Navigation – Plan du site
Mensonge et manipulation

« Brandt alias Frahm », le pseudonyme entre dissimulation et révélation

Pénélope Patry

Résumés

À partir de 1933 et tout au long de son exil en Scandinavie, le jeune Herbert Frahm mène son combat résistant contre le nazisme sous un pseudonyme, celui de Willy Brandt. En 1948, peu de temps après son retour en Allemagne, il décide d’officialiser son nom de guerre. Cet article interroge les différentes fonctions du pseudonyme chez Brandt ainsi que le rapport existant entre nom, ou en l’occurrence faux nom, et identité sociale.

Haut de page

Texte intégral

1Dans une interview accordée à Günter Gaus, le 30 septembre 1964, Willy Brandt déclare :

« Ich war unter meinem ursprünglichen Namen noch nichts oder fast nichts gewesen. Alles, was ich war, seit ich erwachsen wurde, was ich getan hatte zum Guten und manchmal zum nicht ganz Überlegten, mit allen Fehlern drin, das hatte mit diesem Namen zu tun » (cf. Brandt, 1964)

  • 1 Notion tirée du vocabulaire du théâtre antique, désignant le masque de l’acteur mais aussi le rôle, (...)

2Au milieu des années soixante, cette déclaration du maire de Berlin sur son changement d’identité n’est pas accidentelle. Depuis plusieurs années, Willy Brandt, qui fait figure d’étoile montante du SPD, est victime d’une campagne de diffamation (Münkel, 2002). Ses détracteurs politiques pointent notamment le fait qu’il vit sous un faux nom. Lorsqu’il déclare, le 14 août 1961, pendant la campagne des législatives : « Wenn einer mit der größten Rücksicht behandelt worden ist von seinen politischen Gegnern, dann ist das der Herr Brandt alias Frahm » (cf. « Alias Frahm », 1961), Konrad Adenauer se fait le relai des attaques qui insinuent que Brandt ment ou a menti et que celui qui se dissimule sous un faux nom ne serait pas digne de confiance. En confrontant « Herr Brandt », le pseudonyme officialisé en 1948, et « Frahm », le nom de naissance, Adenauer donne à entendre que Willy Brandt n’est pas celui qu’il prétend être. « Brandt » ne serait qu’un masque, une persona.1

  • 2 L’étymologie du mot « pseudonyme » confirme cette idée : en grec pseudo (ψευδής) signifie mensonge, (...)

3Il est vrai qu’adopter un pseudonyme, un faux nom, c’est dissimuler sa vraie identité.2 C’est prendre, pour un temps, une autre identité, voire l’identité d’un autre. Adopter un pseudonyme, c’est aussi se camoufler – le terme de « Tarnung » revient à de nombreuses reprises dans les passages des Mémoires dédiés aux années d’exil (Brandt, 1989 : 96). Pourtant, cette phrase issue de l’interview avec Gaus doit nous interpeller : « Alles, was ich war […], das hatte mit diesem Namen zu tun. ». Le changement de nom qui s’opère au cours des années d’exil semble donc bien lié à des changements plus profonds. Cette affirmation de Brandt nous oblige à expliquer davantage le lien entre nom, ou en l’occurrence faux nom, et identité sociale.

4Dans L’illusion biographique, Bourdieu estime qu’« en tant qu’institution, le nom propre est arraché au temps et à l’espace [...] : par là, il assure aux individus désignés, par-delà tous les changements et toutes les fluctuations biologiques et sociales, la constance nominale, l’identité au sens d’identité à soi-même, de constantia sibi, que demande l’ordre social » (Bourdieu, 1986 : 70). Il écrit : « Par cette forme tout à fait singulière de nomination que constitue le nom propre, se trouve instituée une identité sociale constante et durable qui garantit l’identité de l’individu biologique dans tous les champs possibles où il intervient en tant qu’agent [...] » (Bourdieu, 1986 : 70). Le nom propre est alors « l’attestation visible de l’identité de son porteur » (Bourdieu, 1986 : 70), le fondement de son unité. Dans cette étude, nous nous demanderons dans quelle mesure le pseudonyme peut lui aussi revêtir cette fonction : « Willy Brandt » n’est-il qu’un alias ? Ou est-il le « carcan libérateur » (Coutau-Bégarie, 2012) qui totalise les différentes identités sociales de l’homme politique en devenir, et révèle par là même les étapes de construction d’une personnalité politique ?

