Navigation – Plan du site
SynThèses

Gouverner les langues : l’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg

Thèse de doctorat en Science politique, sous la direction de Pierre Muller, soutenue le 8 décembre 2014, Institut d’études politiques de Paris
Núria Garcia

Texte intégral

1Cette thèse de science politique aborde la question du gouvernement des langues dans des sociétés démocratiques européennes contemporaines à travers une approche comparative. La recherche s’appuie sur un cadre théorique d’analyse des politiques publiques et prend le parti de « normaliser » l’étude des politiques d’enseignement des langues, en l’abordant à travers les outils et concepts classiques de la science politique, tels que le changement et les limites de l’action publique. La question de recherche qui guide l’analyse est la suivante : comment expliquer qu’un même changement d’objectif de la politique d’enseignement des langues, émergeant à partir du milieu du 20e siècle et qui vise à rendre l’ensemble des citoyens multilingues, produise des effets différents dans deux contextes nationaux a priori très similaires ? Et comment des politiques d’enseignement de l’anglais similaires viennent-elles à engendrer des effets différents entre la France et l’Allemagne, qui ne se distinguent que marginalement sur le plan des facteurs macrosociologiques (taille du pays, dépense éducative, prévalence de leur langue nationale, régime linguistique) généralement invoqués comme variables explicatives de ces différences ? Le cas du Luxembourg est mobilisé comme shadow case permettant d’apporter un éclairage complémentaire et contrefactuel sur cette comparaison franco-allemande.

2En plaçant la question des effets de l’action publique au centre de l’analyse, la thèse interroge la capacité de l’action publique à « changer la société » et plus largement le lien qui existe entre politiques publiques et demande démocratique. La démarche méthodologique repose sur une triangulation entre différents types de sources qualitatives et quantitatives (entretiens qualitatifs, archives de presse, documents et rapports officiels, données d’enquêtes internationales).

3L’analyse montre que si les objectifs affichés de la politique d’enseignement des langues étrangères sont les mêmes en France et en Allemagne – et correspondent aux objectifs formulés par le Conseil européen à Barcelone en 2002 selon lesquels l’ensemble des citoyens doivent apprendre deux langues étrangères dès le plus jeune âge – les politiques mises en œuvre présentent des différences substantielles quant au nombre de langues apprises par élève, à la diversité des langues enseignées et à la priorité accordée ou non à l’anglais par rapport aux autres langues. Ces différences sont liées au découpage sectoriel de l’objectif du multilinguisme, relevant en France de la responsabilité exclusive de l’école alors qu’il relève en Allemagne également du marché privé et de l’initiative individuelle, ainsi qu’à des effets d’interaction avec d’autres secteurs d’action publique, tels que celui des politiques audiovisuelles ou celui de la politique culturelle extérieure.

4Malgré des instruments opposés gouvernant l’offre de langues étrangères dans leur ensemble, avec la mise en place dans les années 1950 d’une liste des langues (Sprachenfolge) contraignante en Allemagne et la réaffirmation du principe de libre choix des parents en France, les politiques d’enseignement de l’anglais sont très similaires, voire identiques en France et en Allemagne, si l’on compare le nombre d’années d’études, le nombre d’heures de cours et le pourcentage d’élèves apprenant l’anglais. Dès lors, les différences dans le niveau de maîtrise de l’anglais par les élèves et citoyens français et allemands, à savoir le niveau comparativement faible des Français, ne peuvent s’expliquer que par des facteurs situés à l’extérieur du système scolaire.

5Notre analyse montre que la différence de résultats produits par les politiques d’enseignement de l’anglais entre la France et l’Allemagne renvoie d’abord à la réactivité de l’action publique à la demande des citoyens : les faibles résultats de la politique d’enseignement des langues en France découlent de la formulation de demandes contradictoires par les citoyens à l’égard de l’action étatique. Dans le cas allemand, la cohérence systémique des préférences en faveur de l’anglais des citoyens explique que cette même politique d’enseignement produise de meilleurs résultats.

6Les choix d’action publique en France qui consistent à limiter l’influence de l’anglais dans les secteurs de politique publique autres que l’éducation, i.e. l’enseignement supérieur, l’audiovisuel et le monde professionnel, conduisent à ce que l’utilité directe de l’apprentissage de l’anglais soit perçue comme moins importante par les élèves français comparés aux élèves allemands. Des orientations de politique publique déterminent donc les représentations sociales des langues étrangères des citoyens individuels et par conséquent la motivation de ces derniers pour apprendre l’anglais, ce qui explique les variations observées dans les niveaux de compétence linguistiques des élèves entre la France et l’Allemagne.

7Les limites de l’action publique dans le domaine de la politique d’enseignement des langues ne renvoient donc pas à une mauvaise gestion, mais sont liées au caractère transsectoriel et systémique du gouvernement des langues : l’action publique cherche à agir de manière sectorielle sur une dimension constitutive de l’ordre politique dans les sociétés monolingues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Núria Garcia, « Gouverner les langues : l’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg », Trajectoires [En ligne], 9 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/1704

Haut de page