Navigation – Plan du site
Perspectives

Statut des récits de vie dans la recherche africaniste allemande et française au XXe siècle

Parcours parallèles et perspectives réciproques
Yannick Martial Ndong Ndong

Résumés

Dans les domaines africanistes allemand et français, les pratiques autobiographiques, à travers les récits de vie et de voyage, se dévoilent différemment. Les pratiques françaises se distinguent par des carnets de terrain de chercheurs en contrepoint ou en complément de leurs monographies scientifiques, alors que les africanistes allemands travaillent à la constitution de recueils autobiographiques et biographiques. Malgré la différence de cheminements, elles ont en commun la promotion de la fonction d’auteur et le procédé de la réflexivité, à la lumière du récit de vie.

Haut de page

Texte intégral

1C’est du parcours du récit de vie et du récit de voyage dans le domaine de l’africanisme qu’il sera question dans cet article. Au seuil du XXe siècle, quand commence à prendre forme l’africanisme, domaine de recherche sur l’Afrique, deux perspectives éminemment littéraires de discours s’affirment, allemande et française, sans cependant être dominantes. L’intérêt de ces perspectives repose sur la possibilité d’écrire l’histoire de l’africanisme d’un point de vue qui n’est pas celui des sciences humaines, pourtant dominant. Les africanistes allemands constituent de recueils autobiographiques sur le modèle d’un « prêt de parole » aux Africains, pour que ceux-ci livrent eux-mêmes leur vision du monde colonial. Comme d’autres récits publiés dans la presse coloniale, souvent l’œuvre d’écoliers devant décrire leur milieu, les récits consignés dans ces recueils ont principalement une valeur documentaire : ils informent davantage sur l’Afrique et les Africains que sur les parcours personnels des chercheurs allemands. Si la publication de récits d’Africains est un trait d’union entre la presse coloniale française et allemande, les chercheurs français, dès les années 1930, vont se signaler par l’écriture d’ouvrages autobiographiques en complément de leurs monographies scientifiques. Dans ces œuvres, comme dans les recueils publiés par des africanistes allemands, se posent implicitement les questions du statut de l’auteur et de la réflexivité. Ces notions sont aussi courantes dans les études littéraires, qui distinguent plusieurs registres autobiographiques (autobiographie, récit de vie, etc., sur lesquels nous reviendrons plus loin) que dans les sciences humaines, marquées par les travaux de Pierre Bourdieu, lesquels donnent lieu depuis bien des années à de nombreuses études littéraires. Il ne s’agit donc pas de présenter ces notions comme exclusivement littéraires, mais d’étudier les recoupements qu’elles établissent entre les études littéraires et les études en sciences sociales et humaines.

2Par ailleurs, de manière plus générale, on constate que les pratiques d’écriture allemandes et françaises ne se développent pas simultanément : là où les premières s’affirment au seuil du XXe siècle, selon les modalités propres à la philologie allemande ou plus exactement à l’Afrikanistik, mot-valise désignant la rencontre chez les Allemands de l’africanisme et de la linguistique, les pratiques françaises, quant à elles, s’établissent dans ce champ de savoir à partir des années 1930 sur le modèle de récits personnels. Comment, à la lumière des recueils allemands et des récits de vie de chercheurs, les pratiques autobiographiques vont-elles se positionner comme le trait d’union entre la littérature et la recherche en sciences humaines, selon des registres différents, au sein de l’africanisme ? Cet héritage du XXe siècle a-t-il une postérité ?

3Nous appuierons notre réflexion sur les chercheurs allemands Carl Velten et Diedrich Hermann Westermann, qui présentent la singularité d’avoir réuni des recueils de biographies et d’autobiographies des Africains de l’Est en 1901 et des Africains de la partie occidentale en 1938. Africanistes linguistes, Westermann et Velten publient dans leurs ouvrages collectifs de nombreux récits en langues africaines. Il s’agira ainsi d’examiner l’itinéraire des récits de vie dans la recherche africaniste, en intégrant la forme des productions non-europhones.

