Navigation – Plan du site
Masculin - féminin

Masculin - féminin

Cécile Chamayou-Kuhn, Patrick Farges et Perin Emel Yavuz

Texte intégral

  • 1 Naudier et Rollet, dir., 2007.
  • 2 Wilson-Chevalier, dir., 2007.
  • 3 Löwy et Marry, dir., 2007.
  • 4 Filleuile, Mathieu et Roux, dir., 2007.
  • 5 Sofio, Yavuz et Molinier, dir., 2007.
  • 6 Tomiche et Zobermann, dir., 2007.
  • 7 Philosophie Magazine, 11.

1Les questions liées au binarisme masculin/féminin sont aujourd’hui au cœur de la recherche pluridisciplinaire en France, tandis qu’elles sont d’actualité depuis de nombreuses années déjà dans les pays anglo-saxons ou en Allemagne. La constitution tardive de ce champ d’études dans la recherche française n’enlève rien à la pertinence des interrogations. Bien au contraire. La profusion des publications de l’année 2007 témoigne en réalité de l’effervescence suscitée par ce débat, qui touche différents domaines du champ scientifique – la sociologie de la culture 1, la sociologie de l’art 2, la sociologie 3, les sciences politiques 4, l’histoire de l’art 5 ou la littérature 6 – ainsi que le champ journalistique 7.

2Ces publications mettent en évidence l’aspect identitaire du genre en ce qu’il est constamment re-produit en fonction de l’espace discursif, social et culturel dans lequel il s’inscrit. Car le genre est avant tout une interaction contraignante entre soi et autrui, une relation de pouvoir qui prend ses racines dans des systèmes de représentations issus des constructions nationales et symboliques. Cette approche n’est pas sans rappeler la lecture post-structuraliste qu’en fait Judith Butler.

  • 8 Butler, 2006 : p. 13.

« Si le genre est une sorte de faire, une activité incessante performée, en parti, sans en avoir conscience et sans le vouloir, il n’est pas pour autant automatique ou mécanique. Au contraire, c’est une pratique d’improvisation qui se déploie à l’intérieur d’une scène de contrainte. Qui plus est, on ne “fait” pas son genre tout seul. On le “fait” toujours avec ou pour quelqu’un d’autre, même si cet autre n’est qu’imaginaire 8 ».

  • 9 Derrida, 1992 : p. 114-115.

3Une telle réflexion introduit la question de la subversion des genres normés. Quel est, en effet, le rôle joué par la pratique discursive dans la construction des normes ? Comment dépasser les catégories binaires générées par certains rapports de pouvoir ? En d’autres termes : est-il possible de « défaire » les genres ou de rêver, avec Jacques Derrida, d’une « multiplicité de voix sexuellement enchevêtrées 9 » par laquelle les corps échapperaient au classement homme/femme ?

  • 10 Goffman : 2002.

4Conformément aux objectifs de trajectoires, nous avons voulu permettre le croisement des perspectives, à plusieurs niveaux : croisement entre la France et l’Allemagne (et l’Autriche) avant tout, mais dans un dialogue transatlantique constant ; croisement entre les époques et les disciplines (sociologie, histoire, philosophie, sciences politiques, littérature) ; croisement enfin entre les débats théoriques et les « arrangements entre les sexes 10 » observables dans des configurations particulières.

5Avec Cornelia Möser, nous sommes d’emblée plongés dans la virulence du débat d’idées et la circulation internationale des concepts. L’auteure montre en effet comment la transition entre le féminisme théorique et militant et les études sur le genre, induite par une réception différenciée d’auteurs américains comme Judith Butler, a pris un visage différent dans le débat universitaire français et allemand, conduisant souvent à des raccourcis et des malentendus. Le « débat sur le genre » oscille ainsi toujours entre recherche de légitimité scientifique et engagement politique.

6Paola Ferruta, dont l’article portant sur les années 1830 ouvre une succession de moments historiques cruciaux pour l’étude de l’opposition masculin/féminin, propose une réflexion historique et philosophique à partir de la pensée utopique du saint-simonien Pierre Leroux. Ce dernier a en effet élaboré une notion de la « différence » comme « état latent » qui permet à la fois de repenser la différence homme/femme, de conceptualiser l’identité plurielle et de proposer une « politique de la solidarité » au-delà des clivages sexués (et religieux).

7Avec Alice Primi, nous sommes invités à réfléchir au moment historique de la construction nationale (1848-1870) au prisme des catégories de genre. Le processus de construction nationale allemand, fortement influencé par le contre-modèle français, a eu des conséquences importantes pour les femmes, auxquelles on a assigné le rôle précis d’« Allemandes » qui devait les distinguer des « Françaises » : celui de mère nourricière gardienne du foyer, une représentation qui n’a pas fini d’occuper voire de « contaminer » nos esprits contemporains.

8C’est à un portrait retouché de Ferdinand Tönnies que nous invite Niall Bond. Au moyen d’une relecture contemporaine des écrits et de la biographie de l’un des pères fondateurs de la sociologie allemande, l’auteur montre en effet que si certains développements de Tönnies anticipent par moment les études sur le genre, notamment sa réflexion sur la tension entre catégorie biologique et construction sociale, il reste néanmoins fortement ancré – comment pourrait-il en être autrement ? – dans l’idéologie misogyne de son époque, qui voit l’« ordre masculin » se substituer à la « spontanéité féminine ».