5À partir des textes autobiographiques et des biographies de Brandt, cette contribution pose l’hypothèse de l’existence d’une fonction unificatrice et performative du pseudonyme dans son rapport à l’identité : quand la fausse identité transcende l’identité immédiate pour forger l’identité sociale, le pseudonyme ne dissimule plus, il révèle la continuité d’une trajectoire, et, au-delà, l’unicité d’un être politique.

Dissimuler : le pseudonyme comme Deckname

Clandestinité

  • 3 Le Parti socialiste ouvrier d’Allemagne (SAP), d'obédience marxiste, voit dans le régime national-s (...)

6On estime souvent que le jeune Herbert Karl Frahm devient Willy Brandt en quittant l’Allemagne pour l’exil ; en réalité, il prend le nom de « Willy Brandt » dès lors qu’il entre dans la clandestinité. L’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler en janvier 1933 marque le début de l’élimination programmée d’un mouvement ouvrier allemand déjà fort fragmenté (Langkau-Alex, 1988). Approuvant la décision de l’aile minoritaire de son parti, le Parti socialiste ouvrier allemand (SAP), de continuer la lutte contre le fascisme3, Brandt se camoufle pour la première fois sous ce nom d’emprunt lors de leur toute première rencontre illégale, les 11 et 12 mars 1933 à Dresde (Brandt, 1989 : 96). C’est sous le Deckname, sous cette couverture de « Willy Brandt », que le jeune homme est ensuite envoyé par le SAP en mission à Oslo en avril 1933. La plupart des articles qu’il publie à son arrivée dans la capitale norvégienne, par l’intermédiaire du Bureau de presse du Parti ouvrier norvégien (DNA), sont signés « Willy Brandt ».

7Alors qu’il se sait recherché par les autorités allemandes, ce pseudonyme, qui est, en Allemagne, comme en Scandinavie, un « Allerweltsname » (Brandt, 1989 : 96), lui permet de passer inaperçu. En effet, malgré l’éloignement, la menace nazie plane aussi sur les exilés politiques qui représentent, à l’étranger, une « autre Allemagne » (Tutas, 1975 : 12). Au-delà des frontières du Reich, les nationaux-socialistes ont recours à la surveillance policière par la voie des ambassades ou encore à la collaboration avec les autorités des pays d’accueil qu’ils n’hésitent pas à menacer pour les contraindre à se désolidariser des dissidents allemands réfugiés sur leur territoire. Par ailleurs, de nombreux gouvernements, notamment dans les pays scandinaves, voient d’un mauvais œil l’arrivée des émigrés en 1933 : la Norvège, notamment, est un pays peu accueillant qui fait montre d’une politique très restrictive en matière d’immigration, étayée en 1927 par un durcissement des lois sur les étrangers (Lorenz, Petersen, 1998 : 21).

  • 4 Pour les logiques propres à l’exil social-démocrate, voir Langkau-Alex (1988).

8Gage d’anonymat et de survie, ce nom passe-partout est aussi un moyen pour Brandt de rompre avec un passé politique pesant4 : « Es war die Last der deutschen Exilsozialisten, ihrer Niederlage und ihres Wirklichkeitsverlusts, ihrer Besserwisserei und ihres Sektierertums » (Brandt, 1989 : 99). À cet égard, l’exil lui offre la chance de continuer la lutte sur de nouvelles bases. Ce qui n’était qu’un Deckname devient peu à peu un Kampfname. C’est sous ce nom de guerre que le jeune socialiste mène ses premiers combats et remporte en Norvège ses premières victoires contre le fascisme : c’est bien Willy Brandt qui, à partir de 1935, récolte des signatures auprès de personnalités norvégiennes et étrangères dans le but de convaincre le comité norvégien d’attribuer le prix Nobel de la paix au pacifiste allemand Carl von Ossietzky, ce qui sera chose faite en 1936.

