Navigation – Sitemap

La spatialisation des identités assignées, Marseille 1940-1942

Aurélie Audeval

Zusammenfassungen

Marseille war zwischen 1940 und 1942 Zufluchtsort für Emigranten sowie Schauplatz täglicher Polizeirazzien. Das Stadtzentrum, einst ein Grenzraum, der die Durchreise ermöglichte, wurde zu einer Sackgasse, die allein zu Abschiebung, Auswanderung oder Internierung führte. Die Zuschreibung von Identitäten und die Zuweisung bestimmter Räume kamen hier auf besondere Weise zur Übereinstimmung.

Seitenanfang

Index-Einträge

Geographischer Index :

Marseille

Chronologischer Index :

1940-1942
Seitenanfang

Volltext

1Marseille, de juin 1940 à novembre 1942, est la ville où se réfugient tous celles et ceux qui cherchent à fuir l’Europe (Parisis, 1992). La cité phocéenne est en effet le dernier endroit d’où l’on peut espérer partir, en raison du maintien des ambassades étrangères et du port. Il est possible d’y obtenir les visas nécessaires au départ, et des associations de secours s’y installent afin d’aider à l’émigration (Klein, 2007 ; Fittko, 1992). Que ce soit par crainte de l’avancée des troupes nazies ou en raison des politiques de répression et de persécution antisémites et xénophobes de Vichy, les individus candidats au départ sont aussi nombreux que divers (Mencherini, 2005).

2Les autorités de la préfecture des Bouches-du-Rhône, service des étrangers et police, vont mener à l’égard de ces populations une politique de confinement. L’espace du centre-ville est mis à profit pour créer, par une activité policière incessante, les conditions d’un maintien sous tutelle administrative des personnes comme de l’espace. Parallèlement sont créés divers espaces d’internement, plus extérieurs, en lien direct avec des catégorisations administratives assignées. Les transformations du centre-ville, jadis espace frontière, et l’inscription dans l’espace des catégories d’action publique montrent en quoi la construction de frontières spatiales peut coïncider avec les limites sociales.

Le centre-ville marseillais, un espace urbain à part depuis le XIXe siècle

3La constitution d’un centre-ville pauvre et migrant trouve son origine au XIXe siècle dans la désertion de la bourgeoisie pour les nouveaux quartiers résidentiels du sud et de l’est. La proximité du port de la Joliette, de la gare Saint-Charles et les prix modiques font que, dès la fin du XIXe siècle, s’y forme une sorte d’écosystème pour les migrant.e.s récemment arrivé.e.s. La définition de Robert Park (1984 : 165) qui parle d’« aires naturelles de ségrégation » au sens de milieu naturel de vie semble s’appliquer à ce phénomène. Il ne s’agit ni d’une ségrégation spontanée (Agier, 2015 : 68), qui se ferait en raison d’affinités ou en réaction aux préjugés, ni d’une ségrégation contrainte mise en place par les autorités publiques. Le phénomène d’installation des populations flottantes au centre-ville procède bien plus de ce qu’il serait possible de qualifier de ségrégation stratégique (Sarcinelli, 2011) : une installation qui s’est faite en raison de la présence de structures permettant de trouver un travail, un hébergement, des associations et des institutions officielles, à proximité des points d’arrivée et de départ.

4Ces quartiers centraux jouent le « rôle de sas, de régulateur du flux migratoire, retenant, au gré de la demande extérieure et des possibilités de départ ou d’embauche les immigrés de toutes catégories et de toutes origines » (Temime, 1995 : 19). C’est un espace frontière, intermédiaire entre un en-dedans et un en-dehors. Si cet espace s’est créé sans contrainte politique et administrative directe, en revanche, son contrôle par les autorités publiques est, quant à lui, direct. Les personnes qui habitent ce type d’espaces sont soumises à d’autres règles et pratiques de la part de la police et des autorités (Datta, 2012). Il y a croisement entre la géographie et le droit (Maccaglia et Morelle, 2013). Linda Guerry (2013) montre ainsi que dans les années 1920, des rafles et des descentes y ont déjà lieu. On retrouve d’ailleurs l’inscription de cette volonté de contrôle dans l’implantation des institutions policières que sont le commissariat central ainsi que la préfecture : ces institutions se situent en bordure de cet espace urbain central.

