Navigation – Sitemap
Perspectives

« La culture est une arme dans la lutte contre le fascisme »

L'association culturelle allemande libre (Freier Deutscher Kulturbund), un instrument politique des communistes exilés en Grande-Bretagne (1939-1945)
Paul Maurice

Zusammenfassungen

Der Freie Deutsche Kulturbund (Free German League of Culture) wurde am 1. März 1939 von deutschen Emigranten in London gegründet. In dieser Vereinigung schlossen sich Künstler und Intellektuelle sowie Wissenschaftler zusammen. Zu den Mitgliedern gehörten unter anderem die Künstler John Heartfield und Oskar Kokoschka. Der Kulturbund organisierte eine breite Palette von kulturellen Veranstaltungen, beispielsweise Ausstellungen, Lesungen und Vorträge. Die wohl erfolgreichste Aktion war die Ausstellung Allies inside Germany, die im Sommer 1942 in London gezeigt wurde. Zu den Zielen des Kulturbunds gehörte es auch, Begegnungen und gegenseitiges Verständnis zwischen Emigranten und der Bevölkerung ihres Exillandes zu bewirken. Der Kulturbund verstand sich als überparteiliche Organisation von Gegnern des Nationalsozialismus, steht aber bis heute in dem Ruf, eine von der KPD dominierte Organisation gewesen zu sein.

Seitenanfang

Volltext

  • 1 « Culture as a weapon in the struggle against the Fascism » ; Lettre de Jürgen Kuczynski, censurée (...)
  • 2 « Der FDKB […] wurde auf Initiative der deutschen Kommunisten in England offiziell am 1. März 1939 (...)

1En janvier 1943, l'historien allemand de l'économie Jürgen Kuczynski, dirigeant du KPD en exil à Londres, écrit à son camarade communiste, Paul Merker, réfugié au Mexique : « la culture est une arme dans la lutte contre le fascisme1 ». Cette formule semble bien résumer les objectifs de l'organisation culturelle, qui a été créée à Londres quatre ans plus tôt, le 1er mars 1939, à l'initiative de communistes allemands en Grande-Bretagne2 (Kuczynski, 1973 : 300). Le Freier Deutscher Kulturbund (FDKB) ou Free German League of Culture était, selon ses statuts, une association de réfugiés allemands antinazis et antifascistes non-partisane. Cependant, en promouvant l'ouverture culturelle, qui était destinée avant tout aux émigrés allemands en Grande-Bretagne, les dirigeants du Kulturbund cherchaient à la fois à regrouper les exilés, dont la majorité était d'origine bourgeoise, et à diffuser auprès de ses membres la doctrine communiste, à laquelle ils adhéraient majoritairement.

2Les Mémoires publiés par les anciens acteurs de cette association, qu'ils en furent de fervents partisans ou de farouches opposants, comme le journaliste et militant pacifiste Kurt Hiller (Brüning, 2008 : 76), sont révélateurs des débats qui ont entouré cette association au sein de la communauté des exilés allemands en Grande-Bretagne. En effet, certains exilés allemands se méfiaient de cette organisation culturelle qu'ils jugeaient inféodée au KPD. Les deux organisations n'eurent pourtant stricto sensu aucun contact direct entre elles. Néanmoins l'endogamie des membres montre la perméabilité entre le Kulturbund et le Parti communiste.

3L'organisation a été surveillée et espionnée par les services de renseignement britanniques dès sa création (Special Branch de la Metropolitan Police et MI5), mais elle ne fut jamais interdite, bien qu'un grand nombre de ses membres communistes aient représenté un danger aux yeux des autorités britanniques. L'absence de persécution à l'égard de cette organisation la rendit a posteriori suspecte en RDA, dont les autorités considéraient comme problématiques les liens interpersonnels qui avaient pu être tissés par ses membres avec des citoyens britanniques durant la « préhistoire » du mouvement dans un pays capitaliste. Néanmoins dans une optique de récupération, tant politique qu'historiographique, le Kulturbund fut présenté uniquement comme une organisation de masse affiliée au KPD en exil (Hoffmann, 1980 : 197). Les historiens Charmian Brinson et Richard Dove s'interrogent d'ailleurs sur le peu d'études historiques à propos de cette organisation, tant à l'ouest qu'à l'est de l'Allemagne après 1945 et en font l'état des sources (Brinson et Dove, 2015 : 125).

  • 3 Les dossiers personnels, « Personal Files », sont classés dans la section KV2 des Archives National (...)
  • 4 « The real importance of Mr. Jurgen Kuczynski lies in the fact that he has brought out of Germany t (...)

4Les dossiers du MI5 concernant directement le Kulturbund n'ont pas été à ce jour déclassifiés. Il est cependant possible d'étudier celui-ci à travers le large panel de « personal files » (PF) de ses membres, qui sont désormais accessibles3. Ces dossiers rassemblent les rapports de surveillance des différents services de sécurité du Royaume-Uni, du MI5 à la Special Branch de la Metropolitan Police, les compte-rendus des différents indicateurs ainsi que la surveillance du courrier de certains des membres. Parmi les dirigeants actifs du FDKB, les dossiers de surveillance des artistes expressionnistes et dadaïstes Oskar Kokoschka et John Heartfield (Helmut Herzfeld) ou de l'historien de l'économie Jürgen Kuczynski sont des sources de premier plan pour l'étude de cette organisation, car ils permettent de mettre au jour les distorsions entre les statuts officiels et les objectifs réels de ses membres fondateurs. Le Freier Deutscher Kulturbund a agi comme une véritable entreprise de propagande par le biais de son organe, Inside Nazi Germany, usant de moyens modernes de communication, grâce à l'argent du KPD dont l'économiste Jürgen Kuczynski avait la charge4..