Une identité fragmentée

  • 5 Il s’agit de la Berliner Ausgabe (BA), un recueil de sources et documents en dix volumes. Si aucun (...)

9« Willy Brandt » est loin d’être le seul pseudonyme qu’utilise le jeune homme pendant son exil norvégien. L’identité est flottante, fragmentée. Il signe « Willy Brandt », mais aussi « Felix Frank », ou « Felix Franke », des noms qui prennent parfois la forme de paraphes elliptiques telles que « W. », « W. B. », « F. F. » ou encore de « F. Franke ». On trouve également d’autres formes de signatures plus inattendues, par exemple « __t » qui apparaît à la fin de l’article d’avril 1939 intitulé « Programmrevision der NAP (Norwegen) » (BA, 20025 : 397-399), ou encore « Marianne ».

10Les rapports de police ou de presse qui évoquent le jeune exilé allemand rendent compte, quant à eux, d’une information incomplète. Le nom semble flouté : le premier journal norvégien à parler de Brandt dans ses pages est le très conservateur Dagbladet. Dès l’été 1933, on peut y lire un article dans lequel un certain « Frahn » [sic], également appelé « Willi Braun », est qualifié d’« Agent » (BA, 2002 : 27) communiste. Pour la légation allemande à Oslo, « Brand » ou « Brant » demeure longtemps le pseudonyme d’un certain « Hans Frahm » (BA, 2002 : 505).

L’exil comme théâtre de l’ombre

11En exil, Brandt endosse de multiples identités. Le cas le plus caractéristique est celui de son séjour d’observation clandestine à Berlin à la fin de l’année 1936, au cours duquel il doit s’approprier l’identité d’un étudiant norvégien, Gunnar Gaasland (BA [Lorenz], 2002 : 43), dont il apprend pour ce faire la signature et la biographie (Brandt, 1989 : 107). On peut presque parler de rôles successifs. Quelques années plus tard, alors qu’il est en fuite dans une vallée de la côte ouest, après l’invasion allemande du 9 avril 1940, Brandt revêt l’uniforme d’un soldat norvégien : il se déguise en Paul Gauguin.

  • 6 Jakob Walcher, le président du SAP, se fait appeler Jim ; son ami Walter Michaelis, Sverre ; August (...)

12Ces multiples masques sont le résultat d’un contexte spécifique, celui de l’exil et de la clandestinité. Dans la mesure où c’est la survie des protagonistes qui est en jeu, il est d’une nécessité impérieuse de camoufler, de se cacher, comme le révèle la lecture des documents datant de cette époque : les camarades de Brandt ont tous des pseudonymes6, les lettres sont codées, les informations essentielles abrégées, ce qui les rend illisibles à tout lecteur extérieur. Même le nom des villes est changé : dans la langue de l’exil, Berlin est « Metro ». À l’appellation biaisée des lieux de l’action s’ajoutent aussi des accessoires de la dissimulation comme l’encre sympathique et les valises à double-fond (Brandt, 1989 : 102).

13Or, dans les premières années de l’exil, le flou identitaire est sous-tendu, chez Brandt, par une indétermination politique qui complexifie sa situation : à Oslo, le jeune homme est en effet pris en tenaille entre son parti, le SAP, d’obédience communiste et révolutionnaire, et le Parti ouvrier norvégien, qui s’oriente de plus en plus vers la social-démocratie dite réformiste, mais qui le fascine (BA [Lorenz], 2002 : 25). À cet égard, les années osloïtes sont, pour Brandt, une longue quête de repères, ou pour reprendre les mots de Lorenz : « ein mehrjähriger Lernprozess des Sichzurechtfindens » (BA [Lorenz], 2002 : 25).

