Navigation – Plan du site
SynThèses

La poétique de Sarah Kirsch : une esthétique du kaléidoscope

Thèse en études germaniques, sous la direction de Maryse Staiber, soutenue le 22 juin 2009 à l'Université de Strasbourg
Céline Da Silva

Texte intégral

1Ce travail de thèse se propose d'analyser l'œuvre de la poétesse allemande Sarah Kirsch (née en 1935) sous l'angle du kaléidoscope, en favorisant les approches intertextuelles, interculturelles et interdisciplinaires. En nous engageant dans une analyse de l'œuvre de Sarah Kirsch, nous sommes confrontés à une production abondante, dont le point final n'a pas encore été posé. Ce travail donne un aperçu aussi complet que possible de toutes les facettes de la création artistique de Sarah Kirsch et permet de (re)découvrir ses activités d'auteur pour enfants, d'aquarelliste ou de traductrice.

2La première partie de l'étude est méthodologique. Elle tisse un canevas autour de l'explicitation d'un certain nombre de notions, inhérentes au recueil Allerlei-Rauh – placé au centre de l'étude – et applicables à la totalité de l'œuvre. Il s'agit d'approfondir les techniques d'intertextualité et de collage qui sous-tendent toute la création de Sarah Kirsch et d'offrir une vision renouvelée de l'œuvre, en soulignant les aspects directement liés au principe de base du kaléidoscope. Ainsi pouvons-nous mettre en lumière une nouvelle esthétique kirschienne, construite autour du double mouvement de fragmentation et de resserrement. En suivant le parcours littéraire et artistique de Sarah Kirsch, nous constatons qu'au fil des recueils de poèmes ou de prose, la poétesse a disséminé, fragmenté, puis recyclé nombre d'éléments poétologiques essentiels, les « débris », et qu'il est possible de les regrouper en mosaïques resserrées autour de motifs poétiques significatifs et récurrents.

3Les deuxième et troisième parties de notre étude explicitent la vision globale de l'œuvre et prennent pour point de départ le recueil de prose Allerlei-Rauh, paru en 1988, que nous plaçons au cœur de notre analyse. En analysant Allerlei-Rauh, archétype de l'écriture fragmentaire de Sarah Kirsch, on découvre une vision panoramique de l'œuvre : chaque fragment renvoie à un pan significatif de l'édifice. Partant de l'analyse microscopique, c'est-à-dire des fragments thématiques du recueil Allerlei-Rauh, nous opérons une sorte de coupe transversale dans l'œuvre de Sarah Kirsch. Cette recherche des grands thèmes, évoluant de façon kaléidoscopique au fil des recueils, fournit l'occasion de distinguer les problématiques principales de l'écriture kirschienne.

4Nous articulons les deux parties centrales de notre étude autour de la question de l'autobiographie et du jeu avec la tradition littéraire, deux aspects essentiels de l'écriture de Sarah Kirsch, mettant en scène les mécanismes de la mémoire et les relations que l'auteur entretient avec son lecteur.

5Cette méthode nous permet ainsi, au niveau macroscopique, d'interroger plus largement le projet autobiographique de Sarah Kirsch. Le regard personnel que l'auteur porte sur son histoire passe par un certain nombre de conceptions originales, qui vont de la mise en place d'une « héroïne lyrique » à l'affirmation formelle du caractère autobiographique des textes, en passant par une mystification des lecteurs et un recyclage du matériau littéraire.

6Ce rebrassage permanent est à la base du jeu avec la tradition littéraire que nous explicitons dans la troisième partie de notre travail. Partant de l'analyse du travestissement burlesque du conte des Frères Grimm dans le recueil Allerlei-Rauh, nous nous proposons d'éclairer les forces inter- et intratextuelles à l'œuvre dans les textes de Sarah Kirsch.

7La dernière partie de notre étude s'efforce d'approfondir la dynamique d'ouverture de l'œuvre. À ceux qui tiennent à faire de Sarah Kirsch une sorte d'ermite repliée sur elle-même et de ses textes une fuite hors de la réalité, nous opposons une œuvre ouverte sur l'extérieur et ouverte à nombre d'influences interculturelles.

8Tielenhemme, lieu de résidence de Sarah Kirsch, reste le point central du kaléidoscope, mais pour la poétesse, toute écriture est écriture du voyage. C'est ce qu'évoque le mot d'ordre de Spreu : « fahren und sehen und schreiben ». Les trois activités sont indissociablement liées et elles sont la condition sine qua non de la création poétique.

9L'œuvre de Sarah Kirsch, contemporaine et soumise à la société dans laquelle elle a vu le jour, reflète un double mouvement. Le premier pôle de ce mouvement correspond à celui de l'émiettement. Prise dans la spirale de l'ère postmoderne, elle fragmente, disperse et sème ses motifs au fil des recueils. Cependant, Sarah Kirsch imprime à sa création un second mouvement qui, après avoir désorienté, désorganisé et déconstruit, réoriente, réorganise et reconstruit les éléments épars autour du centre du kaléidoscope. Le kaléidoscope acquiert là une fonction sociale et politique, certes, mais aussi une fonction psychique : il est tout à la fois une façon pour l'artiste de (re)structurer le monde, comme de se structurer soi-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Da Silva, « La poétique de Sarah Kirsch : une esthétique du kaléidoscope », Trajectoires [En ligne], 3 | 2009, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://trajectoires.revues.org/282

Haut de page

Auteur

Céline Da Silva

dasilvaceline@gmail.com

Haut de page