L’élimination des étrangers « indésirables », une pratique et une rhétorique héritée de la IIIe République2

  • 2 Il faut rappeler que le texte de l’exposé des motifs du décret du 12 novembre 1938 motive la mise e (...)

5Dans la continuité des politiques des années 1930 envers les « étrangers indésirables », toutes ces personnes réfugiées à Marseille à partir de 1940 sont vues comme autant d’individus que les autorités du ministère de l’Intérieur souhaitent voir mis hors du corps national et, dans un même mouvement, du territoire national. Jusqu’en 1938, les seules pratiques le permettant sont le refoulement, la tracasserie administrative et l’expulsion (Rygiel, 2004). La mise en place de camps d’internement (Eggers, 2002 ; Pechanski, 2002) par le décret du 12 novembre 1938, en raison de l’inefficience des politiques d’expulsion menées jusqu’alors (Fischer, 2004), instaure un véritable tournant dans cette logique générale. Les pratiques de confinement, d’internement, d’assignation à résidence deviennent à la fin des années 1930 des registres d’action récurrents du pouvoir exécutif envers les étranger.e.s.

  • 3 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 76W 188 Courrier de la Direction de la Police du Ter (...)
  • 4 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 76W 8 Rapport du 09.09.1940.

6Sous Vichy, cette volonté de se débarrasser de ces populations est toujours aussi forte et Marseille devient d’ailleurs une pièce centrale du dispositif national d’élimination (Kallis, 2008) des « indésirables » par émigration3. La note de M. Barrelot, fonctionnaire en poste à la préfecture des Bouches-du-Rhône, résume bien l’état d’esprit qui règne alors : « Ils sont si nombreux que par le fait de faciliter leur sortie de France nous obtiendrions là le moyen d’épurer en grande partie notre territoire »4.

  • 5 Les chiffres exacts sont difficiles à établir en raison non seulement du caractère parcellaire des (...)

7Cependant, les exigences allemandes et italiennes concernant la livraison d’opposant.e.s, ainsi que les logiques internes au régime français, qui mêle cette volonté de départ à celle du contrôle et de la répression politique, viennent créer des contradictions entre laisser partir et retenir. L’ensemble de ces difficultés, associées aux barrières mises par les autres pays qui, à l’instar des Etats-Unis, ne délivrent que peu de visa, font que peu de ces réfugié.e.s parviennent à quitter la ville, du moins par les voies légales. L’ordre de grandeur du nombre de personnes ayant légalement émigré depuis Marseille est d’environ 20.0005. L’impression générale est celle d’une population acculée à la Méditerranée (Flügge, 2005), qui ne cherche qu’à fuir et qu’on ne laisse pas partir.

D’un espace frontière à un camp de transit

  • 6 Archives départementales des Bouches-du-Rhône 76W 87. Lettre anonyme du 05.03.1941 envoyée à Vich (...)

8Si les réfugié.e.s de 1940 arrivent dans un dispositif spatialisé de contrôle des populations étrangères déjà en place, celui-ci change cependant de nature. Dans la dynamique de l’ordre nouveau et du fantasme d’une communauté nationale homogène voulue par le régime de Vichy, il ne s’agit plus simplement d’un espace permettant le tri des populations migrantes en vue d’une possible intégration au sein du corps social. C’est désormais un espace qui permet de rassembler des populations réfugiées afin de mieux les éliminer – le tri se faisant non plus sur une acceptation ou un rejet, mais bien sur le type de rejet à mettre en place : internement, assignation, émigration, voire emprisonnement. D’ailleurs le sentiment d’une élimination pure et simple de toute la population présente transparaît de plus en plus clairement, comme en témoigne cette lettre envoyée depuis Marseille aux autorités centrales à Vichy : « Marseille est une ville sans pareil, dépotoir continu des indésirables, il y en a à toutes les terrasses de café (...). Tant de révision et recensement de la population et de rafles on peut encore trouver des étrangers ou des inconnus ! D’où sortent-ils ? À quel saint de Vichy peut-on s’adresser pour nettoyer tout ça. Et les travailleurs se serrent de pain pour le voir manger par toute cette racaille : communistes, étrangers, ennemis »6.

