Navigation – Plan du site
Frontières en question

La bouche au XVIIe siècle

Organe frontière et figure du seuil
Bruno Faux

Résumés

« Qu’y a-t-il outre l’intelligence de plus prodigieux que la bouche de l’homme ? » (G. P. Harsdörffer). Parce que la bouche est non seulement le siège de l’oralité, mais aussi celui du goût, ainsi qu’un lieu d’expression des affects, elle s’illustre dans la littérature allemande du XVIIe siècle comme un topos dense, capable de générer diverses sortes de récits, autour duquel s’articule un vaste réseau de sens. Voie de passage entre le dedans et le dehors du corps, elle est l’organe frontière proprement dit. D’un point de vue physiologique et rhétorique, elle représente un espace stratégique : la frontière anatomique qu’est la bouche, qui est aussi une frontière symbolique, devient dans l’œuvre de Georg Philipp Harsdörffer ou de Friedrich von Logau le théâtre de conflits éthiques, de la dialectique de l’être et du paraître, de la sincérité et de la fausseté. Une problématique anthropologique fondamentale de la première modernité se reflète dans la métaphore de la frontière, du seuil, du passage, et trouve son expression dans l’opulence des images de la bouche présentes dans la littérature de cette époque. C’est précisément dans la langue poétique, dans la vive picturalité du langage, que les auteurs de l’âge baroque parviennent à établir une forme de savoir qui leur est propre.

Haut de page

Texte intégral

1Le XVIIe siècle voit s’instaurer, dans le prolongement du XVIe siècle, ce que Rafael Mandressi (2003 : 12) nomme une « civilisation de l’anatomie ». Aussi bien les sciences que les arts de cette époque manifestent un intérêt significatif pour la question du corps. L’avènement de nouvelles modalités de la connaissance scientifique et le changement de paradigme qui s’effectue dans l’histoire de la médecine conduisent à une redécouverte, une réinvention du corps humain. Mais la pratique du corps pendant la première modernité dépasse largement les limites de la seule sphère médicale. Le corps prend place au cœur d’un réseau complexe de discours multiples et de pratiques diverses. Il est convoqué et interrogé tout autant par le champ de l’épistémologie que par le domaine de l’esthétique, par des doctrines philosophiques ou idéologiques (voir Laneyrie-Dagen, 1997).

  • 1 1607-1658.
  • 2 Harsdörffer ([1648-1653] 1969), p. 353 : « Der Mund ist die Pfort deß Lebens ».
  • 3 Ibid. : « Was ist nechst dem Verstand / wunderreicher als der Mund deß Menschen ? ». Traduction de (...)

2Parmi les représentations du corps humain, ou seulement de parties de celui-ci, qui jalonnent la littérature du XVIIe siècle (Alt, 1996) – le nombre de publications qui leur sont consacrées sont légion –, il est un organe, outre les yeux, qui se trouve fréquemment mis à l’honneur, suscitant autant de diatribes que d’apologies : la bouche de l’homme. Dans le Poetischer Trichter du poète et théoricien nurembergeois Georg Philipp Harsdörffer1 ([1648-1653] 1969), poétique qui recense les topoi les plus courants que l’on rencontre alors, la bouche s’impose comme un topos dense et prolifique. Si l’on peut s’interroger de prime abord sur la consistance de cet organe, lieu minimal, interstice, il s’avère qu’il peut se vanter d’une fonctionnalité plurielle. Conjointement haut lieu d’expression des affects, mécanisme physiologique complexe de premier ordre dans l’économie du corps, chargé de son alimentation et de son entretien, et siège de l’oralité, la bouche régit en effet nombre d’activités quotidiennes, à la croisée des fonctions vitales et sociales, au point que la majeure partie de la vie semble s’articuler autour d’elle2. La bouche se distingue par le vaste réseau d’images qu’elle fait surgir, par la profusion et la pluralité de sens qu’elle fait émerger. C’est ce que célèbre Harsdörffer en posant la question rhétorique : « Qu’y a-t-il outre l’intelligence de plus prodigieux que la bouche de l’homme3 ? »

