Navigation – Plan du site
Mensonge et manipulation

Engagement scientifique et manipulation politique : les universitaires allemands et « l’encerclement » de l’Empire avant 1914

Lise Galand

Résumés

Cet article se propose d’étudier les notions de manipulation et de mensonge à travers les prises de position des universitaires allemands s’étant engagés publiquement face à la question de l’« encerclement » avant 1914. La plupart d’entre eux ont voulu convaincre l’opinion publique de soutenir la politique étrangère impériale du gouvernement. Ils ont ainsi contribué à renforcer le discours idéologique dominant qui présentait la guerre comme l’ultima ratio face à cet « encerclement ». Nous montrerons qu’il ne s’agissait pas pour eux de manipuler l’opinion dans le sens de la politique gouvernementale, mais de mettre leur savoir au service de la cause nationale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ils représentent environ 10% du corps universitaire (Bruch, 1980 : 75).

1Entre 1897 et 1900, lors des campagnes en faveur de la construction de la flotte menées principalement par Alfred Tirpitz, secrétaire d’État à l’Office de la marine, près de deux cent soixante-dix universitaires1 s’engagent pour soutenir le programme naval de l’Empereur Guillaume II. Si seuls soixante d’entre eux jouent un rôle actif en multipliant expertises et conférences, ces universitaires, déjà appelés à l’époque « les professeurs de la flotte » (« Flottenprofessoren ») (Marienfeld, 1957 : 7), ont pu donner l’impression que la frontière entre engagement scientifique et manipulation politique était assez ténue. En effet, ils n'interviennent pas simplement pour informer l’opinion, mais pour créer un mouvement d’enthousiasme dans la population et inciter le Reichstag à voter les crédits nécessaires à la construction de la flotte, faisant ainsi le jeu du gouvernement.

2Dans la décennie précédant le Premier conflit mondial, la mobilisation universitaire se renouvelle à plusieurs reprises, alors même qu’il devient évident que la politique d’expansion dans le monde (Weltpolitik), impulsée par la construction de la flotte, n’a pas les effets escomptés : au lieu d’accroître son influence et d’acquérir des territoires outre-mer, l’Allemagne s’attire l’hostilité des autres puissances européennes, qui voient d’un mauvais œil l’arrivée d’un nouveau concurrent dans la compétition pour le partage du monde. C’est ainsi que la Grande-Bretagne, inquiète du programme naval allemand, conclut avec la France l’Entente cordiale (1904) et que ces deux puissances, soutenues entre autres par la Russie, l’Italie et l’Espagne, empêchent l’Allemagne de défendre ses intérêts dans l’Empire chérifien lors de la crise marocaine de 1905-1906. Cet isolement diplomatique, renforcé par le rapprochement anglo-russe de 1907, donne naissance en Allemagne à la psychose de l’« encerclement » (« Einkreisung »), véhiculant l’image menaçante d’un Empire entouré d’ennemis (Becker, Krumeich, 2008 : 34-36). Si les dangers que représente la Weltpolitik dissuadent beaucoup de professeurs de s’engager de nouveau en faveur de la politique étrangère gouvernementale, ils n’empêchent pas d’éminents universitaires, surtout des historiens et des économistes, de manifester publiquement leur soutien à la politique du chancelier Bernhard von Bülow (1900-1909), puis à celle de son successeur Theobald von Bethmann Hollweg (1909-1917). Ce cercle restreint d’universitaires, pourtant divisés sur un certain nombre de questions politiques, fait preuve d’une assez grande homogénéité pour aider ces deux gouvernements à convaincre l’opinion qu’il serait nécessaire de faire preuve de fermeté face à l’« encerclement ».

3Cette convergence entre les discours universitaires et gouvernementaux implique-t-elle pour autant que ces savants auraient manipulé l’opinion pour servir l’idéologie et les intérêts des dirigeants ? Dotée au sens figuré d’une connotation négative, la notion de manipulation implique que l’énonciateur cherche à influencer la pensée et les actions du récepteur à son insu, en diffusant des messages qui présentent une part tronquée de la vérité (Merten, 2003 : 193). En nous appuyant sur l’étude des discours et des articles de ces universitaires, nous nous demanderons s’ils ont sciemment passé sous silence des arguments pour tromper l’opinion et menti sur la nécessité de répondre par une politique de fermeté à l’« encerclement ».