4Quant au versant français, on analysera davantage la production d’une œuvre double courant chez les écrivains ethnologues qui publient à la suite de leurs monographies scientifiques, voire en même temps, un carnet de terrain. Tel est le cas de Michel Leiris et de Georges Balandier, les deux chercheurs qui guideront notre propos sur ce point précis. L’on s’intéressera aux continuités et aux discontinuités de l’essai et du récit chez ces penseurs à la lumière de la notion de « deuxième livre de l’ethnographe », mise en évidence par Vincent Debaene pour étudier le lien entre les deux types de publication, littéraire et scientifique chez ces auteurs. À long terme, l’on pourrait situer dans la continuité de ces chercheurs français de nombreux chercheurs et écrivains africains contemporains à l’instar d’Achille Mbembe ou de Valentin Yves Mudimbe, dont certaines productions scientifiques sont travaillées par d’évidentes séquences autobiographiques et auto-analytiques.

Carl Velten et Diedrich Hermann Westermann : l’auteur dans l’africanisme

5L’un des premiers récits de voyage, paru au seuil du XXe siècle, est l’œuvre d’Hamed Mohammed El Murjebi, alias Tippo Tip, un Zanzibarite et potentat négrier. Publié en 1901 grâce aux encouragements de son ami, le linguiste allemand Heinrich Brode – par ailleurs son traducteur du kiswahili vers l’allemand – le récit de Tippo Tip est écrit en alphabet arabe. C’est Brode qui le convainc de coucher sur papier l’itinéraire de sa vie réduit aux voyages, fait d’expériences riches formant, au demeurant, une trame digne d’un roman. L’intérêt pour le récit de Tippo Tip est double dans la présente réflexion : écrit en kiswahili et à l’initiative de Heinrich Brode, il est contemporain du recueil de récits réunis par le linguiste allemand Carl Velten, Safari za Wasuaheli (1901); et, plus encore, il pose de la question de la légitimité de l’auteur d’écrits ou de récits en langues africaines, longtemps considéré comme un simple rapporteur ou conteur. En cela, le récit de Tippo Tip rejoint le recueil de Velten.

  • 1 Traduction allemande : « Mitteilungen über das Land Uzaramu nebst Sitten und Gebräuchen des Wazaram (...)

6Le récit de Tippo Tip soulève déjà une question théorique, celui de la stricte délimitation de l’autobiographie, du récit de voyage ou des mémoires. L’on peut voir se mêler dans son livre les données du mythe et celles de la réalité, comme les traits biographiques et autobiographiques y recoupent les informations de type sociologique, ethnographique ou historique. La stricte dimension de l’autobiographie ou des mémoires comme genres référentiels peut s’en trouver compromise. Dans l’ultime décennie du XIXe siècle, Velten entreprend de nombreuses expéditions en Afrique de l’Est. Professeur de kiswahili à Berlin, il s’intéresse également aux cultures dans lesquelles s’enracine cette langue. En 1901, il publie à Göttingen un recueil intitulé, Safari za Wasuaheli, traduit en allemand la même année sous le titre Schilderungen der Suaheli von Expeditionen v. Wissmanns, Dr Bumillers, Graf v. Gotzen und Anderen (Velten, 1901). Le recueil comprend sept récits, œuvre de quatre auteurs ou informateurs : Sleman bin Mwenyi Tshande bin Mwenyi Hamisi esh-Shirazi (un récit), Selim bin Abakari (trois récits), Mtoro bin Mwenyi Bakari (deux récits) et Abdallah bin Rashid (un récit). En dehors d’un récit de Mtoro bin Mwenyi Bakari, intitulé “Khabari ya inchi ya Wazaramu na dasturi za Wazaramu kama zilizotungwa1”, tous les autres débutent par la formule « Safari yangu… », qui correspond en français à « Mon voyage… ». Cette anaphore met le lecteur en présence d’un indice évident du récit de voyage, comme l’indique d’ailleurs le titre générique donné au recueil. De nombreuses traductions à travers le monde s’ensuivront, dont celle mémorable et controversée de Lyndon Harries en anglais ; elle insère des sous-titres à l’intérieur des textes originaux écrits en bloc et en exclut certains passages jugés par lui apocryphes. Pour rappel, l’universitaire britannique Lyndon est l’un des fondateurs en 1930 de l’East African Swahili Committee, dont le but est le « développement de la langue swahilie », selon les termes mêmes de Bloomfield, l’un de ses co-fondateurs. Attaché à une langue swahilie moderne, affranchie de la domination arabe, le Committee dicte aux auteurs la façon d’écrire en kiswahili. On peut y voir la manière dont la maîtrise de certaines conventions de la langue, notamment élaborées par le Committee, fonde le statut et la légitimité d’auteur de nombreux penseurs africains.

