par les réacteurs nucléaires est un autre exemple de cet apprentissage géopolitique d’EDF. Spécificité du nucléaire en France, EDF prend en charge le développement associatif des zones d’implantation par la création de partenariats financiers. Ces parrainages systématiques, dont le but est de « promouvoir l'image d’EDF et de la centrale afin de conforter son image d'entreprise citoyenne »3, s’articulent autour de trois thématiques : le sport, les œuvres sociales et le développement durable. Outre le sponsoring systématique des clubs sportifs, les centrales financent les sections locales de grandes associations caritatives et organisent des partenariats pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Dans le secteur du développement durable, l’entreprise aide non seulement financièrement des associations préexistantes, mais va aussi directement en créer certaines. La somme de ces actions passées et présentes démontre une véritable intelligence géographique de la part d’EDF. L’entreprise a non seulement identifié et corrigé la conflictualité locale de son action, mais elle a surtout su utiliser les ressources de son territoire à son avantage. Les centrales participent par exemple à l’aménagement voire à la création d’espaces naturels protégés autour des infrastructures qu’EDF met en scène en les aménageant avec des parcours de randonnées ou parfois en employant des guides pour animer leur visite (voir carte 8). On relèvera par exemple la création par EDF d’une Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique dédiée à l’ornithologie sur un terrain jouxtant la centrale de Blayais (Gironde) mise en valeur grâce à des postes d’observation.

16Carte 8 : La mise en scène de la nature par EDF autour des centrales. Conception Teva Meyer

17Outre-Rhin, l’engagement local des sociétés actives dans l’industrie nucléaire est bien moindre. Les centrales nucléaires allemandes sont actuellement opérées par quatre entreprises, RWE, EnBW, E.ON et Vattenfall, produits de la fusion et de l’acquisition de plus petites sociétés après la libéralisation du marché de l’électricité en 1998. Cette diversité d’acteurs aux cultures entrepreneuriales différentes aboutit à une multiplicité des stratégies, représentations et perceptions des enjeux et des intérêts du nucléaire. Comme Radkau l’a montré, les énergéticiens étaient initialement réticents à l’idée de développer le nucléaire (Radkau, 1983). L’atome était perçu comme un investissement incertain et surtout comme une concurrence envers le charbon qui formait alors le cœur de métier des entreprises de l’électricité. Ce sont les industriels énergointensifs installés dans la Ruhr, et en particulier l’industrie chimique, qui poussèrent le lancement du programme nucléaire allemand. De plus, tant EnBW que RWE sont confrontés à des tensions internes concernant leurs activités nucléaires. Les collectivités territoriales qui constituent leur actionnariat, Land, Kreis et municipalités ont, à de nombreuses reprises, émis leur opposition au nucléaire. Celle-ci ne s’explique pas uniquement par une contestation idéologique, mais aussi par l’objectif bien plus pragmatique de soutenir le développement d’autres sources d’énergie (charbons et renouvelables) dont l’exploitation concerne leur territoire. L’étude des communes d’implantation des centrales réalisée lors de nos études de terrain à Unterweser (Basse-Saxe) et à Gundremmingen (Bavière) en 2012 et 2013 montre alors une très faible implication locale des entreprises les opérant. Premièrement, on ne trouve aucune stratégie systématique de publicisation de l’action de la centrale envers sa communauté. Seule RWE produit un bulletin trimestriel, identique pour toutes les centrales qu’elle opère, et qui est distribué aux populations. Deuxièmement, l’action sociale des centrales se limite à un sponsoring de certaines équipes sportives et des financements ponctuels pour des évènements locaux. En plus d’être limitées, ces actions se diluent dans l’engagement des autres acteurs économiques des communes. À l’inverse d’EDF, aucun des opérateurs ne montre d’actions systématisées et théorisées envers les territoires d’implantation. Alors que les travaux de Deshaies ont montré la présence de stratégies d’acceptabilité par l’industrie du charbon en Allemagne (Deshaies, 2007) parfois mises en place par des entreprises impliquées dans l’électronucléaire, celles-ci sont inexistantes concernant la production d’énergie atomique.

Naissance et absence d’une contestation territoriale

  • 4 À titre d’exemple, nous avons répertorié près de 369 initiatives citoyennes s’opposant à des projet (...)
  • 5 Promulguée en 2000, l’EEG (Erneuerbare-Energien-Gesetz) est une loi visant à promouvoir le développ (...)

