Navigation – Plan du site
Perspectives

Analyse du (dis)cours mémoriel allemand de la fuite et expulsion

Remarques de méthode et étude de cette mémoire dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung (1993-2005)
Alice Volkwein

Résumés

La mémoire collective allemande de la fuite et expulsion connaît un renouveau depuis le début des années 1990. Cette contribution présente les premiers résultats d’une analyse de ce discours mémoriel dans l’Allemagne réunifiée. Il s’agira tout d’abord d’exposer les avantages que présente, selon nous, l’analyse de discours d’inspiration foucaldienne pour l’étude interdisciplinaire de mémoires collectives. En se fondant sur une analyse qualitative des articles pertinents parus dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) entre 1993 et 2005, nous retracerons ensuite la structure et l’évolution du discours mémoriel contemporain sur la fuite et expulsion au cours de cette période.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la conférence inaugurale intitulée « Paradigmes de la mémoire » tenue par M.-Cl. Lavabre lors (...)

1Face à l’importance du phénomène mémoriel qui dépasse de nos jours le simple effet de mode et de la mémoire comme objet privilégié d’étude pour de nombreuses disciplines scientifiques, Marie-Claire Lavabre 1 distingue, pour les sciences humaines et sociales, trois paradigmes de la mémoire : l’approche historique des lieux de mémoire de Pierre Nora, les études sociologiques sur les cadres sociaux de la mémoire dans la lignée de Maurice Halbwachs et Jan Assmann et une perspective centrée sur les dimensions psychologiques de la mémoire à partir des notions de travail et de devoir de mémoire, ou encore de mémoire blessée, mises en valeur notamment par Paul Ricœur. Chaque paradigme cible des échelles, des objets et des enjeux d’étude différents.

  • 2 Les termes « fuite et expulsion » (Flucht und Vertreibung) désignent les mouvements de population f (...)

2L’objet de ma recherche – l’étude de la mémoire de la fuite et expulsion en Allemagne 2, une mémoire traumatique en pleine recomposition (passage du domaine communicatif au domaine culturel, pacification d’un lieu de mémoire longtemps instrumentalisé) – mais aussi l’ouverture interdisciplinaire – essentiellement sur l’histoire et la sociologie – des études de civilisation germanique dans lesquelles elle s’insert m’ont conduit à réfléchir à une approche qui permette de croiser ces paradigmes.

3C’est ici un bilan de ces réflexions méthodologiques qui est exposé, un bilan centré sur l’intérêt de l’analyse du discours d’inspiration foucaldienne pour l’étude de la mémoire collective dans l’espace public. Dans un second temps, je présenterai mes hypothèses sur le discours mémoriel de la fuite et expulsion dans l’Allemagne réunifiée construites à partir d’une analyse de discours dans la Frankfurter allgemeine Zeitung (FAZ) entre 1993 et 2005.

Analyse du discours et étude de la mémoire collective

4L’enjeu de cette recherche est de retracer chronologiquement l’évolution d’un lieu de mémoire en recomposition sans perdre de vue les enjeux sociaux d’une mémoire collective prise dans un rapport de dépendance et de reflet face à différents cadres sociaux et politiques. Faisant suite à une analyse sociologique de la mémoire communicative de cet événement dans le cercle privé familial, l’étude est centrée sur la dimension publique – médiatique, politique et muséographique – de cette mémoire.

  • 3 Il sera question ici d’« approche » et non de « théorie » ni de « méthode discursive » car les text (...)

5Sans présenter ici de façon exhaustive l’approche discursive 3 exposée par Michel Foucault dans L’Archéologie du savoir (1969) ni plaider pour une méthode spécifique – le terme d’analyse du discours regroupant une grande diversité de pratiques scientifiques (Bublitz et al., 1999 : 10-21 ; Keller et al., 2003 : 7-18) –, il s’agit de montrer en quoi l’étude des discours permet non seulement de conjuguer l’approche historique et sociologique mais convient en outre particulièrement à l’étude de la mémoire collective publique.

