Navigation – Plan du site

Pour une redéfinition dynamique des relations entre comtes et abbayes (fin IXe – fin XIe siècle)

Conclusions
Michel Margue

Résumés

Les conclusions d’un riche colloque insistent sur la nécessité qui se dégage de la majorité des contributions de revoir la nature et les mobiles des interactions entre comtes et abbayes. À l’encontre de l’historiographie ancienne, il convient en effet de les analyser en termes de convergences ou du moins de négociations permanentes d’intérêts respectifs des deux parties, au-delà des situations de conflits inéluctables. En ce sens, il faut se dégager de cette tendance de confiner l’image des abbayes dans un rôle majoritairement passif, celui de subir la domination d’un comte voisin, qu’il soit abbé laïque, avoué ou châtelain voisin de l’abbaye. Ainsi, la période couvrant les Xe – XIe siècles semble avoir constitué un moment privilégié de l’interpénétration des pouvoirs laïques et monastiques avant l’évolution vers une délimitation plus nette de ces deux mondes.

Haut de page

Texte intégral

1Au terme d’un riche colloque, les organisateurs ont confié les conclusions à un « Lotharingien », alors que le champ d’étude choisi a été beaucoup plus vaste : le monde franc en plein mouvement de la déconcentration des pouvoirs. Pourquoi cette précision ? Pour deux raisons : primo, mon regard sera très « lotharingien », donc forcément orienté, et secundo pour insister sur le fait que face à un sujet si large, aussi bien par sa thématique que par l’espace couvert, mes conclusions seront forcément très lacunaires et ne tiendront pas compte de l’ensemble des aspects abordés pendant ces journées. Elles seront d’autant plus partielles que les études sur le sujet choisi par les organisateurs du colloque connaissent un récent regain d’intérêt notable, aussi bien en Allemagne qu’en France, ou dans les anciens pays lotharingiens, comme Charles Mériaux l’a bien signalé en introduction. Par rapport aux recherches anciennes, très marquées par une histoire de type institutionnelle ou « Verfassungsgeschichte » pour l’analyse du pouvoir comtal et une approche peu critique de la « réforme » des communautés monastiques, les études récentes ont largement changé d’approche. Je citerai ici simplement comme exemples l’attention accordée à la décomposition du discours monastique et de ses stratégies documentaires, aux manifestations de la domination conjointe des élites laïques et ecclésiastiques, à la communication symbolique du pouvoir, à la configuration spatiale de la domination seigneuriale et aux questions de rang dans la hiérarchie politique et culturelle. Il n’empêche que, comme l’a souligné judicieusement Steffen Patzold, les traditions historiographiques nationales pèsent encore très lourdement dans les rencontres entre chercheurs de différentes cultures scientifiques, ce qui nous oblige à nous accorder sur le sens de la terminologie et des concepts, et à envisager la pesanteur de l’historiographie.

2C’est donc en tenant compte de ces nouvelles approches mais aussi du poids de la tradition que je tenterai de relever quelques éléments de synthèse issus des réflexions des différentes contributions des deux dernières journées. Je le ferai en interrogeant d’abord les deux acteurs principaux de notre thématique, les comtes et les abbayes, pris individuellement, puis en abordant le sujet central du colloque, à savoir leurs rapports et interactions.

Comte et abbaye : deux acteurs à définir à travers leurs relations mutuelles

3Des deux notions comprises dans le titre du colloque, « comtes » et « abbayes », commençons par celle qui pose a priori le plus de problèmes, comme cela a été à plusieurs reprises signalé lors de nos discussions sans que la question fût abordée de front : qu’est-ce qu’un comte entre 900 et 1100, dans le ou les mondes francs ?