5Ces sources diverses permettent également d'analyser les évolutions de ces objectifs en fonction de la progression du conflit mondial. En effet, le Kulturbund eut une position ambiguë au moment du pacte germano-soviétique, car il lui fallut trouver jusqu'en juin 1941 une fragile via media entre antinazisme, soutien à l'URSS et prudence vis-à-vis de la terre d'accueil britannique. L'intérêt que portent les autorités britanniques à cette organisation est aussi un moyen d'évaluer sa portée et de mesurer l'évolution de son influence en Grande-Bretagne à travers les réseaux de sociabilité particuliers de ses membres, les émigrés allemands.

  • 5 « The Continuation of Politics By Other Means »

6Par le biais de ses acteurs, nous nous proposerons de montrer les enjeux du contrôle politique de l'organisation par les communistes allemands en Grande-Bretagne (I). Malgré des objectifs apparemment apolitiques ou trans-partisans, cette organisation était donc un outil idéologique pour faire de « la politique par d'autres moyens5 » (Brinson et Dove, 2008 : 1), l'organe culturel devant promouvoir le parti communiste et ses intérêts (II). Enfin, l'analyse du public, particulier et restreint, et des activités de cette organisation révèle ses tentatives d'ouverture vers la population britannique et les tensions fortes que cette ouverture a pu provoquer entre les différents acteurs (III).

Une organisation communiste allemande en Grande-Bretagne

  • 6 « Einige Monate bevor der Krieg ausbrach, gründete ich die “Free German League of Culture” ». 
  • 7 « […] 47 Downshire Hill, N.W.3. This address was said to be where Fred UHLMAN lived and the secret (...)
  • 8 Le peintre expressionniste avait fui l'Allemagne en 1934, le régime nazi considérant son art comme (...)
  • 9 « Die tägliche Kulturbund-Arbeit leisteten im allgemein Genossen, die von anderen Funktionen entlas (...)

7La paternité réelle du Kulturbund est difficile à établir, car elle est revendiquée par de nombreuses personnes issues du milieu des émigrés allemands en Grande-Bretagne, mais de sensibilités politiques différentes, ce qui semble révéler l'ambiguïté de l'affiliation et des objectifs de cette organisation dès sa création. Fred Uhlman, un avocat allemand proche des sociaux-démocrates, reconverti en artiste lors de son exil, déclare dans ses Mémoires avoir fondé la Free German League of Culture quelques mois avant le déclenchement de la guerre6 (Uhlmann, 1998 : 268). Charmian Brinson et Richard Dove attestent en effet, en s'appuyant sur les dossiers de surveillance du MI5, que la décision d'établir le Kulturbund a bien été prise lors d'une réunion qui a eu lieu dans la maison de Fred Uhlmann, Downshire Hill, à Hampstead (Brinson et Dove, 2008 : 4). Selon eux, il est l'un des seuls émigrés à avoir disposé de la place suffisante pour abriter un tel rassemblement, car il disposait d'un vaste logement du fait de son mariage avec une Britannique fortunée, Diana Croft, fille de Sir Henry Page Croft, membre du Parlement (Brinson et Dove 2008 : 4). La surveillance de l'organisation effectuée dès sa création par la Special Branch de la police métropolitaine londonienne, que l'on peut retrouver par bribes dans certains dossiers personnels, affirme en 1940 que la première domiciliation du Kulturbund s'était faite à cette adresse, « où vivait Fred Uhlman et [qui] était le lieu des réunions secrètes des communistes allemands7. » Ce dernier en devient, dès sa création, le président (Chairman) et est assisté dans sa tâche par Hans Schellenberger, un ancien enseignant (Brinson et Dove, 2008 : 4) et par un comité directeur dans lequel siège, entre autres, l'artiste Oskar Kokoschka8 (Malet, 2008 : 55). Le premier président du Kulturbund n'est donc pas un communiste, ce qui semble montrer que l'organisation souhaite se mettre officiellement à distance des partis politiques. Cependant son fonctionnement quotidien a été pris en charge « en majorité [par] des camarades [communistes], qui ont été déchargés d'autres fonctions comme Hans Schellenberger et plus tard Hans [Johann] Fladung9. » (Kuczynski, 1973 : 300). Hans Schellenberger, qui occupait la fonction pivot de secrétaire-général (Secretary) de l'organisation, était en effet à la fois membre du parti communiste allemand, le KPD, en exil, et du Kulturbund.

  • 10 « […], da ich damals Polleiter war, erhielt ich die erste Mitgliedskarte […], die aber die Nummer 2 (...)