Intérêt de l’approche discursive pour une étude de la mémoire

6La spécificité de l’approche foucaldienne du discours par rapport à l’approche anglo-saxonne centrée sur l’étude concrète de la communication, ou à l’éthique du discours de Jürgen Habermas (1987), réside dans l’élaboration d’une théorie du discours conçu comme domaine de réalité spécifique entre « les mots et les choses », objet d’analyse de « l’archéologie du savoir », comme discours sur les discours. Au début de L’Archéologie figure l’invitation à s’affranchir d’une vision anthropologique du discours comme production d’un sujet. Par là, Foucault offre une nouvelle perspective sur le discours traité non comme « document, comme signe d’autre chose » mais « dans son volume propre, à titre de monument » (Foucault, 1969 : 182). La description archéologique des discours n’interroge pas ce qui serait caché « entre les lignes » ni l’intentionnalité d’un « auteur » mais « c’est la description systématique d’un discours objet » (ibid. : 183). Dans ce cadre-là, Foucault ne cherche pas à comprendre ou à interpréter les énoncés mais à expliquer leur avènement et leurs interrelations. Il se penche sur leurs règles de formation en se demandant pourquoi tel énoncé est apparu et nul autre à sa place et cherche à établir une « loi de rareté » et les formes spécifiques de cumul de ces énoncés (ibid. : 164). Au-delà des régularités et pratiques discursives (ibid. : 112), Foucault s’intéresse au discours comme objet d’une lutte de pouvoir. Parce que le discours est rare, qu’il est un bien fini avec ses règles d’apparition, il est « par nature, l’objet d’une lutte, et d’une lutte politique » (ibid. : 158). Il importe donc de s’interroger sur les conflits et stratégies dont tout discours fait l’objet, mais aussi sur le discours comme ressource politique.

7S’interroger sur une mémoire en tant que discours mémoriel permet ainsi d’appréhender le phénomène mémoriel en interrogeant sa temporalité mais aussi en tant qu’enjeu et phénomène social éminemment politique. Mais au-delà, l’approche constructiviste de Foucault, selon laquelle le discours résulte de pratiques produisant une vérité propre qui influence la réalité sociale qu’elle contribue à constituer (Bublitz et al., 1999 : 10-15), convient selon moi particulièrement à l’étude du phénomène mémoriel qui, en tant que présence du passé à travers le prisme du présent, constitue un ordre de « vérité » spécifique entre présent et passé qui interagit avec et influe sur l’espace public. D’autre part, en soulignant la qualité de « monument » du discours, Foucault permet de rapprocher le phénomène discursif du phénomène commémoratif. Dans nos sociétés régies par la communication, le discours est le premier « monument » de la mémoire. C’est à ce titre qu’il est l’objet de luttes dans l’espace public et c’est en vertu de cette matérialité propre qu’il constitue un objet d’étude spécifique.

8En résumé, on dira, par un jeu de mots facile mais significatif, qu’analyser la mémoire en tant que (dis)cours permet d’interroger le cours d’une mémoire, non seulement au sens d’« évolution temporelle » mais aussi au sens de « prix », de « valeur » connaissant des fluctuations en fonction de l’évolution globale d’un « marché mémoriel » lui-même soumis aux lois de la politique.

Vers une opérationnalisation de l’approche discursive

9Selon Foucault, la description archéologique est systématique, mais elle n’est ni structuraliste ni herméneutique, aussi loin de l’histoire des idées que de la linguistique. L’archéologie est avant tout définie de façon négative mais ne se constitue pas comme une méthode propre (Schrage, 1999 : 64-65). Si elle offre une nouvelle perspective en dévoilant un objet et en se focalisant sur les discontinuités, l’opérationnalisation du concept de discours varie d’une étude à l’autre. De fait, les études partagent surtout certains problèmes allant de la délimitation et définition du « discours » et du corpus étudié au problème des modes de traitement des données (Keller et al., 2003 : 10-12). Sans fournir de réponse, l’approche foucaldienne permet de poser les bonnes questions pour appréhender scientifiquement l’ordre discursif.

  • 4 L’ouverture thématique impliquée par cette définition est d’importance puisqu’elle permet d’étudier (...)
  • 5 Avec ses 951 000 lecteurs quotidiens, la FAZ se veut le quotidien de toute l’Allemagne depuis sa cr (...)