7Mais dans de telles productions, l’une des questions essentielles qui peut se poser est liée au statut des quatre informateurs du recueil : sont-ils perçus par l’éditeur des textes comme des auteurs ou ont-ils seulement un statut de simples informateurs ?

8Dans les années 1960, une controverse est née sur ce sujet et sur celui de la place du kiswahili dans les littératures et les cultures est-africaines. Carl Velten est accusé d’avoir accaparé le travail de ses collaborateurs swahilis, et particulièrement celui de Mtoro bin Mwenyi Bakari, signataire de deux récits du recueil de 1901, dans un certain nombre d’ouvrages publiés sous son nom, comme le Prosa und Poesie der Suaheli ou encore les Desturi za Wasuaheli (Carré, 2011). Il cite pourtant clairement ses informateurs, les mentionnant dans la préface explicitement comme auteurs des textes, rédacteurs (« Verfasser »). Il apparaît donc comme l’éditeur des textes. Cette controverse très courante dans les milieux coloniaux d’alors serait fondée sur l’idée selon laquelle le chercheur africaniste occidental s’approprierait la plupart du temps les enquêtes de ses informateurs locaux, qu’il renverrait à l’institution sur la forme d’un livre scientifique. L’autre versant de la controverse serait lié non pas à Velten, mais au statut du Committee dans son projet de prescrire la langue aux écrivains d’expression swahili. Une polémique éclate en 1965 lorsque le jeune écrivain d’alors George Mhina publie dans la revue Swahili un court récit intitulé « Safari ya Ndoa Saba » (« Le voyage des sept mariages »). Il y exprime en introduction une inquiétude : « J’avais décidé d’essayer d’écrire quelque chose dans la langue swahilie. Je me demandais ce que je pourrais bien écrire » (Garnier, 2006 : 12). Ce qui suscite, en 1967, dans la même revue une vive réaction de Lyndon Harries, traducteur en anglais du recueil de Velten et co-fondateur du Committee : « Il y a un grand besoin, dans l’Afrique orientale d’aujourd’hui, d’un comité bien financé, ayant autorité pour encadrer le développement du swahili, particulièrement au regard des questions stylistiques » (Garnier, 2006 : 13). Ces deux positionnements permettent de comprendre rétrospectivement l’importance de la langue dans la reconnaissance d’un auteur swahili ; l’auteur en cette langue n’est pas celui qui use de sa liberté de créateur dans la langue, il est celui qui en applique la grammaire et la stylistique. La controverse entre Mhina et Harries expliquerait par ailleurs le succès rencontré dans les années 1940-50 par l’écrivain tanzanien Robert Shaaban (1960). Ce succès est dû à sa riche et abondante bibliographie en kiswahili, est étroitement lié à l’existence du Committee dont il traduit parfaitement les prescriptions linguistiques et grammaticales. Garnier écrit à cet effet : « Le Comité forge une langue que Shaaban Robert, brillant intellectuel africain, va illustrer : la littérature a des assises linguistiques solides […] » (Garnier, 2006 : 11). Plusieurs fois lauréat aux concours littéraires, grâce notamment à ses trois maisha (« vie » en kiswahili), dont la compilation a donné lieu au récit préfacé par Xavier Garnier en 2010, Shaaban est par ailleurs le premier Africain à siéger dans l’East African Swahili Committee, à partir de 1946. L’intérêt pour Shaaban dans notre perspective de réflexion est lié au statut d’auteur majeur qui lui a été reconnu, grâce notamment à une langue d’écriture conforme à une grammaire swahilie élaborée par le Committee.