8D'autres personnalités revendiquent toutefois cette paternité. Selon Jürgen Kuczynski, le Freier Deutscher Kulturbund a été créé officiellement le 1er mars 1939 sur l'initiative de communistes allemands en Grande-Bretagne. Il explique aux lecteurs de ses Mémoires, publiées en RDA, qu'il a joué un rôle fondamental dans cette création en affirmant que, « comme [il] étai[t] à l'époque Polleiter [Politischer Leiter du KPD], il reçut la première carte de membre, […] qui porte cependant le numéro 25110. » (1973 : 300). Il semble donc établir dans son récit que son statut de dirigeant du KPD faisait de lui de manière automatique le dirigeant du Kulturbund en conformité avec la doxa historiographique est-allemande. Néanmoins, aucune source à notre disposition ne permet d'établir une directive directe du KPD dans ce sens.

  • 11 « Marguerite war während meiner Internierung umgezogen, da der Kulturbund die Räume in unserer alte (...)
  • 12 Cross reference du MI5, 22 septembre 1941, extrait du rapport de Hi. n° 159 59, “Member's Meeting o (...)

9Il paraît toutefois surprenant que le fondateur du Kulturbund n'ait pas reçu la carte portant le premier numéro. Il est vrai que le récit de la création reste confus dans la mémoire de Jürgen Kuczynski, si l'on tient pour véridique le fait qu'il fût à l'origine de la création de l'association culturelle. Il argumente par la suite qu'il n'aurait pas été judicieux pour lui de recevoir la carte portant le premier numéro, car il voulait placer le Kulturbund au-dessus des partis et donc mettre en avant les membres n'ayant aucune appartenance politique en leur attribuant les cartes portant les premiers numéros (Kuczynski, 1973 : 300). Selon lui, les véritables dirigeants de l'association auraient été communistes et seraient restés dans l'ombre pour rester discrets vis-à-vis des autorités britanniques. Les communistes allemands en Grande-Bretagne étaient tiraillés entre leurs convictions politiques, qui les poussaient à dénoncer le caractère impérialiste du très libéral Royaume-Uni, et leur quotidien dans ce pays qui les avait accueillis après leur fuite de l'Allemagne nazie. Il est donc possible de supposer que les véritables dirigeants de cette organisation restent dans l'ombre pour protéger sa façade d'association apolitique, bien qu'elle ait été une organisation communiste. Cette version de Jürgen Kuczynski est plausible et s'insérerait dans le récit de Fred Uhlmann qui n'aurait été, malgré lui, qu'un instrument du KPD. La politique prit d'ailleurs rapidement le pas sur le caractère non-partisan du Kulturbund. À l'automne 1939, l'écrivain autrichien Hans Flesch, un « gauchiste non aligné » (unaligned left-winger) proche du KPD, succède à Fred Uhlmann comme président (Brinson et Dove, 2008 : 8). L'organisation s'installe au début de l'année 1940 dans l'ancien logement de Marguerite et Jürgen Kuczynski, au « 36a Upper Park Road, Belzice Park » (Kuczynski, 1973 : 300). En effet, « durant [l'] internement [de Jürgen Kuczynski en avril 1940], Marguerite avait déménagé, car le Kulturbund avait besoin des locaux de son ancien logement11. » (Kuczynski, 1973 : 372). L'emprise, matérielle et morale, de Jürgen Kuczynski, et à travers lui des organes du parti communiste en exil, sur le Kulturbund s'accentue d'autant plus lorsqu'en septembre 1941, il devient membre du directoire du comité12.

  • 13 Rapport du MI5 sur le « General Meeting of the Kulturbund », 19 octobre 1942 ; TNA-KV2/1874/239b.
  • 14 Si Johann Fladung fut publiciste et éditeur, il ne commença son activité qu'après la Seconde Guerre (...)

10Durant les premiers mois de l'année 1940, le Kulturbund a réussi à consolider et à augmenter le nombre de ses membres : ils étaient 1226 en mai, nombre auquel il faut ajouter les 102 membres britanniques, grâce au développement de branches locales à Birmingham, Manchester, Glasgow et Leeds (Brinson et Dove, 2008 : 8). Cet élargissement numérique et géographique conduit à un changement de statut en 1943. En janvier de cette même année, le Kulturbund tient sa première Landeskonferenz à Londres, durant laquelle il est proposé de transformer la League en une organisation nationale13. Les statuts sont modifiés en conséquence et les nouveaux dirigeants élus, Johann Fladung comme président et Siegfried Zimmering comme secrétaire-général, étaient des communistes convaincus. Ils n'étaient ni l'un ni l'autre des artistes ou des intellectuels14, mais des permanents du parti, membres du comité central du KPD en exil.

« La politique par d'autres moyens » : la culture pour promouvoir le parti

  • 15 Cross reference du MI5, 22 septembre 1941, extrait du rapport de Hi. n° 159, “Member's Meeting of t (...)
  • 16 « Liebe Margrit, Ich will Dir also nochmals schriftlich, was ich bereits muendlich getan habe, mein (...)
  • 17 « Bald besaß der Kulturbund eine gute Bibliothek, die Marguerite mit großen Erfolg aufbaute und lei (...)