10Il convient donc tout d’abord de définir le discours mémoriel public de la fuite et expulsion. À partir de la définition de Dietrich Busse et Wolfgang Teubert (reprise dans Keller, 2001 : 30), il sera défini comme : l’ensemble des textes qui (a) traitent de cet événement historique 4 ; (b) sont en interrelation ; (c) ont été produits depuis 1990 dans l’espace public allemand. Cette définition circonscrit un corpus virtuel idéal, restreint dans le cadre de la thèse à l’ensemble des textes parus dans la presse suprarégionale (FAZ, Süddeutsche Zeitung [SZ], Der Spiegel, Die Zeit), mais aussi aux discours politiques au cours de cette période et aux discours muséographiques dans le cadre des expositions nationales montées en 2005 par la Maison pour l’Histoire (Haus der Geschichte, HdG) et par la Fondation pour un Centre contre les expulsions (Stiftung Zentrum gegen Vertreibungen, ZgV). L’étude de la presse constitue le cœur de cette analyse, en vertu du rôle privilégié des médias de masse en tant que tribune et acteurs centraux des débats publics. Ils constituent un corpus privilégié pour l’analyse empirique de discours publics (Keller, 2003b : 212) et du débat historique et mémoriel (Naumann, 1998 : 17). On traitera ici le discours dans la FAZ de 1993 à 2005, à la fois pour des raisons pragmatiques – l’analyse globale n’étant pas achevée – mais aussi en vertu de l’objet étudié. La FAZ est en effet le journal « faiseur d’opinion » 5 le plus engagé dans le discours sur la fuite et expulsion. Entre juillet 2003 et août 2004, au cœur du débat autour du projet du ZgV largement controversé depuis 1999, c’est dans la FAZ qu’est paru le plus grand nombre d’articles consacrés à ce sujet, si on le compare notamment à trois autres quotidiens allemands et polonais, la SZ, la Gazeta Wyborcza et Rzeczpospolita (Iada, 2006 : 66-69). Sur la période 1993-2005, la différence entre la FAZ et la SZ est claire : une recherche par mot-clef « Vertreibung der Deutschen » indexe plus de 2 000 titres pour la FAZ contre seulement 1 440 pour la SZ. Ces chiffres indicatifs – de nombreux articles indexés n’ayant pas directement trait à la fuite et expulsion des Allemands – se trouvent confirmés au terme d’une recherche multicritère. Le corpus constitué pour la FAZ est quantitativement deux fois plus important que pour la SZ. L’étude sur la FAZ permet ainsi une première radiographie des composantes et transformations de ce discours.

11Dans un second temps, il s’agit de constituer le corpus réel d’étude. Le corpus de presse a été rassemblé au moyen de plusieurs mots-clefs (Vertreibung, Vertriebene, Erinnerungskultur, etc.). 870 articles (de tout type) ont été sélectionnés dans la FAZ pour la période 1993-2005, les archives pour la période 1990-1993 n’étant pas disponibles sous forme digitalisée et 2005 étant le terme de notre étude.

  • 6 Dans le cadre d’une analyse de discours, la répétition du même processus qualitatif de traitement d (...)
  • 7 On entend par analyse de contenu une analyse s’attachant non plus à l’ordre du discours, tel que le (...)

12Ces articles ont été soumis à une analyse qualitative au cours de lectures successives de plus en plus ciblées permettant de sélectionner un corpus plus restreint en vue d’une analyse des schémas argumentatifs et narratifs 6. Le traitement des données combine successivement analyse du discours et analyse de contenu 7 dans le cadre d’une analyse de discours critique afin d’éclairer le discours dans toute sa complexité. Ne seront présentés ici que les résultats de l’analyse s’attachant à l’ordre du discours dans la FAZ de 1993 à 2005, première étape permettant de mettre en valeur l’évolution de ce discours mémoriel.

Le (dis)cours mémoriel allemand de la fuite et expulsion

De 1945 à 1989 : une mémoire « blessée »

  • 8 Pour plus de détails cf. Kittel (2007) ; Schwartz (1997) ; Volkwein (2007).

13Jusqu’en 1989, la mémoire de la fuite et expulsion fut « prise en otage » dans le cadre du conflit Est-Ouest et subordonnée aux intérêts politiques et mémoriels de la RFA et de la RDA 8.

14Alors que la RDA fit rapidement disparaître toute trace officielle de cette histoire allant à l’encontre de l’amitié proclamée entre les peuples membres du bloc soviétique et représentant un danger pour l’image de l’Armée rouge libératrice, la RFA d’Adenauer eut à cœur de subventionner la culture de ces régions perdues et de soutenir les organisations d’expulsés, mises en avant comme victimes de la barbarie soviétique. Avec l’Ostpolitik de Willy Brandt et le changement de paradigme mémoriel dans les années 1960-1970 qui a fait de l’Holocauste le point nodal de la mémoire collective en RFA, la mémoire des victimes allemandes (parmi lesquelles les expulsés) fut peu à peu écartée.