9Plus de trente ans après Velten et dans la partie occidentale de l’Afrique, un autre africaniste allemand, Diedrich Hermann Westermann, entreprend à son tour de recueillir les témoignages des Africains eux-mêmes sur leurs expériences. Ce qui a donné lieu au recueil de biographies et d’autobiographies, Afrikaner erzählen ihr Leben, paru en 1938 et traduit en français cinq années plus tard par la linguiste française Lilias Hamburger. L’ouvrage comporte onze récits écrits ou dits par onze auteurs différents. Dès l’introduction, Westermann souligne la multiplicité des situations et des langues représentées dans le recueil. Il écrit :

« Les auteurs ont tout juste reçu quelques indications sur le classement de leur matériaux, indications qui, au surplus, n’ont pas toujours été suivies par tous. Xkou-goa Xob, Samba et Foli ont dicté leurs contributions dans leurs propres langues, les autres les ont écrites eux-mêmes : Gabousou, la femme Kwami, Mtiva, Njandéni et Mghayi en leurs langues maternelles, Akiga en haoussa, Amadasou partie en sa langue maternelle, partie en anglais, Akou, enfin, en allemand.» (Westermann, 1943 : 9)

  • 2 « Nous appelons autobiographie le récit rétrospectif en prose que quelqu’un fait de sa propre exist (...)

10Les diverses formes de contributions au recueil interpellent sur le statut d’auteurs des contributeurs. En effet, à de nombreuses reprises dans son introduction, Westermann utilise le terme d’« auteurs » pour les désigner. Plus appropriée que la notion d’écrivain, qui ne renvoie qu’à la production écrite, celle d’auteur englobe l’activité de production de savoir à l’écrit ou à l’oral. Si l’éditeur des textes Westermann souligne que les consignes données n’ont pas « toujours été suivies par tous », il pourrait s’agir d’une manière de reconnaître leur fonction auctoriale. Mais en matière de théorie des genres, les textes retenus par l’éditeur allemand ne correspondent pas tous à la catégorie de l’autobiographie, à moins de l’intégrer par des voies détournées. Ainsi dans son récit, Xkoou-goa Xob, le premier auteur du recueil, se présente de la manière suivante : « Nous, Bochimans du Nord du Sud-Ouest africain, appartenons à la tribu des Heri-rom (« dormeurs de la brousse »), car les forêts épaisses et la brousse sont le milieu où se déroule notre vie toute entière et notre activité. » (Westermann, 1943 : 13). Le « nous » se substitue au « je » classique de l’autobiographie. Ou plutôt, le nous et le je semblent se nourrir réciproquement : parler de soi requiert alors que l’on fasse un détour par les ensembles plus vastes (clan, tribu, religion, etc.). L’on peut multiplier à l’infini de tels exemples en les étendant à d’autres récits du recueil. Le « pacte autobiographique », théorisé par Philippe Lejeune2, et renvoyant à l’identité entre auteur, narrateur et personnage, est difficile à illustrer dans ce cas de figure. Dès lors, l’on est en droit de se demander si, dans ses débuts, ce qui s’appelle l’« autobiographie africaine » n’a pas pour caractéristique, entre autres, ce mélange d’indices énonciatifs du « je », du « nous » et peut-être du « il ». En outre, on pourrait tout aussi bien se fonder sur l’idée selon laquelle les récits du recueil relèvent davantage du récit de vie au sens large, c’est-à-dire de textes connectés à plusieurs genres de discours, que de l’autobiographie, plus étroite.

11Ce qui unit Velten et Westermann, c’est leur travail sur la langue avec un accent fort sur la production textuelle. Ils initient la compréhension de l’Afrique et de l’Africain, mission première de l’africanisme, par des témoignages qui, chez Velten, prennent la forme générique du récit de voyage alors que chez Westermann, ils sont qualifiés d’autobiographies. Malgré les différentes indications, « Safari za… » (« Voyages de… ») chez Velten et « autobiographies » chez Westermann, la distinction de leur genre est assez complexe, d’un point de vue pratique. Les deux recueils mêlent indistinctement les aspects très hétérogènes du récit de vie. C’est ce terme qui désigne le mieux les récits choisis dans la présente analyse. N’étant pas un genre enfermé dans les canons qui le définissent, le récit de vie comprend plusieurs types de récits référentiels ou autoréférentiels (correspondances, autobiographie, biographie, récit de voyage, carnets de terrain, etc.).