4La décision de placer les comtes au centre d’un débat relatif à l’histoire monastique est tout à fait justifiée, étant donné que le « rang » intermédiaire de l’élite laïque a longtemps été négligé par rapport à celui des rois ou empereurs. On observe en effet ces dernières années un intérêt croissant pour l’action des élites locales ou régionales, ducs et comtes, évêques et avoués. Cependant, ce réajustement fondé pose un problème de définition : autant le titre de « comte » est généralisé dans les sources médiévales du IXe au XIe siècle, autant son sens reste vague et n’a comme dénominateur commun que le vocable en lui-même. Graf ist nicht gleich Graf, nous rappelle Thomas Kohl, en insistant sur la différence entre le puissant comte d’Anjou, « roi » dans son comté, et les comtes de Nellenburg en Souabe, d’envergure plus modeste, qui gravitent autour du roi. Son étude comparative permet de bien montrer la variété des pouvoirs qui se cachent derrière le même titre, des divergences largement tributaires des contextes politiques spécifiques. En Francie Occidentale, Florian Dirks constate une nette hiérarchie au sein des élites comtales, notamment à travers l’étude de leurs relations avec les abbayes. Certains comtes rejoignent tôt les ducs dans le groupe aristocratique des « princes ». Les conglomérats de pouvoirs que les historiens francophones appellent alors les « principautés territoriales » apparaissent entre la fin du IXe et le début du XIe siècle pour se stabiliser ensuite. En Francie orientale par contre, la différence de rang entre les comtes et les ducs semble plus marquée et va encore se préciser au XIIe siècle. La Lotharingie enfin connaît une évolution à part, marquée par son appartenance alternante aux sphères socio-politiques de l’ouest et de l’est. Le pouvoir ducal ne s’y impose pas au Xe siècle à un échelon géographique large ; même s’ils insistent sur leur titre prestigieux, les ducs de Basse- et de Haute-Lotharingie finissent au XIe siècle par être des comtes comme les autres. Et c’est au niveau comtal que se joue donc le passage décisif de de la deuxième moitié du XIe à la première moitié du XIIe siècle.

5Partout cependant mais probablement de manière plus précoce en Francie occidentale, c’est la patrimonialisation des pouvoirs comtaux qui marque le processus de la déconcentration des pouvoirs à partir de la fin des temps carolingiens. Dans ce processus, côté laïc, c’est donc le rapport d’un groupement parental à la fonction comtale qui est au cœur de la question de la définition de la notion de « comte » et de « comté », avec ses aspects de dénomination, de formes de manifestation, d’inscription dans l’espace et de transmission. Dans le schéma traditionnel, le comitatus est donc à l’origine des « principautés territoriales », le tout étant de savoir quel en est son origine. Dans la recherche actuelle, les schémas de définition et d’interprétation de la fonction comtale oscillent entre deux extrêmes : celle du comte comme agent du pouvoir central exerçant des fonctions « publiques » dans une circonscription déterminée d’une part et celle du comte qui s’attribue ce titre au moyen de l’exercice d’un pouvoir « privé » d’autre part. Il n’est pas difficile de reconnaître derrière ces deux schémas explicatifs le poids des traditions historiographiques et de ses récents débats.

6La première de ces thèses, celle de la fonction comtale d’origine « publique », est parfaitement illustrée par l’exemple cambrésien présenté par Nicolas Ruffini-Ronzani. À Cambrai, l’évêque, bien soutenu par le roi, s’oppose avec succès aux comtes urbains Isaac-Arnoul qui sont chassés de la ville. L’exposé a bien montré l’action combinée de l’évêque et du souverain, l’évêque étant l’initiateur et le bénéficiaire du démontage du pouvoir comtal laïc, le souverain ottonien sa caution et l’attribution de la fonction comtale à l’évêque son instrument. Cette constellation paraît typiquement lotharingienne, spécifique à un pouvoir central fort cherchant à marquer sa présence en situation de frontière : au soutien de l’évêque dit « d’Empire » équivaut le démontage du pouvoir des comtes laïcs « insurgés ». Un cas de figure semblable a néanmoins aussi été présenté par Rafael Wagner ; en Alémanie/Souabe, les fonctions et titres comtaux sont également attribués par le souverain aufgrund von politischem Kalkül – et ce non seulement à des évêques, mais aussi à des laïcs.