Révéler : le pseudonyme comme incarnation de la personnalité politique

Une identité de substitution

14On comprend donc que la première réaction de Willy Brandt, lorsqu’à la fin de l’année 1938 le régime nazi le déchoit de sa nationalité allemande, soit le soulagement : « Ich war nicht sonderlich beeindruckt – ausbürgern hieß “entnazen”, hatte Bert Brecht gesagt – und fühlte mich fast erleichtert » (Brandt, 1989 : 122). Il estime qu’ainsi les choses deviennent plus claires (Brandt, 1989 : 121), et voit une relation entre l’annonce de sa déchéance de la nationalité allemande et la fin de son questionnement politique qui date de la même année. Tournant le dos de manière quasi définitive au SAP, trop sectaire et dogmatique à ses yeux, Brandt s’engage à partir de 1938 aux côtés du Parti ouvrier norvégien. Il est convaincu que le marxisme n’est plus la règle fondamentale : « keine Klassenpartei mehr stellte sich vor, sondern eine große, demokratische Reformpartei. » (Brandt, 1989 : 121). Cette rupture marque la fin d’une longue quête personnelle et politique : il ne cherche plus (Brandt, 1989 : 121).

  • 7 Entre 1938 et 1939, les pseudonymes sont encore nombreux, comme si le jeune homme ressentait encore (...)

15Il faut pourtant attendre encore une année7 et les débuts de la Seconde Guerre mondiale pour assister, chez Brandt, à ce que l’on peut appeler une cristallisation identitaire dont on distingue trois étapes. La première est politique et atteinte à la suite du Pacte germano-soviétique, signé le 23 août 1939, qui fait s’envoler les derniers espoirs de Brandt quant à une possible démocratisation de l’Union soviétique. La deuxième rupture se produit avec le début de la guerre, et plus particulièrement après l’invasion allemande en Norvège, le 9 avril 1940 : Brandt est alors contraint de disparaître. De ces mois d’isolement dans une maison au bord du fjord d’Oslo, il écrit : « mein Aussehen veränderte ich, um bei den unvermeidlichen Gängen nicht aufzufallen, ansonsten lebte ich wie ein Einsiedler einige Wochen in völliger Ungewissheit. » (Brandt, 1989 : 127) Cette disparition a une dimension symbolique car quelques mois plus tard, Brandt « renaît » dans un autre pays, la Suède, avec une nouvelle nationalité. En juillet 1940, la légation norvégienne en exil à Londres lui attribue en effet la nationalité norvégienne. C’est la troisième étape de cristallisation d’une identité, où se mêlent, là encore, biographie personnelle et construction d’un être politique.

Devenir Willy Brandt

16C’est à Stockholm que le jeune homme « devient » Willy Brandt. L’expérience et le temps donnent consistance à ce nom, et de nouvelles responsabilités au sein du milieu norvégien définissent les contours de ce rôle qui le fait grandir.

17À la lecture de ses écrits suédois, on remarque tout d’abord que l’identité est bien plus unifiée : à la légation norvégienne à Londres, il signe « Willy Brandt », à Jacob Walcher, installé aux Etats-Unis, « Willy », et c’est aussi le nom de « Willy Brandt » que l’on retrouve à la fin de ses contributions, certes plus tardives, à l’organe de presse du mouvement syndical suédois, le Fackföreningsrörelsen, ou encore de ses articles parus dans la Sozialistische Tribüne. On a ainsi l’impression d’une identité sociale et politique qui se cristallise peu à peu autour d’un nom : « Willy Brandt ».

18Cette convergence s’explique par le contexte de l’exil suédois : puisque les nazis l’ont déchu de la nationalité allemande, il devient moins essentiel de brouiller les pistes. En outre, si la Suède est loin d’être un paradis pour les émigrés (Merseburger, 2002 : 175), Brandt jouit à Stockholm, où il vit dans le milieu norvégien, d’un réseau bien plus solide. Quant à la citoyenneté norvégienne, elle est moins synonyme de danger, même si Einhart Lorenz rappelle que Brandt est suspecté en Suède d’être un émigré norvégien à la solde des services secrets britanniques (BA [Lorenz], 2000 : 50).