12Si la tradition africaniste du recueil de récits de voyages ou d’autobiographies est plus courante chez les chercheurs allemands, nous allons voir qu’en France, à partir des années 1930, s’établit un cheminement parallèle, avec des écrivains ethnographes dont les parcours de recherche recoupent les trajectoires de vie ; ce qui les amène à publier des monographies et des récits.

Michel Leiris et Georges Balandier : le « deuxième livre de l’ethnographe »

13Nous retracerons dans leurs grandes lignes le parcours de Leiris et de Balandier, qui comptent parmi les africanistes français les plus importants du XXe siècle. En examinant les liens étroits entre leurs productions scientifiques et leurs œuvres littéraires, l’on voudrait interroger à la lumière de celles-ci la portée de la notion du « deuxième livre de l’ethnographe », théorisée récemment par Vincent Debaene (2010). Ces travaux font suite à ceux de Jean-Michel Adam, de Mondher Kilani, de Gabriella d’Agostino ou, ceux plus récents d’Alban Bensa et de François Pouillon sur les postures littéraires des ethnographes.

14Arrivé à l’ethnographie tardivement, Leiris a surtout dans les années 1920-30 la réputation d’un écrivain et d’un poète. Au tout début des années trente, il participe à l’expédition ethnographique Mission Dakar-Djibouti avec la collaboration de Marcel Griaule, entre autres. Outre la somme ethnographique collective publiée de ladite mission, Leiris publie L’Afrique fantôme (1934), ouvrage qui a suscité l’attrait de Georges Balandier. Celui-ci écrit à ce sujet, en témoignage :

« Dans le même temps où Leiris

15LEIRIS, Michel

accomplit son parcours d’ethnographe appliqué, il se fait autrement écrivain, il se transforme par l’écriture en tenant librement le journal de l’exploitation de l’exploration scientifique. Il y inscrit une chronique personnelle, l’œuvre ethnographique et l’œuvre autobiographique naissent d’un même mouvement et se lient, L’Afrique fantôme annonce cette ethnographie de soi-même inaugurée par ce livre d’impitoyable sincérité, L’Âge d’homme. » (Balandier, 1997 : 39)

16L’« ethnographie de soi-même » circonscrit le geste de la co-naissance de l’œuvre ethnographique et de l’œuvre autobiographique.

17Dans des proportions moindres, Georges Balandier a lui aussi une histoire littéraire, qui commence par son parcours de lettres classiques, se poursuit par sa première autobiographie, Tous comptes faits (1947), avant de trouver une forme achevée dans Afrique ambiguë (1957). Ce livre paru aux éditions Plon, dans la collection “Terre humaine” créée et dirigée alors par Jean Malaurie, l’a surtout révélé comme un grand écrivain, dans la continuité de Claude Lévi-Strauss. L’on imagine que le grand modèle de la collection dirigée par Malaurie est Tristes tropiques qui a conduit le jury du prix Goncourt à publier en 1955 un communiqué exprimant ses regrets de ne pouvoir attribuer la célèbre récompense à ce livre, l’œuvre primée devant exclusivement relever d’un « ouvrage d’imagination » (Debaene, 2008). On retrouve notamment chez Balandier les démarches très proches de celles de Lévi-Strauss, mêlant des éléments de recherche anthropologique et ethnologique, un récit personnel et de nombreuses séquences relevant de la tradition du « voyage philosophique » telle qu’elle s’enracine en France depuis les préromantiques. Cependant, Balandier est africaniste et non américaniste comme Lévi-Strauss, ce qui le rend plus sensible aux influences reçues de L’Afrique fantôme qu’à celles venues de Tristes tropiques.