18Même s’ils sont peu visibles, les mouvements pro-nucléaires sont encore actifs en Allemagne. On recense principalement deux associations. La première, Nuklearia, est une émanation du Parti Pirate comptant une centaine de membres. Créée à Dortmund en 2013, Nuklearia est organisée à l’échelle nationale et ne compte qu’un seul groupe local à Erlangen en Bavière, site historique de l’industrie atomique allemande où étaient installées les activités nucléaires de Siemens, aujourd’hui gérées par AREVA. La seconde association, KTG (Kerntechnische Gesellschaft eV), a été fondée en 1969 afin de promouvoir l’utilisation pacifique de l’atome et regroupe environ trois mille membres, principalement des employés de l’industrie nucléaire ainsi que des retraités du secteur. Si de très nombreuses organisations ont été créées en Allemagne afin de s’opposer localement à la construction d’éoliennes4, presque aucune ne milite contre l’Energiewende, à l’exception de la NAEB (Nationale Anti-EEG5-Bewegung). L’annonce de la fermeture immédiate de huit réacteurs en 2011 par la chancelière Angela Merkel et de l’accélération de l’arrêt des neuf autres n’a pas entraîné la création d’initiatives locales. Seules deux manifestations ont été organisées, toutes deux par KTG. La première à Berlin, devant la chancellerie, a rassemblé environ 300 membres le 7 juillet 2011. La seconde s’est tenue le 2 juillet 2011 à Günzburg en Bavière, chef-lieu du Kreis où se situe la centrale de Gundremmingen, soulignant à nouveau la singularité de cette commune dans la géographie du nucléaire.

  • 6 Propos relevés dans l’interview de Michèle Marquet, maire de Chooz, parue dans l’édition du 11 févr (...)
  • 7 La controverse scientifique et politique déclenchée par la publication de « La France périphérique  (...)

19En France, la capacité des élus des territoires du nucléaire à se mobiliser face à une menace de désaménagement avait déjà été démontrée à l’occasion de la suppression de la taxe professionnelle en 2010. Leur opposition avait permis la création d’une nouvelle imposition venant remplacer presque entièrement les revenus de la précédente taxe. L’annonce en 2012 par le président Hollande de la fermeture de la centrale de Fessenheim avant la fin de son premier mandat en 2017 a mené à la structuration d’une opposition locale dans un contexte de très forte politisation des agents EDF (Bouvier, 2005). Le nombre d’employés des centrales nucléaires tenant un mandat électif local témoigne de cette politisation. S’il n’existe aucune statistique précise, les résultats de notre étude de terrain montrent par exemple qu’autour de Fessenheim, plusieurs élus, dont a minima un maire et plusieurs adjoints, sont employés par la centrale (Meyer, 2014). Ainsi, ce sont des élus des municipalités proches de la centrale qui ont formé dès 2012 l’association «  Fessenheim notre Énergie » qui mène aujourd’hui la contestation, avec la section locale de la Confédération Générale du Travail (CGT). Les arguments avancés sont avant tout locaux et font écho à ceux utilisés lors de l’opposition à la suppression de la taxe professionnelle. Il s’agit de défendre la centrale car le tarissement des recettes fiscales, qualifié de « catastrophe », mènerait à la dilution, voire à la disparition totale de la commune dont l’attractivité ne dépendrait que de la présence de l’infrastructure6. Ces arguments ont actuellement d’autant plus de résonnance que l’enjeu de l’avenir des territoires ruraux en France anime la scène médiatique et les débats politiques7.

Conclusion : pour une géopolitique des transitions énergétiques

20Pour être analysée, la stratégie énergétique d’un pays doit être considérée comme une politique d’aménagement, résultat d’un conflit entre acteurs aux intérêts différents et aux représentations contradictoires s’opposant pour déterminer l’usage du territoire. Toute forme d’énergie influence et modifie l’espace, que ce soit durant sa production, son transport ou sa consommation. Ces dynamiques résultent des attributs propres aux sources d’énergie, des caractéristiques géographiques des territoires ainsi que de l’action des acteurs impliqués. In fine, elles altèrent la perception que se font les citoyens des sources d’énergie et ainsi influencent leur engagement dans le conflit. Limitée dans le cadre de cet article à l’échelle locale, la méthodologie géopolitique appliquée au national offre une clé de lecture pour comprendre les différences de transitions énergétiques entre les pays.