  • 8 En 1942, une trentaine de socialistes démocrates en exil à Stockholm forment la très internationale (...)

19À partir de 1940, Brandt connaît dans ce contexte un changement de statut, en s’affirmant comme une figure politique de premier plan. Interlocuteur privilégié du gouvernement norvégien à Londres, bras droit de Martin Tranmæl à Stockholm, il joue un rôle clé (Merseburger, 2002 : 183) au sein de l’Union des socialistes démocrates de Stockholm8. Dans les brochures et œuvres collectives dont il est le co-auteur, Brandt dépasse l’indétermination du nom. Il co-signe mais assume désormais une identité unique, celle de Willy Brandt.

20À Stockholm, Brandt trace les contours d’une identité politique qui survivra à l’exil. Sous le nom de « Willy Brandt », il devient un auteur engagé pour l’avenir de l’Europe (Brandt, 1944) et compose les grandes lignes de ce qui deviendra, dans les années soixante, l’Ostpolitik, l’« ouverture à l’est ». En Scandinavie, c’est aussi sa conception du socialisme qui change (BA [Lorenz], 2000 : 50). Il y fait l’expérience d’un socialisme dénué selon lui de tout sectarisme, de partis ouvriers qui ne craignent pas de s’ouvrir aux travailleurs non prolétaires. C’est enfin le caractère profondément démocratique et égalitaire de ces sociétés scandinaves qui marque le jeune homme (BA [Lorenz], 2000 : 50). Ainsi, ces années d’exil, qu’il considère comme les plus importantes de sa vie (Miard-Delacroix, 2013 : 30), sont des années de formation, au sens propre comme au sens figuré.

"Davon kannst du nicht weglaufen" (Brandt, 1964)

  • 9 Sur le passeport attribué par les autorités norvégiennes en juillet 1940, c’est le nom de Herbert F (...)

21À la fin de la guerre, en mai 1945, le laissez-passer que lui attribue la légation norvégienne confirme que Frahm est devenu Willy Brandt : pour la première fois, « Willy Brandt » est inscrit sur un document officiel comme nom principal9. « Karl Frahm » apparaît entre parenthèses. Sur le laissez-passer qui lui est accordé en tant que correspondant de presse norvégien aux procès de Nuremberg, un seul nom figure : « Willy Brandt ».

  • 10 S’il décide de légaliser son pseudonyme, c’est aussi dans un souci d’honnêteté et de transparence : (...)

22Trois ans après la fin du conflit, et après un an passé en tant qu’attaché de presse à la mission militaire norvégienne à Berlin, Willy Brandt décide de renoncer à la nationalité norvégienne : « Anfang November berichtete ich Halvard Lange, der mir Chef war und Freund, dass ich mich der politischen Arbeit in Deutschland zuwenden wolle und auf meine norwegische Staatsangehörigkeit verzichten werde. » (Brandt, 1989 : 150) À l’été 1948, il recouvre la nationalité allemande : « Anschließend wurde der Name Willy Brandt legalisiert, unter dem ich – überwiegend – seit meinem 19. Lebensjahr gewirkt und auf den mein norwegischer Diplomatenpaß gelautet hatte. » (Brandt, 1989 : 151) Le pseudonyme est légalisé et très vite transmis, notamment en politique – Willy Brandt débute sa carrière, dès 1948, sous ce nom qui a forgé son identité, qui incarne sa personnalité et qui, par la suite, reflètera son aura politique. On peut supposer que par ce retour à l’Allemagne, Brandt atteint une forme de complétude identitaire : « memoria » des actes passés de l’individu (Coutau-Bégarie, 2012), le pseudonyme s’impose comme symbole de la continuité du combat politique. Brandt ne redevient pas celui qu’il était, il advient : l’officialisation du pseudonyme entérine le changement et le rend public.10

