Navigation – Sitemap
SynThèses

L'Internationale des gens de la mer (1930-1937) : un syndicat maritime en lutte contre le nazisme

Thèse de doctorat en histoire contemporaine, sous la direction de John Barzman (Université du Havre) et Mario Kessler (ZZF Potsdam), soutenue le 3 avril 2015
Constance Micalef Margain

Volltext

1L’histoire de l’Internationale des gens de la mer (Internationale der Seeleute und Hafenarbeiter ou ISH), syndicat des marins, mariniers et dockers rattaché au Profintern fondé en 1930, est restée pendant longtemps dans l’ombre. Son existence était pourtant connue depuis la publication de l'autobiographie romancée de Richard Krebs, alias Jan Valtin, Sans patrie ni frontières (Out of the night, 1941). Or cet ouvrage présentait le mouvement communiste comme un immense réseau tentaculaire et souterrain dont les fils étaient tirés par la centrale moscovite. Certains historiens particulièrement au moment de la Guerre froide ont repris à leur compte cette représentation historiographique. Aujourd’hui, l’ouverture des archives de la RDA et soviétiques après la chute du Mur de Berlin, permet d’écrire une histoire du mouvement communiste au plus près de ses acteurs et dégagé des contingences nationales et politiques qui l’enserrait. Cette ouverture permet aussi de mieux connaître l’histoire de la résistance des communistes allemands et du courant syndical international communiste.

2La majeure partie des archives de l’ISH, ainsi que celles concernant les marins qui ont résisté au nazisme, sont conservées aux archives fédérales de Berlin, les Bundesarchiv, aux archives de Prusse et à celles de Brême. Au RGASPI, à Moscou, se trouvent les fonds concernant plus particulièrement l’ISH, les interclubs (clubs internationaux de marins), les sections de l’ISH hors Allemagne et le rôle du Profintern dans le fonctionnement de l’ISH. Moscou, métonymie urbaine d’un système international, possède dans ses archives beaucoup d’éléments sur le commandement, le fonctionnement interne du syndicat. Ces archives doivent être complétées par celles présentes à Paris, au Caran et par les archives nationales à Washington.

3Quel fut le rôle exact de l’ISH : syndicat de marins et dockers, ou courroie de transmission du Profintern ? L’ISH a fédéré sous la supervision du Profintern les marins et dockers communistes. Sur la base des interclubs communistes de marins fondés dès le début des années 1920 d'abord en Russie et en Allemagne, puis dans de nombreux ports et du travail syndical parmi les dockers et les marins, l'ISH se créa dans le contexte de la ligne classe contre classe de l'Internationale communiste et de la structuration autonome de syndicats communistes. Organe de lutte internationale contre la guerre mais aussi fédération de sections nationales militant pour l'amélioration des conditions de vie ouvrières, ce fut aussi un outil de communication et d'information pour les services de propagande et de renseignement communistes (OMS) et soviétiques (INO GPU/NKVD). Ces facettes multiples de l’ISH contribuent à œuvrer pour l’écriture d’une histoire des communismes.

4Ancrée très fortement en Allemagne, l’ISH joua un rôle important dans la résistance internationale contre le nazisme. Le Profintern fut dissous en 1937 et l’ISH en était dépendante. Toutefois, le réseau qu’elle avait mis en place fut d’une grande importance pour maintenir des relations entre les ports scandinaves, français, américains, belges, anglais (et d’autres) et allemands entre 1933 et 1939. La thèse aborde enfin les structures et les parcours biographiques à travers une étude prosopographique de ses militants qui ont constitué une cohorte qui s’est transformée en une conscience générationnelle et finalement en une génération politique.

5Le lien avec l’URSS impliquait une dualité qui associait un État, une politique révolutionnaire et des relations diplomatiques de l’URSS avec les gouvernements existants, qu’elle cherchait en même temps à déstabiliser. De cette dichotomie politique est née une identité militante construite autour de référentiels culturels à la fois politiques et liés à la culture proprement russe. Plus encore, n’importe quels communistes s’identifiaient avec la patrie du communisme, l’URSS. Ce phénomène qui associa militantisme, politique nationale des Partis communistes, et internationale à partir d’un pays tiers, l’URSS, est unique. Il serait donc intéressant d’établir une analyse générationnelle sur un siècle à partir de références communes. La notion de génération politique deviendrait un objet transnational d’étude qui permettrait de rendre compte d’un autre phénomène : l’existence d’une deuxième génération de communistes après la Seconde Guerre mondiale.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Online-Version

Constance Micalef Margain, « L'Internationale des gens de la mer (1930-1937) : un syndicat maritime en lutte contre le nazisme », Trajectoires [Online], 10 | 2016, Online erschienen am: 01 Dezember 2016, besucht am 20 August 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/2168

Seitenanfang