11Pour les historiens Charmian Brinson et Richard Dove, le Kulturbund permettait de « poursuivre la politique par d'autres moyens », car il était au service des communistes allemands en Grande-Bretagne (2008 et 2010). Ce groupe y avait trois objectifs, dont le premier était l'envoi de tracts et de brochures à destination de l'Allemagne. Ce travail est rapidement compromis dans les mois qui suivent la création du FDKB, les communications postales étant interrompues avec la déclaration de guerre. Le Kulturbund se concentre dès lors sur les deux autres objectifs fixés par ses statuts : l'action en Grande-Bretagne à destination des forces progressistes et le travail de propagande antifasciste au sein de l'émigration allemande (Kuczynski, 1973 : 284-285). Dans ce dernier but, la bibliothèque du Kulturbund a joué un rôle central. Celle-ci est dirigée durant toute la durée de la guerre par Marguerite Kuczynski15, dont le travail est apprécié par la direction, comme le lui écrit Hans Fladung au mois d'août 194316. La bibliothèque était un des points d'ancrage pour les exilés allemands, car elle comptait un grand nombre d'ouvrages, certains issus de la bibliothèque personnelle de la famille Kuczynski, qu'ils avaient réussi à sauver lors de leur émigration d'Allemagne. Elle semble être une des réussites du Kulturbund et « fut utilisée avec ardeur par un grand nombre d'émigrants, également d'origine bourgeoise17 », car elle contenait, outre les ouvrages marxistes-léninistes, un grand nombre de classiques de la littérature allemande (Kuczynski, 1973 : 300). Elle permit, sinon de rallier directement à leur cause les exilés non-communistes, du moins de les attirer vers le Kulturbund et de faire de celui-ci un lieu de rassemblement et de rencontre des exilés allemands à Londres.

  • 18 Lettre d'Hermann Budzislawski, Paris, 22 juin 1939, remerciant Kuczynski pour les 50 livres qu'il a (...)
  • 19 Lettre d'Heinrich Mann à Kuczynski, Sanary, 10 juillet 1939, confirmant la réception d'un chèque de (...)
  • 20 Lettre d'Hermann Budzislawski à Kuczynski, Paris, 19 mai 1939 ; KNL-Kuc2/1/1844.
  • 21 Heinrich Mann, qui a fui l'Allemagne pour la France dès février 1933, forme avec d'autres émigrés u (...)
  • 22 Lettre de Jürgen Kuczynski à Heinrich Mann, non datée ; KNL-Kuc8/2/M257 ; La lettre est écrite en f (...)
  • 23 Avec un tel titre, les responsables du Kulturbund insistent sur le fait que la libération de l'Alle (...)
  • 24 Lettre d'Heinrich Mann à Jürgen Kuczynski, Nice, 20 octobre 1939 ; KNL-Kuc8/2/M259.

12Le Freier Deutscher Kulturbund soutient également financièrement les organisations d'exilés allemands situées sur le continent, envoyant de fortes sommes à la fois à la Weltbühne18 et à l'Aktions-Ausschuss Deutscher Oppositioneller19, grâce à l'argent du KPD. La collaboration avec ces organisations mène à des échanges plus directs avec Heinrich Mann à l'été 1939. Celui-ci prévoit de faire un voyage en Grande-Bretagne afin de s'y adresser aux réfugiés allemands dans le cadre d'une conférence au Kulturbund, qui doit se charger de l'accueillir20. Si le voyage ne peut finalement avoir lieu, sa planification montre le crédit de cette organisation auprès des plus illustres émigrés allemands21. Le Freier Deutscher Kulturbund veut profiter de ces réseaux d'exilés, de leur caution morale et de leurs expériences pour les mettre à profit de sa propre organisation en Grande-Bretagne. À l'automne 1939, Heinrich Mann est informé de la création d'un périodique affilié au Kulturbund et il lui est demandé des conseils organisationnels ainsi qu'une contribution pour cette future revue22. L'écrivain participe au développement de l'organe du Kulturbund et fait parvenir à Londres en octobre 1939 un article, devant être publié dans la revue Inside Nazi Germany créée à cette époque23. Dans sa contribution, il propose une attaque virulente de l'Allemagne nazie24. L'aura du nom d'Heinrich Mann sur cette revue eut un effet immédiat sur les autorités en charge de la surveillance des exilés allemands, à tel point que la Sûreté française, qui attribue la paternité de la revue à Heinrich Mann, écrit au Secret Intelligence Service à la fin du mois de janvier 1940 pour faire part de ses inquiétudes :

  • 25 Après la signature du pacte germano-soviétique le 23 août 1939, les autorités françaises et britann (...)
  • 26 « A bulletin entitled “Inside Nazi Germany”, the author of which is Heinrich Mann, is being printed (...)

« Un bulletin intitulé « Inside Nazi Germany », dont l'auteur est Heinrich Mann, est imprimé en Angleterre et envoyé aux communistes allemands internés en France […]. Serait-il possible de faire quelque chose au Royaume-Uni pour réprimer ces pratiques, car le communisme25 est maintenant interdit en France ? »26

  • 27 Courrier du Ministry of Information, Permit Branch au MI5, autorisation de I.N.G. Publication Ltd., (...)
  • 28 Note du SIS, mai 1940 ; TNA-KV2/1872/87a.
  • 29 Rapport de la police d'Oxford, 24 décembre 1940 ; TNA-KV2/1872/112b.