  • 7 L’internement de certaines personnes étrangères sur simple décision préfectorale, possible à partir (...)
  • 8 Je dois l’idée de Marseille comme camp de transit à Renée Dray-Bensousan (2004). On peut aussi ment (...)
  • 9 Ainsi, la recherche sur le phénomène concentrationnaire nazi a mis en évidence la multiplicité des (...)

9La quotidienneté et l’ampleur des opérations de police se situent, à partir de 1940, au-delà du simple contrôle. On retrouve ici des éléments récurrents des politiques vichystes de 1940, à savoir, d’une part, une inscription dans les pratiques existantes sous la IIIe République concernant le traitement des populations étrangères7 et d’autre part, une systématisation qui les transforme en principe (Noiriel, 1999). C’est ainsi que l’espace frontière se transforme en véritable camp de transit8 à ciel ouvert, placé à l’extérieur du système spatial et juridique ordinaire. Il faut en effet se méfier du fétichisme du barbelé pour reconnaître un espace d’exception. Leur absence n’est pas signifiante, beaucoup d’espaces d’internement ne sont formellement pas des camps9. Les barrières sont alors faites de papiers administratifs qui empêchent la sortie de la ville librement et de conditions objectives de vie qui rendent une installation dans d’autres quartiers quasiment impossible. On sort de la surveillance pour tomber dans un espace confiné soumis à la permanence de l’action administrative.

  • 10 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 76W 142 à 76W 145.

10La police vient effectuer une ponction régulière afin d’assigner les individus ainsi arrêtés à un espace de confinement à plus long terme en conformité avec l’identité qui leur est alors imposée. Cette double assignation identitaire et spatiale se fait en fonction du traitement prévu, internement, émigration, assignation à résidence. Les rapports quotidiens de cette activité policière, présents aux archives départementales des Bouches-du-Rhône, constituent la base documentaire centrale de cet article. Ces descentes et rafles qui concernent près de 1000 personnes par jour et font l’objet de compte rendus quotidiens sont disponibles pour la période allant du 29 juin 1940 au 23 janvier 1942, cela représente en tout 574 rapports10. Ceux-ci permettent, entre autres, d’identifier les lieux du contrôle. Devant la masse des données et pour des raisons de lisibilité, la carte ci-dessous ne prend en compte les informations que pour le 3 de chaque mois.

Lieux des descentes et rafles quotidiennes de la police marseillaise (le 3 de chaque mois)

Lieux des descentes et rafles quotidiennes de la police marseillaise (le 3 de chaque mois)

X une descente de police - X2 deux descentes de police

11À l’exception de quelques lieux excentrés qui sont des foyers ouverts par divers organismes caritatifs, comme le « Foyer de la Jeune Fille » ou le « Foyer du peuple », il apparaît que les descentes de police se concentrent principalement dans la zone située au nord-est du Vieux Port, soit principalement le quartier de Belsunce, quelques rues à proximité du port de la Joliette, ainsi que dans la prolongation de la porte d’Aix. La localisation des descentes de police n’est pas surprenante. Ces quartiers sont connus pour être les lieux où viennent se concentrer les migrant.e.s récemment arrivé.e.s dans la ville, comme le soulignent de nombreuses études sur Marseille (Dewhurst Lewis, 2010).

Les motifs des arrestations : quand assignation identitaire rime avec assignation spatiale

  • 11 Dans cette étude, j’ai laissé de côté les personnes déférées au parquet de Marseille, donc relevant (...)

12La correspondance entre assignations spatiale et identitaire constitue un élément particulièrement important de cet épisode. En fonction de la catégorie qui va leur être attribuée, ces populations vont être déplacées physiquement dans d’autres endroits de la ville, en général des lieux d’internement ou d’emprisonnement selon qu’elles relèvent de l’autorité judiciaire11 – dans le cas où on peut leur reprocher un acte – ou de l’autorité administrative – dans le cas où leur identité assignée les désigne comme un potentiel danger aux yeux des pouvoirs publics. Tous les hommes considérés comme un enjeu dans le conflit, surtout les démobilisés, déserteurs et soldats ennemis, sont livrés, quant à eux, à l’autorité militaire.

