Navigation – Plan du site
SynThèses

Le « surpoids », un stigmate acceptable ? Représentations, discriminations et réappropriations des rondeurs féminines en France, en Allemagne et en Angleterre

Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Claude Fischler (Centre Edgar Morin, IIAC/EHESS/CNRS), soutenue le 5 janvier 2015
Solenn Carof

Texte intégral

1La catégorie médicale de « surpoids », telle qu’elle est définie par l’indice de masse corporelle (IMC), est souvent amalgamée avec celle d’obésité, pour accentuer l’idée d’une « épidémie » des fortes corpulences. Pourtant cette catégorie semble aussi confuse socialement qu’elle est controversée médicalement. Elle est donc un objet d’étude particulièrement intéressant pour analyser le passage social et médical entre des corpulences jugées « normales » et d’autres catégorisées comme « inacceptables ». Les corps désignés comme « trop gros » diffèrent cependant selon le genre, l’origine socio-économique et culturelle, ainsi que selon le pays de résidence. Dans ce cadre, je me suis intéressée à ce que signifiait « être une femme en surpoids » dans trois pays à la fois proches culturellement et géographiquement, mais qui s’éloignent en termes de prévalence de la surcharge pondérale et de pratiques alimentaires et corporelles : la France, l’Allemagne et l’Angleterre.

2Dans ces trois pays, j'ai effectué 86 entretiens semi-directifs de femmes étiquetées « en surpoids » ou « obèses » selon l’IMC, ainsi qu’une dizaine d’entretiens d’hommes français de même corpulence et enfin une quinzaine d’entretiens de médecins, diététiciens et psychologues français. J’ai en outre réalisé mon propre questionnaire exploratoire, transmis via internet dans ces trois pays, et qui a permis de récupérer 319 réponses de femmes corpulentes. La recension et l'analyse extensive d'articles scientifiques, ainsi que de blogs et de forums sur ce sujet ont complété ces données.

3Par le biais de cette méthodologie mixte, je me suis attachée à décrire ce que signifient ces catégories pondérales de « surpoids » et d'« obésité ». En décrivant les controverses qui les sous-tendent dans l’arène scientifique et qui portent autant sur la pertinence de l'IMC comme indicateur statistique, que sur la définition des seuils pondéraux, j’ai montré que la corrélation habituellement établie entre corpulence et mauvaise santé n’était pas aussi évidente que les médias et les pouvoirs publics l’affirmaient. En outre, les messages de santé publique sont d’autant plus mal compris par les personnes concernées que le surpoids et l’obésité « profanes » n’ont pas la même signification que ces catégories médicales. L’obésité désigne fréquemment des corpulences très importantes alors que le surpoids concerne un panel de poids plus large que l’IMC, en particulier en Allemagne.

4Si l’analyse de ces catégories est essentielle, comprendre l’impact de ces représentations médicales et sociales sur le vécu des femmes étiquetées comme telles m’apparaissait également très intéressant. Le surpoids prend ainsi son sens social en tant que catégorie plus souvent stigmatisée dans l’espace familial que discriminée hors de celle-ci. A l’inverse, les enquêtées et répondantes étiquetées comme « obèses » subissent de nombreuses discriminations, que ce soit dans la sphère professionnelle et médicale ou dans l'espace public. Pour toutes cependant, il s’agit de mettre en place des stratégies d'autocensure pour respecter les règles de visibilité et d'invisibilité sociales, et ainsi respecter l’ordre des interactions. A l’inverse, empiéter sur l’espace visuel d’autrui est pris comme une « faute de goût » en France, quand c’est perçu comme une « faute morale » en Angleterre. En Allemagne, la perspective morale est également très forte, mais ne concerne que les personnes ayant des corpulences de forte obésité, le « surpoids » étant moins stigmatisé socialement.

5En termes de pratiques quotidiennes, j'ai dégagé les conséquences des représentations et comportements stigmatisants sur les pratiques alimentaires des femmes désignées comme « mauvaises mangeuses ». Vouloir maigrir et souffrir de compulsions alimentaires ou de « yoyo » sont ainsi des conséquences fréquentes de ces représentations péjoratives, témoignant de la force de la norme de minceur dans les trois pays étudiés. Au-delà de cette expérience pratique quotidienne négative, plusieurs enquêtées ont révélé la possibilité d’une forme de réappropriation corporelle, par le biais de pratiques alimentaires et esthétiques ou encore par un engagement associatif ou militant. C'est notamment grâce aux « luttes pour la visibilité » que certaines enquêtées revendiquent le droit d'être présentes dans les médias et la culture populaire, mais aussi dans l’espace politique. Cette modification des hiérarchies du visible « acceptable » dans la sphère publique exige ainsi une transformation cognitive des schèmes de perception et de catégorisation de la corpulence, tout autant qu’un renouvellement démocratique sur les liens existants entre science, pouvoir et liberté individuelle.

6J'ai ainsi mis en avant dans cette thèse l'importance de développer une sociologie de la corpulence pour éclairer aussi bien des enjeux de sociologie corporelle, politique ou médicale, que des problématiques de psychologie sociale ou encore de philosophie politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solenn Carof, « Le « surpoids », un stigmate acceptable ? Représentations, discriminations et réappropriations des rondeurs féminines en France, en Allemagne et en Angleterre », Trajectoires [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1690

Haut de page

Auteur

Solenn Carof

solenncarof@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page