Des universitaires au service du pouvoir ?

  • 2 Les mandarins étaient des hauts fonctionnaires de l’ancien Empire de Chine recrutés non pas en fonc (...)

4La majorité des professeurs ayant soutenu la politique étrangère de Bülow et de Bethmann Hollweg dans la décennie avant 1914 font preuve de loyalisme vis-à-vis de la monarchie constitutionnelle et autoritaire. Ils s’identifient à l’Empire, dont ils considèrent que le système politique est supérieur à celui des voisins occidentaux (Mommsen, 2002 : 134). Les comparant à des « mandarins »2 pour montrer qu’ils se conçoivent comme une élite sociale et culturelle minoritaire, l’historien Fritz Ringer explique que beaucoup d’universitaires allemands de l’époque soutiennent le pouvoir en place pour éviter de perdre de l’influence face aux brusques changements sociaux survenus à la fin du XIXe siècle (Ringer, 1987 : 15 et 119). De plus, certains d’entre eux donnent l’impression d’être des porte-paroles du gouvernement en raison des contacts plus ou moins étroits qu’ils ont avec les dirigeants, la cour et les ministères, surtout à Berlin, où la proximité avec les lieux de pouvoir favorise de tels rapprochements (Bruch, 2006 : 78-79). L’exemple de l’historien conservateur Theodor Schiemann, conseiller du ministère des Affaires étrangères et proche de l’Empereur Guillaume II, est révélateur à cet égard : il se voit reprocher par ses contemporains en Allemagne et à l’étranger de reproduire le point de vue de la politique officielle dans les articles de politique étrangère qu’il publie dans le journal conservateur Kreuzzeitung (Bruch, 2006 : 139-141). Même si Schiemann ainsi que certains de ses confrères se défendent d’être les porte-paroles du gouvernement, ils tirent de leur proximité avec les dirigeants certains avantages. Elle leur donne en effet la possibilité d’accroître leur influence et leur renommée. Par exemple, le théologien Adolf Harnack, proche de l’Empereur et conseiller politique de Bethmann Hollweg, est nommé président de la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft (aujourd’hui la Max-Planck-Gesellschaft), créée en 1911 pour promouvoir le progrès des sciences. Les succès rapides de cet institut de recherche sont associés à son nom (Nottmeier, 2004 : 276-279). Comptant avec Schiemann parmi les universitaires les mieux informés de la politique étrangère gouvernementale, Hans Delbrück, l’éditeur des Preußische Jahrbücher, est lu avec une grande attention par ses contemporains (Bruch, 2006 : 140).

  • 3 Face au refus du Zentrum d’augmenter le budget destiné aux colonies, Bülow avait dissous le Reichst (...)

5Pour les dirigeants, cette proximité est un moyen de s’assurer la loyauté des universitaires. Dans les grands moments de mobilisation politique, elle leur permet d’apporter une légitimité scientifique à leur politique pour favoriser l’adhésion de l’opinion (Bruch, 1980 : 101). Lors des élections de janvier 1907, d’éminents universitaires berlinois, comme les historiens Hans Delbrück et Dietrich Schäfer, les économistes Gustav Schmoller et Max Sering, les juristes Heinrich Brunner et Wilhelm Kahl ainsi que le géographe Albrecht Penck, créent un « comité d’action  politique » (« Politisches Aktionskomité ») pour soutenir le gouvernement. Les élections se déroulant sur fond de politique coloniale à la suite de la dissolution du Reichstag en décembre 19063, ils justifient sur les plans historique, économique, juridique et géopolitique la Weltpolitik du chancelier Bülow. Le caractère semi-officiel de cette entreprise est à peine voilé : Bernhard Dernburg, secrétaire d’État aux colonies, compte parmi les conférenciers, et Bülow, présent lors du banquet organisé le 19 janvier par le comité, tient un discours devant les universitaires (Bruch, 1980 : 184). Le quotidien libéral Berliner Tageblatt ne manque pas de souligner à propos du « comité d’action politique » que les professeurs allemands manquent d’indépendance. Contrairement à leurs confrères français, ils n’interviennent publiquement que si le « soleil d’en haut » (« die Sonne von oben »), à savoir les dirigeants, les y encourage (1907 : 1).