13L’action se déroule en général dans la rue et le processus de catégorisation ne fait l’objet d’aucune directive préétablie. C’est dans la pratique concrète qu’elle est attribuée en quelques minutes. Cet ancrage dans la pratique et non dans la réglementation se lit particulièrement bien dans la mobilité des termes de désignation. Au fil du temps, ces termes se fixent peu à peu, mettant en évidence l’importance de la routine dans les phénomènes d’action policière (Blanchard, 2011). Les catégories de traitement qui sont présentées dans le tableau ci-dessous correspondent aux termes exacts des rapports de police.

Catégories de traitement relevées dans les opérations policières de rafles et descentes à Marseille du 29.06.1940 au 23.01.1942

L’évolution des catégories et des traitements

14Si l’on regarde l’évolution chronologique de ces catégories, on remarque que celles de l’été/automne 1940 vont jusqu’à la catégorie 18 et que de fait, le début de l’année 1941 marque le renouveau des catégories.

15Cette rupture dans les désignations est l’écho d’un tournant dans les politiques. La nationalité n’est en effet plus le seul critère retenu. Être classé parmi les « jeunes » « étrangers » « israélites » et « nomades » est désormais déterminant. Les critères d’âge et raciaux s’ajoutent explicitement aux critères nationaux qui du coup deviennent moins précis. L’altérité par rapport à la communauté nationale n’est effectivement plus seulement déterminée par la nationalité.

  • 12 Il est intégré au 3e bureau de la 1ère division. Voir Archives départementales des Bouches-du-Rhô (...)

16Le travail de maillage policier du centre-ville de Marseille constitue aussi une pièce importante de la persécution des Juifs et Juives étrangèr.e.s. De façon surprenante, ces catégories raciales (26 et 27) apparaissent avant même l’ordre de recensement des Juifs de la loi du 2 juin 1942. L’apparition précoce de ces catégories a son importance, car elle démontre que les autorités marseillaises ont devancé la réglementation et commencé les identifications dès le 21 mai 1942. Les assignations à résidence, moins nombreuses, démarrent quant à elles dès le 5 avril 1941. Dans la catégorie 27, une des plus nombreuses, ce sont près de 2389 personnes qui sont directement identifiées comme Juives et dont les noms vont se retrouver dans le fichier du service juif nouvellement créé au sein du service des étrangers de la préfecture12. Comme le « service des étrangers » de la préfecture a acquis un savoir-faire et des techniques en matière de fichage, de tri et de traitement des populations en lien avec les forces de police, ce sont ces compétences qui sont alors mises au service de la politique de persécution antisémite du régime de Vichy. Il y a une extension aux Juifs/Juives des logiques, des pratiques et des services qui présidaient jusqu’alors au traitement des étranger.e.s.

  • 13 Comme par exemple depuis les Basses-Alpes. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 5W361, co (...)
  • 14 Les mauvais traitements concernent les personnes assignées comme indigènes et conduites au Camp Lya (...)
  • 15 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 5W 361, copie-télégramme, 14.07.1940.
  • 16 Il existe également d’autre lieux d’internement pour les travailleurs indochinois : le camp Gallien (...)

17La main d’œuvre coloniale est soumise au traitement le plus systématique. Le nombre élevé de Nord-Africains internés s’explique par le fait qu’à quelques exceptions près, ils ne sont pas appréhendés à Marseille même, mais sont dirigés par convoi vers Marseille13 et depuis la gare directement amenés dans leur lieu d’internement : la Grande Bastide à Mazargues, autrement appelé camp Lyautey14, ou pour les militaires en cours de démobilisation dans le camp Sainte-Marthe dans les quartiers Nord. Les policiers ont ajoutés ces militaires au rapport quotidien de leurs activités, mais il semble bien que ces derniers n’ont pas fait l’objet de rafles, car il s’agit en grande partie d’une population déjà confinée : le camp Lyautey héberge une dizaine de familles avec une vingtaine d’enfants (Mencherini, 2009 : 62). Certains indigènes nord-africains entrés après le déclenchement du conflit ou en situation illégale sont acheminés vers Marseille pour y être rassemblés15. 90 travailleurs coloniaux indochinois sont également acheminés au camp Lyautey16.