3C’est sous l’angle de l’oralité, dans une perspective physiologique et rhétorique, que nous nous intéresserons à la dynamique de cet orifice corporel. Comment cette partie de l’anatomie devient-elle une grille de lecture symbolique ? Dans quelle mesure cette interface entre l’intérieur et l’extérieur du corps s’impose-t-elle comme un espace d’enjeux majeurs, et de quel ordre sont-ils ? La littérature ne trouve-t-elle pas, par le biais de la métaphore de la frontière, une forme singulière d’expression d’un savoir anthropologique ?

Frontière anatomique et frontière symbolique

  • 4 Pour approfondir la problématique de la peau et de l’épiderme, cf. Benthien (1999).
  • 5 Cf. l’entrée « Maul », in : Zedler, Johann Heinrich, Großes Vollständiges Universal-Lexikon aller W (...)

4Parce qu’elle constitue une brèche naturelle dans l’enveloppe corporelle qu’est la peau de l’homme4, la bouche pose de façon aiguë la question des frontières et des limites du corps. Comme l’indique le Grosses vollständiges Universal-Lexikon Aller Wissenschaften und Künste de Johann Heinrich Zedler, le plus vaste projet encyclopédique du début du XVIIIe siècle, qui compile les nombreux savoirs et systèmes de connaissances ayant cours durant la première modernité, cet organe se définit avant tout comme un principe d’ouverture et de fermeture5. Cette partie du corps peut tour à tour s’ouvrir, s’entrouvrir et se fermer, et se présente donc comme une bordure perméable entre l’intérieur et l’extérieur du corps.

  • 6 Harsdörffer ([1656] 1990 : 147) : « Zunge Gebrauch ».

5Lorsque Harsdörffer vient à s’interroger sur les usages de la bouche – et à l’intérieur de la bouche plus précisément de la langue – et se demande si elle est plutôt destinée à parler ou à goûter, l’on peut reconnaître sous les traits d’une dichotomie entre l’homo eloquens et l’homo gustans la dynamique qui anime et dans laquelle se pense cet organe : si ce qui sort de la bouche de l’homme, le langage, est destiné à son entourage, ce qui entre par la bouche, les saveurs, est destiné à son entretien et à son plaisir propres6. Plus encore qu’une simple ouverture, cette partie du corps semble donc surtout être associée à l’idée d’une trajectoire ou d’une direction. Elle adopte une posture tantôt de réception tantôt de production. Elle est, autrement dit, un lieu de passage.

  • 7 Erasme (1525) cité d’après Gillet (2002).
  • 8 D’après Gillet (2002 : 86-87). Erasme rappelle lui-même qu’Homère parlait déjà de « l’enclos des de (...)

6Organe perçu comme un espace intercalé entre ces deux territoires que sont le dedans et le dehors du corps, l’écriture de la bouche se présente sous les traits d’une topographie. L’évocation de ce lieu dans la littérature allemande du XVIIe siècle s’inscrit pleinement dans le prolongement de la rhétorique des frontières déployée par Erasme au siècle précédent dans la Lingua7, texte dans lequel l’humaniste néerlandais traite des divers usages de la langue de l’homme et participe de la sorte au vaste débat sur le langage qui agite le XVIe siècle. « Le double rempart et la barrière des trente-deux dents », « l’enclos des dents » ou encore « les doubles battants des lèvres » sont autant de métaphores et de topoi utilisés par Erasme, qui sont constitutifs du réseau d’images que fait affleurer la seule mention de la bouche8, et qui participent à un processus de territorialisation du corps.

  • 9 Sur ce point, cf. aussi Mazzio (1997 : 67) : « The mouth is positioned as a war zone with tongue an (...)