  • 4 Par exemple, l’affaire Arons (1899-1900) montre la limite des libertés académiques en Allemagne. Le (...)

6Après l’engagement de certains universitaires en faveur des lois militaires et navales de 1912, le chancelier Bethmann Hollweg cherche de nouveau en 1913 leur soutien pour faire voter au Reichstag une nouvelle loi militaire. Il fait appel aux historiens Hans Delbrück, Hermann Oncken et Max Lenz afin qu’ils défendent publiquement ce projet de loi. D’autres, comme les historiens Otto Hintze et Otto Hoetzsch ainsi que l’économiste Gustav Schmoller, prennent également parti pour la politique gouvernementale (Bruch, 2006 : 159). Friedrich Meinecke et Gerhart von Schulze-Gaevernitz, tous deux actifs dans les partis libéraux, s’engagent aussi alors que, sans contester fondamentalement le système établi, ils appartiennent à un groupe d’universitaires plus critiques que leurs confrères à l’égard du pouvoir, notamment sur les questions de politique intérieure et sociale. Le manque de conformisme politique pouvant mettre fin à une carrière universitaire4, ce groupe est largement minoritaire. Cependant, le soutien apporté par ces professeurs à la politique étrangère du gouvernement tend à montrer que l’engagement universitaire ne s’explique pas par le seul souci de défendre les intérêts des classes dirigeantes. D’autant plus que, même ceux étant plus ou moins conservateurs et proches du pouvoir, à l’instar de Delbrück ou de Schmoller, avaient par exemple entrepris dans les années 1890 quelques actions de protestations contre la politique intérieure du gouvernement Hohenlohe (Bruch, 1980 : 143-148).

7La « conception particulière de l’idéologie » (« partikularer Ideologiebegriff »), élaborée par le sociologue Karl Mannheim, offre une grille de lecture intéressante qui permettrait dans une certaine mesure de montrer que l’engagement universitaire en politique étrangère est de nature plus complexe : pour ce sociologue, la « conception particulière de l’idéologie » constitue un phénomène intermédiaire situé entre le mensonge et l’erreur, résultant de facteurs psychologiques. Déterminé par certaines causes, l’individu est victime d’illusions qui le conduisent, de façon non intentionnelle, à produire des énoncés manquant de véracité (Mannheim, 1978 : 58). L’histoire s’attachant à décrire et comprendre les phénomènes tels qu’ils se sont produits, il ne s’agit pas pour nous, certes, d’analyser le caractère erroné ou non des discours universitaires par rapport à une hypothétique vérité ; en revanche, il est nécessaire, comme le montre cette conception de l’idéologie, de s’interroger sur les schémas mentaux qui ont déterminé les universitaires à produire des discours soutenant presque systématiquement la politique étrangère.

Engagement et politique étrangère : éduquer pour servir la nation

8Renseignant sur les raisons de leur engagement, les publications des universitaires montrent qu’en défendant la politique étrangère du gouvernement ils sont convaincus non pas de manipuler l’opinion au profit des classes dirigeantes, mais de défendre les intérêts suprêmes de la nation. Par exemple, au moment des élections au Reichstag de janvier 1907, H. Delbrück justifie l’engagement universitaire en faveur de la politique gouvernementale en arguant qu’il est du devoir des savants de guider la nation et de la remettre sur le droit chemin lorsqu’elle menace de vaciller (1907 : 375).