18Le résultat de ces opérations de police en centre-ville est la mise en place d’un système d’internement local géré par la préfecture des Bouches-du-Rhône, qui vient consteller le territoire urbain et péri-urbain de la ville. Il est difficile d’en retrouver les traces exactes, car certains lieux n’existent que temporairement, comme en témoigne l’utilisation des bateaux de décembre 1940 à mai 1941. La mise en place de ce système local se fait en lien avec des acteurs privés qui louent leurs hangars ou leurs hôtels à la préfecture, a priori dans des accords clientélistes car aucun appel d’offre n’est recensé dans les archives. Un système de gestion spatiale de cette persécution s’établit via un centre-ville dans lequel viennent s’entasser les personnes nouvellement arrivées qui sont peu à peu réparties à l’aide des rafles policières dans divers lieux d’internement, plus périphériques, en fonction de leur identification et de leur traitement à venir.

19La corrélation faite entre un lieu et la population qui y habite est produite ici avec une telle intensité que la violence ne va pas s’abattre sur la seule population, mais également sur cet espace situé autour du Vieux-Port. C’est en effet cet espace urbain marseillais désigné par les nazis comme devant être rasé qui se voit soumis à une première destruction en janvier 1943, les populations restantes étant alors raflées ; une fois de plus, elles sont déportées ou évacuées en fonction de leur catégorisation (Oppetit, 1993). Les causes de cet événement sont à chercher dans cette longue construction discursive autour de cet espace et de ses populations ainsi que des pratiques qui y ont eu cours. Le dernier épisode avant sa destruction, celui de sa transformation en centre de transit à ciel ouvert entre 1940 à 1942, participe également à cette accélération de la violence.

20Les opérations policières d’envergure de 1940 à 1942, qui visent à contrôler les populations en créant des espaces de confinement ou de mobilité limitée, instaurent une véritable spatialisation de la catégorisation administrative. Il s’agit de processus liés aux seules logiques d’élimination, que ce soit par l’internement, l’émigration, ou la déportation à partir d’août 1942. Le cas de Marseille est alors très intéressant car il permet de saisir combien un espace frontière, constitué stratégiquement au fil des migrations, devient, cette fois par l’intervention directe des autorités, un camp de transit. C’est-à-dire que l’espace frontière du centre-ville n’est plus un lieu de passage, un sas entre deux sociétés dans un parcours migratoire. C’est devenu une impasse.

Seitenanfang

Bibliografie

Agier, Michel (2015) : Anthropologie de la ville. Paris (PUF).

Ascaride, Gilles et Salvatore Condro (2001) : La ville précaire. Les isolés du centre-ville de Marseille. Paris (L’Harmattan).

Blanchard, Emmanuel (2011) : Algériens : 1945-1962. Paris (Nouveau monde).

Datta, Ayona (2012) : The illegal city, Space, law and gender in a Dehli Squatter Settlement. Farnham (Asgate).

Daum, Pierre (2009) : Immigrés de force. Les travailleurs indochinois en France 1939–1952. Paris (Solin).

Dell’Umbria, Alèssi (2006) : Histoire universelle de Marseille. Marseille (Agone).

Doerry, Janine, Alexandra Klei et Elisabeth Thalhofer (2007) : NS-Zwangslager in Westdeutschland, Frankreich und den Niederlanden. Paderborn (Ferdinand Schoeningh)

Dray-Bensoussan, Renée (2004) : Les Juifs à Marseille pendant la Seconde guerre mondiale : août 1939–août 1944. Paris (les Belles lettres).

Eggers, Christian (2002) : Unerwünschte Ausländer : Juden aus Deutschland und Mitteleuropa in französischen Internierungslagern 1940–1942. Berlin (Metropol cartes).

Fischer, Nicolas (2004) : « Les expulsés inexpulsables. Recompositions du contrôle des étrangers dans la France des années 1930 », Cultures & Conflits, 53, p. 25–41.

Fittko, Lisa (2002) : Solidarität unerwünscht : Meine Flucht durch Europa. Erinnerungen 1933–1940. München (Carl Hanser Verlag).

Flügge, Manfred (1996) : Wider Willen im Paradies : deutsche Schriftsteller im Exil in Sanary-sur-Mer. Berlin (Aufbau Verlag).

Jankowskic, Paul (1989) : Communism and collaboration : Simon Sabiani and politics in Marseille, 1919-1944. New Haven, London (Yale University Press).

Kallis, Aristotle (2008) : Genocide and Fascism. The Eliminationist Drive in Fascist Europe. New York (Routledge).

