Navigation – Sitemap
SynThèses

Quand la prison prend soin. Enquête sur les pratiques professionnelles de santé mentale en France et en Allemagne

Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Marc Bessin et de Michel Bozon, soutenue le 25 octobre 2016, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Camille Lancelevée

Volltext

1Si l’Allemagne dispose depuis les années 1930 d’hôpitaux psycho-légaux (Maßregelvollzug) pour les auteurs d’infractions présentant des troubles mentaux, les prisons françaises se dotent, à partir des années 1970, de services psychiatriques destinés aux personnes détenues. Dans un contexte de pénalisation des malades mentaux et de pathologisation de certains crimes, l’entrée de professionnel·le·s en santé mentale dans les établissements pénitentiaires pose la question de l’hybridation du soin et de la peine dans un objectif de défense sociale. Cette thèse interroge cette hybridation dans une perspective comparative franco-allemande : en revenant sur les liens historiques tissés entre psychiatrie et système pénal dans les deux pays, l’analyse montre comment les héritages institutionnels éclairent le rôle des professionnel·le·s en santé mentale dans la division du travail de prise en charge des personnes placées sous main de justice. L’ambition de la thèse est double : il s’agit de comprendre comment les professionnel·le·s de santé mentale contribuent à transformer le traitement pénitentiaire, mais également, en retour, la façon dont la prison modifie les pratiques de santé mentale.

2Premièrement, la thèse se penche sur les relations entre psychiatrie et prison et analyse les réponses institutionnelles apportées à une question qui court depuis le début du 19ème : que faire des individus à la croisée de la folie et du crime ? En France comme en Allemagne, les contours de cette population évoluent au gré des savoirs psychiatriques et criminologiques, et on observe un constant « réajustement » visant à mieux faire correspondre le dispositif institutionnel avec les catégories utilisées pour désigner cette population. Dans la France des années 2000, la création d’unités hospitalières spécialement destinées aux personnes détenues (les UHSA) entérinent l’idée que la prison aurait pour fonction de prendre en charge des personnes à mi-chemin entre déviance et trouble psychiatrique : auteurs d’infractions toxicomanes ou alcooliques, présentant des troubles de la personnalité ou du comportement ou encore des pathologies psychiatriques.

3L’analyse montre comment les héritages institutionnels français et allemands éclairent le rôle des professionnels en santé mentale dans la division du travail de prise en charge des personnes placées sous main de justice. A partir des terrains ethnographiques (observations et entretiens) réalisés dans deux prisons allemande et française d’une durée respective de cinq mois, la thèse étudie les modalités d’articulation des pratiques soignantes et pénitentiaires : si la prison de Tourion (France) se présente comme une institution fragmentée, dans laquelle les services de soin psychiatrique se tiennent en marge du traitement pénitentiaire, la prison de Grünstadt (Allemagne) est le lieu d’une coopération renforcée des personnels soignants et pénitentiaires autour du suivi psycho- criminologique des personnes détenues. Dans les deux pays cependant, la présence de ces professionnel·le·s engendre des effets ambivalents : tout en produisant de l’attention pour la souffrance psychique des personnes détenues, elle participe à légitimer le projet d’une peine thérapeutique, à perpétuité pour les plus « dangereux ». Cette thèse illustre in fine les transformations contemporaines d’une institution pénitentiaire devenue « asile », c’est-à-dire tout à la fois un lieu dans lequel s’entrelacent la peine et le soin dans des agencements insolites, mais également l’un des derniers lieux d’accueil de certaines formes de folie.

4Au-delà du cas spécifique de la santé mentale en prison, cette thèse participe à plusieurs discussions scientifiques : elle propose une réflexion sur la notion d’institution et pose la question de savoir dans quelle mesure la prison est bien toujours un monde social doté d’un « programme institutionnel » qui lui permet de jouer un « rôle socialisateur » et d’exercer une « certaine emprise » sur l’individu. La thèse montre comment les pratiques professionnelles peuvent contribuer de façon progressive et discrète, au renouvellement institutionnel, qui permet, ici à la prison, de retrouver une certaine assise sociale. La thèse participe par ailleurs à la réflexion sur la psychologisation des rapports sociaux, c’est-à-dire un « processus par lequel des problèmes sociaux se voient définis et traités comme des problèmes psy » (Conrad, 1992). A partir du cas de la santé mentale en milieu carcéral, le travail contribue à l’analyse d’un phénomène qui ne peut pas être lu comme l’extension d’un « pouvoir psychiatrique ». L’accroissement du champ d’intervention des professionnels de santé mentale dans les établissements pénitentiaires français et allemands illustre au contraire son caractère hétérogène : le monde psy est segmenté, traversé de clivages importants autour du rôle social que doit jouer la santé mentale. Enfin, la thèse contribue à la réflexion, ouverte par Michel Foucault et qui s’est prolongée sous la forme de nombreux travaux empiriques, sur le traitement différencié des illégalismes, en montrant comment se construisent des dispositifs institutionnels appuyés sur l’émergence de nouveaux savoirs, qui contribuent à légitimer, par le soin, la mise à l’écart de ceux dont la société cherche à se protéger – et tout particulièrement les hommes violents des milieux populaires. En somme, les prisons contemporaines, françaises et allemandes, semblent devenir « asiles », au double sens de lieux d’accueil inconditionnel et de lieux de relégation sociale.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Online-Version

Camille Lancelevée, « Quand la prison prend soin. Enquête sur les pratiques professionnelles de santé mentale en France et en Allemagne », Trajectoires [Online], 10 | 2016, Online erschienen am: 01 Dezember 2016, besucht am 27 April 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/2161

Seitenanfang