23Dans les premières années de l’exil, « Willy Brandt » est un rouage parmi d’autres de ce théâtre de l’ombre qu’est la vie des résistants et exilés. C’est un faux nom, une couverture, qui lui permet de vivre dans la clandestinité et de passer inaperçu. « Willy Brandt » est aussi un nom de guerre qui est choisi comme une arme : c’est en ce nom que le jeune homme entre en résistance et mène son combat contre Hitler. Mais « Willy Brandt » devient rapidement plus qu’un simple nom de code. D’une manière quasi performative, le pseudonyme agit sur l’homme. En Scandinavie, il se fait d’abord appeler « Brandt », puis l’expérience et le temps donnent consistance à ce nom, donnent matière à ce rôle ; et il devient Willy Brandt. À cet égard, le retour en Allemagne peut être vu comme le moment d’un dépassement dialectique : Brandt rentre au pays, il rentre au SPD, et pourtant il choisit de garder ce nom, comme trace d’un passé proche qui l’a formé et qu’il assume pleinement, comme pour signaler, aussi, qu’il continue le combat. Le nom « Willy Brandt », officialisé en 1948, totalise les multiples composantes de son identité sociale et révèle sa personnalité politique : « Willy Brandt » n’est pas un alias. Au contraire, c’est un gage d’authenticité. A cet égard, la formule d’Adenauer « Herr Brandt alias Frahm », si pleine de mépris, ne peut que contraster avec la manière dont les Allemands parlent de lui : pour eux, Willy Brandt est « Willy » – un prénom aux allures de diminutif, l’expression d’une confiance et d’une proximité qui lui survivront.

Haut de page

Bibliographie

Sources

« Alias Frahm », in : Der Spiegel, 35/1961, p. 18. http://www.spiegel.de/spiegel/print/d-43365664.html [Consulté le 01.11.2015]

Brandt, Willy (1944) : Efter segern. Diskussionen om krigs- og fredsmålen. Stockholm (Albert Bonniers Förlag).

Brandt, Willy (1960) : Mein Weg nach Berlin. München (Kindler).

Brandt, Willy : Zur Person. Gespräch mit Günter Gaus am 30. September 1964. http://www.rbb-online.de/zurperson/interview_archiv/brandt_willy.html [Consulté le 06/05/2015]

Brandt, Willy (1966) : Draußen. Schriften während der Emigration, dirigé par Günther Struve. München (Kindler).

Brandt, Willy (1982) : Links und frei. Mein Weg 1930-1950. Hamburg (Hoffmann und Campe).

Brandt, Willy (1989) : Erinnerungen. Frankfurt am Main (Propyläen).

Littérature secondaire

Bourdieu, Pierre (1986) : « L'illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63, p. 69-72.

Coutau-Bégarie, Maylis (2012) : « Le nom, garant de l’identité », Cahiers Maubert de l’Institut Albert le Grand [en ligne] URL : http://www.ircom.fr/documents/Cahier%20Maubert%202012%20Le%20nom,%20garant%20de%20l'identit%C3%A9.pdf

Langkau-Alex, Ursula (1998) : « Zwischen Tradition und neuem Bewusstsein : Die Sozialdemokraten im Exil », in : Briegeld, Manfred, Wolfgang Frühwald, dir. : Die Erfahrung der Fremde : Kolloquium des Schwerpunktprogramms „Exilforschung“ der Deutschen Forschungsgemeinschaft, Weinheim, Basel, Cambridge, New-York (VCH), p. 61-77.

Langkau-Alex, Ursula (2005) : Deutsche Volksfront 1932-1939. Zwischen Berlin, Paris, Prag und Moksau, t. 1, Berlin (Akademie Vorlag).

Lorenz, Einhart (1989) : Willy Brandt in Norwegen: die Jahre des Exils 1933 bis 1940. Kiel (Neuer Malik Verlag).

Lorenz, Einhart, Petersen, Hans-Uwe (1998) : « Fremdenpolitik und Asylpraxis », in : Lorenz, Einhart, Klaus Misgeld, Helmut Müssener, Hans-Uwe Petersen, dir. : Ein sehr trübes Kapitel? Hitlerflüchtlinge im nordeuropäischen Exil, 1933 bis 1950, Hamburg (Ergebnisse Verlag), p. 17-42.