13Enfin, en parallèle de sa revue et dans l'optique de la diffuser, le Kulturbund dispose à partir de décembre 1939 de sa propre maison d'édition indépendante, enregistrée sous le même nom de Inside Nazi Germany Publication Ldt. Autorisée par le ministère de l'Information britannique, cette société est dirigée par quatre directeurs – Hans Flesch-Brunningen, le directeur du Kulturbund, Alfred Kerr, l'artiste Oskar Kokoschka et Jürgen Kuczynski27 – et est financée par l'argent du parti communiste allemand (KPD)28. Ses publications sont diffusées par les militants communistes britanniques du Communist Party of Great Britain (CPGB) qui les distribuent en même temps qu'ils vendent l'organe du parti, le Daily Worker29. La maison d'édition diffuse les travaux du Kulturbund et participe à l'organisation de l'exposition Allies Inside Germany en 1942, grâce à laquelle il cherche à atteindre le public britannique.

Le public du Kulturbund

  • 30 « The Stalinist Treaty policy with Germany is, according to KUCZYNSKI, the only way of insuring a n (...)
  • 31 Rapport de la source Hi. n° 18, 17 janvier 1941 ; TNA-KV2/1872/116b.

14Le premier public du Kulturbund fut celui des émigrés allemands pour lesquels l'organisation se faisait le relais du mouvement communiste et de la doxa officielle de l'URSS. En février 1941, à l’occasion de l’une de ses conférences au Kulturbund, Jürgen Kuczynski affirme que « la politique stalinienne d'un traité avec l'Allemagne est la seule voie pour garantir le futur dans une Allemagne libre et nouvelle30. » Défendant la politique du pacte germano-soviétique devant un public majoritairement composé d'Allemands, il continue pourtant d'affirmer que la politique hitlérienne va à l'encontre des intérêts de la classe ouvrière et que l'Allemagne est une dictature contre laquelle il faut lutter31. Cet argumentaire le pousse également à dénoncer la guerre « impérialiste » menée par la Grande-Bretagne, alors qu'il est lui-même une victime de la persécution nazie et des bombardements allemands sur Londres à l'été 1940 (Kuczynski, 1997 : 92). Ceci implique donc qu'il s'adresse majoritairement à des sympathisants communistes allemands, qui ne peuvent qu’approuver ses propos, car soutenant eux-mêmes la ligne officielle imposée par l'URSS. Certains émigrés ont néanmoins été réticents à cette mainmise des communistes sur le Kulturbund. Le militant pacifiste social-démocrate Kurt Hiller fut l'un des premiers à se distancier du Kulturbund. Il fonda au début de l'année 1939 le Groupe des auteurs allemands indépendants (Gruppe unabhängiger Deutscher Autoren) qui se positionnait comme « antithèse au Freier Deutscher Kulturbund régenté par le communisme. » Quatre années plus tard, il fonda, le 1er janvier 1943, le Club 43 visant à rassembler les personnalités de culture allemande ayant quitté le Kulturbund et son « influence communiste doctrinaire. » (Brüning, 2008 : 76). La scission au sein du mouvement des émigrés allemands est toutefois à relativiser, le Club 43 n'obtint jamais le même degré d’audience que le Kulturbund (Berghahn, 2007 : 150-151).

  • 32 Par exemple le photomontage Five Minutes Before Twelve, réalisé pour l'exposition.
  • 33 « Die Ausstellung „Allies in Germany” ist ein großer Erfolg. Nach kurzer Zeit zählten wir den 1000. (...)
  • 34 « Die Besucher sind außerordentlich beeindruckt von den Leistungen der Opposition in Deutschland in (...)

15Ce travail à destination de la sphère des émigrés allemands s'accompagne d'un travail de communication à destination de la population britannique, renforcé après l'entrée en guerre de l'URSS en 1941 aux côtés du Royaume-Uni qui donne aux communistes une certaine liberté. Le Kulturbund organise du 3 au 26 juillet 1942 une exposition intitulée Allies Inside Germany dans un grand magasin désaffecté, à Regent Street à Londres. Cette exposition, qui rassemblait des photographies dénonçant la barbarie nazie, des diagrammes, des ouvrages littéraires mais aussi des collages de l'artiste John Heartfield32, voulait mettre en avant l'opposition à Hitler à l'intérieur de l'Allemagne nazie (Vinzent, 2005 : 330). Elle semble avoir rencontré un franc succès comme l'écrit Jürgen Kuczynski à son camarade exilé au Mexique, Alexander Absuch, le 9 juillet 1942 : « L'exposition “Allies in Germany” est un grand succès. Très rapidement nous atteignîmes le millième visiteur et très bientôt nous atteindrons le dix-millième33. » Cependant, cette entreprise de communication repose sur une erreur d'interprétation. Jürgen Kuczynski assure à son destinataire que « les visiteurs sont extrêmement impressionnés par les réalisations de l'opposition au sein de l'Allemagne dans les neuf dernières années34. » Cette surinterprétation du poids de l'opposition en Allemagne, au plus fort de la guerre, est révélatrice de la distance et de l'ignorance complète de la situation allemande par le comité directeur du Kulturbund, qui reste persuadé, comme l'étaient les dirigeants du KPD en exil eux-mêmes, qu'un important mouvement de résistance subsiste en Allemagne.

  • 35 « Die englische Regierung hat 2600 Exemplare von meinen „Economics of Barbarism“ gekauft, was zeigt (...)