7Cette vision « institutionnelle » de l’origine comtale vaut-elle aussi pour les royaumes où le pouvoir central est faible ? Et même dans le royaume de l’est, vaut-elle pour toutes les formes de pouvoir comtal ? Pris globalement, tous les comtés ne paraissent pas avoir été attribués explicitement par le souverain et ne correspondent pas forcément à un pagus carolingien. Certains se réfèrent à un château allodial, un centre de pouvoir sans lien aucun avec les structures carolingiennes. Il est donc important de se dégager d’une vision trop « institutionnelle », trop centrée sur le pouvoir central, pour étudier les pouvoirs comtaux. L’étude des mutations de la société dans l’Alémanie des Xe et XIe siècles esquissée par Rafael Wagner indique une autre approche pour saisir l’auctoritas comtale, une piste moins institutionnelle, et plus proche du sujet de notre colloque, puisqu’elle met les détenteurs du titre comtal en relation avec le monde monastique. Elle montre qu’est comte celui qui arrive à se faire appeler (et reconnaître comme) comte. L’analyse de l’évolution des mentions comtales dans les formulaires des chartes monastiques et plus particulièrement dans les datations ouvre ainsi des perspectives intéressantes quant au rôle que les scriptoria monastiques pouvaient jouer dans la représentation du pouvoir et du rang comtaux.

8Cette piste mérite d’être creusée : les communautés religieuses constituaient en ce sens des alliées précieuses de l’aristocratie laïque parce que, maîtressses de l’écrit et de la memoria, mais aussi lieux de médiation en cas de conflit et centres de réseaux sociaux et donc de pouvoir comme nous le rappelait Charles Mériaux, elles offraient aux lignées comtales la possibilité d’illustrer et de tenir leur rang. Comme l’a judicieusement souligné Esther Dehoux au sujet des rouleaux des morts, les abbayes assurent aussi la fonction d’affirmer la lignée comtale dans la durée à travers la mémoire liturgique qui n’est rien d’autre qu’une mémoire historique arrangée. Par ailleurs, comme l’a bien montré Johannes Waldschütz pour les abbayes que l’on dit influencées par la « réforme » de Hirsau, les moines s’évertuaient à mettre en avant les comtes dans leur rôle de fondateurs d’abbayes – que ce soit dans le contexte historique de la fondation initiale, ou alors dans le cadre idéalisé d’une « réforme » présentée comme une seconde fondation. Toutes ces initiatives monastiques contribuaient à représenter le pouvoir et le rang comtaux. En échange, les communautés monastiques y trouvaient la protection et l’intercession comtales, le soutien à l’établissement de leur seigneurie et au bon déroulement de la vie religieuse (la « réforme »), une fonction ordonnatrice de la société aussi. C’est donc en termes de convergences ou du moins de négociations permanentes d’intérêts respectifs des deux parties qu’il faut analyser la relation entre le monde comtal et le monde monastique, au-delà des situations de conflits inéluctables. En ce sens, il faut se dégager de cette tendance de confiner l’image des abbayes dans un rôle majoritairement passif, celui de subir la « politique monastique » du souverain ou la domination d’un comte voisin, bref, de n’être un pion sur l’échiquier politique.

