Navigation – Plan du site
SynTHESES

Les espaces publics dans les politiques métropolitaines. Réflexions au croisement de trois expériences : de Paris aux quartiers centraux de Berlin et Istanbul

Thèse de doctorat en géographie préparée sous la direction de Thérèse Saint-Julien, université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soutenue le 14 décembre 2007.
Antoine Fleury

Texte intégral

1Dans le centre des métropoles, les formes et les pratiques des espaces publics ont beaucoup évolué au cours des deux dernières décennies. En s’intéressant à la production des espaces publics et en se plaçant au croisement de trois expériences – à Paris, Berlin et Istanbul – cette thèse démontre que les pouvoirs publics jouent un rôle moteur dans cette transformation. Si l’action sur les espaces publics n’a pas la même ampleur dans les trois métropoles, l’analyse des formes de l’action publique et des jeux d’acteurs donne à voir un renouvellement considérable des politiques métropolitaines.

2Objet interdisciplinaire par excellence, les espaces publics ont ici été définis de manière géographique comme un système de lieux et d’acteurs, inscrit dans un contexte spatial à plusieurs échelles. Ces lieux s’individualisent par leur ouverture au public, mais ils présentent une grande diversité de formes et d’usages. Ils sont en outre façonnés par les pratiques des acteurs et par les interactions qui s’établissent entre eux, à différentes échelles. Néanmoins, ce système ne prend sens qu’en tant qu’il s’inscrit dans l’espace urbain qui l’englobe, celui-ci étant fortement différencié dans ses composantes socio-résidentielles et fonctionnelles, polarisé par des centres plus ou moins attractifs. Les dynamiques de ces espaces publics ont été saisies en combinant des méthodes qualitatives (entretiens, observation, enquête par questionnaire…) et quantitatives (analyses de la population, des commerces…). Dépassant la comparaison, le choix du croisement a en outre permis de saisir cet objet de manière plus dynamique et d’assumer l’ancrage du chercheur dans l’un de ses terrains, tout en intégrant des points de vue différents. Ma thèse se situe donc à l’intersection du cas parisien et des deux autres cas. Grâce à Istanbul, j’ai pu mieux m’interroger sur la nature occidentale de mon objet et poser un regard décentré sur Paris. Mais c’est sur le croisement avec Berlin que se fonde une grande partie de ce travail. Les deux villes présentent des contextes économiques et sociaux contrastés, des systèmes de gouvernement différents, mais appartiennent toutes deux à un système des villes européennes en construction.

3Des processus assez proches ont été relevés dans les métropoles étudiées, au-delà des décalages dans le temps et des différences en termes de structures institutionnelles, de moyens financiers ou de choix idéologiques.

4L’objectif était d’avoir une approche globale de l’action publique dans ce domaine, afin de reconstruire la vision et le projet qui fondent cette action à l’échelle des espaces centraux. Il fallait pour cela identifier les différentes politiques sectorielles qui transforment aujourd’hui les espaces publics, et donner à voir leurs articulations.

5Au premier rang des objectifs, on retrouve dans les trois métropoles la permanence de la fonction de représentation. Dans ce cadre, l’action publique revisite les modèles hérités et contribue ainsi à la patrimonialisation des espaces publics, même si c’est en intégrant aussi de nombreuses innovations esthétiques et formelles. La seconde forme de l’action publique identifiée est celle qui touche aux déplacements. On la retrouve plutôt à Paris et à Berlin, où les espaces publics sont devenus un outil central pour promouvoir les « circulations douces » au détriment de la circulation automobile. La troisième forme de l’action publique concerne les espaces publics de proximité. Elle vise quant à elle à promouvoir la fonction résidentielle ; surtout présente à Paris et à Berlin, c’est sans doute la plus nouvelle de ces formes, inséparable d’un contexte qui survalorise la proximité. Enfin, j’ai identifié une quatrième forme de l’action publique, celle qui consiste à animer les espaces publics par la fête. L’étude des fêtes parisiennes montre que les espaces publics tendent par là-même à devenir un levier important de politiques culturelles, même si ce type d’action se situe également au croisement des autres politiques.