7L’usage de métaphores architecturales érige ce mécanisme physiologique complexe – emboîtement savant des lèvres, des dents et de la langue – en un espace corporel hautement fortifié et contrôlé, à tel point que cet organe frontière finit par s’apparenter à une zone militaire9. Les multiples clôtures de protection dont il est question semblent justifier leur présence parce qu’évolue à l’intérieur même de cette enceinte un membre qui passe, depuis Esope, pour être le meilleur mais aussi le plus dangereux qu’il existe chez l’homme : la langue. C’est elle qui joue le rôle d’intermédiaire, de relais, de pont entre l’intérieur et l’extérieur du corps, et c’est précisément autour d’elle que se cristallise la problématique de la frontière corporelle – fortifiée – et de son franchissement.

  • 10 1616-1664.
  • 11 Gryphius ([1646] 1991 : 11-116), acte I, v. 554 : « Dein Leben / Mensch / vnd todt hält stäts auf d (...)

8La multitude de fortifications semble proportionnelle au pouvoir qui est le sien et qui se trouve mis à l’honneur de façon exemplaire dans Leo Armenius, Trauerspiel du Silésien Andreas Gryphius10 ([1646] 1991 : 11-116). Le chœur avec lequel s’achève le premier acte de la pièce enseigne que la vie ou le trépas de l’homme ne tiennent qu’à sa langue et que ce petit organe est capable de tous les excès, du meilleur comme du pire11. Ce morceau de chair, décrit comme « die Dolmetscherin der Gedanken », « der Werckmeister der Worte » (Harsdörffer, [1648-1653] 1969 : 354), à la fois responsable de la parole – soit une métonymie du langage – d’une part et modérateur du corps et de la vie de l’homme – une synecdoque du corps tout entier – d’autre part, suscite, en raison de sa puissance et de son ambivalence, appréhension et défiance.

  • 12 1604-1655.

9L’épigramme suivante du poète silésien Friedrich von Logau12 donne à voir la dynamique qui anime cette zone frontalière ainsi que les enjeux qui y résident :

  • 13 Logau ([1654] 1872), I, 7, 86, p. 157.

« Außtrit der Zunge.
Die Zunge wohnt mit Fleiß im weissen Bein-Gehäge
Dann diß ist ihre Gräntz / in der sie sich bewege :
Wächst aber wo die Zung vnd steiget über Zaun
Derselben traue du / ich wil jhr nimmer traun.13 »

  • 14 Tel est le titre de l’édition de 1649 de la Lingua d’Erasme : Lingua, sive de Lingua usu et abusu, (...)

10Ces vers représentatifs de la conception de cette partie du corps qui prévaut dans la littérature de l’époque témoignent de la hantise éprouvée à l’égard de l’agitation de la langue, et notamment de son dépassement de la ligne de démarcation que forment les dents. Car une langue que l’on ne retient plus, une langue sans bride, est susceptible d’être bavarde, volubile, ou d’être mauvaise en s’adonnant au mensonge, quelle que soit la forme qu’il revêt – hypocrisie, flatterie, calomnie ou tromperie. Le franchissement de la clôture des dents s’assimile donc à un franchissement de la juste mesure. Ce que craint le locuteur, c’est le dépassement du seuil de la convenance, des normes éthiques et morales (Benthien, 2006 : 159-165, 161). Il est question du « bon et du mauvais usage de la langue14 », de ceux qui la remuent trop négligemment ou qui la font sortir inconsidérément. Ainsi la frontière anatomique de la bouche se confond-elle avec une frontière symbolique.

11Tandis que le XVIIe siècle est marqué par un nombre considérable de publications de normes éthiques (Parmentier, 1999), l’épigramme conduit à s’interroger en filigrane sur l’une des questions anthropologiques majeures de l’époque, celle de la discipline du corps et du contrôle de soi (Bogner, 1997) : il s’agit de domestiquer la langue pour que les paroles soient conformes aux règles qu’il convient d’appliquer.