16Même si cette position repose sur un postulat erroné, elle représente en soi une très bonne entreprise de propagande à l'égard de la population et du gouvernement britannique. La presse britannique elle-même, s'en fait le relais, comme le Glasgow Herald du 7 septembre, puis du 24 octobre 1942, présentant avec enthousiasme la venue de l'exposition dans cette ville en novembre de la même année. Avec l'évolution du conflit et l'entrée en guerre de l'URSS aux côtés de la Grande-Bretagne, le gouvernement britannique lui-même utilise les forces du Kulturbund et sa capacité à mobiliser les émigrés allemands dans la lutte contre le nazisme en soutenant de telles actions. Il aurait acheté au Kulturbund 2600 exemplaires de l'une de ses brochures, Economics of Barbarism, parue aux éditions Inside Nazi Germany35. De son côté, l'association se trouve également contrainte d'adapter sa stratégie politique. Elle supporte sans réserves l'effort de guerre britannique, et par là-même son nouvel allié, l'Union Soviétique après son entrée en guerre contre l'Allemagne nazie. (Brinson et Dove, 2008 : 11). Si les difficultés rencontrées par le Kulturbund dans son action avant 1941 semblent se résoudre dans la « Grande Alliance » entre le communisme et le libéralisme, certains émigrés restent néanmoins méfiants vis-à-vis de cette organisation qui s'assume de plus en plus comme communiste. Cette tension persistante est le révélateur de l'ambiguïté originelle de l'organisation culturelle allemande.

Affiche de l'exposition « Allies Inside Germany », du 3 au 26 Juillet 1942, Londres

The JBS Haldane Papers – HALDANE/4/21/6/4 – b19921755 (©Wellcome Library)

17L'utilisation du Freier Deutscher Kulturbund par le mouvement communiste allemand en Grande-Bretagne durant la guerre fut bel et bien une entreprise moderne de communication politique. Sous couvert de cette organisation, les communistes exercèrent, grâce à une propagande efficace, une démonstration de force de la pensée allemande contre la « barbarie nazie. » La culture fut donc utilisée comme un moyen d'action pour les émigrés allemands en Grande-Bretagne. Outil de mobilisation, elle permit également d'offrir une autre vision de l'Allemagne auprès de la population et du gouvernement britannique.

18Dans l'immédiat après-guerre, le Kulturbund britannique s'éteignit lentement. Les principaux dirigeants regagnèrent progressivement l'Allemagne, et pour une grande majorité d'entre eux la Zone d'occupation soviétique, ce qui conduisit à la dissolution de l'organisation en Grande-Bretagne au début de l'année 1946 (Brinson et Dove, 2015 : 125).

Seitenanfang

Bibliografie

Badia, Gilbert et al. (1984) : Les bannis de Hitler. Accueil et luttes des exilés allemands en France (1933-1939). Saint-Denis (Presses Universitaires de Vincennes).

Behr, Shulamith et Malet, Marian (2005) : Arts in Exile in Britain 1933-1945 : Politics and Cultural Identity. The Yearbook of the Research Centre for German and Austrian Exile Studies, 6. Amsterdam (Rodopi).

Berghahn, Marion (2007) : German-Jewish refugees from nazi Germany, New-York, Oxford (Berghahn Books).

Brinson, Charmian et Richard Dove (2008) : « The Continuation of Politics By Other Means : The Freie Deutsche Kulturbund in London 1939-1946 », in : Grenville, Anthony et Andrea Reiter, dir. : “I didn't want to float ; I wanted to belong to something.” Refugee Organizations in Britain 1933-1945. The Yearbook of the Research Center for German and Austrian Studies, 10. Amsterdam (Rodopi), p. 1-25.

Brinson, Charmian et Richard Dove (2010) : Politics by Other Means : The Free German League of Culture in London, 1939-1945. Londres (Vallentine Mitchelle).

Brinson, Charmian et Richard Dove (2012) : « Friends and Enemies : the Freier Deutscher Kulturbund and the British, 1938-1946 », Agermion, 12.5, p. 136-145.

Brinson, Charmian et Richard Dove (2015) : A Matter of Intelligence. MI5 and the Surveillance of Anti-nazi Refugees 1933-50. Manchester (Manchester University Press).

Brinson, Charmian, Anna Müller-Härlin et Julia Winckler (2008) : “His Majesty's Loyal Internee” : Fred Uhlman in Captivity. Londres (Vallentine Mitchell).

Brüning, Jens (2008) : « Karawanserei des alten Europas. Die Geschichte des Club 1943 », in : Grenville, Anthony et Andrea Reiter, dir. : “I didn't want to float ; I wanted to belong to something.” Refugee Organizations in Britain 1933-1945. The Yearbook of the Research Center for German and Austrian Studies, 10. Amsterdam (Rodopi), p. 67-88.

Hoffmann, Ludwig et al. (1980) : Kunst und Literatur im antifaschistischen Exil 1933-1945, Band 5 : Exil in der Tschechoslowakei, in Grossbritannien, Skandinavien und in Palästina. Leipzig (Verlag Philipp Reclam).

Kuczynski, Jürgen (1973) : Memoiren. Die Erziehung des J.K. zum Kommunisten und Wissenschaftler. Berlin et Weimar (Aufbau-Verlag).

Kuczynski, Jürgen (1997) : Freunde und gute Bekannte. Gespräche mit Thomas Grimm. Berlin (Schwarzkopf & Schwarzkopf).

