Navigation – Plan du site
SynThèses

La littérature illustrée pour enfants à l’époque de la Première Guerre mondiale. Origines et évolution de la culture de guerre enfantine allemande

Thèse de doctorat en civilisation allemande et histoire contemporaine, sous la direction de Jean-Paul Cahn (Université Paris-Sorbonne) et d’Oliver Janz (Freie Universität Berlin), soutenue le 12 décembre 2014
Bérénice Zunino

Texte intégral

1Entre 1914 et 1918, les non-combattants firent l’objet d’une mobilisation idéologique et matérielle sans précédent dans laquelle les enfants, en tant que composante de la société, furent impliqués. Regroupant l’ensemble des représentations mentales qui donna du sens au conflit, la culture de guerre englobe cette mobilisation intellectuelle et morale. La question de sa formation, sujette à débat, pose la question de sa préexistence au conflit. Dans cette perspective, le propos de cette thèse est d’analyser les origines et l’évolution de la culture de guerre enfantine allemande à partir de l’exemple de la littérature illustrée éditée avant et pendant le premier conflit mondial.

2En raison de leur pouvoir de persuasion et de leur apport à la mémoire culturelle, une attention particulière a été accordée aux images. Ce travail s’inscrit donc dans une approche d’histoire des représentations. Sur la base de la grille d’analyse de L. Gervereau ont été étudiés, dans une démarche sérielle, les stéréotypes nationaux et les auto- et hétéro-images véhiculés par ces ouvrages.

3Le corpus étudié se compose de livres d’images, produits généralement par des éditeurs spécialisés, de revues et d’ouvrages illustrés. Ces imprimés s’adressaient à des enfants âgés de trois à quatorze ans. Plus difficiles à mesurer, les questions de leur diffusion (prix et tirages) et de leur réception ont complété cette approche, grâce à l’analyse des programmes de deux éditeurs au profil politique très différent, Jos. Scholz (Mayence) et F. Schreiber (Esslingen), de documents d’archives réglementant la vente de certains livres et de revues pédagogiques dans lesquelles ces livres étaient recensés. Pour analyser les racines et l’évolution de la culture de guerre, le focus a été placé sur la période allant de 1911, date à laquelle l’encadrement de la jeunesse s’intensifia parallèlement à un regain de tensions internationales, à 1918, qui marqua l’effondrement du Reich et la quasi-disparition des livres de guerre.

4La première partie de cette thèse s’articule autour des racines de la culture de guerre enfantine allemande avant 1914. Le premier chapitre propose un état des lieux des multiplicateurs de la littérature de jeunesse, instituteurs, pédagogues et éditeurs. Ces ouvrages représentaient des enjeux de l’éducation patriotique, surtout dans les milieux bourgeois qui disposaient du pouvoir d’achat suffisant pour les acquérir. Le centenaire de 1813 et le jubilé d’argent de Guillaume II marquèrent une augmentation des sujets guerriers dans les livres et illustrés pour enfants. L’exploitation de ces sujets militaires lucratifs, a fortiori dans un contexte de radicalisation de l’opinion publique depuis 1911, dépendait de la ligne politique des éditeurs. Cette tradition conservatrice se retrouvait dans le profil des illustrateurs, représentants de la peinture historique.

5Sur la base de cette constatation, le deuxième chapitre approfondit l’analyse des principaux sujets, guerres de libération, culte du Kaiser, mais aussi flotte et armes nouvelles, qui étaient véhiculés par des formes iconographiques traditionnelles : la peinture historique, qui faisait appel à des réflexes émotionnels et était propice à transmettre un imaginaire héroïque, constituait le fondement de la culture mémorielle du Reich. La culture de guerre enfantine allemande n’apparut donc pas ex nihilo en 1914 ; elle avait ses racines dans la culture mémorielle d’avant-1914, centrée sur une glorification des faits d’armes.

6Dans une deuxième partie, on s’est attachée à montrer l’impact de la guerre sur les fondements de cette culture. Le troisième chapitre retrace l’adaptation progressive des éditeurs à la guerre, lorsque ceux-ci commencèrent à envisager un affrontement long. Après plusieurs mois de bouleversements, les livres de guerre furent commercialisés dans la perspective des fêtes de Noël et continuèrent, malgré l’enlisement des fronts, à véhiculer l’image d’une guerre de mouvement, avec laquelle les enfants étaient familiers. La culture de guerre n’était toutefois pas hétérogène : facteur d’intensification de la production patriotique de certains éditeurs, comme Scholz, le conflit marqua une rupture plus nette pour d’autres entreprises telles que Schreiber. Eu égard aux tirages – au moins 4 000 exemplaires par titre – ces albums connurent un certain succès.

7Sur les fondements traditionnels de la culture de guerre vinrent se fixer, par strates, d’autres rhétoriques, inspirées du dessin kitsch et de la caricature. Le quatrième chapitre livre une analyse des caricatures de l’ennemi qui marquèrent un changement de l’image de l’enfant dans une société impliquée dans une guerre « totale ». Propices à justifier le conflit stylisé en une guerre défensive, ces strates ludiques de la culture de guerre enfantine, qui provenaient de l’iconographie politique pour adultes datant du XIXe siècle, favorisèrent un élargissement du lectorat, auparavant scolaire, aux jeunes enfants dès l’âge de trois ans.

8Les auto-images valorisantes l’emportèrent toutefois sur la ridiculisation de l’ennemi. La question de la persistance de cette culture de guerre au cours des quatre années du conflit est au cœur de la troisième et dernière partie. Le cinquième chapitre montre que, conjointement aux caricatures, les portraits apologétiques des dirigeants et l’émergence timide d’une iconographie du « combattant du front » renforcèrent la communauté nationale. L’imaginaire traditionnel resta néanmoins prépondérant.

9Retraçant la dégradation des conditions de vie et du moral à l’arrière, le dernier chapitre analyse le tournant moralisateur que prit la littérature enfantine aux alentours de 1916 : face aux difficultés matérielles, les livres, au ton performatif, tentèrent de mobiliser matériellement les enfants à l’arrière. Dans ce contexte, des albums furent vendus au profit d’associations patriotiques. En dépit de l’augmentation des exhortations à la ténacité, les sujets guerriers connurent une baisse dès 1917. La défaite marqua la disparition complète des albums et sujets patriotiques.

10Autrement dit, la culture de guerre enfantine allemande n’apparut pas d’emblée en août 1914. Elle avait ses racines dans la culture mémorielle du Reich et s’épanouit durant le conflit, surtout entre fin 1914 et 1916. En raison de son ancrage dans l’avant-guerre et en dépit de sa baisse précoce, elle marqua sans doute durablement les représentations des jeunes générations, bien au-delà de 1918.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bérénice Zunino, « La littérature illustrée pour enfants à l’époque de la Première Guerre mondiale. Origines et évolution de la culture de guerre enfantine allemande », Trajectoires [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1698

Haut de page

Auteur

Bérénice Zunino

berenice.zunino@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page