12La superposition de frontières de nature différente, anatomique et symbolique, met en évidence le lien indissociable qui existe entre le langage et la civilité (Courtine et Haroche, [1988] 1994). Ce n’est donc pas tant la bouche en tant que frontière du corps, ainsi placée et voulue par la nature, qui fait débat dans la littérature allemande du XVIIe siècle ou qui se voit contestée, mais bien la pratique de cette frontière, c’est-à-dire sa traversée. La bouche devient le théâtre d’enjeux éthiques.

Être et paraître : pratiques frontalières

  • 15 Cf. Geitner (1992). C’est aussi en ces termes, à l’aide de ces deux catégories Innen et Außen, que (...)

13Des dispositions de la langue, de ses intentions, dépendent les relations qu’entretiennent l’intérieur et l’extérieur du corps15. À mi-chemin entre ces deux territoires, elle occupe une position stratégique de passeur : elle assure la traduction des pensées, originaires du cœur, en paroles. Mais dans ce processus de conversion, la langue dispose d’une réelle marge de manœuvre et se révèle bien versatile : on la voit produire des paroles plus ou moins fidèles aux pensées qu’elle reçoit. Il lui est tout autant possible de les reproduire exactement que de les pervertir. C’est précisément autour de cet espace et des stratégies adoptées par la langue que s’articule et se construit la problématique anthropologique de l’être et du paraître qui parcourt la littérature du XVIIe siècle – couple paradigmatique des pensées et des paroles et, par métonymie, du cœur et de la bouche.

  • 16 « O si seulement en toutes choses ils [le cœur et la langue] pouvaient bien être unis ! ». Traducti (...)

14La relation ambiguë qui unit le cœur à la bouche fait beaucoup parler d’elle non seulement dans la littérature, mais aussi dans la production emblématique si foisonnante aux XVIe et XVIIe siècles (Schöne, 1964). La planche XLIII « Concordia cordis et oris », ou « l’union du cœur et de la bouche », qui figure dans le célèbre recueil d’emblèmes du médecin et botaniste nurembergeois Joachim Camerarius (1534-1598), ausculte ce schéma organique et met au jour les rouages de la dialectique du dedans et du dehors du corps. En convoquant cet arbre nommé Persea dont la singularité réside en ce que ses fruits ont la forme du cœur et que ses feuilles rappellent celle de la langue, Camerarius problématise l’adéquation des deux organes, soit l’expression fidèle par la langue de ce que pense le cœur (Camerarius [1590-1604] 1986 : 84). De leur corrélation et de leur synchronisation naît la sincérité, idéal chrétien et éthique. Mais il attire surtout l’attention sur la fragilité du système et sur son éventuel dérèglement. « O utinam in cunctis haec bene juncta forent !16 » : la figure de l’exclamatio « O utinam », à l’entame du second distique de la subscriptio, annonce la discorde régulière des deux organes, et ce dès que la langue ne prend plus le relais mais le contre-pied du cœur, ou détourne tout du moins ses pensées. C’est de ce décalage que naît la fausseté, distorsion entre ce que l’on est et ce que l’on paraît.

15Aussi la bouche de l’homme matérialise-t-elle une frontière jamais figée : elle peut être une frontière qui unit ou une frontière qui sépare. D’elle dépend l’accord ou le désaccord des dispositions de l’être et des comportements extérieurs, soit les catégories de l’authenticité et du mensonge. À l’origine de comportements aussi bien régis par la vertu que par le vice, la bouche se trouve impliquée au premier chef dans les enjeux de la civilité, concept qui se situe « au cœur même de la tension entre le paraître et l’être » (Chartier, 1987 : 60).