9Cette dernière remarque nous amène aussi à reconsidérer les identités diverses et changeantes du second acteur du titre du colloque, les communautés religieuses. Même si on les limite à la notion d’« abbaye », il s’agit là encore d’un terme qui cache une grande variété de réalités. En effet, comme cela fut souligné dès l’exposé introductif, on ne peut pas, pour notre thématique, s’en tenir à une définition strictement religieuse voire bénédictine du terme. Certaines interactions des religieux avec les comtes étudiés lors du colloque ont eu une influence sur le statut voire l’identité des « abbayes ». Trois moments d’interventions comtales ont été relevés à ce sujet dans les exposés consacrés au Vermandois (Paul Chaffenet), à la Souabe (Johannes Waldschütz) et au Rouergue (Sébastien Fray) :

  • À l’époque de l’abbatiat laïc – donc plutôt vers la première partie de l’époque considérée par le colloque, mais parfois, comme en Vermandois jusqu’au XIe siècle –, les sources ne nous permettent pas toujours de saisir le genre de vie de la communauté religieuse de type monastique ou de type canonial ;

  • lors des mouvements de « réforme » monastique à partir du Xe siècle – que ce soit sous l’impulsion ou du moins avec la coopération du comte-abbé ou alors contre son gré et à son détriment – on constate dans le cas le plus extrême un changement d’abbé ou de toute la communauté religieuse et donc un bouleversement complet au niveau de l’identité monastique ;

  • enfin la domination comtale peut avoir pour conséquence de transformer les collégiales comtales en abbayes ou prieurés, ou inversement, l’abbaye en communauté de chanoines, ceci pour des raisons politiques ou économiques, internes ou externes selon les cas.

Les interactions entre comtes et abbayes

10Ces derniers constats nous amènent à considérer dans un second point le sujet à proprement parler de notre colloque, les relations entre les comtes et les abbayes. Des nombreux aspects abordés dans les différentes contributions, je me bornerai à en souligner trois : un premier relatif aux abbayes, à leur quasi-monopole de l’écrit, un second relatif aux comtes, aux fondements de leur pouvoir qui leur permettent d’intervenir dans le contexte monastique, et un dernier concernant quelques rapports entre les deux, aux divers points de contact entre comtes et abbayes.

Les abbayes : le pouvoir de l’écrit

11Pratiquement tous les exposés ont attiré l’attention sur la nécessité d’une interprétation prudente du discours des sources presque exclusivement monastiques qui a durablement marqué l’historiographie. Il est bien connu aujourd’hui que ce discours a produit des images du monde laïc qui obéissent à des stratégies et intérêts monastiques. Les récentes recherches se sont attachées à montrer les modes de construction du discours monastique, à le déconstruire en fonction du contexte religieux et politique dans lequel il a été élaboré et à établir le lien étroit entre l’historiographie médiévale et moderne, voire contemporaine.

12Les vecteurs de ces constructions sont bien sûr ces textes orientés qui ont été cités à maintes reprises dans les différentes contributions : les sources mémorielles, les textes hagiographiques, les préambules et exposés des chartes, les narrations historiques, les sources a priori de nature économique, comme les Traditionsbücher, chroniques-cartulaires ou registres de biens, mais aussi les sépultures, enluminures ou peintures murales. Selon les catégories, elles procèdent de manières différentes ; mais elles ont en commun de tracer une « vulgate » de l’histoire de l’abbaye en question, le « récit dominant » ou pour le dire avec Johannes Waldschütz the invention of tradition. Ce but commun ne nous dispense pas de nuancer selon les spécificités locales, les liens avec la tradition de l’ordre, avec le discours construisant souvent a posteriori des mouvements de « réforme » monastique ou de « réforme » de l’Église, comme cela a été bien démontré pour les abbayes en relation avec la réforme de Hirsau.