15Si ces politiques connurent des évolutions et qu’il serait faux de s’en tenir à une vision opposant tabouisation est-allemande et valorisation ouest-allemande de cette mémoire, l’instrumentalisation politique dont fut victime la mémoire de la fuite et expulsion entre 1945 et 1989 a pesé lourd sur le discours mémoriel public rouvert après l’unification allemande.

Radiographie du discours mémoriel de la fuite et expulsion en Allemagne depuis 1990

« Endlich jedenfalls glauben wir verstehen zu können, warum auch sechzig Jahre nach Kriegsende die Erinnerung und die Politik solche Mühe miteinander haben, genauer : warum bei aller Integration und bei viel gutem Willen auf allen Seiten ein unstillbares Gefühl nicht zur Ruhe kommt. Es ist wie ein Schwungrad, ein Perpetuum mobile. Man glaubt, es sei längst zum Stillstand gekommen, und doch dreht es sich immer weiter. » (Jeismann, 2005 : 39.)

16En soulignant d’une part le rapport difficile entre mémoire et politique et d’autre part l’agitation, l’inquiétude qui caractérise encore en 2005 un discours autour de la « fuite et expulsion » qui semble parfois tourner à vide, Jeismann résume en une phrase les deux traits principaux de ce discours mémoriel après 1989. Cette citation met en avant le sentiment d’incompréhension face à un discours mémoriel dont l’évolution semble cyclique et d’autant plus incontrôlable qu’elle reste aujourd’hui peu étudiée. La nécessité d’une analyse en profondeur de ce discours ressort clairement de l’état de la recherche sur le sujet (voir Lotz, 2005). En effet, si les travaux sur l’histoire de la fuite et expulsion ont connu un essor important ces dernières années, l’étude de la mémoire de ce complexe événementiel fait apparaître de nombreux déficits. De récents travaux ont été consacrés à l’histoire de cette mémoire avant 1989 (Kittel, 2007 ; Lotz, 2007) ainsi qu’à la mémoire familiale de cette mémoire, notamment d’un point de vue psychologique ou par le recueil de témoignages (Moller et Tschugnall, 1999 ; Bömelburg et al., 2000 ; Engelhardt, 2000 ; Hirsch, 2004 ; Satjukow, 2007). L’analyse de la mémoire collective publique de cet événement après 1989 en revanche a pour le moment seulement fait l’objet de courts articles ne reposant pas sur des études systématiques, ce qui s’explique, en partie, par le fait que les spécialistes allemands de la fuite et expulsion sont partie prenante de ce discours mémoriel en pleine évolution.

  • 9 Ne considérer que les titres des articles pour une analyse quantitative répond non seulement à un p (...)

17Cette recherche vise précisément à combler ce manque en dépassant le constat de l’ouverture d’une nouvelle phase mémorielle après 1989 pour se pencher sur la structure et la dynamique interne du discours mémoriel depuis 1989. Les hypothèses présentées ci-dessous se fondent donc sur une étude propre : l’analyse qualitative de la structure thématique et sémantique du discours dans la FAZ entre 1993 et 2005, ainsi que sur une analyse sémantique quantitative des titres d’articles recueillis 9. Pour ce faire, on s’attachera à distinguer les différents niveaux de discours (politique, juridique, historique, mémoriel, social, identitaire), les variations d’échelles (local, national, binational, européen, mondial), les différents milieux dans lesquels se développe le discours (privé, associatif, médiatique, scientifique, politique), les sous-discours thématiques composant le discours général sur la fuite et expulsion et enfin les champs sémantiques et concepts centraux pouvant parfois constituer à eux-seuls un sous-discours central.

18La répartition quantitative des articles au fil de la période et en fonction des mots-clefs utilisés pour la constitution du corpus fait d’emblée ressortir les années 1995, 1999 et 2002 comme les années avec le plus grand nombre d’articles pertinents pour le discours étudié. L’année 1995 voit ainsi un premier bond quantitatif (87 articles sélectionnés contre 44 en 1994) et un véritable palier puisque les chiffres des années suivantes, en baisse par rapport à 1995, resteront néanmoins supérieurs aux années antérieures. La recrudescence d’articles en 1999 reste un pic isolé n’entraînant pas – d’un point de vue quantitatif – une amplification du discours en 2000-2001. Celui-ci connaît un nouveau bond en 2002 (84 contre 51 en 2001), qui marque un nouveau palier dont le pic quantitatif a lieu en 2003 (97 articles). Ces données quantitatives délimitent les contours d’une chronologie confirmée par l’analyse qualitative. Trois grandes périodes se dégagent autour des années charnières que sont 1998 et 2002. 1995 et 1999 apparaissent comme des années repères marquées par une intense activité discursive dont ressortent de nouveaux paradigmes importants à long terme.