16C’est à la cour que le maniement du langage et de ces stratégies frontalières se révèle le plus indispensable. Le double jeu constitue – c’est probablement là que se situe son apogée – la clef de voûte de l’exercice politique. Sous la plume de Logau, la fausseté fait figure de véritable rituel politique. Si le mensonge et autres ruses oratoires sont devenus des procédés réguliers dans la société de son temps qu’il s’attache à dépeindre, il apparaît dans son œuvre épigrammatique que ce type de comportement est surtout l’apanage des hommes de cour. Le divorce de la bouche et du cœur s’impose comme un topos de la critique de la cour au XVIIe siècle (Barner, 1970 : 122). C’est sous le signe de la duplicité, par opposition à la simplicitas, la droiture, la franchise, que Logau dresse le portrait du parfait courtisan, expert dans l’art de la dissimulatio :

  • 17 Logau ([1654] 1872), 1. Zugabe 66, p. 418.

« Auff Simplicem und Duplicem.
Simplex ist ein grober Mann ; was er sagt, das pflegt zu seyn ;
Duplex ist ein Hofe-Mann ; was er sagt, hat blossen Schein ;
Demnach acht ich Grobheit viel, Höfligkeit hingegen klein17. »

  • 18 Cf. Logau ([1654] 1872), 1. Zugabe 166, p. 432 ou III, 1, 16, p. 448.

17Logau présente l’opposition rigoureuse des paroles et des pensées, l’antagonisme entre l’être et le paraître, comme la pierre angulaire de l’exercice politique. Toutes les relations qui se déploient à la cour sont selon lui inévitablement empreintes de flagornerie, d’hypocrisie, à tel point que la cour ne saurait plus se concevoir sans l’existence de telles pratiques – un mal qu’il juge incurable18.

Rhétorique de l’éthique

  • 19 1591-1661.
  • 20 Cf. la poétique de Meyfart ([1634] 1977 : 72 et suiv.).

18En usant de la métaphore de la frontière dès lors qu’ils évoquent la bouche, les poètes allemands du XVIIe siècle ont recours à l’un des tropes que tout poète, selon Augustus Buchner19 (1665 : 67), doit s’appliquer à employer. De fait, la métaphore est l’un des tropes les plus fréquents dans la littérature de cette époque ; poétiques et traités de rhétorique lui réservent une attention toute particulière, parce qu’elle offre notamment à l’orateur la possibilité de remplir les trois devoirs qui sont les siens, à savoir : docere, delectare et movere20.

  • 21 Cf. Windfuhr (1966), Grimm (1969). À propos de l’œuvre d’Andreas Gryphius, cf. Fricke (1933), de l’ (...)

19L’analogie de la frontière, qui côtoie de nombreuses autres métaphores engendrées par le seul topos de la bouche et de la langue et qui participe au vaste florilège d’images qu’il déploie, concourt à la picturalité du langage dont témoigne la littérature allemande du XVIIe siècle21. En établissant une « phénoménologie générale de l’imagerie baroque » (Grimm, 1969 : 380), Manfred Windfuhr (1966) a montré la singularité de la première modernité dans l’histoire de la métaphore : jamais l’image et les principes rhétoriques n’ont entretenu de lien plus étroit qu’à cette époque – malgré les voix critiques qui se font entendre dès le XVIIe et le début du XVIIIe siècle.

20Dans un contexte marqué par la volonté d’imposer l’autonomie de la langue allemande pour qu’elle trouve sa place dans le concert des langues européennes et, à cette fin, par l’invention quasi frénétique de nouveaux mots allemands, par l’effort constant de traduire le plus grand nombre de termes étrangers, la littérature fait siens cette productivité et ce processus d’expansion linguistique (Meyer-Kalkus, 1986 : 83-96). Par le biais de tout un arsenal de figures de style, ainsi que d’images neuves, les auteurs allemands explorent de nouvelles possibilités pour dire et se représenter les choses.