9Loin d’être une simple posture, l’idée que l’universitaire serait en quelque sorte le guide de la nation est très répandue à l’époque. En 1903, l’historien H. Oncken publie une brochure qui, trouvant l’approbation d’une grande partie des revues politiques et du monde académique (Bruch, 2006 : 134), est significative à cet égard. Conformément à la méthode historique élaborée par Ranke, l’historien y est présenté comme un « guide » (« Wegweiser »), ou comme un « éducateur » (« Erzieher ») en raison de l’objectivité dont il fait preuve dans la lecture des sources et de l’universalité de son jugement (1903 : 224). Les universitaires ne conçoivent donc pas leur influence sur l’opinion publique comme une manipulation : il ne s’agit pas d’agir sur l’opinion à son insu pour la tromper, mais de la guider pour l’éclairer. Ce travail d’éducation est indispensable dans la mesure où, selon Oncken et une grande partie de ses confrères, l’opinion est mue par les seuls instincts et émotions (1903 : 236). Et l’auteur d’en conclure : « So bedarf die öffentliche Meinung in allen Fragen auswärtiger Politik der Leitung durch den Staatsmann oder auch durch eine ernste, historisch gebildete Publizistik : für beide liegt hier eine Aufgabe, die niemals außer acht gelassen werden darf » (1903 : 241). Cette citation laisse entendre que, selon Oncken, les dirigeants et les historiens doivent agir de concert pour éduquer l’opinion. Dans sa brochure, il explique en effet que l’homme d’État, qui se situe dans l’action, et l’historien, dont le devoir est de mettre en lumière des connaissances universelles, ont un rôle complémentaire et guident tous deux l’opinion pour œuvrer en faveur de la défense nationale (1903 : 209, 224 et 242-243).

10La convergence des discours universitaires et gouvernementaux peut alors s’expliquer par la vision commune que les deux sphères ont de la défense nationale. Influencés par une vision rankéenne de l’histoire, ces universitaires allemands, même les plus modernistes comme Meinecke, pensent que les intérêts suprêmes de l’État résident dans sa position internationale et que la vie de la nation doit être toute entière subordonnée au maintien de la souveraineté nationale. Ils sont d’autant moins enclins à critiquer la politique de puissance du gouvernement qu’ils sont convaincus que c’est dans cette lutte pour la puissance que se révèlent les véritables « forces objectives de l’histoire » (Mommsen, 1990 : 129-135). C’est sans doute ce qui explique que même le groupe des universitaires plus critiques à l’égard du pouvoir soutient cette politique. Ils semblent en effet considérer que la puissance d’un État ne dépend pas directement de la politique pragmatique d’un dirigeant, mais de forces supérieures et objectives, régissant les relations entre États, compris comme des ensembles unitaires. Ils ne placent pas alors leur argumentation sur le plan de la stratégie diplomatique, mais sur celui de l’interaction entre les États dans leur recherche de puissance et dans la défense de leurs intérêts. C’est ainsi que, le 13 février 1913, Meinecke justifie son soutien à la politique d’armement comme suit : « der Weltfrieden hängt nicht nur von dem guten Willen der leitenden Staatsmänner […], sondern von realen Interessenfragen ab ». Le sociologue Max Weber est l’un des rares, parmi les universitaires engagés, à avoir attribué l’isolement de l’Allemagne non pas à une lutte supérieure d’intérêts, mais au système autoritaire de l’Empire et à la maladresse de l’Empereur. Cependant, pour des raisons de santé, ses interventions publiques sont restées rares (Mommsen, 2004 : 159).

L’ « encerclement » chez les universitaires : science ou idéologie ?

11Pensant en grande majorité que le système international est régi par une compétition pour la puissance, les universitaires s’engagent pour expliquer à l’opinion comment, à l’aune de l’histoire, l’État doit défendre ses intérêts sur la scène mondiale afin de pouvoir garder son statut de grande puissance. Forts de leur savoir, ils mettent en lumière des constantes historiques et de grands schémas explicatifs, souvent d’ordre géopolitique et économique, qui reviennent finalement à justifier et à légitimer la politique menée par le gouvernement face à l’« encerclement ». Par exemple, dans une conférence tenue en 1910 sur l’Angleterre, l’historien Erich Marks, qui commence son discours en précisant qu’il parle en tant qu’historien objectif, mettant de côté les passions (1911 : 205), explique que la diplomatie anglaise présente une grande continuité depuis 1500. Selon lui, la Grande-Bretagne subit tout d’abord un déterminisme géographique : en tant qu’île, elle est déterminée à s’ouvrir sur les océans et sur les continents pour défendre ses intérêts diplomatiques et économiques. En rappelant les différentes guerres qu’elle a menées en Europe ou dans lesquelles elle a été impliquée, il montre que l’Angleterre a toujours considéré la plus grande puissance continentale européenne, quelle qu’elle soit, comme une menace. Dès lors, depuis 1500, sa politique consiste à s’allier avec les autres pays du continent contre cette puissance continentale hégémonique pour entrer en guerre contre elle. C’est ainsi que la politique d’« encerclement » de l’Angleterre à l’encontre de l’Allemagne, qui est au début du XXe siècle la plus grande puissance continentale, apparaît comme le résultat des constantes historiques qui ont toujours déterminé la politique anglaise : « Ich habe Absichten und Aussichten des Versuches der „Einkreisung” nicht zu prüfen: aber das springt in die Augen, [wir] sind auf dem vertrauten Boden der uralten politischen Methode Englands ! » (1911 : 226). Faisant de la politique anglaise une « fatalité » (« Fatum »), qui est par ailleurs mise en scène tout au long du texte par l’emploi récurrent d’adverbes comme « toujours » (« immer »), il laisse entendre en filigrane que le risque de guerre est réel. Le seul moyen pour les dirigeants allemands de reprendre en main le destin de l’Allemagne est de procéder à une politique de fermeté, qui repose sur l’armement et la dissuasion (1911 : 230).