9L’article de Régis Schlagdenhauffen-Maïka aborde un sujet central : la mémoire de la Shoah. Relisant certains matériaux d’archives, mais également la littérature secondaire produite sur les camps de concentration et d’extermination, l’auteur exhibe des objets d’étude largement occultés : les bordels, la prostitution ou encore l’homosexualité au sein des camps. Il montre que l’univers concentrationnaire, dont on connaît la terrible structure de domination sociale et raciale, a également mis en place un implacable système de violence genrée, où les femmes « racialement inférieures » et certains jeunes hommes se trouvaient tout en bas de l’échelle.

10Gwenaëlle Perrier montre les modalités selon lesquelles le « genre » est devenu une catégorie de l’action publique, notamment par l’intermédiaire du gender mainstreaming aux résultats contestés, qui vise à réduire les inégalités entre les sexes. L’auteure s’est intéressée en particulier aux projets du Fonds social européen en Île-de-France et montre que de nombreux obstacles institutionnels et d’ordre symbolique subsistent.

11Enfin, Cécile Chamayou-Kuhn propose, à partir de la théorie de Judith Butler, une mise en regard de deux auteures autrichiennes : Elfriede Jelinek et Evelyn Schlag. Le corps apparaît dans leurs œuvres comme le support de l’écriture et de la construction genrée. En retour, la « discursivité matérialisante », performative, à laquelle participe le personnage de l’écrivain-e, fait et défait les genres, mettant en exergue l’écart entre « corps signifiant » et « corps signifié ». D’où le drame qu’illustrent Schlag et Jelinek : pourquoi les écrivaines cherchent-elles un corps, leur corps fait de chair, sinon parce qu’elles n’y ont pas accès ?

12Si les contributions au dossier thématique de ce premier numéro de trajectoires ne sauraient épuiser toutes les facettes de l’opposition masculin/féminin, elles reflètent néanmoins un débat en cours. C’est pourquoi ce dossier ouvre à de nouvelles interrogations. Comment en effet concilier une démarche scientifique (et une objectivité postulée) avec des préoccupations militantes (et une volonté de subversion) ? Deux tendances semblent se détacher à la lecture des articles : l’une descriptive et analytique, l’autre plus herméneutique. Elles nous amènent à ouvrir de nouvelles pistes de réflexions sur les études genre : existe-t-il un champ disciplinaire qui serait plus à même de penser la subversion des normes genrées qu’un autre ? Ou bien le genre n’est-il préhensible que par l’interdisciplinarité ? Par ailleurs, peut-on considérer que le débat autour de la distinction « sexe »/» genre » est clos ? En effet, le corps ne pose-t-il pas toujours le rapport de la culture à la nature ? En d’autres termes : le corps n’est-il pas une limite à l’analyse discursive du genre, ce qui légitimerait des approches psychanalytiques ou phénoménologiques ? Enfin, il nous faut bien constater à quel point les représentations construites à la fin du xixe et au début du xxe siècle, qui reposent sur l’instauration d’un écart entre les sexes, entre les sexualités et entre les genres, sont encore prégnantes aujourd’hui. Devant un tel poids de l’Histoire, comment croire un instant qu’une nouvelle ère des représentations serait venue ? Plus que jamais, le militantisme et l’action politique ont leur place dans les rapports genrés.

Haut de page

Bibliographie

Butler, Judith (2006) : Défaire le genre. Paris (Éditions Amsterdam).

Derrida, Jacques (1992) : Points de suspension. Entretiens. Paris (Galilée).

Goffman, Erving (2002) : L’Arrangement entre les sexes. Paris (La Dispute).

Fillieule, Olivier, Mathieu, Lilian et Roux, Patricia, dir. (2007) : « Militantisme et hiérarchies de genre », Politix, 78.

Löwy, Ilana et Marry, Catherine, dir. (2007) : Pour en finir avec la domination masculine de A à Z. Paris (Les empêcheurs de penser en rond).

Naudier, Delphine et Rollet, Brigitte, dir. (2007) : Genre et légitimité culturelle – quelle reconnaissance pour les femmes ? Paris (L’Harmattan).

Philosophie Magazine, 11, juillet-août 2007, dossier spécial « Hommes-Femmes.

La confusion des genres ».

Sofio, Séverine, Yavuz, Perin Emel et Molinier, Pascale, dir. (2007) : « Genre, féminisme et valeur de l’art », Les Cahiers du genre, 43.

Tomiche, Anne et Zobermann, Pierre, dir. (2007) : Littérature et identités sexuelles. Paris (Société française de littérature générale et comparée/Belles Lettres).

Wilson-Chevalier, Kathleen, et Pascal, Eugénie, dir. (2007) : Patronnes et mécènes en France à la Renaissance. Saint-Étienne (l’école du genre/Publications de l’université de Saint-Étienne).

Haut de page

Notes

1 Naudier et Rollet, dir., 2007.

2 Wilson-Chevalier, dir., 2007.

3 Löwy et Marry, dir., 2007.

4 Filleuile, Mathieu et Roux, dir., 2007.

5 Sofio, Yavuz et Molinier, dir., 2007.

6 Tomiche et Zobermann, dir., 2007.

7 Philosophie Magazine, 11.

8 Butler, 2006 : p. 13.

9 Derrida, 1992 : p. 114-115.

10 Goffman : 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Chamayou-Kuhn, Patrick Farges et Perin Emel Yavuz, « Masculin - féminin », Trajectoires [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 01 novembre 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/217

Haut de page

Auteurs

Cécile Chamayou-Kuhn

Articles du même auteur

Patrick Farges

Articles du même auteur

Perin Emel Yavuz

Articles du même auteur

Haut de page