Malet, Marian (2008) : « Oskar Kokoschka and the Freie Deutsche Kulturbund : The Friendly Alien as Propagandist », in : Grenville, Anthony et Andrea Reiter, dir. : “I didn't want to float ; I wanted to belong to something.” Refugee Organizations in Britain 1933-1945. The Yearbook of the Research Center for German and Austrian Studies, 10. Amsterdam (Rodopi), p. 49-66.

Müller-Härlin, Anna (2005) : « “It all happened in this street, Downshire Hill” : Fred Uhlman and the Free German League of Culture », in : Behr, Shulamith et Marian Malet, dir. : Arts in Exile in Britain 1933-1945 : Politics and Cultural Identity. The Yearbook of the Research Centre for German and Austrian Exile Studies, 6. Amsterdam (Rodopi), p. 241-265.

Simonin, Chantal (2006) : Heinrich Mann et la France. Une biographie intellectuelle. Villeneuve d'Asc (Presses Universitaires du Septentrion).

Uhlman, Fred (1998): The Making of an Englishman. Erinnerungen eines deutschen Juden. Zurich (Diogenes).

Vinzent, Jutta (2005) : « Muteness as Utterance of a Forced Reality – Jack Bilbo’s Modern Art Gallery (1941-1948) », in : Behr, Shulamith et Marian Malet, dir. : Arts in Exile in Britain 1933-1945 : Politics and Cultural Identity. The Yearbook of the Research Centre for German and Austrian Exile Studies, vol. 6. Amsterdam (Rodopi), p. 301-337.

Seitenanfang

Anmerkungen

1 « Culture as a weapon in the struggle against the Fascism » ; Lettre de Jürgen Kuczynski, censurée lors de la surveillance du courrier par le Home Office, à Paul Merker, 1er janvier 1943 ; TNA-KV2/1875/260z, The National Archive, Kew, (dorénavant TNA).

2 « Der FDKB […] wurde auf Initiative der deutschen Kommunisten in England offiziell am 1. März 1939 gegründet. » 

3 Les dossiers personnels, « Personal Files », sont classés dans la section KV2 des Archives Nationales britanniques (The National Archives, Kew), c'est-à-dire celle du Security Service, MI5 (Military Intelligence, section 5), chargé de la lutte contre la subversion, notamment communiste.

4 « The real importance of Mr. Jurgen Kuczynski lies in the fact that he has brought out of Germany the whole funds of the German Communist Party. It is a very important sum, and the money is deposited at a Dutch bank » ; Note du SIS, mai 1940 ; TNA-KV2/1872/87a.

5 « The Continuation of Politics By Other Means »

6 « Einige Monate bevor der Krieg ausbrach, gründete ich die “Free German League of Culture” ». 

7 « […] 47 Downshire Hill, N.W.3. This address was said to be where Fred UHLMAN lived and the secret meeting place of German Communists. » ; Rapport de la Special Branch de la Metropolitan Police, 25 mai 1940 ; TNA-KV2/1872/92a.

8 Le peintre expressionniste avait fui l'Allemagne en 1934, le régime nazi considérant son art comme « dégénéré » ; en 1938 il doit fuir Prague et s'installe à Londres où il demeure jusqu'en 1953.

9 « Die tägliche Kulturbund-Arbeit leisteten im allgemein Genossen, die von anderen Funktionen entlastet waren, vor allem Hans Schellenberger und später Hans Fladung ».

10 « […], da ich damals Polleiter war, erhielt ich die erste Mitgliedskarte […], die aber die Nummer 251 trägt »

Cartes de membre du FDKB de Jürgen Kuczynski (KNL-Kuc4/2/156) et de Marguerite Kuczynski (KNL-Kuc4/2/212), Legs Kuczynski (Kuczynski Nachlass), Zentral- und Landesbibliothek, Berlin, dorénavant KNL. Ces deux cartes sont cependant isolées dans les archives, il est difficile de les mettre en relation avec celles des autres membres de premier plan.

11 « Marguerite war während meiner Internierung umgezogen, da der Kulturbund die Räume in unserer alten Wohnung brauchte. »

Jürgen Kuczynski a été interné en janvier 1940 en tant qu'« enemy alien ».

12 Cross reference du MI5, 22 septembre 1941, extrait du rapport de Hi. n° 159 59, “Member's Meeting of the Kulturbund” ; TNA-KV2/1873/164a.

13 Rapport du MI5 sur le « General Meeting of the Kulturbund », 19 octobre 1942 ; TNA-KV2/1874/239b.

14 Si Johann Fladung fut publiciste et éditeur, il ne commença son activité qu'après la Seconde Guerre mondiale, en RFA, par le biais du Demokratischen Kulturbundes der Bundesrepublik Deutschland.

15 Cross reference du MI5, 22 septembre 1941, extrait du rapport de Hi. n° 159, “Member's Meeting of the Kulturbund” ; TNA-KV2/1873/164a.

16 « Liebe Margrit, Ich will Dir also nochmals schriftlich, was ich bereits muendlich getan habe, meinen herzlichen Dank fuer Deine Arbeite in der Bibliothek aussprechen. » ; Lettre de Hans Fladung à Marguerite Kuczynski,18 août 1943 ; KNL-Kuc2/1/725.