Lorenz, Einhart, dir. (2002) : Hitler ist nicht Deutschland: Jugend in Lübeck, Exil in Norwegen, 1928-1940 [Berliner Ausgabe, t. 1]. Bonn (Dietz Verlag).

Lorenz, Einhart, dir (2000) : Zwei Vaterländer. Deutsch-Norweger im schwedischen Exil – Rückkehr nach Deutschland, 1940-1947 [Berliner Ausgabe, t. 2]. Bonn (Dietz Verlag).

Merseburger, Peter (2002) : Willy Brandt, 1913-1992. Stuttgart, München (Deutsche Verlags-Anstalt).

Miard-Delacroix, Hélène (2013) : Willy Brandt. Paris (Fayard).

Münkel, Daniela (2002) : « ‚Alias Frahm‘ - Die Diffamierungskampagne gegen Willy Brandt in der rechtsgerichteten Presse », in : Krohn, Claus-Dieter, Axel Schildt, dir. : Zwischen den Stühlen? Remigranten und Remigration in der deutschen Medienöffentlichkeit der Nachkriegszeit. Hamburg (Hans Christians Verlag), p. 397-418.

Tutas, Herbert E. (1975) : Nationalsozialismus und Exil. Die Politik des Dritten Reiches gegenüber der deutschen politischen Emigration 1933-1939. München (Carl Hanser Verlag).

Haut de page

Notes

1 Notion tirée du vocabulaire du théâtre antique, désignant le masque de l’acteur mais aussi le rôle, le personnage, la persona a été interprétée par Carl Jung comme « le masque que tout individu porte pour répondre aux exigences de la société. » Cf. Alain Delaunay, « PERSONA », Encyclopædia Universalis [en ligne] URL : http://www.universalis-edu.com.acces.bibliotheque-diderot.fr/encyclopedie/persona/ [Consulté le 6 novembre 2015]

2 L’étymologie du mot « pseudonyme » confirme cette idée : en grec pseudo (ψευδής) signifie mensonge, le pseudonyme est donc un pseudo-nom, un faux nom.

3 Le Parti socialiste ouvrier d’Allemagne (SAP), d'obédience marxiste, voit dans le régime national-socialiste un système de répression au service de la bourgeoisie capitaliste et le symptôme d’un capitalisme décadent et prône l’unification des mouvements ouvriers allemands.

4 Pour les logiques propres à l’exil social-démocrate, voir Langkau-Alex (1988).

5 Il s’agit de la Berliner Ausgabe (BA), un recueil de sources et documents en dix volumes. Si aucun nom n’est mentionné, il s’agit de textes rédigés par Willy Brandt.

6 Jakob Walcher, le président du SAP, se fait appeler Jim ; son ami Walter Michaelis, Sverre ; August Enderle, Antonius, etc.

7 Entre 1938 et 1939, les pseudonymes sont encore nombreux, comme si le jeune homme ressentait encore le besoin de brouiller les pistes.

8 En 1942, une trentaine de socialistes démocrates en exil à Stockholm forment la très internationale Union des socialistes démocrates de Stockholm, au sein de laquelle ils formulent des plans de paix socialistes pour l’après-guerre.

9 Sur le passeport attribué par les autorités norvégiennes en juillet 1940, c’est le nom de Herbert Frahm qui figure.

10 S’il décide de légaliser son pseudonyme, c’est aussi dans un souci d’honnêteté et de transparence : pour ne pas que l’on puisse lui reprocher plus tard d’avoir voulu fuir et dissimuler cette période de sa vie (cf. Brandt, 1964).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pénélope Patry, « « Brandt alias Frahm », le pseudonyme entre dissimulation et révélation », Trajectoires [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1581

Haut de page

Auteur

Pénélope Patry

Doctorante en Études germaniques, ENS de Lyon, Penelope.Patry@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page