21L’association de la bouche à une réalité frontalière, de même que les autres images qui peuplent l’espace littéraire et qui, à quelques déplacements et variations près, appartiennent probablement plus à une époque qu’à des auteurs eux-mêmes, remplit en premier lieu une fonction ornementale et décorative (ornatus). On ne peut cependant la réduire à ce rôle, comme cela apparaît dans l’œuvre de Harsdörffer, l’un des théoriciens qui s’intéressent le plus à la place des images dans la poésie :

  • 22 Harsdörffer ([1641-1649] 1968-1969 : 193). Harsdörffer cite ici le traité Considerazioni sopra l’ar (...)

« Was wir nicht nennen können / beschreiben / und finden wir gleichsam / durch die Vereinparung mit dem / so es ähnlich ist / und wird unser Sinn belustiget / wann er durch solches Mittel fasset / was er sonsten nicht verstehen kan22. »

  • 23 Blumenberg (1960). Cf. aussi le titre de l’ouvrage de Pumplun (1995), Begriff des Unbegreiflichen.

22Si l’analogie entre une partie du corps, la bouche, et une géographie frontalière constitue dans un premier temps un rapprochement d’idées insolite et inattendu, suscitant ainsi la surprise, l’étonnement de l’esprit (meraviglia) – à laquelle l’auteur tient tant –, c’est-à-dire son plus grand plaisir d’après la tradition du concettisme, elle permet aussi aux auteurs dans un deuxième temps de dire ou de représenter ce qui ne peut être dit ou représenté autrement. L’évocation de la frontière s’impose comme une forme et un modèle de pensée ; si elle peut être remplacée par une autre métaphore, elle ne semble pouvoir pour autant se traduire sous la forme d’un concept. Elle dispose, d’une part, d’une fonction expressive à laquelle aucun concept ne peut venir se substituer et se voit investie, d’autre part, d’une fonction pragmatique. Elle relève en ce sens de ce que Hans Blumenberg appelle une « métaphore absolue23 ».

23La métaphore de la frontière offre une grille de lecture des comportements de l’homme du XVIIe siècle, qui oscillent entre être et paraître, sincérité et fausseté, vice et vertu. Elle donne à voir les fondements et les rouages de ces deux postures, et le basculement de l’une à l’autre. La rhétorique de la frontière se fait donc le vecteur de normes de bonne conduite, et devient ainsi détentrice d’un savoir éthique. La littérature se distingue néanmoins des discours officiels que sont les traités de civilité ou de rhétorique ; en ne cessant de recourir aux fleurs de rhétorique, d’inventer de nouvelles images, d’exploiter la picturalité du langage, elle évite de nommer les choses par leur nom et préfère des formulations figurées. C’est dans l’image de la frontière que les règles morales qu’elle véhicule trouvent une forme d’expression privilégiée. Ainsi la catégorie de la frontière remplit dans l’espace littéraire plusieurs fonctions : elle participe simultanément à une épistémologie du corps, à un enseignement moral et à l’ornementation du discours.

Haut de page

Bibliographie

Alt, Peter-André (1996) : « Der fragile Leib. Körperbilder in der deutschen Literatur der frühen Neuzeit », in : Mainzer Akademie der Wissenschaften und der Literatur, dir : Colloquia academica. Stuttgart (Franz Steiner Verlag), p. 7-31.

Barner, Wilfried (1968) : « Gryphius und die Macht der Rede. Zum ersten Reyen des Trauerspiels „Leo Armenius“ », Deutsche Vierteljahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, 42, p. 325-358.

Barner, Wilfried (1970) : Barockrhetorik : Untersuchungen zu ihren geschichtlichen Grundlagen. Tübingen (Niemeyer).

Béhar, Pierre (1989) : « “Ut pictura poesis” : Lohenstein ou la dramaturgie picturale », Trames, 3, p. 27-61.

Benthien, Claudia (1999) : Haut. Literaturgeschichte – Körperbilder – Grenzdiskurse. Reinbek (Rowohlt).