19La période allant de 1993 à 1997 s’inscrit, à l’exception de 1995, dans la droite ligne des années 1990-1992 marquées par les négociations politiques et territoriales entre l’Allemagne, la Pologne et la République tchèque. Le discours se développe essentiellement au niveau politico-juridique et avant tout à l’échelle bilatérale des relations germano-polonaise et germano-tchèque. Si les relations germano-polonaises sont très rapidement présentées comme un modèle de réconciliation – comparé parfois au cas franco-allemand – reposant sur une communauté d’intérêts et permettant une ouverture rapide de débats historiques sur la fuite et expulsion en Pologne, le discours est avant tout dominé par les controverses germano-tchèques sur la question des Sudètes. Comme dans les années 1990-1992, l’échelle régionale est présente avec des reportages réguliers sur les minorités allemandes en Europe centrale et orientale. La faible résonance du discours dans la sphère publique élargie se voit dans l’absence quasi-totale d’auteurs externes au journal, en dehors du courrier des lecteurs.

20L’année 1995 présente une tout autre structure. En effet, c’est le niveau historique et mémoriel qui prédomine, ce qui s’explique aisément par le 50e anniversaire de la fin de la guerre. Les échelles nationale et européenne deviennent déterminantes mais restent dissociées. Le cadre européen émerge comme contexte important d’un point de vue historique, mais le niveau mémoriel est traité à l’échelle nationale, ce qui constitue une nouveauté par rapport au début des années 1990. Contrairement au discours politique centré sur des sous-discours spécifiques, le discours mémoriel appréhende en 1995 le thème de la fuite et expulsion comme un tout par rapport à d’autres mémoires. Mais si la mémoire du bombardement des villes allemandes trouve en 1995 sa place dans la mémoire collective de l’Allemagne unifiée, la situation de la mémoire de la fuite et expulsion est plus controversée car elle ne peut s’appuyer sur un symbole fédérateur comme l’est Dresde. (Naumann, 1998 : 33-39). Dans ce cadre-là, la FAZ joue dès 1995 un rôle particulier en offrant aux partisans d’une revalorisation mémorielle une tribune privilégiée.

21L’apparition d’un discours global sur la fuite et expulsion comme complexe thématique et l’importance de l’échelle nationale et européenne se confirme en 1996-1997, même si le niveau politique redevient prioritaire. La signature de la déclaration germano-tchèque marque la fin de cette première phase caractérisée par la prédominance du politique. La fuite et expulsion semble en phase d’historicisation, le temps de la polémique passé et un consensus national en voie d’élaboration, avec en mai 1998 la résolution du Bundestag sur les droits des expulsés. Les années 1998-2001 sont marquées par un équilibre rare des niveaux de discours. Si la résolution du Bundestag suscite de vives réactions en Pologne, le débat ne s’enflamme pas au point d’occulter les autres sous-discours. Le discours national sur la fuite et expulsion occupe une place importante (le mot « Vertreibung » est de plus en plus fréquent dans les titres). Le cadre européen, devenu obligatoire, prend une importance grandissante avec l’aggravation de la situation dans les Balkans. Mais si 1998 apparaît comme une année charnière, c’est également en raison de l’arrivée de nouveaux protagonistes. Outre Gerhard Schröder à la Chancellerie, l’élection d’Erika Steinbach à la tête du Bund der Vertriebenen (BdV) change la donne. Imposant sa présence dans les médias, elle s’engage avec force dans la promotion du discours mémoriel enclenché en 1995. Si les revendications politiques (contre la réduction des aides étatiques allouées aux projets culturels des organisations d’expulsés) et juridiques (notamment sur les questions de propriété) ne sont pas abandonnées, les années 1998-2001 sont caractérisées par l’importance constante du niveau historique et mémoriel. Le discours strictement mémoriel est ravivé et restera dominé par la soumission, fin 1999, du projet du Centre contre les expulsions (ZgV) à l’initiative d’une Fondation spécialement créée par Steinbach et le BdV. Sur fond de controverse soulevée par Martin Walser invitant à « tourner la page d’Auschwitz », ce projet rencontre tout d’abord un écho plutôt positif. Le thème de la fuite et expulsion gagne en visibilité et atteint des milieux plus vastes, comme l’atteste le nombre grandissant de personnalités du monde politique, scientifique et intellectuel qui prennent part au débat dans la FAZ. L’engagement de Günter Grass en faveur de la mémoire, de la réconciliation germano-polonaise puis de la mémoire de la fuite et expulsion avec son roman En Crabe en 2002 contribue fortement à populariser le sujet en affranchissant de son image amorale une mémoire touchant de près la question de la culpabilité allemande. Sans disparaître, la dimension morale se voit opposer une sémantique affective mettant l’accent sur la souffrance des expulsés. La recrudescence du terme de « victimes » et du champ lexical de l’émotion dans les titres d’articles attestent de la subjectivisation de cette mémoire. Ce mouvement commun à l’ensemble des cultures mémorielles contemporaines confrontées à la disparition des témoins des deux uerres mondiales s’accentue avec l’entrée en scène des médias comme acteur du discours. La FAZ conserve le rôle privilégié constaté en 1995. 2001 est par ailleurs l’année des grands documentaires télévisés aux titres révélateurs : Les expulsés, dernières victimes d’Hitler (diffusée par le MDR/ARD) et La grande fuite, le destin des expulsés (réalisé par Guido Knopp pour la chaîne ZDF).