18Afrique ambiguë de Balandier, à l’instar de Tristes tropiques de Lévi-Strauss, au-delà de l’inscription générique du récit, n’en présente pas moins d’évidentes difficultés de taxinomie. De temps en temps, en effet, l’ethnologue rappelle de nombreuses séquences déjà analysées dans ses monographies relevant de ses enquêtes de terrain, chez les Lébou en l’occurrence (communauté réputée pour la pêche et par ailleurs son premier terrain en Afrique). Il ne s’agit d’ailleurs pas seulement de simples rappels ; Balandier reprend de nombreuses analyses présentes dans ses monographies, à la lumière de son itinéraire personnel. En outre, Afrique ambiguë retrace les voyages de son auteur dans au moins une douzaine de pays africains, qui font écho à son itinéraire de recherche. Ce qui prend ainsi, en de nombreux passages l’aspect d’un récit de voyage, se présente aussi comme autant de « lieux de mémoire » d’une recherche. Le récit, en général les « carnets de terrain », n’est pas une simple préfiguration ou un appendice de la monographie ; les exemples de Leiris et de Balandier l’attestent suffisamment. La monographie et le récit se nourrissent d’une même substance : le terrain comme expérience. Le « deuxième livre » apparaît ainsi s’éloigner de sa dimension de part résiduelle de la monographie, estampillée « littéraire » par défaut, parce que « non scientifique ». Selon nous, l’exercice de la « prérogative auctoriale », selon la formule de Bernard Mouralis, et la production scientifique s’établissent chez Leiris et Balandier sur le modèle de la co-naissance, ils relèvent ainsi d’un geste de surgissement simultané. Dès lors, l’on peut être amené à nuancer quelques hypothèses formulées par Debaene sur le « deuxième livre de l’ethnographe ».

19Au fondement de sa thèse, il y a l’idée selon laquelle beaucoup d’ethnologues français éprouvent le besoin d’écrire un récit non scientifique, de forme littéraire, après une mission, et surtout après la publication d’une monographie scientifique. Ce récit littéraire est appelé par Debaene « deuxième livre de l’ethnographe» (Debaene, 2010 : 10). Son dessein dans le parcours du chercheur serait d’ajouter un « supplément littéraire » (Debaene, 2010 : 40) au voyage scientifique. Les penseurs sur lesquels s’appuie le travail de Debaene, Alfred Métraux, Michel Leiris, Claude Lévi-Strauss et Georges Balandier sont tous français et variablement représentatifs de cette tendance.

20D’abord, le « deuxième livre de l’ethnographe » n’est pas dénué d’éléments scientifiques, et n’est pas si différent de celui qui, par déduction, peut être désigné comme le « premier livre », lequel correspondrait à la monographie scientifique du chercheur. L’on a montré comment Balandier reprenait dans son récit des aspects développés dans les monographies, lorsque Leiris, de son côté, anticipait déjà dans Afrique fantôme (1934) des séquences reprises dans La Langue secrète des Dogons de Sanga, sa monographie de 1948. Dans le cas spécifique de Leiris, le « deuxième livre » pourrait devenir le « premier », en le préfigurant tant dans l’ordre du temps que dans celui de la pensée, comme le note d’ailleurs Debaene. Dès lors, l’on aurait beaucoup de difficultés à réduire la littérature référentielle dont relèvent l’autobiographie, le récit de voyage ou le récit de vie, au statut de résidu scientifique.

21Ensuite, l’on peut relever des éléments liés à la cohérence de la production des acteurs abordés. Dans l’itinéraire de Leiris, à titre d’exemple, l’on fait bien la différence entre son œuvre littéraire et sa production scientifique. Afrique fantôme (1934) précède L’Âge l’homme (1939) ou La Langue secrète des Dogons de Sanga (1948). Au-delà des contenus évoqués, ce sont les procédés qui interpellent davantage : la plupart des chercheurs cités par le critique littéraire français ont en commun d’avoir reçu une formation littéraire ou philosophique. Le « deuxième livre de l’ethnographe » pourrait donc correspondre davantage à une passion parallèle plutôt qu’à une nécessité de faire symboliquement un « adieu au voyage » après une expérience de terrain que seul le récit permet de restituer.

22L’exercice de pensée ou de réflexion consisterait à restituer tels quels les phénomènes observés. Leiris et Balandier, sans déroger à cette exigence, y ajoutent une dimension personnelle qui assimile leurs récits à des « autobiographies de terrain », d’après la formule d’Alban Bensa et de François Pouillon.