Benthien, Claudia (2006) : Barockes Schweigen. Rhetorik und Performativität des Sprachlosen im 17. Jahrhundert. Munich (Wilhelm Fink Verlag).

Blumenberg, Hans (1960) : Paradigmen zu einer Metaphorologie. Bonn (H. Bouvier u. Co. Verlag).

Bogner, Ralf Georg (1997) : Die Bezähmung der Zunge. Literatur und Disziplinierung der Alltagskommunikation in der frühen Neuzeit. Tübingen (Niemeyer).

Buchner, Augustus (1665) : Anleitung zur Deutschen Poeterey. Wittenberg (gedruckt bei Michael Wenden).

Camerarius, Joachim ([1590-1604] 1986) : Symbola et Emblemata. Graz (Akademische Druck- u. Verlagsanstalt).

Chartier, Roger (1987) : Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime. Paris (Seuil).

Courtine, Jean-Jacques et Claudine Haroche ([1988] 1994) : Histoire du visage. Exprimer et taire ses émotions (XVIe – début XIXe siècle). Paris (Éditions Payot & Rivages).

Fricke, Gerhard (1933) : Die Bildlichkeit in der Dichtung des Andreas Gryphius. Materialien und Studien zum Formproblem des deutschen Literaturbarock. Berlin (Junker und Dünnhaupt Verlag).

Geitner, Ursula (1992) : Die Sprache der Verstellung. Studien zum rhetorischen und anthropologischen Wissen im 17. und 18. Jahrhundert. Tübingen (Niemeyer).

Gillet, Jean-Paul (2002) : La Langue. Genève (Labor et Fides).

Grimm, Reinhold (1969) : « Bild und Bildlichkeit im Barock. Zu einigen neueren Arbeiten », Germanisch-romanische Monatsschrift, 50, p. 379-412.

Gryphius, Andreas ([1646] 1991) : Dramen, vol. 3. Frankfurt/Main (Deutscher Klassiker Verlag).

Harsdörffer, Georg Philipp ([1641-1649] 1968-1969) : Frauenzimmer Gesprächspiele, VIII. Tübingen (Niemeyer).

— ([1648-1653] 1969) : Poetischer Trichter, reproduction de la version originale 1648-1653 de Nuremberg. Darmstadt (Wissenschaftliche Buchgesellschaft).

— ([1656] 1990) : Artis Apophthegmaticae Continuatio. Fortgeleite Kunstquellen/Denckwürdiger Lehrsprüche und Erfreulicher Hofreden [...]. Frankfurt/Main (Keip Verlag).

Laneyrie-Dagen, Nadeije (1997) : L’Invention du corps. La représentation de l’homme, du Moyen Âge à la fin du XIXe siècle. Paris (Flammarion).

Logau, Friedrich von ([1654] 1872)  : Friedrichs von Logau sämmtliche Sinngedichte. Tübingen (Bibliothek des literarischen Vereins in Stuttgart).

Mandressi, Rafael (2003) : Le Regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident. Paris (Seuil).

Mazzio, Carla (1997) : « Sins of the Tongue », in : Hillman, David et Carla Mazzio, dir. : The Body in Parts. Fantasies and Corporeality in Early Modern Europe. London/New York (Routledge), p. 53-80.

Meyer-Kalkus, Reinhart (1986) : Wollust und Grausamkeit. Affektenlehre und Affektdarstellung in Lohensteins Dramatik am Beispiel von « Agrippina ». Göttingen (Vandenhoeck und Ruprecht).

Meyfart, Johann Matthäus ([1634] 1977) : Teutsche Rhetorica Oder Rede-Kunst. Tübingen (Niemeyer).

Parmentier, Bérengère (1999) : « Arts de parler, arts de faire, arts de plaire. La publication des normes éthiques au XVIIe siècle », Littératures Classiques, 37, p. 141-154.