22Par ailleurs, le chiffre record d’articles constaté pour 1999 s’explique par l’effet de contexte que suscite la catastrophe au Kosovo. La retransmission en direct et en images des expulsions au Kosovo relance à la fois le souvenir individuel des expulsés de 1945 et souligne la nécessité d’une histoire européenne des expulsions au xxe siècle. Les débats sur les avantages et limites d’une comparaison entre 1945 et 1999 sont nombreux et contribuent à sensibiliser l’opinion publique à la souffrance des populations expulsées. Dans le même temps, le cadre européen gagne en importance au début des années 2000 dans la perspective de l’élargissement à l’Est de l’Union européenne.

23Toutes les évolutions amorcées dans les années 1998-2001 (affirmation du niveau mémoriel et des échelles nationales et européennes, élargissement du discours à différents milieux, subjectivisation) perdurent et s’accentuent dans la dernière phase qui voit renaître la polémique autour d’une mémoire plus politique que jamais. De 2002 à 2005, la mémoire de la fuite et expulsion, essentiellement réduite au débat sur le ZgV, devient un enjeu politique majeur et, en 2003, un facteur de crise dans les relations germano-polonaises. Par ailleurs, la mémoire se repolitise fortement. Après l’entente cordiale des années 1998-2000 entre les expulsés et la coalition rouge-verte, le rôle du BdV est fortement remis en cause, les expulsés et leur représentante, Erika Steinbach, souffrant à nouveau d’une image fortement négative. En outre, le sujet est également utilisé lors des débats partisans à l’occasion des élections à la Chancellerie en 2002 et 2005 et à la Présidence fédérale en 2004. Si l’échelle bilatérale redevient l’échelle principale du discours pour les années 2002-2005, le cadre européen joue désormais également un rôle de premier plan, au niveau mémoriel notamment. Face au blocage germano-polonais, le débat tourne en 2003 autour de la question de l’européanisation de la mémoire de la fuite et expulsion, brandie comme solution ou décriée comme oubliette. Vernis rhétorique, argument stratégique ou véritable conviction, le mot « Europe » habille et habite le discours sur la « fuite et l’expulsion ». Au terme de la période, les années 2004-2005 sont marquées par des réalisations à l’échelle européenne (le réseau d’institution Mémoire et Solidarité mis en place début 2004 et présenté par la ministre Weiss comme une alternative au ZgV) et nationale (l’exposition « Fuite, expulsion, intégration » de la HdG promise en son temps par Schröder en guise d’alternative au ZgV). Année anniversaire, 2005 marque en outre la recrudescence du discours mémoriel non plus centré uniquement sur le ZgV mais également sur les récits de mémoire. Malgré les controverses persistantes, les contours d’un « grand récit » national de la fuite et expulsion conjuguant morale et empathie, mise en contexte historique et politique, histoire collective et destins individuels s’ébauchent.

24Au vu des avancées récentes – un centre national de documentation de la fuite et expulsion ayant été décidé en haut-lieu fin 2007 avec l’accord des voisins polonais et tchèque –, il est nécessaire de faire l’histoire critique du processus dans lequel elles s’inscrivent. Si l’approche discursive a permis d’éclairer les structures, contextes et ruptures au fil de l’évolution de cette mémoire collective dans l’espace public, la mise en valeur des niveaux, échelles, milieux et concepts du discours mémoriel ne constitue qu’une première étape qui appelle un approfondissement (étude des énoncés, argumentations, enchevêtrements de sous-discours mais aussi des enjeux mémoriaux et identitaires) et un élargissement (étude croisée entre différentes sources médiatiques et politiques afin d’éclairer les enjeux mais aussi la dynamique du discours).