13Dans tous les cas, ce sont évidemment les intérêts des abbayes qui commandent la construction du récit, ou pour le dire autrement, c’est l’abbaye qui monopolise l’interprétation de l’histoire, la Deutungshoheit. Ce qui a été interprété comme un pouvoir considérable doit cependant être tempéré à la lumière de plusieurs mises en garde :

  • D’abord les errements d’une historiographie encore très présente qui a tendance à se limiter aux images négatives du monde laïc tracées par les moines, celle des abbés laïcs et avoués prédateurs, des constructeurs de châteaux usurpateurs, des potentats régionaux utilisant les abbayes comme instruments de leur pouvoir. Les exposés du colloque ont mis en évidence l’existence d’images positives dans le discours des moines, toutes aussi soigneusement élaborées que les représentations stéréotypées des comtes « prédateurs » : celle du comte et de sa famille fondateurs, des avoués protecteurs ou pénitents, des nobles soutenant la réforme (Reformadlige), élevés en modèle à destination de la communauté religieuse mais aussi du monde extérieur, de l’élite laïque. Il y a évidemment un juste milieu à trouver entre ces deux extrêmes en partant dans chaque cas de la finalité du texte.

  • Dans ce sens, il importe de souligner la multifonctionnalité des sources monastiques, dont on a mis en évidence le large éventail de discours possibles, sa capacité à s’adapter selon les besoins au contexte économique (la consolidation du patrimoine), juridique (la défense des privilèges) ou religieux (la gestion de la commémoraison et la formation d’une identité communautaire). Il y apparaît donc logiquement un ensemble de représentations des relations avec les grands laïcs très diversifiées, adaptées aux besoins spécifiques des abbayes.

  • Dans tous ces cas, il faut se départir de l’idée que les intérêts des abbayes s’opposent d’office aux intérêts des comtes ou avoués en tant que « princes territoriaux ». Il convient de mieux considérer qu’on ne l’a fait jusqu’ici l’imbrication étroite des mondes monastique et laïc. Il s’ensuit une appréciation différente du rôle des abbayes qui, interprété traditionnellement comme réactif face aux prétendues « ingérences » ou « usurpations » des laïcs, sera dans de nombreux cas à revoir dans le sens d’une action proactive dans le sens d’une négociation d’un compromis. Nous y reviendrons.

Les comtes : le pouvoir des fonctions

14Passons aux fonctions qui permettent aux comtes d’interagir plus étroitement avec le milieu monastique. Je me bornerai ici à citer les différents cas évoqués ces deux derniers jours dans une chronologie tout à fait schématique.

15À la fin de l’époque carolingienne, la pratique de l’abbatiat laïc s’est généralisée – à vrai dire, il faudrait parler de l’abbatiat séculier puisqu’il concerne aussi les évêques-abbés. Les abbayes royales sont données en bénéfice par le souverain, à l’image des droits comtaux. Les sources monastiques, en général postérieures à la « réforme », ont tendance à noircir l’activité de l’abbé séculier et à le présenter comme le seigneur absolu de l’abbaye. Toutefois derrière cet écrin des sources, il est parfois possible de détecter une vraie politique de soutien de leurs monastères, dans le domaine économique, juridique ou culturel. En ce sens, l’abbé séculier a dans de nombreux cas soutenu la continuité de la vie religieuse voire sa restauration. Ce n’est que le discours de « réforme » qui l’a banni de la mémoire des moines et des milieux « réformateurs », alors que nos sources montrent au contraire une certaine continuité dans la vie monastique de la vie religieuse et culturelle au sein des abbayes avant et après la « réforme ».

16Les comtes ont aussi exercé des fonctions de tutelle en tant que fondateurs de communautés religieuses et donc seigneurs de ce qu’on appelait jadis les monastères « privés » (« Eigenkirchen »). Ces fondations sont de deux types : des fondations ex nihilo ou alors celles qui résultent d’une restructuration d’une institution existante, d’une « réforme » souvent présentée par les moines comme une seconde fondation. Pour les comtes, les fondations de monastères ont en-dehors de leur finalité mémorielle une portée symbolique – celle de marquer le territoire, soit à la frontière, soit dans une terre conquise, soit au centre associé au château –, mais aussi matérielle, pour leurs fonctions administratives, économiques et culturelles. La notion de « monastère de lignage » ou « Hauskloster » qui suggère faussement une soumission totale de la communauté religieuse à la famille fondatrice, a été abordée de manière très critique par plusieurs contributeurs. Ils ont souligné à juste titre la nécessité de critères précis pour définir un concept dont la plus-value a été mise en doute.