12Bien que la plupart des universitaires s’étant engagés en faveur de la politique étrangère du gouvernement s’opposent à l’influence positiviste des sciences naturelles (Chickering, 1975 : 141), ils utilisent eux-mêmes le passé pour mettre en avant des lois historiques et imposent une lecture déterministe des relations internationales. Réduisant ainsi le champ des possibilités, leurs propos conduisent à penser que la politique gouvernementale est nécessaire. Se réclamant d’une vision réaliste de l’histoire, et non idéaliste (Mommsen, 1990 : 131), ils ne se demandent pas ce qui devrait être, mais ce qui est. Dans une volonté d’apaiser l’opinion, ils adoptent un ton relativement posé et recourent à des analyses fouillées de la situation internationale, sous-tendues par des arguments que seuls des savants sont en mesure d’apporter. Cependant, ils n’échappent guère aux doctrines idéologiques de leur temps. Par exemple, dans un article publié en décembre 1913, Delbrück aborde la question du danger russe. Après avoir utilisé des arguments historiques lui permettant de montrer que la Russie n’hésiterait pas à entrer en guerre contre l’Allemagne dès qu’elle serait en mesure de le faire, il recourt à la métaphore de la « marée montante » (« Flut ») pour désigner le danger que représente le voisin oriental. Seule une « digue » (« Damm ») pourrait contrer cette menace (1913 : 174). L’emploi de telles métaphores est très représentatif des visions « biologisantes » et social-darwiniennes des relations internationales qui sont en vogue à l’époque. Pensant que les relations entre États sont régies par des lois naturelles et que la force d’un État se mesure principalement à l’aune de sa démographie, les contemporains sont amenés à penser qu’au vu de sa croissance démographique la Russie allait naturellement finir par étouffer l’Allemagne. Accordant une place primordiale au critère démographique, ils négligent cependant sa faiblesse industrielle (Lindemann, 2001 : 265).

  • 5 Cette association est créée en juin 1911 dans le cadre de la Société allemande pour la paix (Deutsc (...)