Haut de page

Bibliographie

Bömelburg, Hans-Jürgen, Renate Stössinger et Robert Traba, dir. (2000) : Vertreibung aus dem Osten : Deutsche und Polen erinnern sich. Olsztyn (Borussia).

Bublitz, Hannelore et al., dir. (1999) : Das Wuchern der Diskurse. Perspektiven der Diskursanalyse Foucaults. Francfort/Main-New York (Campus Verlag).

Engelhardt, Michael von (2000) : « Generation und historisch-biographische Erfahrung – Die Bewältigung von Flucht und Vertreibung im Generationenvergleich », in : Hoffmann, Dierk, Marita Krauss et Michael Schwartz, dir., Vertriebene in Deutschland. Interdisziplinäre Ergebnisse und Forschungsperspektiven. Munich (Oldenburger Verlag), p. 331-358.

Foucault, Michel (1969) : L’Archéologie du savoir. Paris (Gallimard).

Habermas, Jürgen (1987) :  Théorie de l’agir communicationnel, 2 t., trad. J.-M. Ferry et J.-L. Schlegel. Paris (Fayard).

Hirsch, Helga (2004) : Schweres Gepäck : Flucht und Vertreibung als Lebensthema. Hambourg (Edition Körber-Stiftung).

Jeismann, Michael (2005) : « Tränen sind nicht aus Blei. Mit dem Zeitzeugen und Historiker Reinhart Koselleck durch die Ausstellung “Flucht, Vertreibung, Integration” im Bonner Haus der Geschichte », FAZ, n° 283.

Keller, Reiner et al., dir. (2001) : Handbuch Sozialwissenschaftliche Diskursanalyse, vol. 1 : Theorien und Methoden. Opladen (Leske + Budrich).

— (2003) : Handbuch Sozialwissenschaftliche Diskursanalyse, vol. 2 : Forschungspraxis. Opladen (Leske + Budriche).

Kittel, Manfred (2007) : Vertreibung der Vertriebenen ? Der historische deutsche Osten in der Erinnerungskultur der Bundesrepublik (1961-1982). Munich (Oldenbourg).

Iada, Agnieszka (2006) : Debata publiczna na temat powstania Centrum przeciw Wypldzeniom w prasie polskiej i niemieckiej. [Le débat public sur le Centre contre les Expulsions dans la presse allemande et polonaise]. Wroclaw (Warsztaty).

Lotz, Christian (2005) : « Vertreibungsforschung », in : Bahlcke, Joachim, dir., Historische Schlesienforschung. Methoden, Themen und Perspektiven zwischen traditioneller Langgeschichtsschreibung und moderner Kulturwissenschaft. Cologne (Böhlau), p. 593-617.

— (2007) : Die Deutung des Verlusts : erinnerungspolitische Kontroversen im geteilten Deutschland um Flucht, Vertreibung und die Ostgebiete (1948-1972). Cologne (Böhlau).

Martens, Stephan (2007) : « La mémoire de la Seconde Guerre mondiale : le débat allemand », in : id., dir : La France, l’Allemagne et la Seconde Guerre mondiale. Quelles mémoires ? Pessac (Presses universitaires de Bordeaux), p. 45-74.

Moller, Sabine et Karoline Tschuggnall (1999) : « Familienerinnerungen. Kriegserlebnisse in den Geschichten dreier Generationen », in : Domansky, Elisabeth et Harald Welzer, dir., Eine offene Geschichte. Zur kommunikativen Tradierung der nationalsozialistischen Vergangenheit. Tübingen (edition diskord), p. 57-73.

Naumann, Klaus (1998) : Der Krieg als Text. Das Jahr 1945 im kulturellen Gedächtnis der Presse. Hambourg (Hamburger Edition).

Satjukow, Silke, dir. (2007) : Kinder von Flucht und Vertreibung. Erfurt (LZT).

Schrage, Dominik (1999) : « Was ist ein Diskurs ? Zu Foucaults Versprechen, “mehr” ans Licht zu bringen », in : Bublitz, Hannelore et al., dir. : Das Wuchern der Diskurse. Perspektiven der Diskursanalyse Foucaults. Francfort/Main-New York (Campus Verlag), p. 63-74.