17Enfin, le comte occupe souvent, mais pas exclusivement comme nous l’avons vu, la fonction d’avoué, aux facettes multiples de protecteur, juge, garant du patrimoine monastique, intercesseur auprès du souverain et médiateur en cas de conflits avec les seigneurs ou officiers locaux. Dans les cas de fondations comtales mais aussi lors de l’abandon de l’abbatiat séculier, le comte se réserve souvent l’avouerie afin de garder une forme de tutelle, temporelle ou spirituelle, sur sa fondation ou « son » abbaye, comme cela a été montré dans des contextes très différents comme le Rouergue, le Vermandois ou la Souabe. Cette notion de « tutelle », nous l’avons vu, doit cependant être interprétée avec prudence. Une lecture dans le sens d’un élément de politique territoriale comtale s’est révélée, à la suite des récentes recherches, anachronique pour l’époque des Xe-XIe siècles, donc avant la période des raidissements dans leurs relations de la part des deux parties, abbayes réformées et comtes construisant leur territoire. Pour la période qui nous concerne, il a été souligné que dans beaucoup de cas, les avoués ou protecteurs comtaux – à l’instar des fondateurs – bénéficient d’une image positive dans les sources monastiques. Aux Xe-XIe siècles, l’évolution de l’avouerie dans le sens d’une defensio comtale obéit à des intérêts convergents pour les deux parties. Ainsi par exemple, les règlements d’avouerie confirment en général l’action de médiation des comtes et la volonté de soutenir la codification des règlements qui permet aux abbayes de réorganiser leur gestion économique face à la montée en grade de nouvelles couches sociales, comme les petits seigneurs ou les ministériaux. Dans ce sens, Paul Chaffenet nous rappelle par exemple que l’avouerie a pu être pour le comte un élément déterminant pour contenir la montée de la petite noblesse seigneuriale, châtelains ou (sous-)avoués locaux.

Réinterpréter les points de contact

18Les points de contact entre les comtes et les abbayes sont donc nombreux et variés. Les recherches récentes insistent beaucoup sur une nouvelle compréhension de la société seigneuriale, marquée non pas par une opposition, mais par une interpénétration des pouvoirs laïcs et ecclésiastiques.

19Afin d’illustrer cette réinterprétation, revenons à deux exemples déjà évoqués plus haut et montrant bien l’imbrication étroite des mondes laïcs et monastiques : les relations des abbayes avec la famille des fondateurs d’une part, la memoria et les sépultures d’autre part. Au sujet des relations de l’abbaye avec ses fondateurs ou ses avoués defensores, Johannes Waldschütz et Thomas Kohl ont montré l’intérêt qu’ont les moines à chercher la protection d’un comte local, allant jusqu’à décliner la protection directe du Saint-Siège et l’interdiction de l’avouerie comtale. Dans ces cas, rien ne saurait mieux illustrer l’imbrication des deux mondes laïc et monastique que la construction par les moines d’une mémoire commune englobant les bienfaiteurs ou fondateurs d’une part, les moines ou moniales d’autre part. Johannes Waldschütz a évoqué l’élaboration d’une gemeinsame Geschichte, alors que Paul Chaffenet l’a ramenée à l’initiative des moines ou chanoines qui voulaient défendre leurs prérogatives, plutôt qu’à celle des familles comtales. Esther Dehoux conclut pareillement de son analyse des rouleaux des morts que l’initiative de la construction d’une mémoire dynastique vient des communautés religieuses plutôt que des lignées comtales.