Klein, Anne (2007) : Flüchtlingspolitik und Flüchtlingshilfe 1940-1942 – Varian Fry und die Komittees zur Rettung politisch Verfolgter in New York und Marseille. Berlin (Metropol).

Lewis, Mary Dewhurst (2010) : Les frontières de la République : immigration et limites de l’universalisme en France, 1918-1940. Marseille (Agone).

Maccaglia, Fabrizio et Marie Morelle (2013) : « Pour une géographie du droit : un chantier urbain », Géocarrefour, 88 (3), p. 163172.

Mencherini, Robert (2005) : « Artistes et intellectuels réfugiés dans la région marseillaise en 1940-1942 : un jeu d’ombres entre survie et engagement », in : Actes du colloque : Déplacements, dérangements, bouleversement : Artistes et intellectuels déplacés en zone sud (1940–1944), Bibliothèque de l’Alcazar, Marseille, 3–4 juin 2005, organisé par l’Université de Provence, l’Université de Sheffield et la bibliothèque de l’Alcazar (Marseille). Url : http://publications.univ-provence.fr/ddb/document.php?id=91. Consulté le 20 janvier 2017.

Mencherini, Robert (2004) : Midi rouge, ombres et lumières. Une histoire politique et sociale de Marseille et des Bouches-du-Rhône de 1930 à 1950, tome 1 : Les années de crise, 1930–1940. Paris (Syllepse).

Mencherini, Robert (2009) : Midi rouge, ombres et lumières : une histoire politique et sociale de Marseille et des Bouches- du-Rhône de 1930 à 1950, tome 2 : Vichy en Provence, 1940–1942. Paris (Syllepse).

Milliot, Vincent (2014) : « » Divise et commande » ou le rêve de Guillauté. Essai sur les pratiques policières de l’espace à Paris au XVIIIe siècle », in : Bergel, Pierre et Vincent Milliot, dir. : La ville en ébullition, sociétés urbaines à l’épreuve. Rennes (Presses Universitaires de Rennes), p. 269305.

Noiriel, Gérard (1999) : Les origines républicaines de Vichy. Paris (Hachette).

Oppetit, Christian, dir. (1993) : Marseille, Vichy et les nazis, le temps des rafles, la déportation des juifs. Marseille (Amicale des déportés d’Auschwitz et des camps de Haute-Silésie).

Parisis, Jean-Louis (1992) : Une ville en fuite, Marseille 1940–1942. Marseille (Éditions de l’Aube).

Park, Robert E. (1984 (1929)) : « La ville comme laboratoire social », in Grafmeyer, Yves et Isaac Joseph, dir. : L’Ecole de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine. Paris (Aubier).

Peschanski, Denis (2002) : La France des camps : l’internement, 1938–1946. Paris (Gallimard).

Roncayolo, Marcel (2014) : L’imaginaire de Marseille. Lyon (ENS édition).

Ryan, Donna F. (1996) : The Holocaust & the Jews of Marseille : the Enforcement of Anti-Semitic Policies in Vichy France.Urbana (University of Illinois Press).

Rygiel, Philippe (2004) : « Refoulements et renouvellement des cartes de “travailleur étranger” dans le Cher dans les années 30 », in : Rygiel, Philippe, dir. : Le bon grain et l’ivraie : l’État-nation et les populations immigrées fin XIXe-début XXe siècle ; sélection des migrants et régulation des stocks de populations étrangères. Paris (Éd. Rue d’Ulm-Presses de l’École normale supérieure), p. 117–132.

Sarcinelli, Alice Sophie (2011) : « Ce que tolérer veut dire », Géocarrefour, 86 (1), 2011, p. 3541.

Seghers, Anna (1993 (1948)) : Transit. Berlin (Aufbau).

Smith, Neil (1992) : « Geography, Difference and the Politics of Scale », in : Doherty, Joe, Graham Elspeth et Mo Malek, dir. : Postmodernism and the Social Sciences. Basingstoke and London (Macmillan), p. 5779.

Temime, Émile (1995) : Marseille transit : les passagers de Belsunce. Paris (Autrement).

Seitenanfang

Anmerkungen

1 Cet article est tiré de ma thèse de doctorat. Aurélie Audeval (2016) : Les Étrangères Indésirables et l’administration française. 1938-1942, Socio-histoire d’une catégorisation d’État, sous la direction de Gérard Noiriel, EHESS Paris, soutenue le 12 avril 2016.

