Navigation – Plan du site

De la coopération entre clercs et laïques à la collaboration entre jeunes chercheurs de l’ancien monde carolingien

Avant-propos
Pierre Monnet et Tristan Martine

Texte intégral

1Lieu de rencontres entre chercheurs venus des deux bords du Rhin, lieu de dialogue entre scientifiques francophones et germanophones, l’IFRA-SHS, héritier de l’Institut Français d’Histoire en Allemagne de Francfort (2009-2015) et de la Mission historique française en Allemagne de Göttingen (1977-2009), a toujours placé au cœur de sa mission cette fonction de pont entre plusieurs cultures scientifiques. Rappelons ainsi les ateliers tenus ces trois dernières années : « La Paternité à la fin du Moyen Âge » organisé en juin 2013 par Aude-Marie Certin ; « Penser la guerre autrement ? Nouvelles sources et méthodes pour écrire l’histoire de la Première Guerre mondiale » en octobre 2014, organisé par Philipp Siegert et Bérénice Zunino ; « Cartulaires : témoins et acteurs de "mises en ordre" (IXe – XIVe siècles) » organisé en juin 2015 par Claire de Cazanove ou encore « L’histoire d’entreprises en France et en Allemagne : Regards croisés et nouvelles approches (XXe – XXIe siècles) » en juillet 2016 par Charlotte Pouly.

2C’est dans cette volonté d’échange que s’est inscrit l’atelier qui a eu lieu les 30 juin et 1er juillet 2016, intitulé « Grafen und Klöster in der fränkischen Welt (Ostfrankenreich, Westfrankenreich und Burgund). Ende 9. Jahrhundert – Ende 11. Jahrhundert / Comtes et abbayes dans le monde franc (Francie occidentale, Francie orientale et Bourgogne). Fin IXe – fin XIe siècle ». Rassemblant des chercheurs venus, de manière significative, non seulement de France et d’Allemagne, mais aussi de Suisse, de Belgique et du Luxembourg, c’est-à-dire du cœur du monde rhénan et de l’ancienne Francia Media, cet atelier avait adopté un thème ouvert aux approches comparatistes, la Francie occidentale et la Francie orientale proposant des situations très différentes dans le rapport des comtes aux abbayes et donc propices à la discussion. Le cadre géographique retenu, l’ancien empire franc, ainsi que les limites chronologiques, de la fin du IXe à la fin du XIe siècle, c’est-à-dire une période de forte recomposition géopolitique, la Lotharingie passant ainsi à plusieurs reprises d’un royaume à l’autre, incitèrent naturellement les chercheurs invités à comparer les évolutions politiques et religieuses au sein de cet ancien empire carolingien désormais divisé en plusieurs entités distinctes.

3L’atelier s’inscrivait par ailleurs pleinement dans l’actualité de la recherche, puisque furent organisés à Namur, en décembre 2015, une rencontre sur l’avouerie entre Loire et Rhin (fin IXe – XIIsiècle), à Luxembourg en octobre 2016 une session des Journées Lotharingiennes consacrée à la naissance des principautés territoriales (Xe – XIIe siècles) et à Gand/Bruges en novembre 2016 un colloque sur les évêques dans le « Siècle de Fer » (900 –1050), autant de journées durant lesquelles cette thématique des relations entre aristocratie laïque et aristocratie ecclésiastique avant la réforme grégorienne fut au cœur des débats.

  • 1 Que soient ici remerciés pour leur aide dans la réalisation de cette publication Mathilde Baraut, N (...)

4Fruit d’un partenariat avec l’Interdisziplinäre Forschungsgemeinschaft Frankreich – Deutschland / Groupe Interdisciplinaire de Recherche Allemagne – France, plus connu sous son nom de Giraf, qui a apporté son soutien financier par le biais d’une bourse « Coup de pouce », et accueillant également des chercheurs du Max-Planck-Institut für europäische Rechtsgeschichte et de la Goethe Universität de Francfort, ces deux journées francfortoises réunirent de jeunes chercheurs désireux de confronter non seulement leurs sources, mais aussi et surtout leurs méthodologies, et donnèrent lieu à de fructueux échanges, qu’il nous a semblé utile de rendre accessibles au plus grand nombre par cette publication1.

5Pour ce faire, il nous a paru naturel de nous tourner vers une revue de jeunes chercheurs elle-même franco-allemande et interdisciplinaire : Trajectoires. Cette entreprise éditoriale confiée par le CIERA à des doctorants et post-doctorants accueille les actes de ces journées d’études par le biais d’un numéro « hors-série », ce qui fut rendu possible par l’initiative conjointe d’une mutualisation des outils électroniques de publication et de diffusion scientifiques de l’Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales (IFRA-SHS), du Centre Marc Bloch (CMB) et du Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA). Les « hors-séries » constituent en effet un outil de publication pour publier les travaux de jeunes chercheurs issus de rencontres scientifiques organisées dans l’une des trois institutions. Au-delà des enjeux de coopération entre clercs et laïques autour de l’an mil, ce sont bien les richesses issues de la collaboration entre historiens en formation de l’ancien espace carolingien que nous souhaitons aujourd’hui mettre en lumière et à la disposition du public intéressé.

Haut de page

Notes

1 Que soient ici remerciés pour leur aide dans la réalisation de cette publication Mathilde Baraut, Niels May, Aurore Peyroles, Anne Seitz et Philipp Siegert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Monnet et Tristan Martine, « De la coopération entre clercs et laïques à la collaboration entre jeunes chercheurs de l’ancien monde carolingien », Trajectoires [En ligne], Hors série n° 2 | 2017, mis en ligne le 20 avril 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/2319

Haut de page

Auteurs

Pierre Monnet

pierre.monnet@institutfrancais.de, Directeur de l’IFRA-SHS et Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales

Tristan Martine

tristan.martine@yahoo.fr, Ancien chercheur en résidence à l’IFRA-SHS, Doctorant (Université Paris Est Marne-la-Vallée, Université de Lorraine), Boursier de la Fondation Thiers (Institut de France)

Haut de page