Navigation – Plan du site
SynThèses

La mise en images, en livres et en savoirs de la mythologie classique. France Allemagne (1720-1850)

Thèse de doctorat en histoire et civilisations, sous la direction de François Lissarrague, soutenue le 19 décembre 2015, École des Hautes Études en Sciences Sociales, laboratoire ANHIMA
Élise Lehoux

Texte intégral

1À la croisée de l’histoire de l’archéologie, de l’anthropologie des savoirs et de l’histoire du livre, cette thèse vise à comprendre la mise en livres, en images et en savoirs de la mythologie gréco-romaine en France et en Allemagne, entre le XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe siècle. Entre les deux pays, le rythme d’institutionnalisation de l’archéologie diffère fortement : en Allemagne, des chaires d’archéologie sont créées dès la fin du XVIIIe siècle alors qu’il faut attendre la seconde moitié du XIXe siècle pour que cela soit également le cas dans les universités françaises. Cette période se caractérise également par une transformation des modalités d’analyse des objets issus de l’Antiquité. On passe d’un régime d'image antiquaire à un traitement scientifique des vestiges antiques et notamment mythologiques. Ces représentations mythologiques font alors l’objet d’interprétations de plus en plus spécifiques dans le champ de l’archéologie naissante. De même, on observe des évolutions techniques dans les modalités de reproduction de ces images, fort enjeu de cette période à une époque où la connaissance des objets passe avant tout par la circulation et la médiation de leur reproduction sous forme de dessins ou de gravures. Les manuels de mythologie publiés pendant cette période répondent ainsi à un double enjeu : fixer les savoirs archéologiques sur la mythologie en cours d’élaboration et constituer des bibliothèques d’images à la densité et aux objectifs variés. Ces livres sont ainsi pour les savants des propositions originales offertes à la communauté savante et aux amateurs mais aussi des lieux de conservation de ces images.

2Différentes traditions savantes peuvent être identifiées au cours de cette période : les grands corpus produits par les antiquaires au XVIIIe siècle comme L’Antiquité expliquée et représentée en figures de Bernard de Montfaucon, le Recueil d’Antiquités du comte de Caylus ou les différents ouvrages de Johann Winckelmann, notamment les Monumenti inediti. Viennent ensuite une tradition de « livres d’images » (Bilderbücher) initiée en Allemagne à la fin du XVIIIe siècle – début du XIXe siècle avec en particulier le Biderbuch für Mythologie, Archäologie und Kunst d’Aloys Hirt (1805-1816) dont le projet est repris en partie par Aubin-Louis Millin dans sa Galerie mythologie (1811) qui connaît par la suite des rééditions et des adaptations (par exemple par Joseph-Daniel Guigniaut et la Nouvelle galerie mythologique en 1850). Des expériences originales naissent également à cette époque comme la Symbolik und Mythologie der Alten Völker de Friedrich Creuzer (1810-1812). Enfin, on voit apparaître une forte spécialisation des publications en fonction des typologies d’objets ; c’est particulièrement le cas de ceux ayant trait aux peintures de vases comme l’Élite des monuments céramographiques de Charles Lenormant et Jean de Witte ou l’Auserlesene Vasenbilder d’Eduard Gerhard.

3Cette thèse vise ainsi à montrer comment la mythologie, via ses reproductions, devient objet de savoir de la discipline archéologique émergente. La matérialité de ce processus, l’interprétation de ces images, la construction de traditions bibliographiques ainsi que les lieux et moyens d’usage de ces représentations sont des angles d’approche qui traversent cette recherche. Elle vise à éclairer, sous l’angle des images, la fabrication de la science archéologique au XIXe siècle, permettant un utile retour réflexif et épistémologique sur ces pratiques savantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Lehoux, « La mise en images, en livres et en savoirs de la mythologie classique. France Allemagne (1720-1850) », Trajectoires [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/2163

Haut de page