17 « Bald besaß der Kulturbund eine gute Bibliothek, die Marguerite mit großen Erfolg aufbaute und leitete und die von zahlreichen, auch bürgerlichen Emigranten mit Eifer benutzt wurde. »

18 Lettre d'Hermann Budzislawski, Paris, 22 juin 1939, remerciant Kuczynski pour les 50 livres qu'il a envoyées ; KNL-Kuc2/1/B1848 ; La Weltbühne de Carl von Ossietzky fut interdite en Allemagne en mars 1933 après l'arrestation de ce dernier. Une Neue Weltbühne paraît à Prague dès avril 1933, puis à Paris de juin 1938 à août 1939, sous la direction d'Hermann Budzislawski.

19 Lettre d'Heinrich Mann à Kuczynski, Sanary, 10 juillet 1939, confirmant la réception d'un chèque de 100 livres ; KNL-Kuc8/2/M256.

20 Lettre d'Hermann Budzislawski à Kuczynski, Paris, 19 mai 1939 ; KNL-Kuc2/1/1844.

21 Heinrich Mann, qui a fui l'Allemagne pour la France dès février 1933, forme avec d'autres émigrés une « colonie » d'intellectuels allemands à Sanary-sur-Mer dans le Var.

22 Lettre de Jürgen Kuczynski à Heinrich Mann, non datée ; KNL-Kuc8/2/M257 ; La lettre est écrite en français, probablement pour ne pas ralentir le courrier du fait de la censure.

23 Avec un tel titre, les responsables du Kulturbund insistent sur le fait que la libération de l'Allemagne doit venir des forces internes au pays et non de l'extérieur, afin de justifier son opposition la guerre menée par la Grande-Bretagne. Après la signature du pacte germano-soviétique, les communistes allemands au Royaume-Uni obéissent aux directives de Moscou et s'opposent à la guerre.

24 Lettre d'Heinrich Mann à Jürgen Kuczynski, Nice, 20 octobre 1939 ; KNL-Kuc8/2/M259.

25 Après la signature du pacte germano-soviétique le 23 août 1939, les autorités françaises et britanniques réagissent différemment. Si le PCF est dissout le 26 septembre 1939, le CPGB (Communist Party of Great Britain) reste autorisé, comme les organisations communistes allemandes, ce qui crée une certaine confusion entre les deux pays alliés dans l'attitude à adopter face au communisme durant les premières semaines de la « drôle de guerre ».

26 « A bulletin entitled “Inside Nazi Germany”, the author of which is Heinrich Mann, is being printed in England and sent to German Communists interned in France. […] Cannot something be done in the U.K.to suppress these practices as Communism is now proscribed in France ? » ; Communiqué envoyé par la Sûreté française au SIS, 29 janvier 1940 ; TNA-KV2/1871/65ax.

27 Courrier du Ministry of Information, Permit Branch au MI5, autorisation de I.N.G. Publication Ltd., 4 juin 1940 ; TNA-KV2/1872/92e.

28 Note du SIS, mai 1940 ; TNA-KV2/1872/87a.

29 Rapport de la police d'Oxford, 24 décembre 1940 ; TNA-KV2/1872/112b.

30 « The Stalinist Treaty policy with Germany is, according to KUCZYNSKI, the only way of insuring a new and free Germany for the future. » ; Rapport de la source Hi. n° 30, 12 février 1941 ; TNA-KV2/1872/128a.

31 Rapport de la source Hi. n° 18, 17 janvier 1941 ; TNA-KV2/1872/116b.

32 Par exemple le photomontage Five Minutes Before Twelve, réalisé pour l'exposition.

33 « Die Ausstellung „Allies in Germany” ist ein großer Erfolg. Nach kurzer Zeit zählten wir den 1000. Besucher und bald werden wir 10 000 erreicht haben. » ; Lettre de Kuczynski à Alexander Abusch, 9 juillet 1942 ; TNA-KV2/1874/208bd.

34 « Die Besucher sind außerordentlich beeindruckt von den Leistungen der Opposition in Deutschland in den letzten 9 Jahren. » ; Lettre de Kuczynski à Alexander Abusch, 9 juillet 1942 ; TNA-KV2/1874/208bd.

35 « Die englische Regierung hat 2600 Exemplare von meinen „Economics of Barbarism“ gekauft, was zeigt, dass die Broschüre gerade jetzt nützlich ist. » ; Lettre de Jürgen Kuczynski à Alexander Abusch, 9 juillet 1942 ; TNA-KV2/1874/208bd.

Seitenanfang

Affiche de l'exposition « Allies Inside Germany », du 3 au 26 Juillet 1942, Londres
The JBS Haldane Papers – HALDANE/4/21/6/4 – b19921755 (©Wellcome Library)
URL http://trajectoires.revues.org/docannexe/image/2131/img-1.jpg
image/jpeg, 495k
Seitenanfang

Zitierempfehlung

Online-Version

Paul Maurice, « « La culture est une arme dans la lutte contre le fascisme » », Trajectoires [Online], 10 | 2016, Online erschienen am: 01 Dezember 2016, besucht am 30 April 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/2131

Seitenanfang

Autor

Paul Maurice

paul.maurice@paris-sorbonne.fr, Histoire et Civilisation allemande, Université Paris-Sorbonne / Universität des Saarlandes, chargé de cours à l'Université Paris-Est Créteil

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang