Navigation – Plan du site
SynTHESES

Mesures de l’écrivain. Étude socio-statistique du sous-champ littéraire belge francophone de l’entre-deux-guerres

Thèse de doctorat en langues et littératures romanes préparée sous la direction de Jean-Marie Klinkenberg, université de Liège, soutenue le 31 août 2007.
Björn-Olav Dozo

Texte intégral

1La première partie contient une introduction et trois chapitres théoriques et méthodologiques. L’introduction explique que nous nous inscrivons dans le cadre théorique, développé par Pierre Bourdieu, de la sociologie des champs littéraires. Le premier chapitre précise que nous mobilisons la méthode prosopographique et est l’occasion d’expliciter et de décrire notre outil – la base de données du CIEL – et notre corpus principal – les auteurs belges ayant publié une œuvre littéraire durant l’entre-deux-guerres. Suivent deux chapitres qui offrent une archéologie de deux méthodes d’analyse quantitative utilisées par la suite : l’analyse factorielle des correspondances et l’analyse structurale des relations sociales. Chacun des deux chapitres revient sur les théories principales qui mobilisent ces méthodes en sciences sociales (la théorie des champs pour l’analyse factorielle, la théorie de l’action rationnelle pour les relations sociales). Nous proposons enfin une synthèse des apports de ces deux méthodes utilisées dans le cadre de la théorie des champs, moyennant une discussion de certaines implications de cette synthèse.

2Chacune des deux méthodes est illustrée d’un exemple fondé sur des corpus différents de la thèse principale. Une analyse factorielle du personnel de l’Académie royale de Langue et Littérature françaises de Belgique permet notamment de pointer un moment de basculement dans le recrutement social de ce personnel ; une analyse relationnelle des préfaciers et des auteurs d’ouvrages parus dans l’entre-deux-guerres montre la très grande structuration du réseau catholique en Belgique francophone et nous permet d’introduire une catégorie de littérateurs qui retiendra notre attention dans la deuxième partie de la thèse : les animateurs de la vie littéraire, qui disposent d’un grand capital relationnel.

3La deuxième partie interroge, à la lumière des théories et méthodes mis en place dans la première partie, le cas des écrivains belges francophone de l’entre-deux-guerres.

4Dans le premier chapitre, nous définissons et caractérisons notre corpus, en considérant l’entre-deux-guerres comme une synchronie longue. La notion de sous-champ littéraire empruntée à B. Denis est ensuite introduite et permet de problématiser le corpus autour des notions d’autonomie du littéraire en Belgique et d’indépendance de la littérature belge par rapport au champ français. Nous nous interrogeons notamment sur la capacité d’un sous-champ à produire sa propre norme. Nous postulons un fonctionnement réticulaire pour l’espace littéraire faiblement institutionnalisé que constitue la Belgique francophone de cette époque. Pour vérifier cette hypothèse, nous avons construit, dans le deuxième chapitre, différentes variables utiles à l’analyse. Nous avons ainsi élaboré, outre les indicateurs économiques et culturels traditionnels (capital économique et capital culturel), quatre autres variables : le capital symbolique belge, le capital symbolique français, le capital relationnel et la génération socio-littéraire.

5Pour évaluer le capital relationnel, nous avons reconstitué un réseau de relations entre les écrivains actifs durant la période à partir des lieux de sociabilité belges : généralement, les écrivains participent en effet à plusieurs de ceux-ci (Académie, PEN Club, groupes surréalistes, Scriptores catholici, Groupe du Lundi, etc.). À partir de différentes mesures de centralité issues de l’analyse structurale des relations sociales, nous avons calculé un indice de sociabilité de chaque agent : le capital relationnel.

6Ensuite, voulant dépasser tant l’arbitraire empirique du découpage générationnel traditionnel (en générations de 15, 20, 25 ou 30 ans, en fonction des chercheurs) que l’arbitraire chronologique de la décennie fondant la classe d’âge, nous avons proposé un « correctif générationnel » objectivable apporté à la classe d’âge de chaque individu. Le principe est de prendre au sérieux l’idée communément admise que les agents composant une génération ont été façonnés par les mêmes événements. Au sens littéral et pour la vie littéraire, il s’agit donc de recenser les écrivains avec qui chaque agent partage un vécu commun lors des mêmes événements. Cela se traduit par la recension des relations d’un écrivain sur une période donnée (à partir de la matrice des lieux de sociabilité), le calcul de la différence d’âge entre l’écrivain et ses relations, puis la mise au point d’un « correctif générationnel », moyenne de toutes ces différences d’âge. Si ce correctif est supérieur à 10 ans en valeur absolue, l’agent passe alors dans la classe d’âge supérieure ou inférieure. C’est le résultat de cette opération que nous considérons comme la génération socio-littéraire.

7Les autres capitaux cités sont les produits synthétiques d’indices variés (comme la profession, la profession des parents, les études, la participation à des groupes littéraires, à des institutions, à des revues, etc.), à même de dresser un profil socio-littéraire de chaque écrivain. Dans le troisième chapitre, nous nous sommes interrogé, grâce à plusieurs analyses factorielles, sur les corrélations qui existent entre les indicateurs et nous proposons une interprétation de ces corrélations. L’analyse montre que le capital symbolique belge est en partie indépendant du capital symbolique français, en particulier pour la troisième génération littéraire de notre corpus, c’est-à-dire celle qui est confrontée, après la Première Guerre mondiale, à la reconfiguration des stratégies littéraires belges francophones, qui passent grosso modo d’une logique centrifuge (affirmation nationaliste belge) à une logique centripète (fascination pour le centre parisien). Ensuite, l’analyse met en évidence la corrélation forte qui existe entre les capitaux symboliques et le capital relationnel. Ce dernier permet de pointer la catégorie, déjà rencontrée dans l’exemple de la première partie, des animateurs de la vie littéraire, sous-groupe du personnel littéraire particulièrement important en Belgique francophone. Le constat de forte corrélation entre ces capitaux va donc dans le sens de notre hypothèse de départ : le sous-champ littéraire belge de l’entre-deux-guerres produit bien sa propre forme de norme socio-littéraire, qui est fondée sur la logique du réseau.

8Nous concluons en soutenant que la reconnaissance d’un littérateur par ses pairs en Belgique francophone durant l’entre-deux-guerres s’accompagne généralement de l’entretien par ce littérateur d’un grand nombre de relations effectives avec les autres écrivains ou, dit autrement, d’une forte implication dans la vie littéraire de son époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Björn-Olav Dozo, « Mesures de l’écrivain. Étude socio-statistique du sous-champ littéraire belge francophone de l’entre-deux-guerres », Trajectoires [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/159

Haut de page

Auteur

Björn-Olav Dozo

bo.dozo@ulg.ac.be

Haut de page