20Dans ce contexte mémoriel, l’analyse des sépultures aurait pu être davantage approfondie. Elle aurait également permis de montrer la convergence des intérêts des deux parties : les moines, pour des raisons économiques et symboliques, vont à la course des sépultures de membres de l’aristocratie laïque, tandis que ces derniers sont à la recherche constante de la plus grande efficacité de la prière pour le salut de leur âme. À cet effet, les laïcs privilégient et soutiennent les monastères « réformés » ou les nouveaux ordres. C’est dans ce repositionnement permanent de la noblesse comtale par rapport aux courants religieux ou aux spécificités locales que s’explique l’apparent manque de cohérence parfois constaté dans les politiques religieuses des comtes et de leur famille.

21Toutes ces réflexions mériteraient d’être approfondies dans le cadre d’études régionales mais aussi dans une optique d’histoire comparée. L’objectif d’une analyse comparée des relations entre comtes et abbayes ne pouvait être atteint dans le cadre limité de ces deux demi-journées, cela s’entend. Seul Thomas Kohl l’a tentée de manière prudente, en concluant à des parallélismes étroits entre royaumes de l’ouest et de l’est pour certaines actions comtales, comme la politique de fondations de communautés religieuses et celle de soutien aux réformes monastiques. L’avouerie, ou des formes apparentées de protection des abbayes, devrait être en particulier comparée dans les royaumes issus de l’Empire carolingien ; en Francie occidentale, elle connut des sorts variés, étant pratiquement absente dans les contrées méridionales. Il y a là certainement des pistes à creuser.

22Dans ce sens, il est difficile de conclure autrement que sur des constats tout à fait généraux. À l’ouest comme à l’est du « monde franc », la lecture attentive des sources ne montre ni pour les comtes, ni pour les abbayes une unité d’action dans leurs relations mutuelles. Entre le besoin d’affirmation du pouvoir et la volonté de soutien des communautés religieuses pour les comtes, la recherche de protection mais aussi la défense de leur « liberté » pour les moines, les interactions entre le pouvoir laïc et le monde monastique visent l’alliance autour d’intérêts communs tout comme la résolution de conflits dus à des luttes d’influence. En Lotharingie, à partir du XIIe siècle, l’évolution des relations entre abbayes et comtes se joue autour de la capacité des unes et des autres à se constituer en principautés « territoriales » ou « régionales » ecclésiastiques ou laïques. C’est à ce moment, en relation avec les idées plus radicales de la réforme de l’Église, avec une régionalisation plus poussée des pouvoirs, avec de nouvelles formes de gestion de la seigneurie et des transformations sociales qui y étaient liées, que les relations entre communautés monastiques et comtes ont tendance à évoluer vers un démarquage plus net. L’établissement de nouvelles normes, tant dans le domaine religieux que dans les modes de domination de la terre et des hommes nécessite des rééquilibrages plus serrés. Les règlements d’avouerie en sont une émanation, l’avouerie comtale évoluant vers une forme de protection plus générale.

23D’après ce qui vient d’être exposé lors de ces deux journées, il apparaît que l’histoire des rapports entre comtes et abbayes aux Xe-XIe siècles a constitué une étape à part dans l’évolution vers ce processus de délimitation des pouvoirs laïcs et ecclésiastiques. Une étape qui laissait des traces aux siècles suivants : lorsque, vers la fin du XIIIe siècle, on demanda au duc de Lorraine et au comte de Luxembourg de nommer les éléments constitutifs de leur principauté, ils répondirent en énumérant les comitatus, mais aussi les abbayes qu’ils détenaient en fief d’Empire. Comtes et abbayes : il y a là un renvoi très net aux Xe – XIe siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Margue, « Pour une redéfinition dynamique des relations entre comtes et abbayes (fin IXe – fin XIe siècle) », Trajectoires [En ligne], Hors série n° 2 | 2017, mis en ligne le 20 avril 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/2317

Haut de page

Auteur

Michel Margue

michel.margue@uni.lu, Professeur, Université du Luxembourg

Haut de page