Navigation – Plan du site
SynThèses

Genèse et écriture de l’Histoire : Mein Jahrhundert de Günter Grass

Thèse de doctorat en études germaniques, sous la direction d’Anne-Marie Saint-Gille (Université Lumière Lyon 2), soutenue le 30 juin 2014
Laure-Anne Dolliat

Texte intégral

1L’objectif de la thèse était double: il s’agissait dans un premier temps de proposer une nouvelle lecture de Mein Jahrhundert de Günter Grass à partir des manuscrits en adoptant une perspective génétique au plus près du texte. À partir d’un corpus d’étude restreint, mais représentatif, recelant des documents sources explicites et montrant les différentes phases rédactionnelles, nous avons mis en évidence un certain nombre de procédés caractéristiques de l’écriture grassienne et de phénomènes tant endogénétiques qu’exogénétiques révélant le recours à une intertextualité protéiforme déclarée ou dissimulée. Cette entreprise descriptive et interprétative s’est ensuite doublée d’une démarche herméneutique destinée à vérifier si l’ouvrage satisfait aux ambitions didactiques affichées par l’auteur en matière de transmission de l’Histoire, une transmission à finalité civique visant à prévenir ses bégaiements. En optant pour la polyphonie et le récit par le bas, Grass entendait également combler les lacunes du discours historiographique officiel. À l’issue d’un travail de recherche des sources avérées ou hypothétiques, nous avons mis en évidence que Grass eut essentiellement recours à des sources journalistiques lui permettant d’ancrer le récit dans la réalité historique et d’inscrire son livre dans une veine populaire. La présence d’une matière documentaire implicite souvent dense requiert toutefois un savoir extratextuel de la part du lecteur, ce qui va à l’encontre d’une écriture populaire de l’Histoire, même si plusieurs degrés de lecture sont possibles. Le recours à la polyphonie prétendument garant d’une narration pluriperspective est un leurre en raison du marquage axiologique négatif de certains narrateurs laissant transparaître la position idéologique de l’auteur. Le choix des narrateurs, qu’ils soient empruntés à la réalité historique ou fictifs, comme celui des événements s’inscrit dans un système de valeurs univoque faisant constamment référence au discours épitextuel de l’auteur qui peut faire figure d’intertexte. L’écriture de l’Histoire s’appuie ainsi sur une rhétorique de la répétition polymorphe et transversale, qu’elle soit autotextuelle, thématique, picturale ou qu’elle concerne les procédés narratifs, ce qui accrédite la thèse d’un haut degré d’autoréférentialité de l’ouvrage et d’une perception autocentrique du siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure-Anne Dolliat, « Genèse et écriture de l’Histoire : Mein Jahrhundert de Günter Grass », Trajectoires [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1692

Haut de page