Pumplun, Cristina M. (1995) : « Begriff des Unbegreiflichen » : Funktion und Bedeutung der Metaphorik in den Geburtsbetrachtungen der Catharina Regina von Greiffenberg (1633-1694). Amsterdam (Rodopi).

Schöne, Albrecht (1964) : Emblematik und Drama im Zeitalter des Barock. Munich (Beck).

Windfuhr, Manfred (1966) : Die barocke Bildlichkeit und ihre Kritiker. Stilhaltungen in der deutschen Literatur des 17. und 18. Jahrhunderts. Stuttgart (Metzler).

Haut de page

Notes

1 1607-1658.

2 Harsdörffer ([1648-1653] 1969), p. 353 : « Der Mund ist die Pfort deß Lebens ».

3 Ibid. : « Was ist nechst dem Verstand / wunderreicher als der Mund deß Menschen ? ». Traduction de notre fait.

4 Pour approfondir la problématique de la peau et de l’épiderme, cf. Benthien (1999).

5 Cf. l’entrée « Maul », in : Zedler, Johann Heinrich, Großes Vollständiges Universal-Lexikon aller Wissenschaften und Künste. Halle/Leipzig 1731-1750, t. 19 (1739), col. 2161-2162 ; cf. aussi l’entrée « Mund », in : ibid., col. 758-774.

6 Harsdörffer ([1656] 1990 : 147) : « Zunge Gebrauch ».

7 Erasme (1525) cité d’après Gillet (2002).

8 D’après Gillet (2002 : 86-87). Erasme rappelle lui-même qu’Homère parlait déjà de « l’enclos des dents ».

9 Sur ce point, cf. aussi Mazzio (1997 : 67) : « The mouth is positioned as a war zone with tongue and teeth locked in perennial combat. »

10 1616-1664.

11 Gryphius ([1646] 1991 : 11-116), acte I, v. 554 : « Dein Leben / Mensch / vnd todt hält stäts auf deiner Zungen ». Pour approfondir la question du pouvoir de la langue, cf. Barner (1968).

12 1604-1655.

13 Logau ([1654] 1872), I, 7, 86, p. 157.

14 Tel est le titre de l’édition de 1649 de la Lingua d’Erasme : Lingua, sive de Lingua usu et abusu, avec pour sous-titre : Liber utilissimus. Cf. Gillet (2002 : 13).

15 Cf. Geitner (1992). C’est aussi en ces termes, à l’aide de ces deux catégories Innen et Außen, que raisonne Ursula Geitner.

16 « O si seulement en toutes choses ils [le cœur et la langue] pouvaient bien être unis ! ». Traduction de notre fait.

17 Logau ([1654] 1872), 1. Zugabe 66, p. 418.

18 Cf. Logau ([1654] 1872), 1. Zugabe 166, p. 432 ou III, 1, 16, p. 448.

19 1591-1661.

20 Cf. la poétique de Meyfart ([1634] 1977 : 72 et suiv.).

21 Cf. Windfuhr (1966), Grimm (1969). À propos de l’œuvre d’Andreas Gryphius, cf. Fricke (1933), de l’auteur silésien Daniel Casper von Lohenstein (1635-1683), cf. Meyer-Kalkus (1986 : 136-146, 249-253) et Béhar (1989) et de la poétesse Catharina Regina von Greiffenberg (1633-1694), cf. Pumplun (1995).

22 Harsdörffer ([1641-1649] 1968-1969 : 193). Harsdörffer cite ici le traité Considerazioni sopra l’arte dello stile e del dialogo du cardinal italien Sforza Pallavicino (1607-1667), sur lequel s’appuie souvent sa réflexion.

23 Blumenberg (1960). Cf. aussi le titre de l’ouvrage de Pumplun (1995), Begriff des Unbegreiflichen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Faux, « La bouche au XVIIe siècle », Trajectoires [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/205

Haut de page

Auteur

Bruno Faux

Doctorant en études germaniques, université de Toulouse 2-Le Mirail, université de Potsdam brunofaux@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page