23Les récits jouent un rôle important dans la configuration de l’africanisme comme domaine d’étude. Les premiers récits de vie et de récits de voyage africains correspondent davantage à une « littérature sous tutelle » (Azarian, 2005 : 53). Chez les africanistes allemands et français, à l’origine, cette littérature a essentiellement une valeur documentaire et ethnographique ; l’autobiographie relève d’après Bernard Mouralis d’un « genre de l’anthropologie ». Si l’on examine cette formule de Mouralis de plus près, elle indiquera l’esprit général de notre perspective, puisqu’il s’agit d’analyser les différentes formes prises par la littérature dans un champ africaniste, dès l’origine et encore largement réservé aujourd’hui aux sciences humaines.

24Qu’ont en commun Velten, Westermann, Leiris et Balandier, au-delà de l’édition de recueils autobiographiques d’un côté, et l’écriture d’« autobiographies de terrain »? Selon nous, c’est la réflexivité et la posture d’auteur introduites dans un domaine jusqu’alors dominé par la représentation objective et distante des mondes étudiés, ce qui s’assimile à une démarche littéraire au cœur de la recherche en sciences humaines. Leur démarche met au jour une histoire parallèle et très peu connue de l’africanisme, centrée sur la présence autobiographique dans la réflexion scientifique. Ce qui permet de déplacer cette frontière autrefois rigide entre l’objet et le sujet du discours. De ce point de vue, une certaine fluidité s’établit entre ces deux instances de discours. Du côté des enquêtés, donc des objets, parler de soi est une étape fondamentale dans le processus de prise de parole, et les africanistes allemands, cédant la parole à l’autre, en constituent le pôle précurseur. De l’autre côté, l’africanisme français fait de l’enquêteur, jusque-là seul dépositaire de la prérogative du discours, l’objet de ses propres enquêtes. Ces cheminements semblent d’autant plus importants qu’ils inspirent, depuis au moins une trentaine d’années, de nombreux penseurs africains, dont Valentin Yves Mudimbe, une des figures les plus représentatives de cette continuité.

25D’origine congolaise, Mudimbe est à la fois poète, romancier, essayiste et universitaire. Exilé aux États-Unis depuis 1980, il a reçu de nombreuses distinctions littéraires et scientifiques, dont le prix Melville Herskovits, en 1988, pour son essai, The Invention of Africa, paru la même année. Ses monographies à caractère souvent autobiographique se mêlent, sur bien des aspects, à une riche bibliographie autobiographique, dont une autobiographie intellectuelle, Les Corps glorieux des mots et des êtres : esquisse d’un jardin africain à la bénédictine (1994), ainsi que deux récits de voyage, Carnets d’Amérique : septembre-novembre 1974 (1976) et Cheminements : carnets de Berlin - avril-juin 1999 -(2006). C’est pourtant dans Parables and Fables, un de ses essais, qu’il voit « le plus autobiographique de [ses] ouvrages » (Mudimbe, 1997 : 157-158). L’on est ainsi proche du sens du genre de l’essai chez Montaigne, célèbre auteur des Essais de la Renaissance, lorsqu’il écrit en présentant leur dimension de réflexion personnelle: « […] je me suis offert à moi-même comme sujet » (Montaigne, 1574 : II, 8). Les cheminements de Mudimbe renvoient exemplairement, lorsqu’ils ne les prolongent pas, à des pratiques textuelles semblables à celles observées notamment chez Leiris et surtout chez Balandier, qu’il désigne dans son autobiographie intellectuelle comme la figure centrale de l’« africanisme critique ». Par ailleurs, l’universitaire d’origine congolaise insiste dans la plupart de ses ouvrages sur sa fidélité à ce qu’il appelle la « pratique philologique », héritée de ses maîtres bénédictins et de ses deux thèses en philologie et en philosophie, soutenues à l’université de Louvain, à Bruxelles, en 1970. Par cet axe précis, il est difficile de ne pas situer certaines orientations de ses travaux dans la continuité des philologues africanistes allemands, Westermann, Leo Frobenius, Velten et bien d’autres, qu’il aime à citer dans ses réflexions comme autant d’aiguillons pour son parcours de recherche.