13Bien que le corps universitaire défende des positions scientifiques et idéologiques assez homogènes en matière de politique étrangère, il y a quelques exceptions. Chez l’historien ultranationaliste Dietrich Schäfer, la guerre, loin d’être l’ultima ratio face à l’« encerclement », constitue une solution évidente, du moins à partir de 1912 (1915 : 188). D’autres universitaires, comme Karl Lamprecht, père de l’histoire culturelle, pensent que le processus politique s’effectue non pas par une instance objective, située au-dessus des partis, mais dans la société même, dont l’historien et l’homme d’État font parties intégrantes. Il rejoint ainsi l’avis de certains sociologues, comme Ferdinand Tönnies (Bruch, 1980 : 195-198). De plus, Lamprecht affiche des positions assez pacifiques. Face à l’accroissement des tensions internationales, il s’engage dans l’Union pour l’entente internationale (Verband für Internationale Verständigung5) cherchant à favoriser un rapprochement entre les peuples. Mais il n’échappe pas, lui non plus, à une lecture idéologique des relations internationales, défendant ouvertement, contrairement à beaucoup de ses collègues, une approche positiviste, qui consiste à dégager des lois historiques (Bruch, 2006 : 268). Dans un discours qu’il prononce en 1913 dans le cadre de cette association, il diffuse l’image d’une compétition culturelle mondiale entre les peuples dans laquelle l’Allemagne aurait pris du retard. Sous-entendant que les autres puissances ont été injustes à son égard en nuisant par des propos diffamatoires à son prestige, il explique qu’elle doit désormais réagir et mener une politique extérieure culturelle active (1913 : 4). Son discours n’est pas très éloigné de la rhétorique habituelle de l’« encerclement » qui repose sur l’idée d’une malveillance des puissances de l’Entente à l’encontre de l’Allemagne. A cet égard, la différence avec le discours du pacifiste et juriste Walther Schücking, prononcé en 1912 dans le cadre de l’Association pour l’entente internationale, est frappante. Prônant l’établissement du droit international pour garantir la paix, Schücking se garde de mettre en avant la compétition entre les peuples et conclut son discours non pas en exhortant l’Allemagne à affirmer sa présence dans le monde, mais en expliquant que le seul moyen de mettre fin à l’« égoïsme national » (« national[e] Selbstsucht ») est d’éveiller les consciences sur la nécessité d’une « solidarité internationale » (« international[e] Solidarität ») (1912 : 12). Voulant subordonner l’État à une organisation politique internationale, les pacifistes sont très minoritaires dans le milieu universitaire. Ce mouvement est représenté en grande partie par les juristes en droit international dont la première chaire n’est créée qu’en 1912 (Chickering, 1975 : 132).

14En intervenant dans l’espace public pour influencer l’opinion en faveur de la politique des chanceliers Bülow et Bethmann Hollweg, la plupart des universitaires engagés, qu’ils aient des contacts étroits ou non avec les cercles gouvernementaux, qu’ils soient conservateurs, comme Schiemann, ou libéraux, comme Meinecke, sont convaincus non pas de se mettre au service du pouvoir, mais de la cause nationale. Se considérant comme des « guides » de la nation, ils se sentent investis d’un devoir d’éducation vis-à-vis de l’opinion publique. Imprégnés d’une vision des relations internationales reposant sur la lutte pour la puissance, ils convoquent des arguments qui, à la lumière du passé, leur permettent d’expliquer pourquoi l’Empire allemand doit s’armer face à l’« encerclement ». Légitimant ainsi la politique gouvernementale, ils ont imposé une grille de lecture presque unilatérale des relations internationales, qui a sans doute contribué à renforcer l’idéologie dominante. Ces universitaires ont trompé l’opinion non pas parce qu’ils ont diffusé délibérément un savoir erroné, mais plutôt parce que, enfermés dans la représentation qu’ils avaient d’eux-mêmes et des relations internationales, ils ont utilisé leur savoir pour faire croire à la nécessité d’agir par la force, là où le champ des possibles était encore ouvert.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Anonyme (1907) : « Dernburg an die Denker und Dichter », Berliner Tageblatt, 14 (09/01/1907), p. 1.

Delbrück, Hans (1907) : « Die Wahlen », Preußische Jahrbücher, 127 (24/01/1907), p. 372-379.

- (1913) : « Die große Heeresvorlage. Begründung und Deckung », Preußische Jahrbücher, 152 (30/03/1913), p. 169-180.

Lamprecht, Karl (1913) : Über auswärtige Kulturpolitik. Stuttgart (Kohlhammer).

Marks, Erich (1911) : « Die Einheitlichkeit der englischen Auslandspolitik von 1500 bis zur Gegenwart », in : Marks, Erich : Männer und Zeiten, Aufsätze und Reden zur neueren Geschichte, 2. Leipzig (Quelle & Meyer), p. 232-263.

Meinecke, Friedrich (1913) : « Großblock und Wehrvorlagen », Breisgauer Zeitung, 13/02/13, Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz, Nachlass Meinecke, 91.

Oncken, Hermann (1914) : « Politik, Geschichtsschreibung und öffentliche Meinung », in : Oncken, Hermann : Historisch-Politische Aufsätze und Reden, 1. Berlin/Munich (Oldenburg), p. 203-243.

Schäfer, Dietrich (1915) : « Englands Weltstellung und Deutschlands Lage », in : Schäfer, Dietrich : Deutschland und England in See- und Weltgeltung: vier Beiträge zur Beurteilung der Zeitlage. Leipzig (Kurt Wolff Verlag), p. 160-192.