Schwartz, Michael (1997) : « Vertreibung und Vergangenheitspolitik. Ein Versuch über geteilte deutsche Nachkriegsidentitäten. », Deutschland Archiv, 30/1997, p. 177-195.

Toomar, Jaana (2001) : « Verbidiome in Titelseitenberichten überregionaler Zeitungen der Bundesrepublik Deutschland. Eine Frequenz- und Funktionsanalyse. », in : Breuer, Ulrich et Jarmo Korhonen, dir., Mediensprache, Medienkritik. Francfort/Main (Peter Lang), p. 145-164.

Volkwein, Alice (2007) : « Mémoire collective de la fuite et expulsion, une mémoire (ré)unifiée ? », Allemagne d’aujourd’hui, 181/2007, p. 100-114.

Haut de page

Notes

1 Voir la conférence inaugurale intitulée « Paradigmes de la mémoire » tenue par M.-Cl. Lavabre lors du premier colloque international des IFRE consacré fin 2007 au sujet « Présence du passé. Mémoire et société du monde contemporain. »

2 Les termes « fuite et expulsion » (Flucht und Vertreibung) désignent les mouvements de population forcés s’étant déroulés entre 1944 et 1950 et au cours desquels près de 12,5 millions d’Allemands résidant dans les anciens territoires orientaux du Reich allemand, en Tchécoslovaquie, en Hongrie et dans d’autres pays d’Europe du Sud-est furent déplacés de force dans les nouvelles limites de l’Allemagne après 1945. Les termes Flucht und Vertreibung s’étant imposés dans le discours public comme chiffre de ce complexe évènementiel, je conserve ce concept double en français, le complexe « fuite et expulsion » étant appréhendé comme un tout dans le paysage mémoriel allemand. Le terme de Vertriebene étant celui communément employé pour désigner les victimes de ces déplacements forcés, on parlera d’expulsés et non de réfugiés, le terme de Flüchtling désignant en Allemagne les personnes ayant fui de la République démocratique allemande (RDA) vers la République fédérale d’Allemagne (RFA).

3 Il sera question ici d’« approche » et non de « théorie » ni de « méthode discursive » car les textes de Foucault ouvrent des perspectives et mêlent considérations théoriques et méthodiques sans circonscrire une manière de faire unique.

4 L’ouverture thématique impliquée par cette définition est d’importance puisqu’elle permet d’étudier le rapport entre des sous-discours centrés sur des questions de mémoire stricto sensu (commémoration, témoignages etc.) et ceux relevant d’un autre niveau (politique, scientifique). Tous font partie du discours global de la mémoire collective de la fuite et expulsion.

5 Avec ses 951 000 lecteurs quotidiens, la FAZ se veut le quotidien de toute l’Allemagne depuis sa création en 1949. Son rôle dans le paysage médiatique allemand et dans le débat public est unanimement reconnu.

6 Dans le cadre d’une analyse de discours, la répétition du même processus qualitatif de traitement des données mène, selon Reiner Keller, rapidement à saturation, permettant, à partir d’un corpus limité d’obtenir des résultats représentatifs pour l’ensemble du discours (Keller, 2001b : 140).

7 On entend par analyse de contenu une analyse s’attachant non plus à l’ordre du discours, tel que le définit Foucault et tel que présenté ci-dessus, mais au contenu du texte. Combiner analyse de discours et analyse de contenu permet de poser non seulement la question des régularités discursives mais aussi celle des différents niveaux sémantiques et du rôle de l’auteur.

8 Pour plus de détails cf. Kittel (2007) ; Schwartz (1997) ; Volkwein (2007).

9 Ne considérer que les titres des articles pour une analyse quantitative répond non seulement à un problème pragmatique face à l’importance du corpus considéré mais permet en outre de cibler l’analyse sur les éléments les plus révélateurs et les plus marquants du discours. Loin d’être neutre, le choix du titre reflète particulièrement le contexte discursif dans lequel l’article s’insert. De plus, par sa position exposée, le titre est souvent, du point de vue de la réception, l’élément ayant le plus grand impact à l’heure où la profusion des discours implique une lecture sélective. Cf. Toomar (2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Volkwein, « Analyse du (dis)cours mémoriel allemand de la fuite et expulsion », Trajectoires [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/215

Haut de page

Auteur

Alice Volkwein

Doctorante en études germaniques, université Paris 3-Sorbonne Nouvelle alicevolkwein@yahoo.fr

Haut de page