Haut de page

Bibliographie

Œuvres primaires

Balandier, Georges (1957) : Afrique ambiguë. Paris (Plon).

Leiris, Michel (1988) [1934] : L’Afrique fantôme. Paris (Gallimard).

Mohammed El-Murjebi, Hamed alias Tippo Tip, (1974) [1901] : L’autobiographie d’Hamed ben Mohammed el-Murjebi Tippo Tip (ca. 1840-1905) ; traduite et annotée par François Bontinck, Bruxelles (Académie royale des sciences d’Outre-Mer).

Velten, Carl (1901) : Safari za Wasuaheli. Göttingen ; traduction en allemand : Schilderungen der Suaheli von Expeditionen von Wissmanns, Dr Bumillers, Graf v. Götzen und Anderen. Göttingen (Vandenhoeck & Ruprecht).

Westermann, Diedrich Hermann (1943) [1938] : Autobiographies d’Africains. Onze autobiographies d’indigènes originaires de diverses régions de l’Afrique et représentant des métiers et des degrés de culture différents ; traduction française de Lilias Homburger. Paris (Payot).

Œuvres secondaires

Aggarwal, Kusum (1999) : Amadou Hampâté Bâ et l’africanisme : de la recherche anthropologique à l’exercice de la fonction auctoriale, Paris (L’Harmattan).

Bensa, Alban et François Pouillon, dir. (2012) : Terrains d’écrivains : Littérature et ethnographie. Toulouse (Anacharsis).

Carré, Nathalie (2011) : Langue et identité sur la route : conscience de soi et rapport au monde à travers les premiers “récits de voyage” swahili au tournant du XIXe siècle. Les Safari za Wasuaheli de Carl Velten et la Maisha de Tippu Tip. Thèse de doctorat de Littérature comparée soutenue à l’Université de Paris XIII.

D’Agostino, Gabriella, Mondher Kilani et Stefano Montès, dir. (2010) : Histoires de vie, témoignages, autobiographies de terrain : Formes d’énonciation et de textualisation, Berlin (LIT Verlag). 

Debaene, Vincent (2008) : « Les multiples lectures de Tristes tropiques ». Comprendre Claude Lévi-Strauss, 8, p. 26-29.

Debaene, Vincent (2010) : L’adieu au voyage : l’ethnologie française entre science et littérature. Paris, (Gallimard).

Garnier, Xavier (2006) : Le roman swahili. La notion de « littérature mineure » à l’épreuve. Paris (Karthala).

Lüsebrink, Hans-Jürgen (2003) : La Conquête de l’espace public colonial. Prises de parole et formes de participation d’écrivains et d’intellectuels africains dans la presse à l’époque coloniale (1900-1960). Francfort/Main (Nota Bene).

Ricard, Alain (2004) : « De l’africanisme aux études africaines : Textes et “humanités” ». Afrique & histoire, 2, p. 171-192.

Ricard, Alain (2005) : La Formule Bardey : voyages africains. Bordeaux (Confluences).

Riesz, János (2009) : “Astres et désastres”. Histoire et Récits de vie africains de la Colonie à la Postcolonie. Hidesheim (Georg Olms Verlag).

Shaaban, Robert (2010) : Autobiographie d’un écrivain swahili ; traduit par François Devenne, Paris (Karthala).

Haut de page

Notes

1 Traduction allemande : « Mitteilungen über das Land Uzaramu nebst Sitten und Gebräuchen des Wazaramu zusammengestellt », von Mtoro bin Mwenyi Bakari ; traduction française de Nathalie Carré : « Informations sur le pays zaramo, usages et coutumes de ses habitants ».

2 « Nous appelons autobiographie le récit rétrospectif en prose que quelqu’un fait de sa propre existence, quand il met l’accent principal sur sa vie individuelle, en particulier l’histoire de sa personnalité.» (Lejeune, 1971 : 10)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Martial Ndong Ndong, « Statut des récits de vie dans la recherche africaniste allemande et française au XXe siècle  », Trajectoires [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1595

Haut de page

Auteur

Yannick Martial Ndong Ndong

Docteur en Littératures française et francophone, études postcoloniales, Université de Strasbourg, yannickmartial@yahoo.fr

Haut de page