Schücking, Walther (1912) : Die wichtigste Aufgabe des Völkerrechts. Stuttgart (Kohlhammer).

Bibliographie

Becker, Jean-Jacques, Gerd Krumeich (2008) : La Grande Guerre : une histoire franco-allemande. Paris (Tallandier).

Bruch, Rüdiger vom (1980) : Wissenschaft, Politik und öffentliche Meinung : Gelehrtenpolitik im wilhelminischen Deutschland (1890-1914). Husum (Matthiesen).

- (2006) : Gelehrtenpolitik, Sozialwissenschaften und akademische Diskurse in Deutschland im 19. und 20. Jahrhundert. Stuttgart (Franz Steiner).

Charle, Christophe (2001) : Les intellectuels en Europe au XIXe siècle. Paris (Seuil).

Chickering, Roger (1975) : Imperial Germany and a world without war. The peace movement and German society 1892-1914. Princeton (Princeton University Press).

Lindemann, Thomas (2001) : Les doctrines darwiniennes et la guerre de 1914. Paris (Economica).

Marienfeld, Wolfgang (1957) : Wissenschaft und Schlachtflottenbau in Deutschland 1897-1906. Berlin (Mittler).

Mannheim, Karl (1978) : Ideologie und Utopie. Frankfurt a. M. (Schulte-Bulmke).

Merten, Klaus (2013) : « Manipulation », in : Bentele, Günter, Hans-Bernd Brosius, Otfried Jarren, dir. : Lexikon Kommunikations- und Medienwissenschaft. Wiesbaden (Springer VS).

Mommsen, Wolfgang J. (1990) : « Ranke and the Neo-Rankean School in Imperial Germany : State-oriented Histogriography as a Stabilizing Force », in : Iggers, Georg Gerson, James M. Powell, dir. : Leopold von Ranke and the shaping of the historical discipline. Syracuse (Syracuse University Press), p. 124-140.

- (2002) : Bürgerliche Kultur und politische Ordnung. Künstler, Schriftsteller und Intellektuelle in der deutschen Geschichte 1830–1933. Frankfurt a. M. (Fischer Taschenbuch Verlag).

- (2004) : Max Weber und die deutsche Politik 1890–1920. Tübingen (Mohr Siebeck).

Nottmeier, Christian (2004) : Adolf von Harnack und die deutsche Politik 1890-1930 : eine biographische Studie zum Verhältnis von Protestantismus, Wissenschaft und Politik. Tübingen (Mohr Siebeck).

Ringer, Fritz K. (1987) : Die Gelehrten : der Niedergang der deutschen Mandarine 1890-1933. Munich (Deutscher Taschenbuch Verlag).

Haut de page

Notes

1 Ils représentent environ 10% du corps universitaire (Bruch, 1980 : 75).

2 Les mandarins étaient des hauts fonctionnaires de l’ancien Empire de Chine recrutés non pas en fonction de leur richesse mais de leur savoir.

3 Face au refus du Zentrum d’augmenter le budget destiné aux colonies, Bülow avait dissous le Reichstag.

4 Par exemple, l’affaire Arons (1899-1900) montre la limite des libertés académiques en Allemagne. Le privatdozent Léo Arons avait été révoqué par le gouvernement parce qu’il avait manifesté publiquement son soutien au parti social-démocrate (Charle, 2001 : 338-339).

5 Cette association est créée en juin 1911 dans le cadre de la Société allemande pour la paix (Deutsche Friedensgesellschaft). D’importants universitaires, comme le théologien A. Harnack et le sociologue M. Weber, en font partie. Malgré ses origines, il ne s’agit pas d’une organisation pacifique à proprement parler car elle reconnaît le droit aux États de défendre leur souveraineté au moyen d’une guerre (Nottmeier, 2004 : 369).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Galand, « Engagement scientifique et manipulation politique : les universitaires allemands et « l’encerclement » de l’Empire avant 1914 », Trajectoires [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1607

Haut de page

Auteur

Lise Galand

Doctorante en études germaniques et en histoire, Paris-Sorbonne, lise.galand1@free.fr

Haut de page