6En définitive, à l’heure d’une privatisation généralisée dans les différentes sphères de la société, cette thèse démontre qu’en ce qui concerne les espaces publics dans les trois métropoles étudiées, il y a non pas un retrait mais une permanence de l’action publique. Celle-ci prend également des formes de plus en plus diversifiées. Les espaces publics sont concernés dans leur matérialité comme dans leurs pratiques. Leur sens s’en trouve également profondément modifié : les rues tendent à devenir un décor pour les résidants ou les consommateurs plus qu’un lieu d’échanges et de passage. Enfin, des localisations privilégiées ont été mises en évidence : outre les quartiers les plus centraux, il s’agit des quartiers en voie de restructuration – en particulier ceux qui sont touchés par le processus de gentrification – et des quartiers les plus défavorisés, cette fois-ci plus particulièrement à Paris et à Berlin, dans le cadre de la Politique de la ville.

7L’analyse de l’action publique et de ses formes ne pouvait se comprendre sans une analyse des jeux d’acteurs. Il s’agissait de mieux comprendre le lien entre renouvellement de l’action publique et renouvellement des modes de production. Les résultats sont d’autant plus importants que des processus similaires ont pu être mis en évidence à Paris et à Berlin, dans deux contextes très différents du point de vue de leur organisation institutionnelle.

8Tout d’abord, cette thèse démontre que l’expansion et la diversification de l’action publique s’appuient sur une recomposition des structures institutionnelles, des pratiques et des représentations des acteurs publics traditionnels, ainsi que sur une diversification des acteurs impliqués. Fruit d’une volonté politique locale tout autant que de processus plus généraux, ces changements sont considérables au regard des inerties de l’administration. Ils passent par l’introduction de nouvelles méthodes fondées sur la notion de projet et sur la coordination entre les services et entre les échelons. Mais loin d’être consensuelle, cette évolution suscite de nombreuses résistances ainsi que des tensions internes. En définitive, les espaces publics apparaissent aujourd’hui comme le résultat de négociations multiples, toujours renouvelées, entre les différents services et échelons, au sein même de la puissance publique.

9En second lieu, j’ai donné à voir l’ouverture progressive de la production des espaces publics à la société civile. C’est un changement important dans un domaine où, pendant des décennies, le pouvoir de l’administration et des experts a été considérable. Ce nouveau mode de production contribue non seulement à faire évoluer les services dans leurs représentations de l’espace public, mais il a aussi et surtout permis l’émergence d’un débat sur la question et par là-même « repolitisé » les espaces publics. J’ai cependant mis en lumière de nombreuses contradictions dans cette évolution vers plus de proximité et de participation, la plus frappante étant celle qui oppose les logiques de proximité avec les logiques métropolitaines, que ce soit en termes de centralité ou de fluidité. L’une des raisons étant paradoxalement le développement de la démocratie locale, qui permet l’expression d’intérêts particuliers et locaux.

10Finalement, cette progressive mainmise des habitants sur les espaces publics, avec l’assentiment des élus, constitue la forme que prend principalement le processus de « privatisation » dans les deux capitales européennes. Cette thèse relativise à l’inverse le rôle des investisseurs privés : certes ils ont un rôle accru, mais il reste limité spatialement et très différent d’une ville à l’autre (rare à Paris, l’implication du privé est plus courante à Berlin et omniprésente à Istanbul). Il faut aussi savoir à quel type d’acteur on a affaire : ce ne sont bien souvent que de simples prestataires extérieurs, comme les cabinets d’architectes ou d’urbanistes, des sociétés d’économie mixte. Cette présence du secteur privé, qui est souvent ancienne, ne remet d’ailleurs pas forcément en cause la permanence de l’action publique. Au contraire, elle semble parfois plutôt la soutenir sur le plan financier ou lui permettre d’innover dans l’intérêt de tous. C’est toute la complexité et l’ambivalence du processus de privatisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fleury, « Les espaces publics dans les politiques métropolitaines. Réflexions au croisement de trois expériences : de Paris aux quartiers centraux de Berlin et Istanbul », Trajectoires [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://trajectoires.revues.org/155

Haut de page

Auteur

Antoine Fleury

afleury@parisgeo.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page