2 Il faut rappeler que le texte de l’exposé des motifs du décret du 12 novembre 1938 motive la mise en place de l’internement des étranger.e.s ainsi : « Enfin, s’il fallait strictement réglementer les conditions d’acquisition de la nationalité française, il n’était pas moins indispensable d’assurer l’élimination rigoureuse des indésirables ». JORF du 13 novembre 1938, p. 12920.

3 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 76W 188 Courrier de la Direction de la Police du Territoire et des Étrangers à la Préfecture des Bouches-du-Rhône, 20.11.1940.

4 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 76W 8 Rapport du 09.09.1940.

5 Les chiffres exacts sont difficiles à établir en raison non seulement du caractère parcellaire des données présentes dans les archives administratives mais surtout du nombre important de personnes illégalisées et donc non enregistrées auprès des autorités. Les données quantitatives existent mais elles ne concernent que celles essayant d’émigrer légalement. Ce chiffre semble ridiculement bas en regard des témoignages contemporains qui parlent d’une ville surpeuplée en raison de l’afflux permanent de candidat.e.s au départ. Les chiffres qu’il est possible d’avancer ne sont donc que des estimations minimales.

6 Archives départementales des Bouches-du-Rhône 76W 87. Lettre anonyme du 05.03.1941 envoyée à Vichy depuis Marseille.

7 L’internement de certaines personnes étrangères sur simple décision préfectorale, possible à partir des décrets des 2 mai 1938 et 12 novembre 1938, se situe ainsi en-dehors des principes de l’état de droit puisque la privation de liberté n’est alors pas consécutive à un acte délictueux.

8 Je dois l’idée de Marseille comme camp de transit à Renée Dray-Bensousan (2004). On peut aussi mentionner le roman d’Anna Seghers sur Marseille dont le titre, Transit, reprend cette idée (Seghers, 1993).

9 Ainsi, la recherche sur le phénomène concentrationnaire nazi a mis en évidence la multiplicité des types de lieux utilisés et leur oubli en raison de leur non ressemblance formelle avec l’idéal-type du camp que représente désormais Auschwitz. Voir par exemple Doerry, Klei et Thalhofer (2007).

10 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 76W 142 à 76W 145.

11 Dans cette étude, j’ai laissé de côté les personnes déférées au parquet de Marseille, donc relevant de l’autorité judiciaire, pour ne considérer que les cas qui concernent l’activité administrative et militaire. En effet, ces cas permettent d’’observer la pratique de l’assignation en fonction de la catégorie assignée.

12 Il est intégré au 3e bureau de la 1ère division. Voir Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 76W 1, Étude de Paul Planus, février 1942.

13 Comme par exemple depuis les Basses-Alpes. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 5W361, courrier du préfet des Basses-Alpes au préfet des Bouches-du-Rhône, 11.07.1940.

14 Les mauvais traitements concernent les personnes assignées comme indigènes et conduites au Camp Lyautey. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 5W 362, note manuscrite concernant la plainte de Mohamed Djebarra, 18.11.1940.

15 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 5W 361, copie-télégramme, 14.07.1940.

16 Il existe également d’autre lieux d’internement pour les travailleurs indochinois : le camp Gallieni,

St Chamas, les Beaumettes, et Sorgues dans le Vaucluse. Les maltraitances y sont récurrentes. (Daum, 2009)

Seitenanfang

Lieux des descentes et rafles quotidiennes de la police marseillaise (le 3 de chaque mois)
X une descente de police - X2 deux descentes de police
URL http://trajectoires.revues.org/docannexe/image/2386/img-1.jpg
image/jpeg, 580k
Catégories de traitement relevées dans les opérations policières de rafles et descentes à Marseille du 29.06.1940 au 23.01.1942
URL http://trajectoires.revues.org/docannexe/image/2386/img-2.png
image/png, 32k
Seitenanfang

Zitierempfehlung

Online-Version

Aurélie Audeval, « La spatialisation des identités assignées, Marseille 1940-1942 », Trajectoires [Online], Hors série n° 3 | 2017, Online erschienen am: 17 Juli 2017, besucht am 18 November 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/2386

Seitenanfang

Autor

Aurélie Audeval

audeval@gmx.net, Docteure en histoire, IRIS, EHESS

Seitenanfang