21Dans sa thèse d’ethnologie portant sur la construction de la centrale du Blayais en Gironde, Françoise Lafaye déplore que, dans les travaux précédemment effectués en sciences sociales, « l’objet nucléaire soit surétudié par rapport à l’aspect “centrale”, c’est-à-dire par rapport à une mono-industrie dont l’échelle n’a rien à voir avec le développement du territoire d’implantation » (Lafaye, 1993, p.99). Dans le cadre d’une analyse géographique, l’aspect nucléaire d’une centrale intègre l’infrastructure dans une réflexion relevant avant tout de l’échelle mondiale. Le combustible nucléaire inscrit la centrale dans un réseau de flux et de sites, allant de la mine à l’usine d’enrichissement, dispersés sur plusieurs continents. Le risque nucléaire, comme les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima l’ont montré, relève aussi de l’échelle mondiale. Afin de saisir entièrement les conséquences politiques de l’industrie nucléaire, et donc comprendre les transitions énergétiques, il faut intensifier l’étude des centrales en tant que mono-industries, et non plus uniquement comme sites atomiques.

Haut de page

Bibliographie

Bouvier, Guillaume (2005) : Les collectivités locales et l’électricité. Territoires, acteurs et enjeux autour du service public local de l’électricité en France, thèse de doctorat en géographie, université Paris-VIII Vincennes-Saint-Denis, 1vol.

Brücher, Wolfgang (2009) : Energiegeographie. Wechselwirkungen zwischen Ressourcen, Raum und Politik. Stuttgart (Borntraeger).

Chabert, Louis (1987) : « Introduction à l’étude du nucléaire rhodanien », Revue de géographie de Lyon, 62, p. 141-148.

Deshaies, Michel (2007) : « Réaménagement et réhabilitation des anciennes exploitations de lignite en Allemagne orientale », Travail et paysages, 27, p. 321-340.

Deshaies, Michel (2015) : « Ambiguïtés et limites de la transition énergétique en Allemagne », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, 14.3, [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/15515.

Flaire, Dominique (1978) : « L’implantation des centrales nucléaires », in : Chevalier, Jacques, dir : Centre, périphérie, territoire, Paris (Presses universitaires de France), p. 291-307.

Garcier, Romain et Le Lay, Yves-François (2015) : « Déconstruire Superphénix », EspacesTemps.net, [En ligne] URL : http://www.espacestemps.net/articles/deconstruire-superphenix

Lafaye, Françoise (1994) : Une centrale pas très... nucléaire. Revendications territoriales et processus identitaires lors de l’implantation du site nucléaire du Blayais à Braud-et-Saint Louis, thèse de doctorat en ethnologie, université de Paris X-Nanterre, 1 vol.

Meyer, Teva (2014) : « Du «pays perdu » du Blayais à l’« émirat de Saint-Vulbas » : les territoires de dépendance au nucléaire en France », Hérodote, 155, p. 153-169.

Radkau, Joachim (1983) : Aufstieg und Krise der deutschen Atomwirtschaft. 1945-1975. Verdrängte Alternativen in der Kerntechnik und der Ursprung der nuklearen Kontroverse. Reinbek (Rowohlt).

Roth, Hélène (2008) : « Dynamiques industrielles et mutations des espaces ruraux en Allemagne », Géocarrefour, 83, p. 285-293.

Rovan, Joseph, (1983) : « Les raisons géographiques de la puissance des Verts en RFA », Hérodote, 28, p. 48-55.

Subra, Philippe (2007) : Géopolitique de l’aménagement du territoire. Paris (Armand Collin).

Haut de page

Notes

1 « Analyse comparative des géopolitiques du nucléaire civil en France, Allemagne et Suède » sous la direction de Philippe Subra, CRAG, Université Paris 8

2 La taille moyenne d’une commune française est de 1 771 habitants pour 15 km ², contre 6 700 habitants pour 30 km ² en Allemagne.

3 On retrouve textuellement cet objectif dans les chartes de parrainage rédigées par les directions des centrales

4 À titre d’exemple, nous avons répertorié près de 369 initiatives citoyennes s’opposant à des projets éoliens en avril 2015.

5 Promulguée en 2000, l’EEG (Erneuerbare-Energien-Gesetz) est une loi visant à promouvoir le développement des énergies renouvelables en Allemagne en garantissant, entre autres, un tarif fixe de rachat de l’électricité aux producteurs.

6 Propos relevés dans l’interview de Michèle Marquet, maire de Chooz, parue dans l’édition du 11 février 2009 de L’Union

7 La controverse scientifique et politique déclenchée par la publication de « La France périphérique » en septembre 2014 par C. Guilly en est un parfait exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Teva Meyer, « Une analyse comparative des géopolitiques locales du nucléaire civil en Allemagne et en France », Trajectoires [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1533

Haut de page

Auteur

Teva Meyer

Doctorant en géographie, Institut Français de Géopolitique (Université Paris 8) - A.T.E.R. à l’Université de Haute-Alsace, meyer.teva@hotmail.fr

Haut de page